ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Mais que se passe-t-il au Raismes Fest ?


La communication est une denrée rare et à préserver. Mais parfois, même malgré des années de présence mutuelle, le lien ne se fait plus et le fil finit par rompre. C’est un peu ce qui s’est passé le mois dernier au Raismes Fest où près de sept personnes ont quitté l’organisation du festival. La raison ? Un conflit de personnes. Un problème entre jeunes et vieux pourrait-on dire pour caricaturer.

Jean-Philippe Sienkiewicz est le fondateur du festival. Il a pour lui la légitimité et l’expérience. Voyant que le festival se développait, Jean-Philippe a réussi à s’entourer des bonnes personnes. Et ce dans tous les domaines. Si Jean-Philippe et Philippe Delory (arrivé en 2005) s’occupent de la programmation du festival, la communication du Raimes Fest a eu besoin d’être réajustée ces dernières années. Et cela a été notamment le cas grâce au travail bénévole de fourmis réalisé par les David, Michel, Olivier ainsi que beaucoup d’autres membres du festival. Des personnages importants à des postes clés qui ont, aujourd’hui, quitté le navire. Une manière de faire assez brutale qui a d’ailleurs été mal vue par certains membres de la Mairie de Raismes. Cette dernière subventionnant largement le festival.


ADX au Raismes Fest 2009

Mais la raison de tous ces départs est profonde. Car deux clans se sont dessinés. Celui de Philippe, Jean-Philippe et Rémy Kostrzewa (Mairie) d’une part, trois personnes sur la même longueur d’onde, et celui, plus jeune, représenté par le reste de l’équipe chargé de la promotion de l’événement d’autre part. Michel Denimal, un personnage clé de l’Histoire occupant un rôle non-négligeable au sein de la commission programmation, rejoignant le camp de la deuxième catégorie. Cela faisait près de deux ans que le courant ne passait plus entre les deux clans. Michel, David et les autres démissionnaires considéraient notamment que Jean-Philippe et Philippe se contrefichaient de leurs avis à propos de la programmation du festival. Idem pour les requêtes des forumeurs qui ont l’habitude de proposer des noms d’artistes sur le site du Raismes Fest.

Par ailleurs, l’équipe partante avait une conviction : à force de faire venir pour des sommes importantes des artistes sans véritable actualité comme Uli Jon Roth ou Glenn Hugues, le Raismes Fest allait finir par se casser la gueule. ..Il est vrai que, depuis quelques années, le public assiste à une certaine redondance des groupes présents à l’affiche du Raismes Fest. A titre d’exemple, pour l’édition 2010 à venir, beaucoup d’artistes annoncés se sont déjà produits sur les lieux du festival. C’est le cas de Freak Kitchen, Die Apokaloptischen Reiter ou encore Karelia. Pourtant, pour continuer à se développer, un festival tel que le Raismes Fest n’est-il pas obligé, surtout dans l’affiche proposée, de chercher à se renouveler ?

Aujourd’hui, en tout cas, l’on a l’impression que le Raismes Fest est en train d’atteindre une certaine forme de limite. Une limite due au fait que préserver la bonne ambiance d’un festival, sur une si petite configuration, est aussi liée à la venue de groupes que certains parmi les fans qualifieront de « mineurs ». Donc si l’orga assure dans ces colonnes que la pérennité du festival n’est pas remise en cause par les départs et par les autres difficultés, il paraît quand même légitime de s’interroger sur l’avenir du Raismes Fest. Les démissionnaires vont-ils être tous remplacés efficacement ? Par ailleurs, la fin du partenariat avec le Metal Female Voices Fest n’est-il pas le signe d’erreurs internes dans le domaine de la communication ?

En effet, le Raismes Fest et le Metal Female Voices Fest s’étaient récemment associés dans le cadre d’une promotion mutuelle mais, peu réputé pour sa capacité à communiquer, le Metal Female Voices Fest n’a visiblement pas apprécié que le Raismes Fest travaille en parallèle avec le Power Prog And Metal Festival, un autre festival belge avec Scorpions en tête d’affiche, qui se déroulera à Mons le 10 avril prochain. D’où l’arrêt de ce partenariat par le Metal Female Voices Fest.

Bilan : malgré toutes ces difficultés, le Raismes Fest va devoir faire preuve de courage pour rebondir et continuer à progresser. Mais en est-il seulement capable ? Un festival repose avant tout sur son public. Si ce dernier ne se retrouve plus dans l’affiche proposée, ou dans l’ambiance si particulière du château de la princesse d’Arenberg, alors le festival pourrait connaître des moments encore plus difficiles.

Radio Metal, pour aller plus loin, a choisi de donner la parole à Rémy Kostrzewa (responsable du service culturel de la ville de Raismes) et Philippe Delory (responsable logistique/membre de la commission programmation du festival). Voici un entretien sans langue de bois avec Rémy qui a validé toutes les réponses de Philippe.


Pain au Raismes Fest 2009
Une vague de démission (près de sept) a touché l’organisation du Raismes Fest le mois dernier. Quelle en est la raison ?

Ce serait plutôt aux démissionnaires de répondre à cette question. Certains souhaitaient changer l’esprit du festival à travers une programmation plus extrême, d’autres ont simplement suivi le mouvement. Disons que la situation, notamment dans la commission « programmation », devenait ingérable. Depuis deux ans, c’était un conflit quasi permanent. Au début c’était par divergences de goûts musicaux, ce qui est somme toute normal, mais on arrivait quand même à un compromis relativement facilement. Tous les groupes étaient choisis au vote, donc tout à fait démocratiquement. Les désaccords initiaux se sont transformés pour deux des principaux démissionnaires (ndlr : Michel et David) en rancune personnelle, accompagnée de désinformation systématique à destination d’autres organisateurs, de gens extérieurs à l’organisation et même à des partenaires qui, du coup, nous voient maintenant comme de « grands méchants qui ont tous les défauts ». Il suffit de lire tes questions pour s’en rendre compte ! (ndlr : En rédigeant cet article, et en donnant la parole aux principaux intéressés, Radio Metal a simplement tenté d’expliquer à ses lecteurs une situation complexe. Nous laissons chacun libre de juger notre désir d’objectivité.) Donc David a démissionné en balançant sur le forum un message pas franchement objectif et plein de contre-vérités (les raisons de son départ et le fait que, soi-disant, nous nous moquons complètement de ce que les forumeurs proposent comme groupes…). Michel a suivi, à l’instar d’autres personnes qu’il avait « mis dans sa poche »…

Vu de l’extérieur, on peut parler de conflit entre l’ancienne génération (Jean-Philippe et Philippe) et ceux qui étaient venus après. Pourquoi n’êtes-vous parvenus à vous entendre alors que vous vous connaissez tous depuis un certain temps maintenant ?

C’est totalement faux. Voilà encore une preuve de désinformation systématique. Philippe est arrivé dans l’organisation en 2005, en même temps que Michel qui est le plus âgé de nous tous. Il n’est donc pas question de conflit entre « vieux » et « jeunes » ni entre « anciens » et « nouveaux » organisateurs…

Michel et David avaient aussi leur mot à dire sur la programmation du festival. Vu de l’extérieur, les personnes qui ont choisi de quitter le navire avaient un rôle non négligeable. Leur départ remet-il en cause la pérennité du festival ?

En aucun cas leur départ ne remettra en cause la pérennité du festival.

Dans la commission programmation, chacun propose des groupes bien sûr. Et chacun dispose d’une voix. Donc le fonctionnement est tout à fait démocratique. Il n’est pas question ici de minimiser le rôle des démissionnaires mais juste d’être tout à fait objectif. Depuis l’édition 2007, il faut savoir que plus de 80% des groupes qui sont passés au Raismes Fest sur la grande scène ont été négociés par Jean-Philippe et Philippe. Sur la petite scène quasiment 100% des groupes ont été négociés par Jean-Philippe. On parle ici de négociation avec les agents, et non de propositions de groupes ou de choix au vote, ce qui est autrement plus difficile. Surtout avec les gros groupes étrangers. Il faut donc relativiser l’impact de ces démissions sur le travail de la commission programmation qui fonctionne d’ailleurs on ne peut mieux !

D’autre part, les personnes qui sont parties n’avaient pas toutes des responsabilités importantes au sein de l’organisation, au sens strict du mot « organiser ». Certaines d’entre elles donnaient une aide plus ou moins ponctuelle, indispensable certes, mais n’étaient pas ce qu’on appelle « organisateurs». Là aussi, certains en ont fait des tonnes au niveau des annonces…mais ces personnes faisaient partie de la commission « communication ». Au niveau de la communication, sache que les démissionnaires n’ont rien à voir avec les actions FNAC Valenciennes, les articles dans La Voix du Nord, les pubs et articles dans Rock Hard, la promo sur la radio belge Classic 21, sur le plus gros site belge de musique rock « Music in Belgium », avec la promo sur la chaîne de télé WEO ni avec le concours organisé en 2009 pour faire gagner les deux guitares Gibson. Pour les autres et nombreuses tâches de la communication, nous avons déjà recruté des remplaçants.

Donc là non plus, il ne faut pas crier à la catastrophe…

Quelle a été la réaction de la Mairie de Raismes par rapport à tout ça. Je suppose qu’elle doit voir d’un mauvais ?il cette actualité…

La Mairie, par la voix de son Maire, a encore rappelé récemment son soutien au festival. Nos partenaires sont parfaitement conscients qu’un festival organisé collégialement est soumis à ce genre d’aléas : des personnes souhaitent s’investir durant quelques années puis décident, pour des raisons personnelles, de changer d’horizon.

La programmation du festival faisait partie des sujets délicats entre les démissionnaires et vous. Concrètement, des artistes comme Uli Jon Roth ou encore Glenn Hughes ont-ils, selon vous, encore leur place au Raismes Fest pour faire déplacer votre public ? Il semble que l’équipe partante considère que non. Quel est votre avis là-dessus ?

Le Raismes Fest a une identité, un esprit que ceux qui le suivent depuis longtemps connaissent. Il est hors de question d’en disconvenir. Si depuis quelques années, la programmation s’est ouverte à des styles plus extrêmes, il n’en reste pas moins que le festival doit garder son image classic rock/hard rock/heavy.

Malgré tout, ont été invités au Raismes Fest des groupes tels que Dagoba , Black Bomb A , Watcha , Finntroll, Korpiklaani, Mass Hysteria, Die Apokalyptischen Reiter (en 2008) et Pain. Donc pas vraiment des groupes de classic rock/hard rock…Et ce ne sont pas les démissionnaires qui sont à l’origine de la venue de ces groupes. Donc cherchez l’erreur. Et oui, bien sûr que des groupes comme Glenn Hughes, Uli Jon Roth, Saxon ou MSG ont leur place au Raismes Fest. Un public nombreux vient spécialement pour les voir, surtout que ce sont des groupes rares en live. Aucun autre festival en France ne les propose. Un « vieux »groupe comme Y&T en 2008 a d’ailleurs fait l’unanimité. Ils sont d’ailleurs programmés au Hellfest cette année. Nous avons été les premiers à les faire jouer en France depuis 25 ans. Et puis il ne faut pas oublier que de plus en plus de jeunes écoutent ce genre de groupes, en les découvrant via des jeux vidéos tels « Guitar Hero » ou « Rock Band ».Il y a un « revival » de ce type de musique. Il n’y a qu’à voir des groupes qui cartonnent comme Airbourne, Wolfmother ou Black Stone Cherry…

Ces groupes classic/hard rock/heavy font l’identité du festival. C’est ça qui nous permet d’avoir un public varié et qui va de 13 à 60 ans ! Le Raismes Fest n’est pas un festival de musique extrême. TOUS les festivals metal en France sont composés à 90%, voire à 100%, de musique extrême. Quel serait l’intérêt de faire de même à Raismes ? Au contraire, nous sommes fiers d’être les seuls en France à faire passer certains artistes qui tournent par ailleurs dans toute l’Europe.


Epica au Raismes Fest 2009
Sur la programmation toujours, il vous a été reproché de ne pas tenir compte des avis du public sur le forum du Raismes Fest. Que pouvez-vous répondre à ces critiques ?

C’est évidemment complètement faux. Ceux qui font courir ce bruit (David et Michel) sont ceux qui étaient jusqu’alors les interlocuteurs privilégiés des forumeurs du Raismes Fest puisqu’ils faisaient partie de la commission programmation jusqu’à ce qu’ils démissionnent. Désinformation, quand tu nous tiens … Depuis qu’ils sont partis, Philippe a pris le relais et informe les forumeurs de l’avancement de l’affiche.

L’édition 2010 part donc sur des bases difficiles. N’avez-vous pas peur que tous ces soucis internes nuisent à la bonne ambiance du festival qui est l’une des pièces maîtresses de votre réussite ?

Les soucis internes ont été réglés et sont même oubliés. Nous sommes aujourd’hui attachés à boucler au plus vite la programmation et on peut te dire qu’il y avait bien longtemps que nous n’avions pas travaillé dans une ambiance aussi sereine. Que ça fait du bien ! Quant à l’ambiance « légendaire » du festival, que personne ne s’inquiète : elle sera encore et toujours au rendez-vous.

Justement le modèle du Raismes Fest actuel (une petite configuration pour une affiche de qualité) est-il encore viable aujourd’hui? Concilier une ambiance chaleureuse et une affiche toujours attractive ne doit pas être chose aisée pour les organisateurs que vous êtes. Le Raismes Fest n’est-il pas en train d’atteindre une certaine forme de limite dans sa capacité à se développer ?

C’est justement parce que le Raismes Fest n’a jamais pris la « grosse tête » qu’il a prouvé sa viabilité depuis 12 ans. On est loin des gros festivals qui possèdent des budgets énormes. Comme tu le soulignes, nous misons sur une programmation de qualité et éclectique, sur une ambiance chaleureuse parce que le festival reste à échelle humaine.

Ne pas oublier quand même que le Raismes Fest a vu son nombre de spectateurs payants plus que doubler entre 2005 et 2007, ce qui n’est pas rien. Evidemment, si on avait Aerosmith , Metallica ou Rammstein en tête d’affiche, tout serait beaucoup plus facile… C’est vrai qu’il est très difficile de composer une affiche de qualité avec des noms attractifs quand on a le budget dont nous disposons. Nous faisons au mieux de nos possibilités et je pense que la configuration actuelle du Raismes Fest est la meilleure qui soit, afin que le festival garde son identité et son ambiance. Bien sûr nous aimerions encore plus de public, mais il y a tellement de facteurs qui interviennent dans la venue ou non des spectateurs qu’on ne peut parier sur rien à l’avance (même pas sur le beau temps…)

Pour l’édition 2010 quels sont les groupes prévus et, surtout, pouvez-vous assurer au public l’annonce de têtes d’affiches encore plus importantes voire inédites ? Si oui, avez-vous des noms à nous évoquer ?

Pour l’instant les groupes confirmés sont Freak Kitchen, Die Apokalyptischen Reiter, Karelia, Heaven’s Basement, Crimes Of Passion, Zoe et Whyzdom dans des styles bien différents . D’autres groupes sont susceptibles de venir cette année (sous toutes réserves bien sûr) : Grand Magus, The Murder Of My Sweet, Nazareth, American Dog, Eluveitie, Krokus, Andre Matos…

Une certaine redondance des affiches vous est reprochée. C’est vrai que des groupes qui seront là cette année comme Freak Kitchen, Karelia ou Die Apokalyptischen Reiter se sont, par exemple, déjà produits au festival. Est-il délicat d’innover dans tous les domaines ?

Karelia n’a pas pu jouer l’an dernier (ndlr : le groupe était bel et bien présent mais sa prestation a été interrompue), ils sont donc d’office sur l’affiche 2010. Die Apokalyptischen Reiter ont tellement cartonné en 2008 qu’on s’était promis de les reprendre et de les faire jouer plus haut sur l’affiche. Avec Freak Kitchen (venu pour la dernière fois en 2006), ça ne fait que 3 groupes sur 15, et même seulement 2 puisque Karelia n’a pas joué en 2009. Donc il ne faut quand même pas exagérer. Chaque année nous avons 1 ou 2 groupes qui sont déjà venus car ils sont demandeurs. Il n’y a pas que les spectateurs qui apprécient l’ambiance du Raismes Fest, les groupes qui y viennent aussi ! Par exemple Stormzone et Pat MacManus voulaient absolument revenir cette année tellement ils avaient apprécié le festival l’an dernier…

Sache que nous faisons tout notre possible pour que le Raismes Fest 2010 soit une réussite et que nous comptons encore cette année sur tous les passionnés de cette musique afin que ce festival, dure et dure encore.




Laisser un commentaire

  • Amaury / RM dit :

    Apparemment le MFVF et le Raismesfest sont de nouveaux amis, voir le lien ci-dessous ! 🙂

    http://blogs.myspace.com/index.cfm?fuseaction=blog.view&friendId=79782362&blogId=530884915

    Comme quoi les choses évoluent vite dans la vie et s’unir contre Radio Metal (le monstre médiatique) et l’enfoiré de « journaliste » que je suis me fait sourire.

    Comme je l’ai dit 1000 fois à tous les interlocuteurs que j’ai eu sur le sujet : tout est assumé de A à Z et rien dans ce que j’ai écrit, au moment où je l’ai écrit, n’est faux ou fallacieux.

    EDIT : Concernant mes sources, elles viennent bien sûr de beaucoup de protagonistes de « l’affaire ». Et notamment de l’orga du Raismesfest actuelle…Je dispose bien entendu de toutes les preuves nécessaires (mails etc.) pour confirmer les infos données par cet article. Notamment sur la fin du partenariat avec le MFVF…qui vient donc de reprendre à l’heure où j’écris ces lignes.

    Il est dommage que le Raismesfest et le MFVF réagissent de la sorte mais je les remercie, très sincèrement, de remettre tout cela sur le tapis et de faire de la publicité à Radio Metal : un média qui le mérite. 🙂

    [Reply]

  • Metalleux dit :

    bizarre, les démissionnaires sont pas agressif eux ?! ;o)on nous aurait menti ? ;o)
    J’espère que l’orga du festival va se concentrer sur son fest au lieu de continuer sa chasse au sorcière.
    car pour l’instant au regard de l’affiche y a du boulot messieurs.

    [Reply]

  • DROIT DE REPONSE

    A l’interview des organisateurs du Raismes Fest sur le site de Radio Metal

    Par Michel, David, Olivier, Caroline, Didier et David.

    —-

    Malgré l’intérêt et le travail sérieusement menés par Radio Metal sur le RaismesFest que nous respectons, c’est avec un grand sentiment d’injustice que nous demandons aujourd’hui ce droit de réponse aux propos tenus par les organisateurs du Raismes Fest. Nous, anciens organisateurs de ce même festival, avons décidé début janvier 2010, de quitter définitivement l’organisation « suite à des conflits internes entre organisateurs du fait du manque de communication ainsi qu’un manque d’écoute à tous niveaux », nous n’avons en aucun cas quitté l’organisation du Raismes Fest afin de lui nuire ou encore moins d’aller faire de la désinformation. (Rien de semblable n’a été écrit par nous à ce jour et sur aucun média…)

    Nous sommes aujourd’hui très choqués des propos tenus dans cet article, car à la vue de celui-ci, les « démissionnaires » (mot à connotation péjorative utilisé pour nous désigner), n’avons été que d’une utilité très futile depuis notre entrée dans l’organisation. Il est certain que nous n’avions pas tous les mêmes responsabilités mais faut-il encore rappeler que nous sommes bénévoles au sein d’une association et que chaque membre, a donné de son temps libre, et même plus…, pour réunir les conditions maximales afin d’offrir un festival à son top en pensant au mieux aux intérêts et aux attentes des festivaliers toujours aussi fidèles et nombreux. Certes il existe une hiérarchie respective aux différentes commissions afin que le travail soit structuré et organisé, et heureusement d’ailleurs (mais pas toujours respectée…). Mais finalement nous sommes tous égaux en temps que bénévoles.

    Avec nos départs, nous n’avons jamais voulu étaler les problèmes internes du festival et dénigrer ainsi les personnes qui ont travaillé dur pour sa mise en oeuvre, nous trouvons donc aujourd’hui choquants les propos, qui plus est mensongers, relatés dans cet article qui, au final, nuisent au festival. Ce qui s’ajoute aux nombreuses insultes proférées envers nous et même contre les forumeurs dans un sujet posté sur le forum officiel du festival. Encore une fois chacun a pris sa décision au fil du temps au vue de la « non-considération » et le mépris apportés par certains mais en aucun cas pour couler le festival pour lequel nous avons travaillé dur et qui nous tient à coeur. Tout cela est bien attristant et dommage… surtout pourquoi vouloir dénigrer et calomnier des « personnes qui n’apportaient soi disant rien », quel intérêt soudain… !!!!

    Ce communiqué sera notre seule réponse aux fausses accusations portées contre nous. Car, contrairement à l’organisation du Raismesfest, pour nous une page s’est tournée…

    [Reply]

  • Ce festival ne récolte ici que le fruit du mépris qu’il témoigne depuis des années aux labels et groupes de la scène française. Hautain, irrespectueux, ne répondant pas aux demandes des uns et des autres, le Raismes fest ne représente que le « petit joujou » de 2/3 personnes qui se moquent totalement de la « démocratie culturelle » et dont l’ouverture d’esprit frise le 0. Cette situation et ces clashs multiples ne sont donc pas la pour me surprendre.

    [Reply]

  • Le conflit entre générations est désormais inévitable dans le Métal aujourd’hui. Il y a les jeunes (pas tous) avec le Black/Gothic/Néo/Atmo, puis les vieux avec le Heavy Rock (je fais partie de ceux-là). A force de créer des sous-genre qui n’ont rien à voir avec la base du Hard Rock, on finit par créer des fossés entre générations. A force de s’écarter de l’esprit originel, on finit par se disperser et pas toujours à bon escient…

    [Reply]

  • moi, je leur souhaite bonne chance …. ca ne sera pas de tout repos mais …. si ca aussi ca capote…. et bien, encore un truc qui aura fini de manière trop conne …. et puis bon, on a peut être la Belgique pas loin, des petites scènes sympas mais c’est quand même le seul évènement métal dans le nord de cette ampleur…. même le Splendid et le Zenith c’est du coup par coup par rapport a avant pour tout ce qui est concert metal… enfin on verra bien, croisons les doigts

    [Reply]

  • Il est attristant de voir un orga dire que le départ de membres du festival est « règlé et oublié » et vider son sac dans le même article.
    Pour avoir vu le forum du raismesfest je peux vous assurer que les orgas suite au post de départ d’un dés membre (post n’attaquant personne nommément ni ne cherchant à détruire le fest) ont tenu des termes injurieux, ils en sont même arrivé à s’en prendre aux membres du forum qui leur disait de se calmer au regard de leurs réponses injurieuses.
    Ils ont même attaqué « mimi » qui doit être michel je suppose alors que ce dernier n’avait rien dit.

    Aussi Quand je vois dans l’article Philippe parler de ranc?ur, ce dernier inverse les rôles car sur le forum lui et ces collègues ont chercher par tout les moyens à calomnier les démissionnaires.

    Ce genre de comportement n’est pas digne d’organisateur de festival.Le silence sur cette affaire aurait été la meilleurs des réponses et pas se déballage.

    [Reply]

  • Article intéressant effectivement.
    La structure d’un festival ne doit pas être totalement différente d’une structure de PME avec son lot d’arrivées et de départs plus ou moins bien vécus ou autre. Aprés, il y a le phénomène média / forum qui amplifie les choses, la communication que chacun va faire, avec sa vision des choses.
    Finalement, qu’est-ce que cela peut bien faire s’il y a des démissions, des divergences au sein de l’organisation ? C’est la vie.
    Jugeons sur pièces avant de dire un peu trop vite, sur la foi d’un article, « ça part en couilles » ou « que ça donne pas trop envie d’y aller en fait ». Le festival n’a pas encore eu lieu !

    [Reply]

  • Article très intéressant.

    [Reply]

  • Raismesfestfana dit :

    Voir tout ça, c’est pas top. Je sais pas si ça influera sur l’ambiance là-bas…le fait est que ça donne pas trop envie d’y aller en fait.

    [Reply]

  • Quand ça part en couilles…ça part en couilles.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3