ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Les scatophiles chibrophages de l’enfer


Il y a de nombreux éléments de l’univers metal que la plupart des metalleux cherchent à préserver comme le doudou ou tout autre souvenir chéri de leur enfance, même malgré certains aspects puérils et jaunis, car c’est souvent ce qui en a amené plus d’un à plonger dans ce milieu. Et c’est généralement ce sur quoi les détracteurs de cet autre monde tapent en premier : imagerie satanique, décibels, apologie de la débauche et l’allure de dégénérés que certains hedbangueurs (côté public comme côté scène) affichent joyeusement et sans complexe. Couramment, c’est ce qu’on appelle le « folklore ». Et c’est donc avec le sourire qu’on accueille la découverte de groupes qui n’ont pas de complexe à aligner tous ces éléments et même plus encore.

Il est, selon sa bio, « l’un des secrets les mieux gardés du metal underground » et, à voir les têtes des membres du groupe (oui, oui, il paraît que ce sont eux sur la photo ci-dessus, cliquez donc sur l’image pour l’agrandir), on a dû les garder bien longtemps sous terre, à l’abri des regards. Venus de Detroit (sacrée ville que celle-là), ils se font appeler… attention, écartez mémé : Shitfucker. Et ils vont sortir un album.

« Un plein album de crasse » comme ils le disent eux-mêmes, avec un nom qui a pour vocation de dire bien haut (et avec un doigt bien haut lui aussi) aux touristes d’aller se faire voir ailleurs : Suck Cocks In Hell (« Suce des queues en Enfer » en VF). Et pour bien compléter la brochette « folklorique », ils le sortiront le 31 octobre prochain, c’est à dire pour Halloween, mais il est déjà possible de le précommander sur Bandcamp pour le prix de 6,66 dollars… On n’invente rien.

Mais avant de payer quoi que ce soit, vous voudrez peut-être entendre quelque chose. Alors sachez d’abord qu’ils jouent en formation power-trio « dans la grande tradition des Venom, Sodom et Motörhead, les trois zombies nucléaires [ndlr : tiens, voilà autre chose] de Shitfucker lient l’antique black-thrash et le toxique hardcore-punk en un brouet bouillonnant et débordant de maladie, de vice et d’adoration du Diable. » Mais surtout, ça sonne aussi propre (et en cela, ils sont encore plus proches du Venom des débuts) qu’une partie de bête à deux dos dans un donjon. Et c’est donc le thème du morceau ci-dessous : « Sex Dungeon ». Là encore, ça ne s’invente pas.

On n’invente rien, on n’invente rien… Enfin, c’est quand même à se demander si un groupe accumulant autant de… bin, tout ça, n’est pas fictif, sorte de Spinal Tap underground qu’aurait pu monter de toutes pièces leur label : Hell’s Headbangers… Ouais, bon, les Headbangueurs de l’Enfer, c’est pas plus sobre mais ils existent quand même. Les fans de doom les connaissent d’ailleurs pour être le label d’un autre combo de Detroit : Acid Witch. Et les amateurs d’underground, tous genres confondus, pourront se jeter sur leur compile gratuite – qui, en passant rend hommage, via sa pochette, à l’album Show No Mercy de Slayer – pour faire le plein de découvertes.

Et pour en revenir à cette photo : c’est juste une impression ou le fute en skaï du mec au milieu est sur le point de craquer à l’entrejambe ? Frisson…



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3