ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

MANIGANCE : ENTRETIEN AVEC FRANCOIS MERLE


Lorsque MANIGANCE a commencé à balancer la sauce au Hellfest la foule se pressait pour pouvoir pénétrer dans l’enceinte. Résultat : une bonne partie du public a loupé la prestation de ce groupe de heavy bien de chez nous ! Heureusement Metal’O Phil a rencontré le guitariste du groupe, François Merle, juste après le show. Ce dernier était bien bronzé après avoir donné quelques concerts sur…l’île de la Réunion !

Radio Metal : Avant de venir jouer au Hellfest, vous avez fait des dates sur l’île de la Réunion (NDLR : MANIGANCE y a joué le 21 juin dernier). Comment a été l’accueil du public ?

François Merle : C’était assez chaud ! Je pense que c’était une découverte pour le public. Là-bas il y a une scène rock active mais nous n’y sommes pas encore connus ! Notre promoteur a donc organisé une date dans un bar pour faire de la promo. On était face à un public orienté sur la nouvelle scène Metal française. Un public amateur de groupes comme GOJIRA en fait. Mais c’était vraiment bien ! La Réunion à beaucoup de musiciens/guitaristes donc l’accueil a été bon. En plus l’organisateur nous a fait passer un très bon séjour… puisque nous sommes restés 4 jours !

[/i]Ca doit vous faire bizarre d’être ici au Hellfest ! Que pensez-vous de l’organisation de ce festival justement ?[/i]

Pour l’instant c’est plutôt bien ! On a vécu des choses plus difficiles par le passé. On n’a pas été stressés par l’organisation pendant le set donc pour nous ça s’est bien passé.

Sur scène votre chanteur Didier tutoie le public d’une façon très originale et entraînante. Est-ce que vous avez eu droit aux critiques négatives sur ce sujet du genre « ça fait DJ ! » ?

Oui et ça me fait bien rire ! Pourquoi aller se mettre des barrières sur un sujet pareil ? Voilà quelque chose de typiquement français. Pour te dire, lorsque l’on m’a fait la remarque et qu’on m’a dit que ça posait problème, je ne m’en étais même pas rendu compte en concert ! C’est pendant que je mixais un de nos lives que je m’en suis aperçu. Et je me suis dit : « tiens ça change ! ». D’ ailleurs les Stones eux-mêmes ont tutoyé Paris récemment !

Revenons sur votre dernier album, « L’ombre et la lumière ». Il est sorti fin 2006. Avec du recul quel regard portez-vous sur cet opus?

C’est un aboutissement. Nous avons beaucoup travaillé dessus et on peut dire que c’est l’album de la maturité. Ce sont des morceaux qui sont dans notre set et que l’on joue avec plaisir. Ils sont le reflet de notre évolution musicale. Les gens s’attendaient peut-être à quelque chose de plus direct… C’est quelque chose dont nous tiendront compte pour les prochaines compos.

« L’ombre et la lumière » sonne comme du MANIGANCE puissance 10, c’est plus épique, plus technique, plus méchant. Est-ce que c’était l’effet recherché ?

Nos albums sont à peu près toujours structurés de la même façon : des morceaux lourds, du mid tempo et du speed. Tout cela représente une trame. On organise ensuite nos compositions après l’écriture des textes. De fait certains morceaux sont écartés. Mais ils ne sont pas nombreux donc on a pas beaucoup de faces B. En fait nos albums sont un gros lego : tel passage du morceau A va en fait finir dans le morceau B et inversement. Ce sont les joies de l’informatique !

Et votre avenir à plus ou moins long terme ?

Nous avons un studio à la maison et 6 compositions sont déjà en route. Actuellement nous cherchons à exploiter les idées de notre nouveau claviériste. Musicalement, c’est plus accrocheur. Tout en restant technique.

Evoquons maintenant votre rayonnement international. Est-ce que vous marchez mieux en France ou dans d’autres pays plus orientés heavy comme le Japon par exemple ?

En effet on marche mieux au Japon. Pour les autres pays on souffre du chant en français. Les allemands ne sont pas très chauds pour cette langue et les espagnols commencent un peu à s’y mettre. Mais l’Allemagne reste un marché à conquérir pour nous… La barrière de la langue pose problème mais elle ne le poserai pas si Trust ou Sortilège se reformaient. En France ce n’est qu’une question de ventes. Si on arrivait à vendre plus de disques en France cela marcherai mieux à l’étranger… tout est lié.

Vous connaissez beaucoup de groupes de Metal français qui peuvent vivre de leur musique ?

Cela dépend du niveau de vie auquel tu prétends. Tu peux atteindre le SMIC en faisant beaucoup de concerts et sans être trop gourmand. GOJIRA doit pouvoir y arriver. Mais prétendre à un niveau de vie plus élevé est beaucoup plus difficile. Nous avions fixé dès le départ que ça devait rester un plaisir. Essayer de gagner notre vie grâce à la musique à 35 ans ne nous intéressait pas. Si on avait l’opportunité d’en vivre vraiment, je ne dis pas. Mais il y a vraiment un stade à franchir rien que pour que l’on commence à se poser la question financière et on n’en est pas à ce stade. C’est le problème qui s’est d’ailleurs posé avec notre ancien claviériste Florent Talliandier…

Du coup, un groupe français a plus de chances d’avoir du succès en chantant en anglais. Le guitariste chanteur de LYZANXIA a d’ailleurs déclaré que l’anglais était pour lui « la langue du rock »…

C’est complètement vrai. Sauf que les grands artistes français, ceux qui ont réussi en France, chantent dans la langue de Molière. Cela dépend si on veut s’orienter à l’international. Nous sommes plus orientés sur la France à vrai dire.

Pourtant les paroles de MANIGANCE ont toujours eu un message universel… Peut-on imaginer vous voir écrire un jour des textes plus concrets ? Sur un évènement politique par exemple ?

Je ne pense pas que l’on soit un groupe à message à ce niveau là. Ce sont des discussions que nous préférons ne pas avoir entre nous. Nous voulons éviter de nous engager dans nos textes. Nous voulons avoir une portée plus générale, autre que la politique et le concret.

Sur la scène du Hellfest MANIGANCE a évoqué la mort de Ludo, un proche du groupe décédé récemment. François Merle a donc tenu à dire quelques mots sur Ludo. Un ami qui a toujours soutenu MANIGANCE. Hommage.

« Ludo travaillait sur notre site et était très proche de nous. A tel point qu’il avait décidé de déménager avec sa femme dans notre région. Mais il a eu récemment un grave accident de voiture avec ses enfants. Il l’a très mal vécu et a fini par se donner la mort dans sa chambre d’hôpital. C’est une personne qu’on respectait beaucoup et qui était un grand fan de notre musique. Il a beaucoup fait pour nous et nous avons tous été très affectés par cette terrible nouvelle. Parler de lui sur scène était une forme d’hommage ».

Site Internet MANIGANCE : www.manigance.net



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Mass Hysteria @ Transbordeur
    Slider
  • 1/3