ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

LYZANXIA : ENTRETIEN AVEC DAVID ET FRANCK POTVIN


Radio Metal : Pourriez-vous présenter LYZANXIA en deux mots ?

David Potvin : Nous sommes un groupe de Metal français, on joue du Thrash Death à notre sauce et on fait un peu ce qu’on veut à vrai dire ! On a des sonorités bien modernes. Vous pouvez le constater avec la présence de samples. On essaye d’apporte un petit quelque chose en plus.

Franck Potvin : On essaye de travailler des sons d’instruments qui nous intéressent. Sur le titre Unsu par exemple, on utilisé un shamisen. Un instrument japonais qu’on a samplé. Nous voulons nous ouvrir à tout en faisant du Metal à notre sauce. Tout en restant dans un cadre Thrash Death.

Et vous existez depuis 8, 10 ans déjà…

Franck : 10 ans c’est vrai ! On les fête cette année. D’ailleurs on a prévu un quintuple DVD avec 8 heures de bonus, 80 lives et 200 ou 300 interviews…

Il blague là ?!!

David : Oui complètement ! En fait le nom LYZANXIA existe officiellement depuis près de 10 ans. Mais l’activité réelle date d’environ 6 ans puisque e premier album est sorti en 2001.

Parlons un peu de votre récente tournée avec THE HAUNTED. Comment cela s’est-il passé ?

Franck : C’était excellent ! THE HAUNTED, le groupe comme le crew étaient top. Ces mecs nous ont beaucoup aidé à tous les niveaux. Ce sont pour moi les meilleurs compositeurs de riffs Metal au monde et à côté de ça ils font preuve de beaucoup d’humilité. On s’est vraiment bien marrés avec eux. Ca a été un plaisir incroyable !

David : C’était bien car sur cette tournée il y a eu une moyenne de 300 personnes. Forcément il y avait moins de monde lorsqu’on ouvrait, mais cela a néanmoins fait circuler notre nom. Pour une tournée qui s’est déroulée en mai ça c’est bien passé. Alors que d’autres tournées ont été annulées.

Il y a donc eu un impact sur votre notoriété…

David : Oui tout a fait. C’était le but d’ailleurs !

Franck : Ca a été une très bonne expérience pour nous. Au-delà du système notoriété : nous avons voyagé à travers 10 pays et rencontré du monde. En plus, nous nous sommes faits connaître. En Allemagne, par exemple, nous avons fait 6 dates et la presse était très présente.

Justement vous avez beaucoup voyagé aussi pour enregistrer vos albums. Notamment en Suède à l’instar de Scarve. Est-ce que ça vaut le coup d’aller aussi loin ?

Franck : Nous nous sommes déplacés pour rencontrer Frédéric Nordström qui a fait beaucoup pour le Metal actuel au niveau du son et de la production. Il nous a apporté des idées de musique aussi, ce qui est un vrai plus, car c’est un excellent compositeur. On voulait vraiment travailler avec lui. Nous avons pu tisser des liens avec lui ainsi qu’avec Patrick, son assistant. Le courant est très bien passé car ils comprennent très bien notre musique. Ca a été la raison principale, on n’y est pas allé pour aller en Suède et rencontrer des blondes aux yeux bleus ! (rires)


Est-ce que vous considérez que votre carrière est à la hauteur de la durée de votre existence ?

Franck : C’est difficile de porter un jugement. D’un côté on a les groupes qui vont mettre 25 ans à sortir un album qui cartonne et de l’autre tu as NICKELBACK dont la première démo s’est vendue à 500 000 exemplaires alors qu’ils n’avaient aucun distributeur, aucun label.

David : Chacun à sa carrière. Il n’y a pas de carrière préconçue. C’est une question de feeling. Il faut suivre ses convictions. Ca prend du temps et ça se fait au fur et à mesure. Je pense que les carrières qui ont le plus de mal à démarrer sont celles qui durent le plus longtemps.

Franck : Notre premier batteur, par exemple, a suivi l’actualité du groupe et a observé que ça ne stagnait pas. Evidemment, nous aimerions que ça soit plus gros et qu’à chaque concert il y ait des putes et de la coke ! Mais bon, de toute façon, on n’aime ni les putes ni la coke… ! (rires)

Et votre rayonnement international ? Vous vous en sortez mieux à l’étranger qu’en France ?

Franck : Oui, carrément ! En France il y a 60 millions de personnes et peu d’entre eux écoutent du Metal. Seulement une petite poignée d’entre eux écoutent LYZANXIA. L’étranger c’est vaste. Grâce à Listenable Records, ainsi que notre label japonais, on est vendus dans beaucoup de pays. C’est sûr que ça marche mieux à l’étranger qu’en France. Pour te donner un exemple, je crois bien qu’on a vendu plus d’albums en Angleterre qu’en France.

David : La France n’est pas un pays vraiment rock. C’est un vieux pays avec une vieille mentalité. Des radios Metal par exemple, tu en trouves à la pelle en Scandinavie, au Japon, en Australie ou en Allemagne. C’est pour ça que les groupes français marchent mieux à l’étranger qu’en France.

Franck : Ce qui est bizarre d’ailleurs car il y a une vraie demande du public qui en a assez d’avoir affaire à ces mass media qui affirment que Kyo c’est du Metal et qu’Alanis Morissette fait du Heavy ! Tu en es le bon exemple ! A Radio Metal vous voulez obtenir une fréquence FM et ce serait justifié qu’elle soit aussi grosse qu’RTL ou NRJ étant donné la demande du public. C’est bien ! C’est grâce à des gens comme vous que le Metal est reconnu et qu’il y a 39 000 personnes ici ce week end !

David : C’est important que le plus de médias possibles soient présents, médias locaux ou webzines, car ils se bougent vraiment pour que le Metal ne soit pas considéré que comme la musique du diable ou des chevelus, des percés, des tatoués, des poilus…

Franck : Ce qui est le cas !
(NDLR : Franck en profite pour chiper subtilement la fiche de questions de Metalo dans le but de tester le sens de l’improvisation d’un Metalo évidemment exemplaire !)
Et maintenant ? C’est quoi le numéro ?

Euh… 9ème probablement… !(rires) Puisqu’on parle de rayonnement international vous avez fait le choix de chanter en anglais. Pour mieux vous exporter ou parce que ça collait mieux à votre musique ?

David : C’est d’une part une façon de s’exporter et de ne pas se cantonner à la France, la Belgique ou la Suisse. D’autre part, c’est plus facile de poser un texte en anglais sur de la musique : il y a des phrases toutes faites, des sonorités moins rudes. Je ne suis pas fan de l’accent français. Certains groupes arrivent à écrire de très bonnes paroles dans cette langue. Moi j’en suis incapable. Ecrire en anglais est plus naturel.

Franck : Si un jour on trouve un bon texte, on fera une chanson en français. Mais pour l’instant on en est incapables. De plus, je pense que l’anglais, depuis les Beatles, est la langue du rock. Tous les groupes de rock, de hard rock, ont chanté en anglais.

David : Il y a aussi d’autres langues qui se prêtent bien à l’exercice du rock : le brésilien et l’allemand passent très bien.

Comment pourriez-vous définir la scène française ?

David : C’est la meilleure du monde ! Il y a une grande variété de groupes : c’est ça notre force. Il y a quelque chose à faire au niveau international et c’est en train de se faire : des labels étrangers commencent à s’occuper de groupes français. GOJIRA en est le meilleur exemple. Il y a quelques années ça n’aurait pas été possible et ça l’est aujourd’hui du fait de la qualité des groupes français. Il faut continuer dans cette voie là.

Franck : D’ailleurs, je trouve que le Metal français est meilleur que le tennis français, actuellement (NDLR l’assemblée éclate de rire et Franck continue avec conviction et sérieux). Il y a 20 ans on avait Yannick Noah et Henry Leconte… mais aujourd’hui on a GOJIRA !

Peut-on considérer que la scène française est celle qui cherche à rompre les barrières entre les styles ? A faire une musique inclassable ?

David : Oui. C’est le côté baroque des français qui fait que l’on cherche à ne pas se cantonner à un style. Je ne pense pas que cette volonté de se diversifier est quelque chose de présent dans les gènes des français.

C’est la tradition de mes interviews les mecs : la dernière question n’a rien à voir !!! Quel est le style de musique que vous n’osez pas avouer écouter ?!!

Franck : Le zouk sataniste ! Des albums underground sortis sur un label dénommé Zouk 666 dont le nouvel album de ZOUK MACHINE !!!

David : Et sinon, je n’en ai pas vraiment honte, mais j’apprécie ABBA !

Site Internet Lyzanxia : www.lyzanxia.com



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • 1/3