ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Magna Carta Cartel : le magicien Omega


Il y a encore peu, le nom de Martin Persner ne vous disait sans doute rien du tout, alors que maintenant, peut-être qu’il résonne de manière un peu plus familière. Et pour cause, il s’agit du premier ancien membre de Ghost à avoir révélé son identité, connu auprès de Papa Emeritus pour avoir été la goule que les fans ont baptisé Omega, de part le symbole arboré sur sa guitare. Depuis juillet 2016, Martin a fait tomber le masque et est reparti voler de ses propres ailes, en profitant pour relancer son groupe Magna Carta Cartel.

Depuis 2009, le combo avait été rangé au placard, trois de ses membres s’étant embarqués dans l’aventure Ghost lancée en 2010. S’il n’a souhaité évoquer son départ de Ghost, ne voulant pas alimenter quelque polémique que ce soit, il nous a accordé un long entretien avant tout pour parler de Magna Carta Cartel, ce projet musical qui lui tient tant à cœur, ainsi que le nouvel EP The Demon King, mais aussi pour apprendre à mieux le connaître, comme son rapport à l’anxiété ou l’origine du symbole Omega. A noter que ceci est la première partie de l’entretien, la seconde partie, qui sera publiée ultérieurement, étant consacré à un autre de ses projets à l’univers étonnant : Tid.

« Toute l’idée était de devenir mondialement célèbres, évidemment [rires], mais ça n’est pas arrivé. C’est sûr que c’était difficile pour nous parce que la musique prenait plein de directions différentes […], donc c’était dur de trouver un emballage pour le projet. »

Radio Metal : Magna Carta Cartel a été originellement formé vers 2006. Quelle était l’idée derrière ce groupe au départ ?

Martin Persner : Il a en fait été créé en 2004, plus ou moins, mais ça a commencé avec… J’avais un autre groupe avec mon bon ami Simon [Söderberg], et j’ai commencé à écrire de la musique qui ne convenait pas à ça. L’autre groupe est plus tard devenu Tid, à l’époque ça s’appelait Roswell, c’était un truc un peu metal, sludge, à la Neurosis. Et j’ai commencé à composer de plus en plus de musique, et je ne savais pas quoi faire avec parce que ce n’était clairement pas metal, c’en était même très éloigné. Donc nous avons commencé à enregistrer des démos chez lui, et nous ne savions pas quoi en faire. Nous avons commencé à trainer avec nos amis et enregistrer encore plus de démos, donc après un moment, nous avons eu l’idée de fonder un groupe, ce que nous avons fait. Et toute l’idée était de devenir mondialement célèbres, évidemment [rires], mais ça n’est pas arrivé. C’est sûr que c’était difficile pour nous parce que la musique prenait plein de directions différentes et la moitié était instrumentale, sans chant et tout, donc c’était dur de trouver un emballage pour le projet. Donc nous avons commencé à faire ça. Ensuite nous avons enregistré notre premier album, ça nous a pris trois ans, nous avons tout fait nous-mêmes, nuit et jour, à se perdre dans des idées, les enregistrements et tout [petits rires]. Nous n’avions pas d’idée spécifique, nous voulions juste faire de la super musique.

Tu as remis Magna Carta Cartel en selle cette année. En fait, ça faisait depuis Goodmorning Restrained, en 2009, que vous n’aviez rien sorti. Comment expliquer ces presque dix ans de hiatus ? Qu’est-ce qui t’as poussé à mettre Magna Carta Cartel en sommeil pendant tout ce temps ?

Evidemment nous avons commencé à jouer dans Ghost, moi et Simon, ainsi que notre bassiste, comme tu dois le savoir. Je veux dire que ceci nous a pris toute notre énergie et tout notre temps, et c’était la seule chose pour laquelle nous avions du temps. Toute notre énergie pour l’art et nos idées sont passés là-dedans, donc… Bien sûr, au fil des années, j’ai enregistré des démos mais ça ne semblait pas si important lorsque nous étions dans Ghost. Bref, nous n’avions pas vraiment de temps pour ça et ce n’était pas très important à l’époque, et nous nous sommes dit : « Mettons toutes les démos de côté et stockons-les dans un disque pour les utiliser plus tard lorsque ce sera le bon moment. » Voilà donc, en gros, pourquoi. Nous avons fait Ghost pendant si longtemps et avec toute notre énergie. Mais dans notre home studio, MCC vivait toujours en tant que projet, mais jamais en tant que… Car c’est dur de maintenir plusieurs groupes à la fois. C’est très dur à faire, en partie parce que les gens se demandent dans quoi tu dépenses ton énergie, et c’est également difficile à suivre. Bien sûr, nous aurions pu sortir de la musique avec MCC durant toutes ces années, mais alors nous n’aurions rien pu en faire.

Etant donné, comme tu l’as dit, que plusieurs membres ont été faire Ghost, dirais-tu que MCC est d’une certaine façon à l’origine de la formation de Ghost ? En fait, vois-tu du MCC dans Ghost ?

Oui mais pas forcément… Evidemment, tout est entremêlé et tout a à voir avec tout mais je ne dirais pas que MCC est le début de Ghost dans ce sens-là, non, parce qu’avec MCC, nous n’avions pas de cadre clair dans ce que nous faisions ; peut-être que si en un certain sens, comme le fait que nous voulions sonner comme ci et pas comme ça, nous avions nos propres limites, alors que Ghost était une idée spécifique, un package très spécifique. Donc en un sens oui, mais en d’autres sens non.

Tu as révélé en mars via une vidéo que tu reformais Magna Carta Cartel. Mais quand l’idée de reformer le groupe t’a vraiment traversé l’esprit ?

En juillet de l’année dernière. Mais j’avais ça en tête depuis très longtemps, mais c’est à ce moment-là que ça semblait logique de le faire, car je ne faisais plus partie de Ghost.

Tu as réalisé une vidéo où tu annonces le retour de Magna Carta Cartel mais aussi où tu révèles avoir été la Nameless Ghoul Omega dans Ghost. Pourquoi avoir choisi de faire cette vidéo au départ ?

Parce qu’évidemment, je voulais dire aux gens que je ne faisais plus partie du groupe. Tu sais, les rumeurs, c’est une très bonne chose à avoir et dont on peut tirer profit. Pour plein de raisons, les rumeurs sont de bons outils, mais parfois, tuer les rumeurs est aussi une bonne chose. Et bien sûr, je ne suis pas stupide, j’ai profité de l’occasion pour leur parler de MCC parce que je n’aurais pas pu faire deux vidéos, ça aurait été idiot. Donc pourquoi ne pas utiliser la même ? J’ai l’attention de tout le monde pendant cinq secondes, qu’est-ce que je fais ? Qu’est-ce que je leur raconte ? [Rires]

Dirais-tu que les gens se sont davantage intéressés à MCC suite à cette vidéo ?

Bien sûr ! C’était toute l’idée, évidemment. Je veux dire que certaines personnes nous connaissaient mais pas tant que ça. L’idée était de faire en sorte que les gens soient au courant. Autrement je n’aurais rien dit à personne. Donc bien sûr que l’idée était de le mettre en avant et véhiculer le nom.

Quel est le line-up actuel dans MCC ?

C’est moi, mon frère Arvid et notre ami Pär [Glendor], aujourd’hui c’est nous trois.

Simon n’est pas revenu dans le groupe aussi ?

En un sens mais je ne suis pas très sûr qu’il soit intéressé par ce style de musique en ce moment. En fait, il s’occupe de Priest, à la production – il ne fait pas partie du groupe Priest mais il le produit. Et je pense qu’il est plus dans ce type de musique là tout de suite, pour être franc. Donc ça n’avait pas beaucoup de sens qu’il soit dans MCC parce que je pense qu’il ne voulait plus vraiment faire ce genre de musique, alors que nous si.

Mais tu travailles toujours avec lui dans Tid…

Eh bien, ouais mais ça fait aussi un long moment qu’il n’a rien fait avec Tid parce qu’évidemment, nous avons enregistré l’album en… C’était quand déjà ? Merde, c’était il y a deux ans, nous avons enregistré Fix Idé, et bien sûr il était impliqué dans tout ça mais Tid est quelque chose de très particulier parce qu’en fait, nous n’avons joué qu’une seule fois en live avec Tid et c’était il y a sept ou huit ans ! Je veux dire que nous voulons vraiment donner des concerts et nous voulons vraiment créer un show mais nous ne savons pas exactement comment le réaliser aujourd’hui. Tid est plus comme un projet artistique, donc ça se fait constamment en arrière-plan, en un sens. Donc ouais.

« J’adore Slayer et Metallica […] et ça, c’est pop également, en un sens ! Car le format est toujours celui de chansons pop, ça fait quatre ou cinq minutes, ou peut-être six ou sept s’ils se montrent aventureux, mais globalement, c’est de la pop, dans la façon dont les chansons sont construites avec les mélodies. »

On te connaît surtout en tant que guitariste, mais tu chantes aussi dans MCC. Comment te sens-tu en tant que chanteur ? Est-ce quelque chose qui t’as manqué, le fait de t’exprimer vocalement et pas seulement à la guitare ?

Non, pas du tout ! Absolument pas. J’adore jouer de la guitare, et seulement de la guitare. En fait, j’ai chanté en concert peut-être seulement deux fois dans ma vie et à l’époque je n’avais pas vraiment aimé. Donc on verra ce qu’il va se passer maintenant lorsque nous allons commencer à tourner un de ces quatre. Mais non, en fait, j’aime chanter à la maison mais je n’ai jamais tellement aimé chanter face à des gens mais ensuite, lorsque j’avais dans les vingt-huit ans, j’ai été professeur de musique remplaçant pendant un an dans une école, et donc j’ai beaucoup chanté avec les enfants [petits rires]. Donc ma voix s’est développée, sans parler de toutes les fois où j’ai dû crier après les enfants [petits rires], donc j’ai appris à contrôler ma voix. J’ai donc commencé à de plus en plus chanter. Et puis nous avons fait quelques démos avec MCC en 2008 ou 2009, je crois, et j’ai chanté dessus, et ça paraissait pas mal, et depuis je chante seul, à la maison ou peu importe, donc… Ce n’est pas comme si j’avais une énorme envie de chanter mais ça fait le job, n’est-ce pas ? Sur Valiant Visions et Goodmorning Restrained, j’ai partagé le chant avec Simon. Simon a une voix plus en velours, très lisse, alors que la mienne est davantage colorée par les cigarettes [rires], je trouve. J’ai une voix plus étrange que Simon. Simon a une voix d’ange, alors que la mienne est plus rauque.

En fait, il semble y avoir un terreau commun, musicalement, entre Magna Carta Cartel et Ghost, qui est l’art de la mélodie pop accrocheuse. Du coup, est-ce que la pop est là où est ton cœur ?

Absolument, parce que je trouve… En fait, j’écoute beaucoup de musique ambiante et là-dedans, il n’y a pas vraiment de mélodie, ce sont plus des paysages dans lesquels on peut se reposer. Mais en dehors de ça, la majorité [de ce que j’écoute] est basée sur un fort sens rythmique et… En fait, j’adore Slayer et Metallica, des trucs passés de mode, et le côté heavy qui fait partie de l’essence de ces chansons vient de la section rythmique, je pense, et des mélodies, évidemment, et ça, c’est pop également, en un sens ! Car le format est toujours celui de chansons pop, ça fait quatre ou cinq minutes, ou peut-être six ou sept s’ils se montrent aventureux, mais globalement, c’est de la pop, dans la façon dont les chansons sont construites avec les mélodies. Lorsque j’étais plus jeune et que nous jouions dans Roswell et plus tard dans Tid, il y avait de la mélodie mais j’ai ensuite commencé à écrire de plus en plus de belles mélodies, et pas juste des mélodies méchantes et diaboliques. Donc après un temps, tu t’attaches aux mélodies. Evidemment qu’il y a beaucoup de pop là-dedans. Mais à la fois, écoute la musique classique : il y a aussi de la mélodie, mais peut-être pas dans le même sens que la musique pop habituelle. Et à la fois, écoute les BO de films, ce que j’écoute beaucoup : il y a de la mélodie de partout, ou parfois ce sont plus comme des thèmes.

Tu as une fois dit que « c’est bien plus dur de jouer de la pop et la faire bien sonner que ça l’est pour le metal. » Peux-tu développer ce que tu voulais dire ?

Bien sûr, tout dépend du type de metal que tu joues, mais pour ce qui est de construire une dynamique dans la pop, je trouve que c’est assez dur, en fait. Et aussi c’est un style de jeu. Je ne suis pas du tout en train de dire que le metal est facile à jouer ou que c’est un jeu d’enfant, parce que ça ne l’est certainement pas, tout dépend de ce que tu veux faire, évidemment. Si tu joues du punk rock, c’est une chose, mais si tu veux jouer dans un bon groupe de metal, ce n’est pas facile, et ce n’est pas du tout facile de faire en sorte que ça sonne bien, mais j’ai personnellement le sentiment que c’est plus difficile de réaliser des chansons de pop ou de rock d’un bon niveau ; je trouve que c’est plus dur pour plusieurs raisons. Peut-être parce que j’ai grandi en écoutant de la musique heavy et que je ne comprenais pas la pop aussi bien, et j’apprends encore. Je ne dis pas que je connais tout du metal, parce que ce n’est certainement pas le cas. Mais pour résumer, c’est plus dur à faire bien sonner et arranger les chansons et tout.

La page Facebook de MCC mentionne une variété d’influences : Vangelis, Tom Petty, U2, ABBA, Jean Michel Jarre, Metallica… Comment parvenez-vous à assembler une telle diversité d’influences et faire en sorte que ça reste cohérent ?

Eh bien, c’est une bonne question, mais ce n’est pas comme si nous avons une chanson de Vangelis en tête et que nous voulons la mélanger à une chanson d’ABBA [petits rires]. C’est plus que nous aimons l’atmosphère et les mélodies que Vangelis créé et ce que ça te fait ressentir, ainsi que le son de fin du monde d’ABBA, parce que je troue ABBA très triste et pas du tout joyeux. Mais je pense que ce n’est pas comme si nous allions en studio ou nous nous mettions enregistrer des démos en essayant de faire sonner la chanson comme Vangelis ou ABBA, mais tu l’as dans la peau. Donc lorsque nous créons une chanson, ça influe. En fait, je suis exactement comme tout le monde, je suis la somme de mes expériences et de mes propres conclusions, c’est-à-dire tout ce que j’ai appris et entendu, et tout ressort à travers moi, comme un canal. Et celles-ci sont mes influences, donc ce n’est pas difficile de les faire coïncider. Ce n’est pas comme si nous voulons sonner comme ABBA, Vangelis, Metallica, etc. Ce n’est pas l’ambition, genre : « Oh, on veut sonner comme la combinaison de tout ça. » Mais naturellement, c’est ce qui arrive, puisque c’est ce que nous avons principalement écouté. C’est comme les langues, si tu veux créer ta propre langue et que tu connais déjà le Français, l’Anglais, l’Allemand, le Néerlandais et l’Hindi, ça sonnera comme un mélange de tout ça.

Tu as mentionné qu’ABBA sonnait triste pour toi. Es-tu particulièrement attiré par la tristesse dans la musique ?

Oui, effectivement, ou bien lorsque c’est mélancolique. Pas forcément triste mais lorsque ça sonne comme s’il y avait quelque chose de sérieux, comme s’il y avait quelque chose d’important qui était en train d’être dit. Pas forcément au niveau des paroles, ça c’est moins important, mais lorsque la mélodie te dit « c’est vraiment sincère. » Et j’ai l’impression qu’ils font tout le temps ça – pas toutes les chansons d’ABBA, évidemment [petits rires], parce que certaines d’entre elles sont plutôt excentriques mais quand même, il y a quelque chose dedans… Je pense que c’est un truc suédois, en fait. On voit aussi beaucoup ça dans la musique italienne, pour une raison ou une autre, je ne sais pas. Ça paraît plus… Tout du moins, ça touche mon âme.

Est-ce que ça signifie, d’un autre côté, que tu n’aimes pas la musique joyeuse ?

Si ! Absolument. En fait l’une des meilleures chansons jamais écrites est « Popcorn », c’est l’une des meilleures mélodies de tous les temps et ça, c’est une chanson joyeuse, je pense. Mais même dans celle-ci, bizarrement, il y a un étrange côté sérieux [petits rires]. Je ne sais pas trop comment l’expliquer…

« Je ne veux jamais avoir à sortir une chanson qui ne possède pas de magie, dans le sens où elle ne serait pas fascinante, elle ne te donnerais pas d’émotion, autre que juste l’envie d’acheter une nouvelle paire de jeans et partir se saouler, car cette émotion n’est pas difficile à reproduire. »

Toujours sur votre page Facebook, vous mentionnez « des chansons oniriques conçues pour être des bandes-son pour un film encore jamais vu ou qui reste à faire. » Et c’est aussi quelque chose qu’on pourrait dire à propos de ton autre groupe Tid, où le visuel est très important. A quel point le visuel et la musique s’entremêlent ? Est-ce qu’en fait, tu penses à un film lorsque tu composes de la musique ?

Pas un film mais peut-être un paysage ou un lieu, je dirais, ou un état d’esprit. Surtout avec Tid. Lorsque nous composons pour Tid, les chansons sont très monotones, elles ne bougent pas tellement en terme de notes et de tonalités, c’est tout le temps pareil, et j’aime m’arrêter dans la musique. Donc je ne suis pas un très bon compositeur lorsqu’il s’agit de mettre des hauts et des bas, de la dynamique dans les notes et les accords. Mais ouais, je ne dirais pas un film mais peut-être un état d’esprit, ou peut-être en imaginant une scène dans un film, comme : « Ce serait super pour une scène comme ci ou ça. » Donc ouais, en ce sens, absolument.

Est-ce qu’il y a des films en particulier qui t’ont influencé ?

Oh ouais ! J’adore les films, mais la meilleures BO selon moi est celle de Scarface, le film de Brian De Palma de 1983, par Giorgio Moroder. Si tu trouves la BO de ce film à acheter, il y a dix titres dessus, mais ce n’est que des chansons de pop qu’il a écrites pour le film, mais malheureusement ils n’ont jamais sorti la vraie BO, avec les musiques du film, ce qui est vraiment dommage. Il a essayé de faire une BO à la manière du Parrain mais avec des synthétiseurs, mais ça procure tellement d’émotion et c’est tellement bon ! En fait, le script de Scarface, en soi, n’en fait pas le plus intelligent, le meilleur ou le plus émouvant des films, mais avec la musique, c’est putain de splendide. Je ne parle même pas de Star Wars, c’est pareil : imagine si Star Wars avait une musique faite avec des synthés essayant de sonner futuriste, ça aurait été de la merde ! Au lieu de ça, ils ont créé cette musique classique qui a porté le film à des hauteurs que personnes n’aurait imaginé. Mais il y a aussi le réalisateur Michael Mann, avec ses vieux films comme Le Dernier Des Mohicans, sans parler de Heat, qui est brillamment mis en musique avec une musique avant-garde contemporaine ou je ne sais quoi, c’est tellement bien fichu, car ça donne de la profondeur aux scènes et aux personnages, et c’est très calme, ce n’est pas effréné, il n’y a pas de tension, tout comme la musique, chaque scène n’est pas bourrée d’action, ce sont des gens qui parlent mais avec de la superbe musique, donc tu te plonges très facilement dans ce scénario.

Ça t’intéresserait de composer des musiques de film ?

Ce serait un rêve ! Malheureusement, je ne connais aucun producteur à Hollywood [rires]. Tu connais Air, le groupe français ? Ils ont fait une magnifique BO pour Virgin Suicides, le film de Sofia Coppola, et ça sonne bizarre, c’est de la musique de synthé pop contemporaine mais ça colle tellement bien à ce film ! Et plein de groupes font ça. Sans parler de Daft Punk, également français, lorsqu’ils ont fait la BO de Tron. Je n’aime pas le film Tron: Legacy, je ne le trouve pas très bon, mais la BO est probablement l’une de mes BO préférées depuis de nombreuses années.

Et pourquoi ne pas réaliser ton propre film ?

Ouais, avec mon téléphone ? [Rires] Non, je ne sais pas. Evidemment, les films m’intéressent et nous travaillons étroitement avec Claudio Marino, qui est le chanteur de Tid et qui aussi gère les artworks de MCC, il fait des films mais je ne crois pas qu’il ait prévu de faire un véritable long-métrage comme ça. Non mais absolument, j’adorerais faire une BO de film un jour. Je pense que nous pourrions y arriver. Pas forcément avec un orchestre classique et tout, mais avec notre musique, ce serait un sacré accomplissement.

Tu définis votre musique comme étant du « rock magique ». Qu’est-ce que ça veut dire ? Que mets-tu derrière ce terme ?

Il se passe tant de choses dans la musique… J’aime tout types de musique, et il y a tellement de magie dans la musique. Souvent, ça a à voir avec l’histoire derrière les groupes. Je veux dire que j’aime les veux [groupes], j’aime les Beatles, les Rolling Stones, les Doors et tout ça, et il y a tellement de magie dans la légende des groupes également. Peut-être que c’est erroné de dire ça à propos de notre musique, mais tant que nous pouvons construire un monde dans lequel il est intéressant d’être, je pense que c’est magique en soit. N’importe quel groupe de punk rock peut être magique aussi. Je ne veux jamais avoir à sortir une chanson qui ne possède pas de magie, dans le sens où elle ne serait pas fascinante, elle ne te donnerais pas d’émotion, autre que juste l’envie d’acheter une nouvelle paire de jeans et partir se saouler, car cette émotion n’est pas difficile à reproduire.

Votre musique a vraiment ce côté onirique. Comment l’obtiens-tu ?

Je ne sais pas [rires]. C’est tout ce que je suis capable de faire. Lorsque nous écrivons de la musique, c’est ce qui arrive. Peut-être que ça a à voir avec le fait que plein de choses se passent en même temps, ou peut-être que ça vient du son, la façon dont nous présentons les chansons, les sons que nous choisissons… En fait, si tu faisais jouer nos chansons par un orchestre classique, je ne suis pas sûr si ça sonnerait magique ou peut-être que si, je ne sais pas ! Il y a quelque chose d’intéressant là-dedans, car il y a une vieille discussion philosophique au sujet de la musique, datant du XVIIIème siècle ou peu importe, sur comment interpréter la musique et à savoir si la musique est pure… C’est très dur de produire de la musique pure. La musique pure, c’est lorsque tu n’as rien d’autre qui lui est rattachée en dehors des notes, mais dès que quelqu’un prend un instrument, tu peux l’associer à quelque chose. Donc si un orchestre jouait des chansons de MCC, tu aurais l’image d’un orchestre en tête, mais il y a tellement d’autres choses. Si nous jouons des chansons de MCC, tu aurais moi Arvid et Pär en tête, ou tu aurais l’illustration de l’album en tête, ou les paroles, donc il y a tant de choses qui déforment la musique elle-même, il y a tellement plus en jeu que juste les tonalités. Donc il y aura toujours un problème si on cherche à présenter une musique de façon pure et voir si c’est magique en soi. Il y a tant de choses rattachées à la musique qui favorisent la magie. Mais si tu veux réellement découvrir si une chanson est magique ou pas, il faudrait essayer de prendre toute la musique qu’on a entendu et la faire jouer par la même chose, comme un synthétiseur ou un orchestre classique, pour tout écouter de la même façon, sans l’artiste, sans le visage, sans les paroles, sans les illustrations, sans les tournées, sans tout ce qui y est rattaché, alors soudainement, on pourra comprendre si une chanson est bonne ou pas. Mais c’est dur aussi parce que tant de choses que tu écoutes et ressens dans la musique sont également très liées à tout ce que tu as vécu. Donc qualifier notre musique de magique est un peu prétentieux et peut-être que c’est faux mais, à la fois, j’aime bien [petits rires].

Est-ce que tu utilises beaucoup d’effets ?

Ouais, de la réverb et un délai pour la majeure partie, absolument. Je ne sais pas, il y a quelque chose d’onirique là-dedans. J’ai du mal à croire que nous puissions sortir une chanson qui serait super sèche, qui sonnerait, par exemple, comme Franz Ferdinand, qui est un très bon groupe, mais je ne crois pas que je me sentirais à l’aise à sortir quelque chose d’aussi nu que ça. Peut-être que je n’ai pas assez d’assurance. Parce que c’est super quand tu peux faire ça, juste prendre une chanson et te contenter plus ou moins de prendre une guitare acoustique et la jouer, là tu sais que tu as créé une super chanson, lorsque tu peux te poser avec une guitare et la jouer, ou un piano, ou une flûte… Mais je ne crois pas que ça soit notre style, tout du moins pas aujourd’hui [petits rires].

« C’est très dur de produire de la musique pure. La musique pure, c’est lorsque tu n’as rien d’autre qui lui est rattachée en dehors des notes, [mais] il y a tant de choses qui déforment la musique elle-même, il y a tellement plus en jeu que juste les tonalités. »

Tu as décrit la chanson « The Demon King » comme « une lettre ouverte de quelqu’un qui en a marre d’être dans les griffes des Démons, et qui désormais essaie de directement contacter leurs leader – Le Roi Démon. » Comment interpréter ceci ? Qui sont ces démons et leur leader, le roi démon, pour toi ?

J’ai écrit les paroles et ça parle de moi. Ça parle d’anxiété et de trouble obsessionnel compulsif. Ce n’est vraiment qu’un poème de quelqu’un qui écrit au sujet de son anxiété. Ce n’est pas comme si je pensais que ça allait apporter de l’aide, parce que ce n’est pas le cas [petits rires]. Tu sais, l’anxiété les TOC, par définition, ce sont juste une façon que ton corps a d’envoyer constamment des signaux pour avoir peur des choses. Parce que ça peut être des gens qui se lavent les mains cinquante fois par jour ou ont peur de mal fermer la porte, tout ça vient du fait qu’ils ont peur de quelque chose et se sentent responsables de quelque chose, et essaient de faire les choses bien. Tout comme la prière : si je n’ai pas prié Dieu, ci et ça va se produire, il faut que je lave mes péchés. Après, je ne crois pas en Dieu, quel qu’il soit, mais j’ai ce sentiment, ce qui est très, très bizarre, peut-être est-ce parce que je suis né dans une société où on m’a appris à avoir honte ou me sentir coupable pour quelque chose que je ne pourrais jamais modifier ou changer, mais c’est en moi, c’est dans mon corps. Les gens qui souffrent d’anxiété comprendront. Tu essaies de faire bien, tu essaies de te maintenir à un niveau ou ça va bien tous les jours en faisant ces choses, et c’est de ça dont parle la chanson. Car c’est très épuisant, tu deviens très, très fatigué à cause de ça. Et je pense que tout le monde a un peu de ça en lui, certains plus que d’autres. Donc je me sentais d’écrire à propos de ça, et pourquoi pas ?

Donc tu souffres d’anxiété et de TOC toi-même…

[Rires] Oh oui ! Un peu, mon neveu ! Absolument. Et je ne pense pas avoir un seul ami qui n’en a pas souffert, en fait. Peut-être que certains d’entre eux ne le savent même pas eux-mêmes mais… Certains n’en souffrent pas et je suis content pour eux, mais ouais, bien sûr, absolument.

N’est-ce pas compliqué de souffrir d’anxiété et de TOC lorsque tu dois monter sur scène devant un public, etc. ?

Non. Surtout pas derrière un masque [rires]. Tout va bien. En fait, c’est plus facile de… En fait, c’est un bon environnement parce qu’alors, tu… Ce n’est pas comme le trac, ça n’a rien à voir avec ça parce qu’alors, j’ai une mission et quelque part où me cacher, « j’ai ça, là tout de suite. » Par exemple, si j’étais en train de creuser un putain de trou dans le jardin, et que j’étais fatigué et énervé, et que mes muscles me faisaient mal, je n’aurais probablement pas le temps d’être anxieux. Donc plus tu peux te concentrer sur des choses terre-à-terre, plus tu es occupé, plus tu es fatigué… Si je faisais de l’exercice ou du jogging tous les jours, et que mon corps était super fatigué, ce qui n’est pas le cas, en fait, je fume plein de cigarettes… Donc bien sûr, il y a beaucoup d’anxiété dans mon corps, mais si j’étais vraiment très fatigué et usé, ou si j’étais à l’armée, je n’aurais évidemment pas de temps pour ça. Enfin, d’une façon ou d’une autre, si, mais à la fois, c’est aussi le résultat du fait d’avoir trop de temps entre tes mains.

Est-ce toi le petit garçon sur l’illustration enchaîné au Roi Démon ?

Peut-être ! Je ne sais pas, en fait. C’était juste une très bonne image pour expliquer ce que l’on peut ressentir ou où ça a commencé, car tu ne te sens pas très fort. Ce n’est pas forcément moi. Je ne porte jamais de pyjama bleu [rires]. Mais ouais, en un sens, je suppose que c’est moi et plein d’autre gens. J’ai juste demandé à Dave, l’artiste, de me peindre une image d’un garçon et du Roi Démon.

Est-ce que toi-même, tes propres sentiments et expériences sont tes sources principales d’inspiration ?

La musique, les films, l’art et la vie, globalement, sont mes sources d’inspiration. Il y a tant de choses qui se passent, d’endroits à voir… Tout ! Je ne sais pas, ça fait dix ans que j’ai écrit les paroles de Goodmorning Restrained et elles parlent de tout, des cieux et de la terre, etc. Et là, en fait, les paroles de « Sway » datent de 2004, ça parle d’une fille. Les paroles de « Turn », parfois je ne me rappelle même plus de quoi elles parlent, et lorsque je les lis, elles parlent de quelque chose qui se produit aujourd’hui [petits rires], parfois elles parlent de quelque chose que je ne comprends même pas moi-même. « The Demon King » est probablement l’un des premiers textes que j’ai écrit qui parle clairement de quelque chose que je pense ou ressens. Donc, je ne sais pas, lorsque j’écris des paroles, ce ne sont que des mots qui sonnent bien ensemble, et parfois ça me prend des années pour comprendre « oh, en fait c’est ça que j’essayais de dire ! » C’est très étrange ! C’est probablement quelque chose qui a besoin de sortir et que je ne vois pas moi-même.

Vous avez fait une reprise de la chanson de Bert Sommer « Jennifer ». Qu’est-ce que cette chanson représente pour toi ?

Depuis que je suis gamin, j’ai regardé plein de fois le film de Woodstock, et puis je l’ai vu il y a peut-être dix ans, lorsque j’étais plus ou moins adulte, et j’ai entendu cette chanson et je l’ai adoré. J’ai donc attrapé une guitare et j’ai commencé à la jouer. J’ai découvert que c’était une chanson que j’aimais chanter. C’était facile pour moi à chanter, plus ou moins. Donc depuis lors, je la jouais de temps à autres. Je me suis donc dit : « Autant en faire une reprise ! » Il n’y avait pas de raison particulière. En fait, les paroles parlent d’une fille qui s’appelle Jennifer, et je ne suis même pas sûr de connaître de Jennifer [petits rires]. Ma copine se demande « qui est Jennifer ? » [Rires]

Par le passé, vous avez offert votre musique gratuitement sur internet. Allez-vous continuer sur cette voie ou avez-vous l’intention de plutôt suivre les pratiques standards de l’industrie désormais ?

Ouais, probablement plus les pratiques standards de l’industrie, pour plein de raisons. Lorsque nous avons offert notre album gratuitement en 2008 et 2009, c’était plus ou moins parce que nous étions vraiment fatigués, nous avions recherché des maisons de disques pendant de nombreuses années, et c’était dur à l’époque, les choses ne se concrétisaient pas. Donc nous nous sommes dits : « Et puis merde ! » Donc nous avons monté notre propre boite Claudio et moi, qui s’appelle Sounds Of Zilence, et nous avons offert l’album. Nous nous sommes dit « pourquoi pas ? » C’est mieux que les gens l’entendent plutôt que nous nous asseyons dessus à la maison sans que personne ne l’écoute. Et maintenant, des années après, ce n’était pas une si mauvaise idée, mais je ne suis pas sûr que je le referais aujourd’hui. En partie parce que j’ai sortir des albums au format physique, et si tu n’as pas d’argent, tu ne peux pas le faire, car ça coûte de l’argent de presser un album.

« L’un de mes films préférés était Ivanhoe, avec Anthony Andrews. Il y a une scène avec un chevalier noir, et il se trouve que c’est le roi d’Angleterre, Richard Cœur De Lion, et personne ne sait qui c’est. Il a un signe sur son bouclier et c’est le symbole oméga, donc je le lui ai volé ! [Petits rires] »

Au début de cette interview, tu as dit que lorsque vous avez formé le groupe, « toute l’idée était de devenir mondialement célèbres », et c’est aussi quelque chose qui est précisé sur votre page Facebook. Avez-vous toujours l’ambition de percer et devenir gros avec MCC ?

Ouais, absolument. En fait, c’est dur à dire ce qui permet d’avoir du succès mais, évidemment, nous adorerions jouer devant plein de monde et que plein de gens écoutent et entendent notre musique, absolument. C’est l’ambition, depuis le premier jour. Evidemment, on apprend beaucoup durant toutes ces années dans Ghost et sur les tournées, sur la route, peu importe. Mais ouais, c’est toujours l’ambition. Nous aimons la musique que nous faisons et, bien sûr, nous serions encore plus heureux si d’autres l’aimaient aussi. Ensuite, évidemment, il y a toujours la question de savoir ce qu’on est prêt à faire pour que les gens viennent nous voir et nous écoutent. Je dis ça par rapport aux groupes qu’on qualifie de vendus, ou peu importe, et qui sont accusés de créer de la musique uniquement pour plaire aux autres ou gagner des clients. Mais ouais, nous voulons absolument plaire à plein de gens. Comment ? Ça, je le garde pour moi. Mais nous ne voudrions pas plaire à tout le monde non plus, ce serait dégoûtant parce que je ne sais pas qu’elle musique ça ferait [rires].

Et quelles sont tes plans pour réussir ?

Simplement rester chez moi et attendre ! [Petits rires] Non, nous composons le prochain album en ce moment et nous allons donner des concerts durant l’automne et l’hiver, pour ce qu’il en est aujourd’hui, mais nous ne sommes pas encore super prêts pour ça. Donc nous avançons avec prudence pour le moment, car il y a beaucoup de choses à faire. Autant pour les gens en dehors du groupe le temps peut sembler long, autant pour moi le temps passe extrêmement vite. Nous avons enregistré The Demon King en octobre, et il est sorti hier, alors que ça parait être la semaine dernière. Et nous sommes sur un tout petit label local aujourd’hui pour nous aider à démarrer. On verra ce qui se passera à l’avenir. Pour le moment, nous devons commencer à jouer devant des gens et « promouvoir notre musique », comme ils disent.

Vas-tu tirer profit de choses que tu as apprises durant ton temps dans Ghost ? Parce que ce groupe a très rapidement eu du succès ! Du coup, il y a probablement quelques trucs à apprendre et utiliser…

Bien sûr ! Autrement je serais stupide ! Et je ne le suis pas [petits rires]. Absolument. En fait, tout ce que tu apprends… Tu apprends de diverses choses dans la vie mais avec Ghost, j’ai énormément appris, et évidemment, il faut que je tire profit des bonnes choses qu’il y a là-dedans pour MCC.

Et qu’as-tu appris ?

Ça, je vais le garder pour moi [rires].

C’est la recette secrète du succès…

Non, je ne dirais pas ça. Je pense qu’il y a beaucoup de chance, beaucoup de dur labeur et beaucoup de stratégies intelligentes, mais je ne dirais pas qu’il y a de recette, autrement plein de gens la suivrait, or ce n’est pas le cas [petits rires].

On t’a connu dans Ghost comme étant la Nameless Ghoul Omega en raison du signe oméga sur ta guitare. Qu’est-ce que ce symbole signifie pour toi ?

C’est débile ! Ça a commencé lorsque j’étais gamin parce que j’étais porté sur les films médiévaux. L’un des plus beaux films jamais réalisés s’appelle Excalibur, de 1981, le film de John Boorman. Il y a un magnifique masque que l’un des personnages porte, nous nous en sommes inspirés lorsque nous avons créé les masques des goules plus tard, avec les cheveux et tout, ça vient de ce masque mélangé à d’autres trucs. Donc, somme toute, le truc médiéval, c’est là depuis toujours, et lorsque j’étais gamin, l’un de mes films préférés était Ivanhoe, avec Anthony Andrews. Il y a une scène avec un chevalier noir, et il se trouve que c’est le roi d’Angleterre, Richard Cœur De Lion, et personne ne sait qui c’est. Il a un signe sur son bouclier et c’est le symbole oméga, donc je le lui ai volé ! [Petits rires] Et bien sûr, j’aime les symboles. Tu as vu les symboles qu’on utilise pour toutes les autres goules, l’éther, la terre, le vent, l’eau et le feu. Donc j’adore les symboles, de toute évidence. Avant, j’avais mon symbole, le symbole de l’éther, sur l’une des guitares, mais ensuite, je me suis dit : « Bon, je ne peux pas avoir deux guitares qui se ressemblent. » Car j’avais deux Gibson RD noires, et il fallait que je leur donne au moins un look un peu différent l’une de l’autre. Donc j’ai simplement mis le signe oméga sur l’autre guitare. C’était ma guitare de backup mais, pour une raison étrange, celle-ci paraissait plus agréable à jouer, donc j’ai commencé à ne jouer que sur celle-là pendant un moment, et puis ils ont commencé à m’appeler Omega.

Tu étais connu par les fans pour être le plus grand show man de toutes les goules sur scène. Quelle est ta relation à la scène et au contexte live ?

C’est difficile à dire. Je ne sais pas vraiment parce que… En fait, je ne dirais pas que je suis un gars timide, car je ne le suis certainement pas, mais pour ce qui est de, disons, danser dans une boite de nuit, je n’oserais jamais ; je ne danse jamais, même si j’aime un peu danser, comme certaines personnes ont pu le constater lorsque je joue en concert [petits rires]. Au début avec Ghost, je ne bougeais pas du tout et c’était un peu le but, et puis après un moment, tu gagnes en confiance, tu te sens de mieux en mieux. Je ne sais pas, c’est simplement en moi. Je n’avais pas de réelle stratégie ou une chorégraphie, j’ai juste commencé à bouger. Peut-être qu’au début c’était aussi pour faire chier des gens dans le public parce qu’ils étaient tellement putain de cool, il y avait plein d’idiots au premier rang qui voulaient que nous soyons ce qu’ils avaient décidé que nous devions être, et j’étais là : « Va te faire foutre, mec ! C’est notre groupe, pas le tiens, va te faire foutre ! Ne me dit pas ce que je dois faire. » [Petits rires] Je ne dirais pas que j’étais un rebelle qui dansait, vraiment, mais… Mais je ne sais pas pour ce qui est d’être un show man, c’est juste que j’aime bouger ! Ça faisait du bien. Après un temps, c’était difficile aussi, parce que si c’était une très longue tournée et les gens s’attendaient à ce que je sois là debout à swinger sur une chanson en particulier, ou peu importe, je ne le faisais pas parce que j’étais là : « Je suis trop fatigué aujourd’hui ! Va te faire foutre mec ! Je ne peux pas le faire. Je ne me sens pas de le faire. Ça vient quand ça vient. »

Est-ce que ton attitude est la même lorsque tu es masqué et démasqué ?

Je ne le sais pas encore ! Je n’ai pas joué un seul concert depuis Ghost, donc je ne sais pas. On verra ! [Rires] Je n’espère pas ! Peut-être que j’essaierais d’avoir l’air cool et que je resterais dans un coin avec un chapeau noir, je ne sais pas, je n’en ai aucune idée.

Interview réalisée par téléphone le 6 mai 2017 par Nicolas Gricourt.
Retranscription et traduction : Nicolas Gricourt.

Site officiel de Magna Carta Cartel : www.mcc-official.com.

Acheter l’album The Demon King.



Laisser un commentaire

  • Metallicat dit :

    Subvision !!!! ça pique les yeux subdivision …

    [Reply]

  • Merci pour cette interview plein de details, pour une fois qu’un truc aussi complet et exclusif sort en français. En apprendre d’avantage sur MCC et Tid rempli mon petit coeur de joie . Il est partagé un peu partout parmi les fans anglophones et ils apprécient vraiment le contenu

    [Reply]

  • L’ EP est juste excellent . grand potentiel en vue pour ce combo de qualité.

    [Reply]

  • Trés bonne itw ! Vivmeent la suite !
    On peut avoir un teaser ? Vous allez parler de SubDivision ?
    En tout cas le mec à l’air bien à l’aise dans sa vie c’est cool !

    [Reply]

    Spaceman

    Merci. Un teaser par rapport à la seconde partie de l’interview ? Je peux dire par exemple qu’il nous parlera d’Asterix (oui, le gaulois) et son influence sur le dernier disque de Tid sorti l’an passé…

    Non, on n’a pas parlé de SubDivision parce qu’on a déjà passé 1h30 au téléphone avec lui, il faut aussi en laisser pour la prochaine fois 😉

    Pok

    Astérix et Tid? ça c’est du teasing ! Maintenant j’ai hâte !
    1h30.. vache, vous êtiez motivé (lui comme vous)

  • Arrow
    Arrow
    Rob Zombie @ Hellfest
    Slider
  • 1/3