ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Lethe – When Dreams Become Nightmares


Anna Murphy (Eluveitie) et Tor-Helge Skei (Manes), communément fascinés par les ténèbres de la vie, de la mort et de la musique, se sont unis pour former Lethe, un duo au départ prévu pour faire des reprises qui s’est transformé en une puissante entité créatrice sans aucune barrière stylistique. Si l’on connaissait l’univers complexe et ouvert sur l’électronique de Tor-Helge qui ouvrit le black metal originel de Manes à un propos d’avant-garde hybride à partir de Vilosophe en 2003, on découvre à travers Lethe la sombre propension subversive aux mille facettes de la belle d’Eluveitie, qui offre un répertoire vocal d’un trip-hop étincelant à la Mazzy Star à un chant gothique profond, lorgnant parfois vers le lyrique d’un 3rd And The Mortal ou la mélancolie d’un Portishead.

Lethe, à travers les compositions électroniques de Tor-Helge Skei, avance des arguments souvent faits d’un mélange d’electronica et de rock sombre caractérisés par des arpéggiateurs à la Dust Brothers (« Haunted ») et des beats breakés à la Aphex Twin (« You », « No Reason »), des éléments déjà là dans le How This World Came To An End de Manes. On y retrouve, sur « Ad Librum » ou « Transparent », l’esprit des pérégrinations ambiantes minimalistes d’Ulver, époque Teachings In Silence, à la différence qu’ici, les atmosphères changent constamment et peuvent se charger d’une intensité rock parfois saturée voire lourde. De plus, la grande diversité des kits de batteries électroniques donne un caractère unique à chaque titre, renforçant le côté « inclassable » des compositions de Lethe.

Le système des boucles vocales redondantes est souvent utilisé pour participer au côté hypnotique de l’album (« You », « No Reason »). Celui-ci se montre souvent étrange et aérien, et connaît une prolongation vocale masculine à travers les voix de Kvarforth (Shining) et Asgeir Hatlen (Manes) sur l’inquiétant « Ad Librum ». Anna Murphy n’est pas en reste et revêt ses habits de Beth Gibbons déjà entrevus sur « Love Pass Filter » pour conclure en douleur et mélancolie sur l’éponyme et sublime « When Dreams Become Nightmares » une œuvre sophistiquée aux multiples influences, et très marquée par l’electro et l’avant-garde des 90’s. Envoutant, riche en contrastes, le duo détonne par sa complémentarité technique et créative, associant de sombres caractéristiques ambiantes à un indéniable aspect accrocheur, le tout lié par une production exemplaire, qui rend l’existence musicale de Lethe déjà indispensable.

Ci-dessous le titre « In Motion » :

Album When Dreams Become Nightmares, sorti le 17 janvier 2014 chez Debemur Morti Productions



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Uli Jon Roth @ Paris
    Slider
  • 1/3