ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Machine Head a viré Adam Duce


Entre Machine Head et Adam Duce, c’est terminé. Ça, on le savait déjà. Ce qu’on ne savait pas, c’est que ce sont les membres du groupe qui l’ont évincé, et que ce n’est pas un départ volontaire d’Adam Duce. Et c’est par une lettre que Robb Flynn a publié sur le site officiel du groupe qu’on a appris cela. Une lettre d’une émotion rare, montrant toute la douleur liée à cet acte, et d’un intérêt certain pour comprendre les motivations de cette éviction, même si elle présente avant tout la version du chanteur.

Adam Duce était, en dehors de Robb Flynn lui-même, le dernier des membres fondateurs du groupe qui existe depuis 1991. Le frontman explique ainsi dans cette lettre que cette solution était devenue inévitable, tant le bassiste n’avait plus goût à la vie de groupe depuis plus d’une décennie, selon ses dires, mais qu’il n’aurait jamais quitté Machine Head de lui-même, car cela aurait été pour lui synonyme d’échec.

Déjà en 2009, Robb Flynn avait subitement quitté Machine Head lors d’une tournée, et avaient, avec Adam Duce, dû recourir à une thérapie de groupe afin de régler leurs comptes personnels et professionnels. Ceci eût lieu lors d’une tournée pourtant couronnée de succès, en compagnie de Slipknot : lors de la première nuit à Paris, après deux jours de disputes incessantes, Robb Flynn avait pris ses cliques et ses claques et ne voulait plus revoir Machine Head, et encore moins Adam Duce. Mais le bassiste était revenu vers lui et les deux s’étaient mis d’accord pour suivre une thérapie de groupe afin de mettre le groupe en avant et ne pas envoyer en l’air un travail de nombreuses années.

C’était il y a trois ans, et si le travail psychologique a servi à ne pas faire splitter le groupe à l’époque, il n’a pas résolu les problèmes en profondeur, notamment le plaisir, ou plutôt l’absence de plaisir que prenait Adam Duce à être dans Machine Head.

Car l’une des nombreuses choses qu’exprime Robb Flynn dans son journal, c’est que Duce en avait marre de ne pas « frapper un grand coup », de rester sur une « niche » musicale. En gros : ne pas avoir le même succès que Metallica, Korn ou Slipknot, des groupes dont Machine Head a fait la première partie, mais qui sont toujours restés devant eux au niveau de la popularité et du succès. Il est vrai que si Machine Head, a toujours été dans le cœur des metalleux, surtout en Europe, a sorti un album (Burn My Eyes) en 1994, considéré par beaucoup comme essentiel en tant que contribution au genre Metal, et un autre (The Blackening) encensé par la critique, le groupe est toujours resté dans l’arrière-cour médiatique, surtout aux États-Unis. Un peu comme Trivium, un autre groupe avec qui ils ont fait tournée commune. Et ça, c’est quelque chose qui en substance, a visiblement marqué Adam Duce, selon les dires de Robb Flynn. Mais comment lui en tenir rigueur, alors que ce serait plutôt le signe d’une ambition considérable pour le groupe et d’une envie d’aller plus loin ?

Ce que Flynn reproche essentiellement à Duce, c’est de ne pas lui avoir rendu les choses faciles, d’avoir poussé les autres membres du groupe à le renvoyer. Néanmoins, on ne sait pas pourquoi il ne l’a pas fait avant, si la situation durait depuis si longtemps. Il était peut-être conscient du fait que même si Duce ne prenait pas de plaisir, il apportait tout de même suffisamment musicalement au groupe pour qu’il reste dans celui-ci. Il serait par ailleurs très intéressant d’avoir le point de vue d’Adam Duce sur le sujet, pour voir si sa version corrobore les arguments avancés par Flynn.

Finalement, c’est un peu comme l’histoire d’un vieux couple qui reste ensemble parce qu’il est ensemble depuis tellement longtemps qu’il a peur de la vie l’un sans l’autre. Et que l’on sait ce que l’on perd et pas ce que l’on va retrouver. Une histoire d’amour qui prend fin, tout simplement. Et de la façon dont Flynn l’exprime dans la lettre que vous pouvez retrouver traduite en intégralité ci-dessous, même si elle était devenue inévitable, la séparation reste avant tout, immensément triste, douloureuse jusque dans son corps.

« Bien que je n’aie pas envie d’écrire dans ce journal, je vous avais promis que j’écrirais ‘au moins une fois par semaine’. Bonnes, mauvaises nouvelles, heureuses ou tristes… cela doit donc être fait.

11 février 2013

C’est la date à laquelle nous avons viré Adam Duce. C’est le jour où il a fallu que je dise à Adam qu’après avoir passé 21 ans ensemble dans un groupe, je n’en supporterai pas davantage.

C’est le jour où j’ai dit : « J’espère que nous pourrons faire ça à l’amiable. »

Les mots ont résonné comme si quelqu’un d’autre les avait dits.

C’était comme si j’étais hors de mon corps en train de regarder quelqu’un dire ces mots douloureux.

Mais c’était moi qui le disais.

Et nous l’avons tous dit.

Nous l’avons dit assis dans notre salle de répet à Oakland. David [McClain, batteur] l’a dit. Joseph (notre manager) l’a dit. Philip [Demmel, guitariste] l’a dit. Nous avons tous dit que nous ne pouvions plus être avec lui dans un groupe. Que si cela ne se passait pas, nous allions mettre fin au groupe.

C’était dur. L’un des moments les plus durs de ma vie.

C’était également dans les tuyaux depuis longtemps.

Nous avons peut-être viré Adam le 11 février 2013, mais Adam a quitté Machine Head il y a bien plus d’une décennie.

Il ne s’est seulement jamais donné la peine de le dire à quiconque. Mais nous le savions tous.
Contrairement à la croyance populaire, être dans un groupe est dur. Vraiment putain de dur. C’est le plus dur des putains de trucs que tu auras à affronter dans ta vie, et ça te pourrira l’existence pendant 80% du temps. Cela ressemble souvent à une grande montagne russe, la plus haute et la plus basse d’entre toutes. Il y a des gains et des pertes tous les jours. Être dans un groupe est l’un des plus grands jeux de hasard.

Mais quand tu gagnes, quand tu gagnes ces 20%, eh bien… c’est vraiment le salut. C’est ce qui rend le fait de bouffer le sandwich de merde des 80% restants supportable. C’est de là que « ces » histoires viennent. Cela peut être le meilleur boulot que tu aies jamais eu mais, sans conteste, l’un des plus durs que tu aies jamais fait. Mais avant de l’avoir fait pendant plus de 20 ans, tu n’en as aucune idée. Jusqu’à ce que tu aies tenu un groupe ensemble pendant plus de 20 ans, tu ne sais vraiment rien de tout ça.

Tu penses que tu sais.

Mais tu ne sais pas.

Un groupe est une famille dysfonctionnelle. Une fratrie, une affaire de famille, et une cour de la Renaissance. Vous êtes colocataires dans un appartement sur roues, pendant des années, 24 heures sur 24. De plus, vous êtes dans la cocotte-minute des projecteurs, chaque mouvement est analysé, retranscrit, attaqué. Tout le monde veut quelque chose de toi, tout le monde veut être ton ami, tout le monde t’aime, tout le monde peut faire beaucoup mieux pour toi que les gens que tu as actuellement autour de toi. Certaines personnes essaient et vous tournent les uns contre les autres, et tout le monde veut prendre un crédit sur ton succès.

Parfois vous êtes ennemis. En désaccord, et vous battant pour quelque chose, mais « faisant semblant » que tout va « bien » sur scène.

Mais ce n’est pas le cas.

Tu mets juste un masque qui montre que ça va, et après 20 ans, nous connaissons ce masque si bien qu’il nous va comme un gant.

Adam n’a pas été heureux dans ce groupe depuis très longtemps. Mais comment partir? Pour un gars comme Adam, tout réside dans gagner ou perdre. Une victoire écrasante pour un échec ultime. Il n’y avait pas d’entre deux. Et alors que ça sonne terriblement bien pour une émission de TV ou une interview, ou même un film de John Wayne qui se termine en 90 minutes… la vie n’est simplement pas comme ça.

Et la vie n’est certainement pas comme ça pour un groupe comme Machine Head. Un groupe qui opère dans le tiers moyen-supérieur. Pour nous, il n’y a pas de victoires écrasantes, seulement des gains respectables. Pas de défaites ultimes, juste des « plus de chance la prochaine fois». Nous avons trouvé un créneau, nous possédons ce créneau, mais cela reste un créneau. Rien de plus.

Peu importe à quel point il en avait assez ou était devenu malheureux, quitter le groupe en serait revenu à « perdre » ou à une « défaite ». Pour dire la vérité, ça le rendait malade. Malade de tourner, malade d’enregistrer, de s’entraîner, de regarder la pochette de l’album, d’être dans l’équipe mais ne jamais avoir la balle, de se languir d’une lune de miel qui n’est jamais venue en 20 ans. Malade de ne jamais vraiment frapper un grand coup, malade de trouver le créneau… malade de s’en faire.

Je ne le blâme pas. C’est difficile de garder la passion.

Mais il ne voulait simplement pas partir.

Nous voulions qu’il parte. Nous espérions qu’il parte, qu’il dise : « Les gars, je n’ai plus le cœur à ça, c’était cool, à plus tard ». Nous ne voulions pas que ça en arrive là…

Mais il ne voulait pas.

Je n’ai plus rien ressenti à partir du moment où j’ai quitté la salle de répet ce soir là. Quand je me suis réveillé le matin suivant, je ne ressentais rien de plus. Je n’étais pas « paralysé », j’étais juste « vide ». Mais trois jours après la réunion, une dispute a éclaté dans la salle de répét, sur comment je me sentais en conflit par rapport à ça. Et là j’ai pleuré.

J’ai pleuré et pleuré.

J’ai pleuré tous les jours depuis. J’ai été une épave émotionnelle. J’ai pleuré en écrivant ça. J’ai été malade le jour où nous l’avons annoncé (11 jours après l’avoir fait, en fait), traînant à vomir pendant des heures.

Je l’ai vu quelques heures mercredi dernier, je l’ai vu hier. C’est de la politesse.

Je ne sais pas quoi dire d’autre.

Je n’ai pas d’inspiration pour terminer cette note. Je ne vais pas m’asseoir là et vous dire que tout va aller bien, ou que tout sera pareil. A ce moment précis, je ne peux même pas me dire que ça ira mieux.

Pourquoi?

Parce c’est nul.

C’est vraiment nul.

C’est nul pour tous ceux qui ont essayé d’empêcher ça.

C’est encore plus nul que vous ne pouvez l’imaginer.

C’est un horrible soulagement. »



Laisser un commentaire

  • slayer2211 dit :

    he ben dites donc! Dave Lombrado qui va peut-être quitter slayer,Randy Blythe en procès en république tcheque et maintenant Adam Duce viré de MH!mes trois groupes préférés vont bien finalement!

    [Reply]

  • Je peux le comprendre, mais d’un côté si la raison d’Adam est le manque de reconnaissance à une échelle plus grande, c’est le pain quotidien de tous les artistes. Beaucoup d’appelés, peu d’élus. Donc à la base, on sait dans quoi on s’aventure.

    Pourtant Machine Head fait une (très) belle carrière. C’est dommage.

    [Reply]

  • Et béh..

    [Reply]

  • La tournée passant par PAris avec Slipknot c’etait en 2008, pas en 2009.

    [Reply]

  • jessie james dit :

    .

    [Reply]

  • Putain, on savait que ça risquait d’arriver, mais ça me fout quand même un coup de marteau derrière le crâne…Dur décision pour Robb, et dure situation pour Adam.
    Le bassiste qui va le remplacer va devoir envoyer du très lourd pour espérer ne serait-ce que tenir correctement son rôle de bassiste(et faudra que Machine Head évite d’appliquer le syndrome newsted sur le prochain bassiste).

    [Reply]

  • Je comprends mieux maintenant. Lors de leur passage à Montréal l’année dernière, on avait attendu les membres du groupe à la sortie du concert . Dans un froid de canard, au bout d’un bon quart d’heure, seul Adam s’était pointé nous dire bonjour, signé quelques autographes, discuté avec nous. Quand on lui a demandé quand est-ce que les autres arriveront, sa réponse était évasive, comme si il voulait resté à l’écart des autres membres. Il s’est ensuite réfugié dans le tour bus, tout seul. A l’époque, je pensais qu’il était sûrement fatigué. Mais maintenant, tout me semble plus clair.
    Quoi qu’il en soit, bonne chance à lui dans ses futurs projets…

    [Reply]

  • Toujours honnête Robb Flynn, bon courage mon gars.

    [Reply]

  • Moi je dit un bravo à Rob Flynn pour l’implication qu’il a porter,
    Je ne tient pas à réagir (critiquer) cette lettre, par manque d’information,

    Mais sachez, Machine Head (Adam compris), que vous des fans qui vous soutiennent qui sont désormais conscient de vos sacrifices pour nous faire de la bonne musique.

    En attendant une réaction de Adam …

    [Reply]

  • dur moment. honnête homme.

    [Reply]

  • Robb Flynn est un putain de mec entier et sincère. Et il vient de le prouver une fois de plus. Et perso, si ça va si mal que ça je suis prêt à attendre un an de plus pour le nouvel album et la tournée.

    [Reply]

  • ça alors!!

    [Reply]

  • perso le groupe qui représente le METAL en générale c’est machine head, ils ont presque tout essayer dans leur album et je croix, qu’avoir viré Adam c’est une bonne chose pour le groupe j’ai hate de vous revoir les gars avec votre nouvelle album 🙂

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Shaka Ponk @ Paris
    Slider
  • 1/3