ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

CR De Festival    Live Report   

Main Square 2014 : La musique du diable prend d’assaut la Citadelle


Pour fêter ses 10 ans, le Main Square Festival a décidé de mettre les petits plats dans les grands en proposant, non pas trois jours de musique comme à son habitude, mais quatre ! Le festival démarrant exceptionnellement les hostilités le jeudi par une journée spéciale entièrement consacrée au metal. Le 3 juillet dernier, les groupes Ghost, Mastodon, Alice In Chains et Iron Maiden ont donc posé leurs valises à Arras alors que lors des trois jours suivants Skirllex, Stromae, David Guetta, Détroit et beaucoup d’autres artistes ont foulé les planches du Main Square Festival qui, cette année, a réuni plus de 135 000 personnes.

On vous en parle dans un compte-rendu illustré.

Événement : Main Square Festival
Date : Du 3 au 6 juillet 2014
Lieu : Arras (62)

Ghost : le défi de la messe en plein jour.

Il est 17h15 quand Ghost ouvre le bal de ce dixième Main Square devant un public encore peu nombreux (jeudi oblige ?). Il y a de l’espace sur le site et c’est sous un soleil écrasant que les Suédois attaquent leur set avec les désormais connues ghoules emmitouflées de noir emmenées par Papa Emeritus II en évêque du metal. Sans son sceptre, remarqueront les plus attentifs. Le public présent apprécie la prestation basée sur le metal planant et parfois popisant du groupe. Sur scène, les ghoules mouillent leurs chemises, occupant l’espace. « Monstrance Clock » offrira l’occasion aux fans de donner de la voix et permet de constater que les bras se tendent au-delà des premiers rangs. En quarante-cinq minutes, les Suédois ont assuré le job même si la formule est désormais connue et que la lumière du jour diminue l’impact visuel du groupe. Ce constat est probablement vrai pour tous les combos mais dans le cas de Ghost, l’aura de mystère que pourraient procurer des lumières dans la pénombre de la nuit, soulignant la musique, manque vraiment pour convertir les non-initiés.

Setlist :

Year Zero
Con Clavi Con Dio
Elizabeth
Prime Mover
Stand By Him
If You Have Ghosts
Ritual
Monstrance Clock

Mastodon sur scène : un peu trop introspectif ?

Le fond de scène est habillé désormais d’une tenture reprenant la pochette colorée de l’album « Once More ‘Round The Sun » tout fraîchement sorti par les Américains de Mastodon qui affichent mine de rien plus de dix années d’expérience. Avec une setlist qui s’appuie de manière équilibrée sur quasiment l’ensemble de leur discographie, les quatre gars d’Atlanta proposent une prestation très statique et introspective. Un peu trop ? Pour l’instant seul le soleil reste chaud. En effet, même si le public apprécie, comme le prouve les applaudissements, l’ambiance reste très calme dans la Citadelle d’Arras. Tiède. Brann Dailor, aux fûts, haranguera bien le public mais trop peu pour enflammer les foules. Cette réserve contraste vraiment avec la musique puissante du groupe. Les fans des Américains objecteront que Mastodon fonctionne ainsi. Certes. La conséquence n’en reste pas moins que nous sommes chanceux que le soleil soit là pour chauffer les esprits car ce qui se passe sur scène ne galvanise pas la foule. De plus, comme avec Ghost, le son n’est pas le meilleur qui soit. Dommage. Alors que Ghost avait tout juste chauffé la place, l’ambiance retombe donc un peu. Assez curieuse situation que cette citadelle très tranquille après le passage de deux groupes de metal. Ne cherchons pas très loin l’explication. Elle se trouve dans le calme des prestations, ou en tout cas au moins dans le manque d’interactions avec le public.

Setlist :

Black Tongue
Divinations
Bladecatcher
Crystal Skull
Megalodon
The Motherload
Blasteroid
Chimes at Midnight
High Road
Aqua Dementia

Arrêtons-nous un instant sur le cadre d’accueil du festival. Le site est donc une citadelle et accueille une grande scène principale (la Mainstage entourée de bâtiments en briques donnant un certain cachet au site) et une autre scène plus modeste (la GreenRoom, et sa verte pelouse) qui ne commencera à recevoir ses premiers groupes que le lendemain. Au milieu, une église ! Côté pratique : stands de nourritures, toilettes, points d’eau, passerelles PMR sont présents. Rien de plus normal, nous sommes dans un festival qui a plusieurs années d’expérience. Quelques arbres offrent une ombre bien utile pour ce premier jour ensoleillé. Enfin, deux écrans sont installés de chaque côté de la Mainstage et retransmettent des images des prestations. Voilà, vous savez tout. Il ne vous reste plus qu’à profiter d’Alice In Chains.

Un gage de qualité nommé Alice In Chains.

Seule date de l’été prévue en France, le passage à Arras des Américains a un caractère événementiel indéniable. Mouvement grunge vers Seattle, fin des années 80, années 90, tout le monde connaît ? Pearl Jam ? Nirvana ? Et bien Alice In Chains faisait partie de cette bande et connut un succès certain. En 2002, son chanteur originel, Layne Staley, décède d’une overdose et c’est désormais William DuVal qui œuvre à ce poste. Sur scène, de grandes tentures rouges habillent élégamment le fond de scène. Les hommes sont sombrement vêtus de noir. Sans un grand déploiement de moyen, la formation installe une ambiance avec une certaine classe. Le son est heureusement bien meilleur. L’animation scénique progresse aussi avec des musiciens assez charismatiques qui occupent bien l’espace. En particulier William et Mike Inez, le bassiste. Le public est un petit peu plus chaud et répond aux harangues du chanteur. Rien de transcendant non plus, l’ensemble de la fosse restant toujours aussi sage. Trop chaud pour sauter ? Ou prestation pas assez enlevée ?

Le guitariste Jerry Cantrell dira avoir passé un bon moment et espère qu’il en est de même pour le public. Il confie par ailleurs être content de partager la même scène que la Vierge de Fer et être impatient de les voir. Alice In Chains termine avec l’un de ses nombreux classiques, « Rooster », après avoir joué d’autres titres emblématiques comme « Man In The Box » ou « We Die Young » sans oublier « Hollow » et « Stone » issues du dernier album, sorti en 2013, The Devil Puts Dinosaurs Here. Quelques jets de mediators plus tard, le groupe quitte la scène, salué par la foule.

Setlist :

Them Bones
Dam That River
Check My Brain
Again
Hollow
Man in the Box
No Excuses
Stone
We Die Young
It Ain’t Like That
Would?
Rooster

La Citadelle !

« Doctor, Doctor » de UFO résonne annonçant comme le veut l’usage l’arrivée imminente des Anglais d’Iron Maiden. « Moonchild » entame les hostilités sous l’accueil fervent du public. Ouf, nous avions crû les Arrageois peu fans de metal jusqu’à présent. « Can I Play With Madness » continue l’exploration de Seventh Son Of The Seventh Son. Le décor est de glace, reprenant la thématique du huitième album d’Iron Maiden, avec une étrange apparence un peu toc. La lumière du jour ne lui serait-elle pas favorable ?

« Scream for me Arras » hurle Dickinson avant que ne démarre « Two Minutes to Midnight ». En fond de scène, les tableaux défilent, représentant Eddie. C’est vraiment réussi. Il est 21H passé et la nuit n’est toujours pas tombée. Dommage pour l’impact visuel qui perd clairement en percussion. La nuit sied tellement mieux à un concert ! En ce début de prestation, la voix du chanteur accuse légèrement le poids des ans. Normal. Le public n’en a cure et entonne spontanément des « Maiden ! Maiden ! ». « Moins vite, je suis un vieil homme » plaisante Bruce. « Est-ce le HellFest ici ? » continue-t-il. « C’est gentil avec une église. Où est le diable ? » En français dans le texte évidemment. « C’est la première fois pour nous ici et pour vous avec nous » dit-il avant de lancer « Revelation » qui réveille encore un peu plus la Citadelle qui scande avec bonheur des « Hey ! Hey ! ».

Le chanteur est définitivement un grand leader qui surfe sur l’actualité sportive en encourageant les Bleus pour leur match du lendemain (contre l’Allemagne), disant un petit mot sur l’équipe anglaise. Fort à propos. Et efficace. Dans la foule, les élans se libèrent : une fille juchée sur des épaules se voit à l’écran et… montre ses seins. Alors, Steel Panther, c’est pas ici, ma p’tite dame ! La suite est plutôt connue. Des titres imparables, « The Trooper », « The Number Of The Beast » etc., Eddie sous différentes formes, des musiciens inspirés, un zeste de pyrotechnie, quelques incursions dans la discographie post Seventh Son comme « Wasted Years » ou « Fear Of The Dark », des costumes. Un concert d’Iron Maiden en somme, avec Bruce en fer de lance qui court partout et qui prouve sur le morceau « Seventh Son Of The Seventh Son » qu’il a encore de la voix. Peut-être lui fallait-il juste un peu de temps pour se chauffer ? Ce titre donnera par ailleurs l’occasion aux musiciens de se lancer dans un énorme instrumental. En 1H45 de show, Iron Maiden aura prouvé que la routine pouvait être belle et efficace. Quel spectacle ! Attention tout de même à laisser désormais de côté cette tournée. Groupe et public devraient en avoir fait le tour après les passages de Maiden au Hellfest, à Bercy ou encore au Sonisphere France. Il ne faudrait donc pas que la routine se transforme en lassitude, que Maiden devienne un de ces gros dinosaures empâtés de la fin des années soixante-dix que les punks ont chassé à coups de riffs et de rangers. Mais y a-t-il des punks au XXI° siècle ?! Quant à la Vierge de Fer, elle a toujours su se renouveler. Pas de raisons que cela s’arrête. Alors le groupe peut quitter tranquille Arras sur un dernier « Sanctuary », les fans du jour ont vraiment apprécié le concert. Et reviendront assurément revoir nos anglais metalliques.

Il était grand temps que quelqu’un réveille le Main Square, étrangement calme en ce premier jour. Et pour cela, on peut toujours compter sur « Eddie and the boys ». Même si un set un peu plus long aurait par exemple permis de jouer le classique et magnifique « Hallowed By The Name », voire le cas échéant, le jouer à la place de « Seventh Son… ».

Setlist :

Moonchild
Can I Play With Madness
The Prisoner
2 Minutes To Midnight
Revelations
The Trooper
The Number Of The Beast
Phantom Of The Opera
Run To The Hills
Wasted Years
Seventh Son Of A Seventh Son
Fear Of The Dark
Iron Maiden

Rappels :
Aces High
The Evil That Men Do
Sanctuary

PS : Perspicaces que vous êtes, vous avez sûrement remarqué que Radio Metal n’a produit aucune photo de la Vierge de Fer. Logique, Radio Metal n’a pas eu d’accréditation pour le groupe comme d’autres médias d’ailleurs qui eux aussi avaient pourtant fait le déplacement pour. Il serait ainsi intéressant de savoir qui, au final, gère l’attribution des pass photos entre l’organisation, le groupe ou son management. Tout le monde ? Personne ? Allez savoir. Il est en tout cas bien difficile de comprendre, entre autres, pourquoi shooter Iron Maiden au Hellfest est possible et pourquoi, quelques jours après, shooter Iron Maiden au Main Square devient impossible.

Ambiance !

Le metal c’est de l’amour !

Classe !

A voir également :

Galerie photos Ghost.
Galerie photos Mastodon.
Galerie photos Alice In Chains.



Laisser un commentaire

  • Je pense la même chose en ce qui concerne l’entrée au concert et comme beaucoup de monde j’ai loupé Ghost ce qui ma gâché mon concert mais à Arras c’est une habitude car j’ai été voir Métallica y’a quelques années et j’ai loupé le premier groupe et le début du deuxième je me demande si j’irais revoir un concert dans cette ville Pourquoi faire commencer un concert alors qu’un grand pourcentage du public est encore dehors.

    [Reply]

  • Perso, après le Hellfest, le Mainsquare, c’était la déprime. Un service de sécu débordé, qui fait rentrer les gens au compte goute alors que le premier concert est déjà commencé. Zéro ambiance, avec visiblement bien trop de personnes avec un pass 4 jours et donc qui sont venus par hasard. Devant moi y’avait quand même une femme qui a frappé un mec parce qu’il est passé devant elle. Elle a même menacé d’écraser le prochain slammeur qui tomberait -et je peux vous assurer qu’il n’auarait pas aimé, vu les 120kg bien tassés de cette dame-, à mon avis elle ferait mieux de s’acheter un dvd live plutôt que d’aller au concert.
    Et le service de sécu qui renvoyait les slammeurs dans le public, je dis chapeau.

    Je peux pas vraiment vous donner un avis sur Ghost, puisque je n’ai eu la « chance » de voir que les 10 dernières minutes.
    De même Mastodon, je suis parti ma balader.
    Alice in Chains, c’était d’un ennui… Plat, plat, plat…
    Et MAiden, du grand Maiden, égaux à eux même. Le public a commencé à se réveiller sur Number of the beast, il était temps.

    [Reply]

    Eddie

    Je vois qu’on a vécu la même galère ^^ j’espère pour toi que ta pas fait la deuxième journée, j’ai cru que j’allais me pendre…. Vivement le Motocultor ^^

  • Pour ghost en effet l’entree etait tellement laborieuse que beaucoup on du louper le concert. L’intro raisonnait quand je suis passé dans l’alcove de pierre qui sert d’entree ( et d’affreux goulot d’etranglement a la sortie ) cette premiere journee etait tres agreable dans la bonne humeur metalleuse. Par contre le lendemain était affreux. On avait prit 2 jours car ma cherie voulait voit les blues men de black keys et les stoners Triggerfinger. Le probleme ? Avoir programmer imagine dragon et skrillex le meme jour. Donc plus aucuns metalleux a l’horizon. Une ambiance merdique. Des gens penibles et lourds 🙁 jai cru que jallais faire une crise d’agoraphobie x) heureusement que ma paire de rangers etaient la pour faire du vide ahah. Apres cest sur ca permet de bien se rendre compte du fossé entre « festival de musique  » et festival de metal. cest la derniere fois qu’on fait un festoch de ce genre. Et puis merde c’etait quoi cette organisation du camping ?

    [Reply]

    Azrathorn

    Ahahah ! Camping payant ! :’)

    Eddie

    Eheh ^^ oui déjà, mais a la limite si ça avait été bien je dit pas. Mais la 8€ la nuit dans un champ minable et 2€ pour CHAQUES douches ( si ont peu appeler ça des douches ) X) , un service inexistant, une fouille rectale a chaque entrée dans le camping, sachant que le dit camping est situé à a 1.5km du fest’ accessible uniquement a pied, etc je m’arrête la. Franchement, je suis quelqu’un de cool et je me contente de peu mais la c’était du grand n’importe quoi.

  • En fait il y avait personne pour ghost, puisque tout le monde attendait à l’entrée, car la file avançait à 2 à l’heure, j’ai attendu plus de 1h avant de rentrer et par conséquent raté ghost

    [Reply]

    Azrathorn

    C’est pas avec trois vigiles qui en plus se permettaient de discuter en faisant attendre le public que ça pouvait avancer.

  • Petite précision la scène est aux couleurs du septième album et non du huitième. Et Wasted Years n’est pas un titre post Seven Son of a Seven Son puisqu’il est sorti avant. 😉

    Et merci pour le report qui permet de revivre un poil cette journée plus que sympathique.

    [Reply]

  • Comme vous l’avez dit, il m’a manqué mon petit Hallowed be Thy Name. Sinon tout était très bien pour Maiden 😀

    [Reply]

    jeffrey lebowski

    pareil..

  • Juste dommage que pour les prestations de Mastodon et de Alice in Chains, le son ait été bien trop saturé, ce qui n’était pas le cas pour Iron Maiden

    [Reply]

  • Lycanthropia62 dit :

    Pour quand la galerie photo Maiden ?

    [Reply]

    Azrathorn

    Relis le PS.

  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3