ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

LYON BLACK METAL INFERNO FEST AU CCO DE VILLEURBANNE



Artistes : Nargaroth[/urlb] – Nocturnal DepressionNefarium
Lieu : Villeurbanne
Salle : CCO
Date : 12-09-2009
Public : 500 personnes environ

Il y avait tellement de formations pour ce soir que nous vous proposons les chroniques détaillées des trois derniers groupes. On commence donc par Nefarium, un combo italien au visuel très travaillé : on y retrouve les traditionnels crânes et chaînes posés sur les pieds de micro. Sans oublier les toges rouges que portent les membres avec, bien sûr, leur corpse paint. Un univers qui fait certes un peu cliché…mais en même temps c’est pour cette raison qu’une partie du public a fait le déplacement. Excepté en ce qui concerne ceux qui sont partis dès la fin du premier morceau !


Nefarium !

Pour ce qui est des compos : ça blast, c’est répétitif et tout ça avec un son excellent. En même temps, les groupes ne jouent pas dans une cave mais au CCO, une salle où l’acoustique est d’ailleurs très bonne. Côté foule, certains sont sceptiques face à ce condensé de puissance façon Dark Funeral alors que d’autres sont plus que réceptifs et n’hésitent donc pas à bourriner dans les pogos. Au final, il est vrai que Nefarium reprend avec succès les structures basiques du black metal, que tout le monde connaît c’est vrai, mais ce qui est certain c’est que les musiciens tiennent la route. Ces derniers auraient également pu faire un effort sur la communication avec des blancs entre les morceaux et une fin plutôt précipitée. Mais il fallait assurer l’attitude froide…pour être un vrai « true ».


Le guitariste et vocaliste de Nefarium : Carnifex !

On change complètement d’atmosphère avec le black mélodique et dépressif de Nocturnal Depression qui nous vient de Grenoble. Une formation qui n’est pas forcément bien considérée par le public au départ de part son aspect trop kitsch et ses morceaux peu originaux. Leur prestation sera, en effet, à l’image de leurs compos, c’est-à-dire classique : amateur de mid-tempo, de riffs répétitifs et de mélodies malsaines et faciles, c’est pour vous.


Lord Lokhraed de Nocturnal Depression

Mais le black dépressif sur scène ça devient vite lassant. Evidemment, les pogos sont inexistants et tout le monde regarde avec intérêt la scène… car oui, la performance des grenoblois en a converti plus d’un. De très bonnes réactions donc, dans le public qui accroche bien au son envoûtant des Nocturnal Depression. Un concert qui pourra d’ailleurs rappeler le passage de Forgotten Tomb dans la même salle le 18 Septembre 2004. Une date qui avait marqué les esprits avec, là encore, une foule calme et admirative. Ce qu’on peut toutefois reprocher au groupe, ce sont des compos qui font trop souvent penser à l’album Geliebte Des Regens de Nargaroth. Une influence évidente dont le quatuor a apparemment du mal à se détacher. Cela dit, Nocturnal Depression a su assurer son set bien convenablement.


Nocturnal Depression

« Kanwulf is Nargaroth, Nargaroth is Kanwulf, no compromise » et surtout pas de trendies ! Et oui, le groupe tant attendu ce soir, c’est Nargaroth. Le one man band allemand formé en 1996 qui joue pour la première fois en France.


Kanwulf de Nargaroth

Kanwulf monte sur scène, regarde la foule pendant quelques minutes (une audience qui cette fois-ci est bien compacte) et ne perd pas de temps en balançant d’entrée de jeu le titre culte du groupe « Black Metal Ist Krieg ». Très bon choix ou chemin un peu rapide ? Ce qui est certain c’est que les blackeux réagissent tout de suite en masse en formant un pogo ravageur. Pas de compromis pour Nargaroth qui balance la sauce dès les premières notes, ce qui leur vaudra quelques reproches de la part du public. Ce dernier trouvant que, du coup, l’excitation est redescendue petit à petit durant tout le set. Côté morceaux, les membres de Nargaroth se sont sentis obligés de nous jouer deux reprises : celle de « War » de Burzum, qui en a fait rire plus d’un, suivie de « Freezing Moon » de Mayhem. Deux groupes inutiles de présenter tellement leur renommée est importante. Et là encore, le son est tellement propre en live qu’il surpasse celui des albums. Les morceaux sont violents et efficaces. Et les spectateurs ont du mal à contenir leur folie.


Nargaroth !

Kanwulf, pour sa part, adopte une attitude froide et malsaine clairement exagérée par ses poses de méchant…à la limite du burlesque. Mais tout cela participe à la réputation scénique du groupe, ce qui n’est vraiment pas une mauvaise chose puisque le public est venu pour ça ! Au final, une très bonne performance pour Nargaroth qui a su ravir ses fans avec des titres, peut-être disposés dans un mauvais ordre, mais malgré tout efficaces.


Quel poseur ce Kanwulf !



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Greta Van Fleet + Vola @ Paris
    Slider
  • 1/3