ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

MACHINE HEAD : ENTRETIEN AVEC PHIL DEMMEL


Radio Metal : The Blackening est un excellent album, très épique, mais qui reste néanmoins très thrash. Peux-tu nous en dire plus sur la conception de cet opus ?

Phil Demmel : Cela s’est passé de la même façon que pour les autres albums : nous proposons d’abord des riffs que nous apportons à Dave (NDLR : Dave McClain, batteur du combo) avant d’ajouter la section rythmique. Après on fait quelques arrangements avant de laisser les chansons mûrir. Nous n’avions pas eu à perdre notre temps sur les radios, ni chez les maisons de disque, etc. C’était la première fois que Rob et moi écrivions ensemble un album entier, donc c’était plutôt sympa. On avait un peu l’impression de faire un combat de riffs !

Peut-on dire que The Blackening est un mélange de Thrash et de Metal Progressif ?

Oui c’est vrai. Il y a des éléments Thrash et des éléments progressifs. En fait on peut dire que The Blackening est une réunion de beaucoup d’éléments différents en fait. Ce dernier album fait partie de cette dynamique qui est présente sur chacun de nos albums ce qui fait que The Blackening parvient à refléter toute la biographie de Machine Head. En plus tu peux entendre des harmonies vocales entre Rob et Adam (NDLR : Adam Duce, bassiste du groupe) jamais entendues auparavant ou des harmonies de guitares qui n’étaient pas présentes sur les autres albums. Sans oublier qu’il y a aussi des trucs de dingues que Rob n’avait jamais encore expérimenté ! Donc je pense que question musique nous offrons quelque chose de nouveau. Tu sais sur cet opus nous avons donné le meilleur de nous-même…

Vous avez d’excellentes critiques dans la presse. Est-ce là une sorte de revanche par rapport aux mauvaises critiques des albums précédents ? Les médias ne vous avaient en effet pas fait de cadeaux…The Blackening incarne une sorte de renaissance…

En fait la renaissance dont tu parles avait commencé avec l’album Through The Ashes Of Empire, c’est à partir de là que nous avons évolué. Et Through The Ashes Of Empire est un album remarquable car il nous a permis de réaliser The Blackening.

Tu as intégré MACHINE HEAD en 2003…

Officiellement oui.

Pourquoi ? Tu en faisais déjà partie avant ?

Officieusement oui. Je répétais et écrivais dans le groupe avant cette date.

En plus, tu avais déjà joué avec Rob dans son groupe Vio-lence, alors pourquoi n’as-tu pas intégré Machine Head dès ses débuts en 1992 ? Pourquoi avoir rejoint le groupe si tard ?

Eh bien Rob avait quitté Vio-lence pour former son groupe, quant à moi je suis resté dans Vio-lence car j’étais toujours convaincu que Vio-lence était un groupe incroyable ! C’est pourquoi j’ai continué encore à jouer dedans pendant que Rob était dans Machine Head. Au fur et à mesure je suis devenu fan de Machine Head et j’ai vu tous leurs concerts…j’adorais ce groupe. Mais tu vois j’avais mes occupations, et puis il étaient déjà quatre dans le groupe. C’était au temps où Logan (NDLR Logan Mader guitariste de 1992 à 1998), Adam et Rob étaient très proches donc bon…Et puis, à cette époque, j’étais marié et je n’étais donc pas dans l’optique de faire de la musique sérieusement. En effet je ne jouais que dans des groupes locaux…ce n’était donc pas le bon moment pour moi. Je suis simplement arrivé plus tard. Au moment le plus propice.

En 1992, pensais-tu que Vio-lence aurait plus de succès que Machine Head ?

Vio-lence était mon bébé donc tant que je considérais que je n’en avais pas fini avec lui, je voulais y rester. Or à cette époque je n’en avais pas terminé avec lui ! Tu sais il n’y avait pas vraiment de compétition entre nous car il s’agissait de deux groupes bien distincts. Leur groupe était très différent du nôtre. J’ai toujours souhaité de bonnes choses pour Rob mais je voulais mener à bien le projet de Vio-lence. Et c’est ce que j’ai fait jusqu’à la fin.

Machine Head est le groupe de Rob, il en est le leader. Etant donné que tu le connais depuis longtemps quelle est, d’après toi, la différence entre le Rob de 1992, au début de Machine Head, et le Rob de 2007 ?

Eh bien il est s’est marié et a deux enfants… ce qui n’était pas le cas avant ! Lorsqu’il était jeune, il était sur une mauvaise pente. Rob a beaucoup changé après son départ de Vio-lence. C’est devenu une personne différente. Sa personnalité a changé et je sais exactement d’où cela vient. Dorénavant j’ai retrouvé le Rob que je connaissais dans le temps. Il me semble qu’il est beaucoup plus responsable et plus mature qu’avant.

Considères-tu que l’évolution positive de Rob que tu évoques s’est ressentie sur la musique de Machine Head ?

Je pense que oui. Il est sous les projecteurs car il est le leader de ce groupe. Il écrit des textes très personnels et, dans ce qu’on peut voir et lire, on se rend compte qu’il a mûrit. Il a progressé tout au long de ces années. Nous avons un lien très fort tous les deux et, comme des frères, il nous arrive de nous disputer car nous ne sommes pas toujours d’accord. Mais oui en quelque sorte nous nous adorons comme deux frères au sein d’une famille…

Donc ce n’est pas difficile de travailler avec Rob ?

Non. A force de travailler avec lui j’ai appris à lui faire confiance sur la direction musicale à prendre. Rob sait où il va. Et puis j’aime ce qu’il écrit et je pense qu’il arrive parfaitement à voir ce qu’il faut à une chanson. Moi je lui présente des partitions et lui les arrangent…je lui fais entièrement confiance.

Il paraît qu’en 2005, tu as composé des chansons pour Roadrunner United, est-ce vrai ?

Si on veut : j’ai composé un riff !

Un seul riff ?!

(Phil chante le riff)
Oui tu vois ! Juste un riff !

D’accord, donc ma question tombe un peu à l’eau… Je voulais savoir si tu avais composé ce riff avec Dave McClain ?

Non c’était Rob et moi. En fait c’était une chanson intitulée Independant (Voice of the Voiceless) sur laquelle Max Cavalera chantait. Et moi j’ai trouvé un riff que Rob a utilisé pour cette chanson. A vrai dire je ne me souviens même plus d’avoir écrit ça ! C’’est Rob qui me l’a dit, et j’ai répondu « ah bon ?! » !

Abordons maintenant, si tu le veux bien, l’actualité de Machine Head dans une dernière question. Tu es aujourd’hui en France et tu partages la tête d’affiche du Hellfest avec Slayer, ton groupe préféré. Est-ce important pour toi d’être sur la même scène que Slayer car lorsqu’on est un fan d’un groupe, ça doit toujours être quelque chose de particulier de se produire avec lui…

Je trouve toujours excitant de jouer avec Slayer. C’est vraiment le groupe avec qui j’attendais les dates des festivals avec impatience pour pouvoir jouer avec eux. Nous avons un bon feeling avec les gars de Slayer. Parfois, lorsque nous jouons ensemble, il y a juste à dire « Tiens, on va jouer celle-ci et celle-là ». A la fin des années 80, début des années 90, c’était mon groupe préféré, ils ont sorti quelques-uns de mes albums préférés donc oui ça me fait toujours quelque chose !

Traduction : Céline

Site Internet Machine Head : www.machinehead1.com



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Ghost @ Paris
    Slider
  • 1/3