ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Marduk : le black metal pour chroniquer le monde


L’objectif artistique de Marduk est d’écrire la bande son de ce que l’humanité a produit de plus noir, de la Seconde Guerre Mondiale à la religion catholique, religion envers laquelle le guitariste Morgan Steinmeyer Håkansson exprime dans cette interview une opinion radicale. Et c’est avec cynisme qu’il réagit sur les diverses censures auxquelles le groupe a pu faire face dans sa carrière, l’épisode le plus récent étant l’interdiction pour Marduk de jouer en Biélorussie.

Pour illustrer cette noirceur de la manière la plus complète, Marduk utilise un Black Metal diversifié, comme en témoigne le dernier album Serpent Sermon sorti récemment. Comme tout artiste de ce courant, Morgan a son opinion sur ce que le Black Metal représente et doit être, bien qu’il soit moins définitif que les avis d’Ihsahn et de Varg Vikernes, à propos desquels nous lui avons demandé de réagir.

« On travaille dur pour essayer de peindre une image très forte dans l’esprit de l’auditeur, et pour y parvenir, on utilise tous les moyens que la brutalité, la vitesse, la lourdeur, etc. nous fournissent. […] Je pense que c’est le reflet de ce que le black metal devrait être. »

Radio Metal : L’année dernière, trois groupes dont le tien ont quitté l’un après l’autre Regain Records. Que s’est-il passé ?

Morgan Steinmeyer Håkansson (guitare) : Je crois qu’ils ont eu le problème que sans doute beaucoup de petits labels ont : ils gèrent trop de groupes et n’ont pas les moyens financiers suffisants pour faire tourner la boutique. Les choses avançaient très lentement avec ce label et ça ne fonctionnait pas comme ça aurait dû, donc on a décidé qu’il était temps de passer à autre chose.

Votre nouveau CD est un album de black metal très varié, il y a des chansons très rapides, d’autres plus lentes… On a l’impression que vous avez voulu réunir tout ce qui était caractéristique du black metal à son apogée. Est-ce que tu es d’accord avec cette vision des choses ?

Je ne sais pas, peut-être que c’est l’impression que ça donne en fin de compte, mais quand on travaille sur un album, on ne prévoit jamais à l’avance à quoi il sera censé ressembler. On suit notre inspiration et on voit où ça nous mène. Cette fois, elle nous a menés dans cette direction. En tant que musicien, je n’aurais pas de problème à faire un album qui soit tout le temps très violent et très rapide, ce n’est pas vraiment ça qui importe, tant que ça vient du cœur, mais cette fois-ci, ça a pris cette forme-là. On consacre aussi beaucoup d’énergie à fondre ensemble musique et paroles parce qu’on considère que les paroles sont aussi importantes que le reste : on travaille dur pour essayer de peindre une image très forte dans l’esprit de l’auditeur et, pour y parvenir, on utilise tous les moyens que la brutalité, la vitesse, la lourdeur, etc. nous fournissent.

Tu as déclaré dans une interview que Serpent Sermon est ce que le black metal devrait être. Est-ce que tu trouves que, de nos jours, la plupart des groupes de black metal ont perdu ce qui faisait, à l’origine, l’esprit de ce style ?

Oui, à bien des égards je trouve que c’est le cas… Ce que je voulais dire, c’est que pour nous, ce CD est la définition-même de l’album de black metal : il est vicieux, énervé, sombre, brutal et avant tout satanique. C’est comme ça que devrait être le black metal. C’est comme ça que je l’envisage et cet album est sans doute le plus diabolique qu’on ait fait depuis des années. Je pense que c’est le reflet de ce que le black metal devrait être.

(NDLR : à propos de Varg Vikernes) »Sa vision des choses a pas mal changé au cours du temps, il y a quelques années il disait qu’il ne voulait rien avoir à voir avec le metal parce que le metal était une musique de nègres, donc… […] J’ai entendu pas mal de choses bizarres sortir de sa bouche, donc tout ça n’engage que lui… »

On a interviewé Ihsahn il y a deux ans, et il nous a donné sa vision du black metal : « De nos jours, les gens considèrent le black metal comme un style très traditionnel car tout le monde sait à quoi ça ressemble et parce que c’est souvent défini à partir de ce que ça devrait et ne devrait pas être. Ça va complètement à l’encontre de ma propre définition du black metal. Pour moi, le black metal a toujours représenté une idée de liberté musicale. Maintenant il y a tellement de règles que ce n’est plus du black metal. » Cette vision est tout à fait différente de la tienne, qu’en penses-tu ?

Je suis d’accord avec certains points mais pas avec d’autres. Je ne vois pas tant de règles que ça mais, de toute façon, à quoi ça rimerait que je fasse un album puis que je demande à ce qu’il soit dans le rayon country des magasins de disques parce que je considère ça comme de la country et que la country, c’est la liberté ? Ce n’est pas comme ça que ça marche. À mes yeux, la base du black metal, c’est que c’est satanique et que c’est du metal. C’est ça qui fait de nous un groupe de black metal, tout comme d’autres, en partant des débuts de Celtic Frost jusqu’à je ne sais trop qui. Tant que c’est une vision sataniste des choses et que c’est du metal, alors c’est du black metal à mes yeux. Pour moi, ce n’est pas une histoire de liberté ou de faire ce qu’on veut. Je ne vois pas les choses comme ça.

Récemment, on a aussi demandé à Varg Vikernes de Burzum de réagir par rapport aux propos d’Ihsahn. Il nous a répondu cela : « Le but du black metal était que chacun des groupes de ce genre soit différent des autres, à l’inverse des groupes de death metal super à la mode à l’époque qui sonnaient tous pareil. Si un groupe n’a pas son propre style, sa propre originalité et sa propre approche, quand les rats d’Emperor et d’Enslaved se sont tout à coup mis à copier Darkthrone et Burzum, par exemple, alors ce n’est pas du black metal. » Il s’agit là aussi d’une vision très différente et d’une critique qui peut indirectement concerner Marduk. Quelle serait ta réaction ?

Ce sont des propos assez forts mais je suppose qu’il y a une part de vérité là-dedans aussi. Mais sa vision des choses a pas mal changé au cours du temps. Il y a quelques années, il disait qu’il ne voulait rien avoir à voir avec le metal parce que le metal était une musique de nègres, donc… Je ne sais pas trop où il en est et d’où il tire tout ça. Ses opinions et sa vision des choses ont beaucoup changé au fil du temps et j’ai entendu pas mal de choses bizarres sortir de sa bouche, donc tout ça n’engage que lui…

Dans une interview à propos de ce nouvel album, tu as déclaré ne pas avoir grand-chose à faire du matériel que tu utilises, et même que pour l’album Rom 5:12, tu avais juste emmené ton matériel de la salle de répèt’ au studio et qu’il t’avait fallu une minute pour trouver le son de guitare qu’il allait y avoir sur l’album. Est-ce que tu penses que la production et le son ne sont pas si importants que ça, et que ce qui importe vraiment, c’est la musique ?

Non, je n’ai pas vraiment dit ça comme ça. Ce que je voulais dire, c’est que, bien sûr, le matériel m’importe mais j’utilise toujours le même depuis 1992, donc j’apporte tout simplement mes affaires de la salle de répèt’ et je les branche. Notre son quand on enregistre est le même que quand on répète, mais la manière dont tout ça sonne me préoccupe beaucoup. On travaille énormément à dépeindre une image pour rendre la musique et les paroles vivantes, à dessiner une image forte dans l’esprit de l’auditeur ; mais pour l’album Rom 5:12, il ne m’a fallut qu’une minute parce que j’ai tout branché exactement comme je l’avais fait avant et le son était parfait. Pourquoi aurais-je perdu une semaine à essayer d’avoir un autre son alors qu’il était déjà aussi violent et extrême que possible ?

(NDLR : à propos de la censure subie par le groupe à Minsk) « C’est assez bizarre de se faire interdire par la dernière dictature qu’il y ait en Europe ; c’est assez étrange sa manière d’envisager les choses et, concernant la liberté et l’art, de décréter ce qui est de l’art et ce qui n’en est pas… »

On vous a interdit de jouer à Minsk il y a quelques semaines. Le chef du département à l’Office du Procureur Général a déclaré : « Le satanisme que prêche le groupe n’a rien à voir avec de l’art. C’est un affront aux valeurs chrétiennes. Ils prêchent des idées de mort, du Troisième Reich. » Il a de plus qualifié vos chansons de « destructrices ». Qu’est-ce que tu répondrais à cela ?

Je suis très flatté. Je ne peux que le remercier parce que ça fait très longtemps que je n’ai pas entendu une telle réaction. Pour moi, c’est flatteur, ce sera toujours inspirant et ça me poussera toujours à continuer ce qu’on fait. C’est dommage pour nos loyaux fans qui vivent à Minsk mais on a déjà joué une fois là-bas. Je veux dire, il a raison ! Notre musique est destructrice, c’est comme ça qu’elle est censée être.

Est-ce que vous essaierez de jouer là-bas à nouveau pour vos fans biélorusses ?

Peut-être pas tout de suite… Je ne sais pas pour le moment mais, sinon, ils devront passer la frontière pour venir nous voir en Russie. Ça ne devrait pas poser un trop gros problème s’ils veulent voir un de nos concerts. Ensuite, on essaiera de trouver une solution pour revenir en Biélorussie à l’avenir. Mais c’est assez bizarre de se faire interdire par la dernière dictature qu’il y ait en Europe ; c’est assez étrange sa manière d’envisager les choses et, concernant la liberté et l’art, de décréter ce qui est de l’art et ce qui n’en est pas… C’est assez flippant mais c’est comme ça.

« On a abordé certains sujets qui font que […] les gens ont pu se faire une fausse idée de nous et donc ont voulu nous boycotter pour de mauvaises raisons. Si on avait fait un film sur le même sujet, personne n’aurait réagi. […] On a seulement écrit la bande-son d’un vrai événement historique, de la manière dont il pouvait sonner. »

Ce n’est pas la première fois que vous avez des problèmes avec la loi. La démo Fuck Me Jesus avait été interdite dans sept pays, à l’époque. Comment réagis-tu à ce genre de problème légaux ? Est-ce que ça t’énerve ou est-ce que, d’une certaine manière, ça te réjouit ?

Je ne suis ni énervé ni content, pour moi, ce sont seulement des obstacles qu’on finit par surmonter… Beaucoup de gens ont essayé de nous faire couler, que ce soit dans les médias ou par la censure, mais on a toujours tenu bon. On est toujours là, on est toujours debout, on joue dans tous ces pays et nos albums sont accessibles à tous ceux qui voudraient les trouver, on réussit donc à marcher malgré tout. Mais, en ce qui concerne la dimension artistique de ce qu’on fait, nous ne ferons jamais de compromis. Ce qu’on fait vient vraiment du cœur, c’est le reflet de notre créativité, et en tant qu’artiste, il me semble que c’est comme ça que ça doit fonctionner. On a abordé certains sujets qui font que, dans certains cas, en ce qui concerne la Seconde Guerre Mondiale par exemple, les gens ont pu se faire une fausse idée de nous et donc ont voulu nous boycotter pour de mauvaises raisons. Si on avait fait un film sur le même sujet, personne n’aurait réagi. Pourtant, en ce qui nous concerne, on a seulement écrit la bande-son d’un vrai événement historique, de la manière dont il pouvait sonner, et je ne vois pas ce qu’il y a à boycotter dans le fait de raconter une histoire de la manière dont elle s’est passée.

« L’Église a toujours fonctionné de cette manière de toute façon. S’ils n’aiment pas quelque chose, alors ils vont essayer de l’interdire, de le brûler, de le tuer. C’est comme ça qu’ils fonctionnent. »

En France, chaque année, des associations de catholiques extrémistes essaient de faire annuler le Hellfest, un festival de heavy metal, parce qu’ils le considèrent comme un festival satanique, ce qu’il n’est bien évidemment pas. Ils citent généralement des groupes comme Slayer, Dimmu Borgir ou Venom. Qu’est-ce que tu penses de tout ça ?

C’est très bien qu’ils aient cette réaction et qu’ils essaient d’arrêter cette manifestation, mais si j’ai bien compris, ce festival est de plus en plus important d’année en année, donc…

Ils donnent l’impression de n’avoir ni sens de l’humour, ni sens de la provocation, il est, par exemple, de notoriété publique que Slayer est un groupe provocateur avant tout.

L’Église a toujours fonctionné de cette manière de toute façon. S’ils n’aiment pas quelque chose, alors ils vont essayer de l’interdire, de le brûler, de le tuer. C’est comme ça qu’ils fonctionnent.

Nous avons découvert il y a quelques jours que, cette année, une organisation catholique extrémiste avait fait une vidéo où elle essaie de prévenir les gens des dangers du Hellfest. Dans cette vidéo, ils utilisent l’une de vos chansons, « Panzer Division ». Qu’est-ce que ça te fait d’être associé au mal ultime par ces gens ?

Euh, je ne sais pas, c’est aussi flatteur d’une certaine manière qu’ils utilisent notre chanson et qu’ils nous voient comme leurs ennemis – ce qu’on est, de toute façon –, donc je n’ai pas de problème avec ça.

Vous allez jouer pendant la croisière Barge To Hell. Est-ce que tu n’as pas peur que l’atmosphère joyeuse d’une croisière ne colle pas vraiment avec la musique de Marduk ?

Peut-être que c’est la meilleure raison pour jouer dans un festival de ce genre. On l’a déjà fait plusieurs fois, on est là pour représenter quelque chose de différent des autres groupes et apporter un peu d’obscurité à tout ça. Est-ce qu’il y a une meilleure manière de le faire qu’en ruinant le voyage des autres ?

Interview réalisée le 28 mai 2012 par téléphone
Retranscription et Traduction : Chloé

Site Internet de Marduk : www.marduk.nu

Album : Serpent Sermon, disponible dans les bacs



Laisser un commentaire

  • HOLA SALUDOS DESDE JUJUY- ARGENTINA!! MAS ALLA DE QUE NO ENTIENDA QUE ES LO QUE DIGAN, ECUCHO LA MUSICA Y ESTA MUY BUENA, SALUDOS Y STAY HEAVY!!!!!!!!!!!

    [Reply]

    King Asator

    oui forcément ^^

    loverboy

    que no senor

  • Encore une interview de drag-Queen gai pseudo satanique qui à eu seul peuvent construire une ville entière avec leur quincaillerie ambulante.

    [Reply]

    King Asator

    je le veux pour le no-comment qui vient

    Gothmog

    moi aussi !!!

  • ahahah J’aime bien la chute final!

    Merci pour l’interview!

    J’écouterai le dernier album avec « sincérité » 😉 Marduk, toujours aussi intéressant!

    [Reply]

  • King Asator dit :

    voilà pourquoi ce groupe reste un de mes préférés ^^

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3