ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Mark Morton – Anesthetic


Beaucoup de gens connaissent Lamb Of God comme une force motrice du metal contemporain, portée par des personnalités influentes qui s’illustrent en dehors de la formation, à l’instar du batteur Chris Adler sollicité par Megadeth ou encore de Randy Blythe et ses nombreux featurings et entreprises littéraires. Mark Morton ne bénéficie pas de la même notoriété en revanche. Pourtant, le guitariste comparse de Willie Adler se revendique comme un songwriter aux influences diverses, pas seulement le groove metal direct pratiqué par Lamb Of God. Ce dernier a décidé, motivé par le producteur Josh Wilbur, de réunir plusieurs chansons afin de sortir son premier opus solo intitulé Anesthetic. Pour ceux qui souhaiteraient découvrir une facette plus nuancée de Mark Morton, la variété des styles présents sur Anesthetic devrait les ravir.

Mark Morton n’a pas décidé de monter un « super-groupe » et de les asséner de ses propres compositions. Il a privilégié une approche similaire à celle de Dave Grohl avec Probot, à savoir solliciter une pléthore d’invités pour lesquels le guitariste a de l’admiration. De ce côté, Anesthetic est impressionnant. On retrouve le chanteur Jacoby Shaddix de Papa Roach, Mark Lanegan (Screaming Trees), Chuck Billy (Testament) et Jake Oni (ONI), Myles Kennedy (Alter Bridge), Mark Morales, Josh Todd (Buckcherry), Naeemah Maddox, Randy Blythe (Lamb Of God) et Alissa White-Gluz (Arch Enemy), et même feu Chester Bennington (Linkin Park). Tout ça sans compter l’intervention de musiciens de renom tels que Ray Luzier (Korn), Mike Inez (Alice In Chains) ou encore Steve Gorman et Marc Ford (The Black Crowes). Bref, un casting de rêve aux airs d’all-star game du rock US. La grande qualité d’Anesthetic est de rendre justice à tout ce joli monde ; Mark Morton jongle avec les registres de manière pertinente afin de tirer le meilleur de chaque artiste. Le très enlevé « The Never » (titre le plus heavy de l’opus), sorte de fusion entre du Lamb Of God habituel et du vieux thrash, nous fait apprécier le timbre éraillé et intemporel de Chuck Billy. « Truth Is Dead » se trouve au même niveau d’intensité, l’agressivité de Randy Blythe étant toutefois nuancée par les lignes plus mélodiques d’Alissa White-Gluz. « Back From The Dead » joue la carte d’un hard/heavy nerveux qui sied comme un gant à Josh Todd, tandis que « Sworn Apart » nous emmène du côté du rock alternatif avec la voix accrocheuse de Jacoby Shaddix, taillée sur mesure pour des refrains typés FM. Dans la même veine, le featuring de Chester Bennington sur « Cross Off » rappelle que si les trentenaires d’aujourd’hui ont pu déplorer l’évolution musicale de Linkin Park depuis Meteora (2003), la perte de Chester s’apparente à du gâchis tant ce dernier prend aux tripes, que ce soit en clean, en voix criée et même en chant rappé. Le jeu de Mark Morton peut même se prêter à des titres plus proches du power-rock à l’image de « Save Defiance » transcendé par la maîtrise de Myles Kennedy.

Anesthetic est toutefois plus impressionnant (et surprenant) lorsque Mark Morton délaisse les terres du metal pour d’autres contrées. Le très blues « Axis » accueille parfaitement la voix chaude et rocailleuse reconnaissable entre mille de Mark Lanegan, sublimée sur un refrain plus rock et un final jammé flirtant avec le stoner, qui apportent une dynamique bienvenue à la composition. D’une certaine manière, « Axis » résume à lui seul l’essence de l’album et sa raison d’être : Mark Morton cherche à honorer sa culture musicale avec une écriture très singulière et respectueuse. Ce dernier va jusqu’à s’inspirer de la soul teintée de blues avec « Reveal » qui accueille Naeemah Maddox, nous faisant profiter d’un jeu de guitare qu’il ne peut décemment pas développer au sein de Lamb Of God. Mark Morton s’essaie en outre au chant sur le mélo-rock « Imaginary Days » et s’en sort avec les honneurs, malgré l’aspect plus plat du titre entouré d’instrumentations plus audacieuses.

Anesthetic a tout d’une bonne surprise. Mark Morton est effectivement un songwriter de talent, sa polyvalence se conjugue parfaitement avec la diversité des invités prestigieux. En outre, Anesthetic est la dernière occasion d’entendre Chester Bennington sur un enregistrement, ce qui suffit pour légitimer un détour. Anesthetic est un album consistant sans réelles faiblesses, ponctué de quelques moments de grâce. Mark Morton a réalisé ce qu’il souhaitait avec Anesthetic : une déclaration honnête de son amour pour le rock des années 90 et 2000 ainsi qu’une preuve de sa versatilité.

Lyric vidéo de la chanson « Cross Off » (feat. Chester Bennington) :

Lyric vidéo de la chanson « Truth Is Dead » (feat. Randy Blythe + Alissa White-Gluz) :

Album Anesthetic, sortie le 1er mars 2019 via Spinefarm Records. Disponible à l’achat ici



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3