ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Loudblast – Burial Ground


Avec l’arrivée d’Alex Lenormand (basse) et Drakhian (guitare) au sein du groupe, l’album Frozen Moments Between Life And Death (2011) était, non seulement une belle réussite unanimement saluée, mais également une véritable renaissance pour Loudblast. Et que l’on ne s’y m’éprenne pas, Burial Ground, son successeur, malgré son titre, n’a rien d’un enterrement. Quoi que musicalement, la gaieté est tout sauf au programme. A vrai dire, la première réflexion que l’on peut se faire dès l’amorce d’ « A Bloody Oath », titre d’ouverture, c’est qu’on jurerait entendre l’œuvre morbide de Celtic Frost, un point de référence qui reviendra souvent tout au long de ce neuvième opus.

Loudblast aurait très bien pu capitaliser sur le succès de Frozen Moments, mais attendre une telle chose serait finalement mal connaître le combo qui a toujours laissé voguer son inspiration là où bon lui semblait. Si la patte de Loudblast reste éminemment reconnaissable, on ne peut que constater la mutation de la composante thrash de son death metal vers quelque chose de beaucoup plus dark voire doom par moments, comme dans la lancinante et mélancolique « The Void », avec ce chant torturé et quasi-parlé. On évoquait Celtic Frost un peu plus tôt, et c’est bien à la patte artistique de Tom Warrior que l’on pense en entendant ces ambiances lugubres, ces riffs noirs et pesants, mais difficile également de ne pas penser à Septic Flesh dans l’épaisseur suffocante de certaines parties et, surtout, la voix caverneuse parfois employée par Stéphane Buriez. Mais ne pas croire pour autant que Loudblast a rangé au placard ses riffs thrashy qui balancent, ses mid tempos ravageurs voire même, plus subtilement, son penchant rock n’ roll (« Ascending Straight In Circles »), étirant ainsi son art dans des contrastes et dynamiques redoutables et captivants.

Mais Loudblast ne s’est pas contenté d’assombrir sa palette de couleurs, il s’est aussi vu pousser des ailes mélodiques, arrachant les chansons aux ténèbres pour les faire briller et respirer. A moins que ce ne soit pour mieux amadouer l’auditeur et l’attraper pour l’enfoncer six pieds sous terre… Comment ne pas se laisser emporter par l’accroche irrésistible du final de « A Bloody Oath », la mélodie de « From Dried Bones » ou des riffs d’ « Abstract God », « Ascending Straight In Circle » ou « Darkness Will Abide » et son solo épileptique ? Sans parler de « The Path », sur lequel Drakhian retrouve ses racines black metal et qui termine l’opus sur une longue envolée extatique, portée par un tapis de double grosse caisse. Loudblast parvient encore à surprendre, renouveler son metal et le porter à un autre niveau. Rares sont les artistes à être capable de ça après près de trente ans… Un peu à l’image d’un Tom Warrior aujourd’hui avec Triptykon justement. Et un autre point commun, un !

Ci-dessous le morceau « Ascending Straight In Circles :

Album Burial Ground, sortie le 28 avril 2014 chez Listenable Records.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3