ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

L’unité d’Alter Bridge


En tournée européenne pour promouvoir Walk The Sky, leur dernier bébé sorti en octobre, Alter Bridge a fait une halte dans notre belle capitale en ce lundi soir de décembre. Et c’est à l’Olympia que nous allons les retrouver, accompagnés en ouverture de The Raven Age et de Shinedown. La façade du bâtiment du boulevard des Capucines s’est, comme la tradition le veut, parée de ses belles lettres rouges pour nous annoncer le spectacle de ce soir, mais la grève nationale et son cortège de bouchons parisiens ne nous auront pas permis d’arriver à temps pour The Raven Age. Malheureusement, seuls les quatre derniers morceaux de Shinedown seront joués devant nous. Un grand regret tant ce que nous avons vu semblait très chouette, prestance et qualité des musiciens étant au rendez-vous.

C’est au son de « One Life », le morceau d’introduction du nouvel album d’Alter Bridge, que le groupe prend place sur la scène de l’Olympia qui affiche complet ce soir. Balcons, fosse, il y a du monde partout et il fait chaud !

Artistes : Alter Bridge – Shinedown – The Raven Age
Date : 9 décembre 2019
Salle : Olympia
Ville : Paris [75]

Alter Bridge

Le groupe enchaîne avec un premier extrait de Walk The Sky, « Wouldn’t You Rather » et ce premier titre passe haut la main le test du live : un morceau punchy juste ce qu’il faut pour permettre à tout le monde de se mettre en jambes. A noter que le son est particulièrement bon, à peine trop de basse mais ce détail sera vite ajusté. Comme d’habitude nos quatre compères sont impériaux chacun dans leur domaine et l’ensemble est carré, puissant. Si Myles Kennedy n’est pas réputé pour être un frontman excentrique, il sera néanmoins très affable et souriant tout le long du concert. Après « Isolation », il prendra la parole pour saluer le public présent et nous dire sa joie immense d’être sur cette scène mythique. Le set se déroule sans aucun accroc, Mark Tremonti balançant ses riffs lourds à tour de bras, épaulé par la section rythmique emmenée par Brian Marshall à la basse et Scott Phillips à la batterie.

La qualité des compos et la maîtrise de jeu qui font la patte Alter Bridge sur album sont parfaitement restituées en live et ce soir ne fait pas exception à la règle, même sur les nouveaux morceaux comme ce « Pay No Mind » ou le très lourd « Native Son » et ses « ohohoho » du refrain qui permettent au public de s’exprimer comme un seul homme. C’est d’ailleurs un public surexcité qui reprend le classique « Rise Today », ne se faisant pas prier. La setlist repasse par Walk The sky avec « In The Deep », suivi par un magnifique et acclamé « Cry Of Achilles » tiré de Fortress. A noter que sur cette date, aucun morceau de The Last Hero ne sera joué. C’est ensuite au tour de Monsieur Tremonti de passer derrière le micro avec un bluffant « Waters Rising ». Sa voix éraillée et puissante donne une profondeur incroyable à ce morceau déjà génial sur album mais qui prend une tout autre ampleur sur scène. Si vous avez déjà vu le groupe live, il y a toujours un moment acoustique où Myles, seul devant l’audience, nous emmène en ballade (hohoho !). Alors le voir arriver sur le devant de la scène n’étonne personne.

Alter Bridge

Ce qui sera étonnant, en revanche, sera la tournure que cette partie va prendre, sous les yeux et les oreilles médusés d’un public qui ne s’attendait pas à ça ! Armé d’une guitare un peu abîmée, un peu vieille, il nous explique qu’il va chanter un morceau qu’il n’a pas chanté depuis un moment, un morceau joué sur cette même scène il y a plus de vingt ans par un gentleman qui a été une de ses plus grandes influences musicales, Monsieur Jeff Buckley. Pour mémoire, Jeff Buckley avait donné deux concerts sold-out à l’Olympia en juillet 1995 et un album live en était sorti. Myles entonne alors « Hallelujah », ce titre écrit par Leonard Cohen mais si sublimement remis au goût du jour par Jeff il y a plus de vingt-cinq ans. Si le talent de chanteur de Myles Kennedy n’est plus à démontrer, c’est dans des moments comme celui-ci que sa voix prend toute sa dimension.

Cette voix sachant se faire douce puis puissante, cette voix caressante et emplie d’émotions qu’il nous jette au visage et au cœur. Il règne dans la salle un silence quasi mystique, c’est magnifique ! Il terminera ce morceau en nous expliquant qu’il a eu l’honneur de jouer ce titre sur la guitare fétiche de Jeff Buckley, amicalement prêtée par Matt’s guitar shop (boutique/musée de guitares parisien). Et comme il semble vouloir nous achever, c’est tout naturellement qu’il nous annonce « Blackbird » ! LE morceau ultime d’Alter Bridge avec ce double solo joué d’abord par Myles puis par Mark et sa guitare lourde et saturée. C’est toujours un moment très attendu par les fans et chaque fois les réactions sont sensiblement les mêmes : frissons et yeux qui brillent, suivis d’une salve d’applaudissements et de cris.

Alter Bridge

« Open Your Eyes » verra encore le public reprendre à tue-tête son refrain fédérateur tandis que « Metalingus », introduit comme d’habitude par un mini-solo de batterie, verra Myles reprendre ce gimmick instauré il y a quelques années, à savoir faire accroupir les gens et les faire sauter à un moment précis du morceau. Déjà vu mais franchement très efficace ! « Godspeed », de Walk The Sky, résonne, puis c’est le moment de se dire au revoir au son du très heavy « Addicted To Pain » qui cartonne toujours autant en live. Son riff rapide met tout le monde d’accord, ça pogote, ça gigote dans la fosse mais c’est déjà la fin…

Après les classiques lancers de médiators et baguettes de batterie, les tentatives infructueuses de Mark Tremonti pour lancer la setlist pliée en avion en papier font rire tout le monde, ledit projectile lui revenant sans cesse au visage ! Mais il est temps de dire au revoir et merci à nos quatre compères qui, avec une setlist remaniée (des classiques ont laissé la place à des nouveautés ou à des raretés), nous ont quelque peu surpris, mais cela pour le meilleur. Alter Bridge est et restera un groupe assurément taillé pour la scène, même si Myles ne fait pas partie de ces frontmen qui sautent partout pour haranguer les foules. C’est l’unité du groupe et leur indéniable talent de musiciens qui font leur force scénique, et pour cela, merci les gars !

Alter Bridge

Setlist :

One Life
Wouldn’t You Rather
Isolation
Come To Life
Pay No Mind
Ghost Of Days Gone By
Native Son
Rise Today
In The Deep
Cry Of Achilles
Waters Rising
Hallelujah
Blackbird
Open Your Eyes
Metalingus
Rappels :
Godspeed
Addicted To Pain

Photos : Matthis Van Der Meulen



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3