ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Vide(o)rdure   

Marilyn Manson : fais comme l’Oizo


Il y a quelques instants, laissant voguer notre imagination, nous avons fantasmé un avenir dans lequel Marilyn Manson laisserait tomber tous les apparats de son personnage pour redevenir Brian Warner, pour se produire dans des arrières salles de clubs mal éclairées, avec une vieille gratte sèche, peut-être accompagné d’une batterie légère, peut-être jouée aux balais, chantant un blues bizarre à la Captain Beefheart de sa voix éraillée.

Une petite fantaisie inventée parce que, jusqu’à preuve du contraire, pour le moment, ce n’est pas sous la figure grimée de Marilyn Manson que l’artiste nous amènera ce qu’il a de mieux à offrir car, constatons-nous aujourd’hui, ce qu’il a créé de mieux en cette année 2012, pour l’heure, c’est certainement son interprétation dans le nouveau film de Quentin Dupieux – véritable nom de l’artiste électro Mr Oizo et père du personnage en peluche jaune Flat Eric – présenté cette semaine au festival de Cannes dans la sélection Quinzaine des Réalisateurs.

Si vous n’arrivez pas à voir cette vidéo ici, rendez-vous sur Vimeo pour la regarder.

Sur le site officiel du film, on nous explique que « Wrong Cops est le troisième film de Quentin Dupieux. Une comédie de 90 minutes à propos de flics perturbés. Il ne s’agit pas d’une suite de ‘Wrong’ (ndlr : précédent film du réalisateur]. Quentin Dupieux est simplement fainéant avec ses titres. […] Si vous ne connaissiez pas déjà Quentin Dupieux, vous devriez jetez un oeil à son film Rubber [ndlr : oh oui, vous devriez !] ou peut-être télécharger son dernier disque gratuitement (oui, il fait aussi de la musique, wow). » Bon, puisque c’est gratuit, faut pas vous gêner, surtout si, dans les années 90, la musique de Mr Oizo et ses clips mettant en scène l’hystérique peluche jaune vous a un tant soit peu marqué.

Mais revenons à ce que vous venez de regarder. Il ne s’agit pour l’instant que du premier « chapitre » de ce long-métrage qui sortira le 29 août dans les salles obscures. Sans doute que les moins anglophones d’entre vous n’ont pas dû bien comprendre ce qu’il se passait là-dedans, alors voilà un peu le topo :

Duke est un flic très « spécial » – c’est même à se demander comment il peut encore faire partie des forces de l’ordre – dingue de musiques électroniques (celles qui viennent « des tripes, des organes »), qui vit encore chez sa mère et qui deale de l’herbe qu’il planque dans des cadavres de rats (parce que c’est plus discret). Après s’être offert une douceur contre un de ces rongeurs farcis, il ressent le besoin de faire pleurer le colosse. C’est à ce moment qu’il tombe sur David Dolores Frank, un gars qui, en plus d’avoir un nom qui doit lui donner toutes ses chances dans la vie, est joué par Manson.

Manson joue donc une espèce d’ado émo attardé qui vit encore chez ses parents et qui ne demande qu’à rentrer chez lui faire ses devoirs et à ce que ce poulet zarbi le laisse tranquille, à écouter sa musique « cool » que le flic ne doit donc pas connaître. Ce dernier n’appréciera ni l’attitude de ce merdeux (qu’il soupçonne de se prostituer) ni sa musique qui « vient d’Allemagne » et décide de l’arrêter/enlever pour lui faire son éducation musicale.

Au final, en dehors de toute considération sur l’œuvre elle-même, en mettant de côté l’interprétation des autres acteurs, il faut bien avouer qu’on est bluffé par le jeu de Manson qui, à plus de quarante ans, a dû laisser ressortir tous ses complexes d’adolescent pour créer ce personnage mal dans ses baskets, troublé par ce dingue en slip qui tente de lui apprendre ce qu’est la bonne musique. On prend alors mieux conscience qu’aujourd’hui on aimerait plus voir le Manson sans fard qui ne joue pas à être Manson. Auparavant, quand on lui demandait de faire l’acteur, on ne lui demandait jamais que d’être à l’image – celle d’un condensé de tout ce qui ne va pas en Amérique – de ce qu’il a toujours été (cf. « Le Livre De Jérémie » d’Asia Argento), ce que Dupieux a eu l’intelligence de ne pas attendre de lui. D’où cet avenir particulier que nous lui imaginions en introduction ; plutôt que de faire une musique théâtrale qui perd de plus en plus en originalité (en tout cas, quand c’est lui qui la produit), il pourrait séparer les deux, musique et théâtre, et peut-être, de nouveau, nous étonner dans ces deux arts.



Laisser un commentaire

  • La voie de bucheron? C’est marrant je trouve, ça fait ado qui mu ^^ donc ça n’me choque pas
    Sinon, ouais il joue bien 🙂
    De toute façons, il suffit de voir ses show pour savoir qu’il a un certains talent de comédiens. Peut-être qu’i a en effet besoin de se renouveler?

    [Reply]

  • globalcut dit :

    je suis assez d’accord, il joue plutôt pas mal, malgré sa voix de « bucheron » qui colle pas trop avec le personnage.
    c’est un film que j’irai voir (ça a l’air vachement mieux que Steak ^^)

    [Reply]

    globalcut

    et c’est Wrong qui sort le 29 aout pas Wrong cops

  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3