ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Marilyn Manson – The Pale Emperor


Autant être direct : malgré les hauts et les bas, Marilyn Manson reste sans aucun doute l’un des artistes les plus inventifs qui soit en activité. Trois ans après Born Villain (2012) et diverses apparitions cinématographiques et télévisuelles (Sons Of Anarchy, Californication, Wrong Cops…), ce dernier revient avec The Pale Emperor, son neuvième album studio en écoute intégrale sur Soundcloud. Certaines critiques l’évoquent déjà comme « l’album de la maturité » : poncif trop souvent présent lorsqu’on veut louer un album et fréquemment vide de sens à vrai dire. Surtout, l’expression ne rend pas entièrement justice à Marilyn Manson pour qualifier ce qu’il a réalisé : une démonstration.

The Pale Emperor c’est avant tout une collaboration avec Tyler Bates, guitariste impliqué dans la composition et la production. Celui-ci, auteur de nombreuses BO notables (Gardiens de la Galaxie, 300, Watchmen, The Devil’s Rejects) confère un cachet d’œuvre « cinématographique » à l’opus (« Killing Strangers » figure dans la BO de John Wick). « Warship My Wreck » serait à cet égard un choix judicieux pour illustrer de nombreux scénarios tant l’intensité qu’il dégage renvoie aux canons des blockbusters. Tyler Bates n’est d’ailleurs sans doute pas innocent à la richesse sonore délivrée par Marilyn Manson. Born Villain paraît tout simplement monolithique à côté de The Pale Emperor. Les influences de l’indus et du metal sont encore présentes (la rythmique de « Slave Only Dreams To Be King » fait écho à des titres comme « The Beautiful People ») mais ne sont plus l’essence des compositions. En réalité l’artiste fait étalage de sa culture musicale. « Third Day Of A Seven Day Binge » illustre une maîtrise des mélodies pop lorsque « Birds Of Hell Awaiting » se lâche dans un blues très personnel. Marilyn Manson est d’une certaine manière terrifiant : il sait aborder tous les genres sans être superficiel ou parodique. « The Devil Beneath My Feet » prouve que la pertinence de l’usage de l’électro va souvent de pair avec sa sobriété.

Le véritable génie de The Pale Emperor réside dans la richesse de ses arrangements, parfois minimes mais toujours essentiels et qui font inévitablement penser au perfectionnisme de ténors comme les Queens Of The Stone Age ou Nine Inch Nails, en témoigne « Odds Of Even ». Mention spéciale à « Cupid Carries The Gun » et cette ligne de guitare folk d’une efficacité redoutable. Chaque titre a son atmosphère qui lui est propre et surtout : chaque titre marque l’auditeur. Les refrains de « The Mephistopheles Of Los Angeles » et « Killing Strangers » sont aussi puissants qu’envoûtants. À noter qu’il serait criminel de passer à côté des trois chansons de la version Deluxe (« Day 3 », « Faited, Faithful, Fatal » et « Fall Of The House Of Death » qui sont, respectivement, des reprises acoustiques de « Third Day Of A Seven Day Binge », « The Mephistopheles Of Los Angeles » et « Odds Of Even »). Oui, sur The Pale Emperor, rien n’est à délaisser.

Il faudrait parler de chaque titre individuellement pour rendre compte de la prouesse de Marilyn Manson. L’artiste peut prêter à la controverse, certains peuvent s’offusquer de son apparence, son attitude, son discours, son évolution ; difficile de nier que The Pale Emperor est une réussite intégrale. Si par « album de la maturité » on entend une appréhension parfaite de la musique rock/blues/folk de ces dix dernières années, alors peut-être que pour une fois le poncif a du sens. The Pale Emperor est effectivement une démonstration infaillible.

Voir le clip de « Deep Six » :

Album The Pale Emperor, sortie le 19 janvier 2015 chez Cooking Vinyle.



Laisser un commentaire

  • 10/10 un super album. Manson se renouvelle et ça fait du bien. Perso je suis fan depuis « Portrait Of An American Family ». Il ne m’a réellement déçu qu’avec « Born Vilain ». Il est clair qu’on ne retrouvera jamais le Manson des années 90 mais après tout, il évolue et a bien raison. Mon coup de cœur: Third Day Of A Seven Day Binge: elle m’envoute, elle est magnifique.
    Je comprend pas trop que certains se disant « fan » rejetent par exemple « Eat Me Drink Me »? C’est un album magnifique du révérend! « The High End Of Low » n’était pas je pense, assez travailler, assez abouti. Mais il y a dans cette album malgré tout, de très bon titres: je pense à « Devour », « Running To The Edge Of The World »… Bref, moi je n’ai pas du tout aimer « Born Vilain » c’est tout. THE PALE EMPEROR est pour moi un sans faute!

    [Reply]

  • J’aime tout ce que MM a pu faire (avec effectivement des hauts et des bas mais toujours du bon quelque part). Il sait se renouveler et nous surprendre. On ne peut pas le réduire à un seul adjectif ou à un seul style musical tellement il est « au pluriel ». C’est un artiste pluridisciplinaire et intelligent, qui sait s’entourer tout en restant LE REVEREND. J’ai parfois été un peu moins fan de certains albums mais ce dernier est clairement un bijou!! Chaque chanson me fait vibrer et m’apporte un bien-être incroyable.
    Et puis, chacun ses goûts!

    [Reply]

  • C’est sûr que pour ceux qui ont vu « Wrong Cops » de Dupieux, le « mythe » Manson en a pris un sacré coup mdr.

    [Reply]

  • Neirda19260 dit :

    Franchement, on est bien loin de la période qualitativement discutable mais diablement originale et expérimentale « PoaAF »=> »SLC » ou de la période cultissime « Antichrist Superstar »=> »Eat Me Drink Me » (oui je l’inclue, car malgré sa qualité relativement inégale selon les morceaux et le début de ce que j’appellerai la « rédemption du décibel », il est bien plus metal que les suivants).

    Mais ce nouvel album vaut franchement Born Villain, sans y ressembler pour autant.
    ça fait un moment que MM a lâché le Metal Industriel pour se lancer dans le rock-blues.
    Au moins depuis l’infâme et insupportable « The High End of Low » (ha quelle horreur quand j’y repense!).
    Certes, MM n’est plus ce qu’il était (déjà avant, MM cachai un groupe. Maintenant c’est une succession de partenariats musicaux dont il est le seul point invariable.), mais il nous a livré un album réussi. On avait l’habitude d’albums aux atmosphères et aux sonorités totalement opposées, mais là c’est clair, on a carrément changé de genre musical depuis THEoL.

    Quoi qu’il en soit, si MM devrait voir ses nouveaux disques rangés au rayon « Variété International-Rock-Blues », on peut dire que ce qu’il fait, il le fait bien.

    Bonne compo, jolis morceaux.

    [Reply]

    euh..

    Quelle débauche d’acronymes !

  • Je suis Manson depuis le début et j’ai du mal à comprendre le rejet de nombreux fans au sujet de cet album. C’est un condensé parfait et maitrisé de toute sa carrière. Et en même temps, c’est neuf, c’est bluesy, ça pulse. Les paroles sont pas mal, même si un peu léger à cause des nombreuses répétitions.
    Bref, après les catastrophes des deux précédents albums, on s’y retrouve et c’est le pied!
    Belle critique, Thibaud. Merci.

    [Reply]

  • mouais…
    l’apéritif de deep six fut de courte durée.

    le tout n’est pas de savoir si les chansons sont réellement bonnes ou mauvaises, moi ce qui me gêne le plus c’est l’incapacité chronique de Manson, depuis TGAOG à créer des chansons « dynamiques », rythmées, qui te font, à minima, taper du pied…

    2 3 morceaux tout au plus sur les derniers albums.

    et puis les paroles..

    Antichrist à jamais \m/

    [Reply]

  • Game-system dit :

    Bah dis-donc, le chroniqueur et moi partageons deux avis radicalement opposés sur ce disque. Moi je l’ai trouvé quelconque, peu inspiré et ennuyant à mourir. La voix de Manson est HS pour ce genre de style et aucune chanson ne se démarque de l’autre. Depuis Eat me drink me, je perd complètement espoir de voir un jour un bon disque de Manson, la magie n’y est plus du tout.C’est peine perdu en tout cas. Et « maturité » ne rime pas avec soft rock et absence d’éléments metal.

    [Reply]

  • DiamondDude dit :

    Belle critique pour un bien bel album 🙂

    [Reply]

    Quake

    J’aime ce son, cette rythmique, peu m’importe le personnage, j’aime en général
    sa musique et cet album semble bien prometteur.

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3