ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Titre À Titre   

Lindemann : premières impressions sur Skills In Pills


Avant un retour aux affaires prévu pour la fin d’année, la famille Rammstein n’a pas le temps de s’ennuyer : quelques mois seulement après le guitariste Richard Z. Kruspe, c’est au tour du chanteur Till Lindemann de tenter l’aventure d’un projet parallèle, accompagné par le multi-instrumentiste Peter Tägtgren (Hypocrisy, Pain). Les deux se sont rencontrés il y a une quinzaine d’années en Suède, et ont eu le temps de se découvrir au gré de quelques soirées à forte teneur éthylique, pour aboutir à la création de ce projet dont nous avons eu la chance d’écouter en avant-première l’album, Skills in Pills, avant de nous entretenir avec les deux hommes. Subversif et ironique à souhait comme à son habitude, Till y met en avant son grain si particulier dans un univers instrumental créé de toute part par un Peter Tägtgren aux manettes de ce sombre vaisseau metal-indus-symphonique qui brasse large dans les thèmes et les ambiances.

01. Skills In Pills

Le titre éponyme démarre à toute allure dans un registre électro-metal rappelant fortement Rammstein : des ambiances de clavier typiques, un rythme énergique martelé par une batterie linéaire, et un refrain diaboliquement accrocheur. C’est rapide, mélodique et efficace. Deux constantes de l’album nous détacherons pourtant suffisamment du monde de Rammstein : l’accordage se révèle très bas, donnant une lourdeur conséquente au son, tandis que le chant est intégralement en anglais, un parti pris plus évident pour un projet international comme celui-ci (Till est allemand, Peter suédois).

02. Ladyboy

La marque de fabrique Tägtgren s’imprime plus fortement à partir de ce second titre : un riff principal puissant et glacial typique du death du Suédois, tempéré néanmoins par des marqueurs caractéristiques de Rammstein, tels que de profonds chœurs graves sur le refrain et un intermède électro-indus lent comme point de rupture du titre, notamment. Le refrain est encore impressionnant d’efficacité et reste dans la tête, mélodie chaloupée, presque mélancolique, alors que le sujet s’avère lubrico-ludique.

03. Fat

On reste dans la thématique du sexe avec cette ode aux femmes pleines de rondeurs. Une vaste intro à l’orgue d’église dont on retrouvera le thème plus tard dans le titre, une rythmique lente et décadente, lourde et dont le sous-accordage prend tout son sens, sous des envolées de violons. Le credo se veut encore une fois explicite : « I hate it skinny, I like it fat, your giant boobs are wunderbar » (Traduction : « je la déteste maigre, je l’aime grosse, tes seins géants sont merveilleux »). Les arrangements surprennent, presque symphoniques, avec un intermède d’ensemble de cordes qui contrecarre un rythme global à la batterie martial. Le concept musical Lindemann s’affirme encore plus au fur et à mesure des titres, toujours avec des structures plutôt traditionnelles (intro-couplet-refrain-pont).

04. Fish On

« Fish On » nous renvoie un peu plus vers Rammstein : la batterie est simple et carrée, des effets de clavier étranges et déjantés dignes de Christian « Flake » Lorenz, une voix puissante… on navigue dans une sphère très proche d’un titre tel que « Ich Tu Dir Weh » au niveau du rendu global. C’est une nouvelle fois un rythme énergique et plutôt rapide. Till y raconte son addiction aux femmes, peu importe leur origine, leur couleur, tant qu’il peut s’immiscer dans leur monde. Il le présente d’ailleurs de manière quelque peu différente, beaucoup plus… poétique, mais nous vous laisserons avoir le plaisir de découvrir son art si particulier de la métaphore charnelle.

05. Children Of The Sun

« Children Of The Sun » démarre un diptyque plus grave, mélancolique et touchant sur la fugacité de la vie et du temps qui passe. Un riff d’intro surpuissant, à la fois épique et efficace, dans un cadre grandiloquent, signé Tägtgren qui y délivre une prestation guitaristique plus proche d’Hypocrisy même si le son reste bien propre à Lindemann. Une mélodie délicate, des cordes qui sanglotent, des arrangements vocaux lyriques en fond, une écriture cette fois-ci sensible et subtile… Pas de doute, Till et Peter cherchent cette fois-ci à toucher en plein cœur.

06. Home Sweet Home

Rien ne va s’arranger avec cette seconde partie du cœur triste de l’album qui raconte la tragédie, étape après étape, d’un proche qui disparaît, foudroyé par le cancer, une situation que les deux membres du groupe ont connu. Des arpèges, une sombre batterie électronique, des chœurs, un refrain exceptionnel, profond et intense à souhait : l’ambiance se veut émotionnelle, triste, sans retour possible.

07. Cowboy

A bout de souffle après ces deux titres chargés d’émotion, on retrouve des couleurs avec un Cowboy dansant au rythme sautillant, dans un shuffle à la fois joyeux et macabre, car il conte la décadence d’un conquérant de l’ouest qui tombe du berceau de ses illusions. Une batterie très teintée 80’s sur le couplet, arrangements de voix lyrique féminine sur le pont (un peu comme dans « Sonne » de Rammstein), des bruits de cheval, une très brève et loufoque incursion d’un banjo… Bienvenue dans le Western kitsch indus de Lindemann !

08. Golden Shower

Cela faisait longtemps que Till n’avait pas parlé de sexe, il revient donc en force aux affaires avec l’équivoque « Golden Shower », sans ambiguïté quant à son thème, comme il l’explique lui-même. Une arrivée aux portes du metal symphonique, avant un retour aux rythmes marqués Rammstein avec des « Hey ! » très Mansoniens répétés, une basse au son électronique… il y a beaucoup d’éléments divers dans ce titre un peu fourre-tout mais gardant une certaine cohérence. Les arrangements typiques indus finiront de nous persuader que Lindemann veut cette fois-ci nous emmener dans le rock alternatif des 90’s, après les années 80. Une délicate attention : un joli son de miction pour terminer en beauté la jolie prose de Till.

09. Yukon

Dans Yukon, Till s’adresse directement à la rivière américaine qui porte ce nom, se rappelant d’un voyage qu’il a fait en Amérique du Nord à l’été 2014 et pendant lequel il n’a fait qu’un avec la nature. On y retrouve une ambiance plus lente, mélancolique, avec des effets symphoniques tels que des violons, mais aussi un piano, pour créer une forme de grandiloquence relatant la grandeur de la nature : on n’est que peu de chose face à elle.

10. Praise Abort

Il est temps pour Lindemann d’achever le travail de ce premier opus, dans l’ironie et la provocation, évidemment, deux idées maîtresses de l’album. Till chante le malheur d’un homme qui haï sa vie d’homme marié et de père au point qu’il maudit sa femme et ses enfants, tout en enviant ses amis qui ont réussi dans la vie, parvenant à rouler dans de grosses voitures… La chanson démarre a cappella d’un dépravé : « I like to fuck but no French letter. Without a condom, the sex is better. Every time I get it in, a baby cries and sometimes twins », enchaîné à un rythme electro-dance kitsch à souhait qui contraste diamétralement avec le pont particulièrement sombre fait de guitares très sous-accordées que l’on retrouve plus loin dans la chanson. Till fait une dernière fois preuve d’une technique qu’il maîtrise à merveille : chanter un refrain ironique au possible (« I hate my life and I hate you. I hate my wife and her boyfriend too. »), avec une mélodie imparable et classieuse. Lindemann avait commencé l’album de manière efficace : ils la termineront de la même manière, sans perdre en qualité d’accroche.

11. That’s My Heart

Le titre bonus des éditions « spéciales » et « deluxes » joue l’apaisement avec un piano, des cordes, chœurs d’enfants et des guitares réduites au rôle de soutiens sur le refrain. Une ballade qui permet à Till de montrer que derrière l’obscénité qu’il affiche sur plusieurs chansons de l’album, un cœur tendre bat, quitte à assumer le côté un peu niais de la chanson.

Conclusion :

Beaucoup plus proche de Rammstein que d’Hypocrisy ou même Pain, le premier opus de Lindemann (prévu pour le 19 juin prochain en France comme nous l’a précisé le label du groupe il y a quelques heures) est un merveilleux terrain de jeu pour l’humour noir et lubrique de Till et sa puissante voix, capable de nuances surprenantes tout en gardant ce grain machiavélique caractéristique. On rit, on pleure, mais surtout on vibre pendant les dix titres savamment orchestrés par Tägtgren, touche-à-tout émérite qui brille par ses arrangements efficaces, variés, et sa mise en place rythmique très solide, bien que parfois peu servie par un son de batterie un peu faiblard. A noter les arrangements orchestraux tantôt grandiloquents, tantôt émouvants, qui parcourent l’opus signés Clemens « Ardek » Wijers du groupe de black metal symphonique Carach Angren, qui a assisté le duo sur cet aspect. Le premier effort du groupe a définitivement le potentiel pour plaire à un large public : par son côté accrocheur d’une part, il pourra séduire les fans de Rammstein et le grand public ; par ses salves metal précisément distillées par Peter Tägtgren, il pourra également plaire aux plus pointilleux.



Laisser un commentaire

  • Chronique complète , vraiment bonne ou presque, car déçu de ne pas voir un mot sur le visuel de l’album et surtout sur le visuel de l’édtion deluxe qui est simplement énorme. Et je rajouterais que je trouve dommage que dans beaucoup de chroniques d’album, sur beaucoup de site, on ne parle quasi jamais ou très peu des visuels, des ambiances visuelles, artwork, etc…..

    [Reply]

  • 43 secondes qui promettent !:!!

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Hellfest - Warzone - Jour 3
    Slider
  • 1/3