ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Mastodon – Once More ‘Round the Sun


Beaucoup de couleurs, beaucoup de notes, beaucoup de breaks. Mastodon revient. Mastodon veut à nouveau tout dévorer. Crack The Skye (2009) était une véritable expérience clinique, prouvant au monde entier que la folie est un animal qui peut être dompté. The Hunter (2011) revenait dans un esprit plus rock et concis et, à la fois, à ce que Mastodon a toujours fait : accrocher avec le bizarre, sans détours. Oui, Mastodon est un groupe monstrueux. Au sens figuré comme au sens propre. Once More ‘Round The Sun n’est autre que leur sixième opus, reste à savoir quelle forme a pris la créature, qui n’a de cesse d’évoluer et surprendre, cette fois ci.

Once More ‘Round The Sun n’est exactement pas un album conceptuel à l’instar de Crack The Skye. Il se rapproche davantage de son prédécesseur. C’est avant tout un album de rock – même si la lourdeur toute metal est bien au rendez-vous -, la production assurée par Nick Raskulinecz est la preuve de la parenté assumée de l’opus avec Alice In Chains et Deftones, influences que souhaitait exploiter le groupe. Album direct donc, mais pas moins éloquent. Les deux premiers titres, « Tread Lightly » et « The Motherload » donnent la tonalité globale de l’album et il faut d’emblée admettre que la bête est envoûtante. Le point fort est l’inspiration des refrains, le single classique « High Road » ne le dément pas. La passion du groupe pour le fantastique et l’étrange transparaît une nouvelle fois, cette-fois ci de manière plus discrète mais surtout mieux maîtrisée. Mastodon emprunte toujours des chemins tortueux, en réussissant la prouesse de ne perdre personne, avec, qui plus est, un regard insistant porté vers des horizons psychédéliques, comme en avertit l’étrange et vive illustration. « Chimes At Midnight » est un rêve instable, l’onirisme de Mastodon est une pathologie unique. Le contraste entre l’atmosphère éthérée d’un « Asleep In The Deep » et la vivacité d’un « Feast Your Eyes » ou d’un « Halloween » fait de la schizophrénie l’un de ses symptômes constants. Bien entendu, Mastodon a des éclairs de lucidité. Brent Hinds et Bill Kelliher ont fait d’ « Ember City » et ses soli une prouesse architecturale. Enfin, libre à l’auditeur de décider si il souhaite se réveiller difficilement ou sombrer ; « Diamond In The Witch House » laisse le choix, ce de manière extrêmement oppressante.

Deftones, Alice In Chains, Neurosis (forcément, avec encore une fois la participation de Scott Kelly sur la dernière chanson) et même Queens Of The Stone Age, Mastodon semble avoir absorbé une quantité de groupes pour aboutir à Once More ‘Round the Sun. Ce dernier n’est certes pas aussi fougueux qu’un Blood Mountain (2006) ou surprenant qu’un Crack The Skye, il est cependant davantage concentré, focalisé. Once More ‘Round the Sun est une histoire parfaitement contée, parfois songe, parfois cauchemar, toujours balisée.

Mastodon ne laisse ainsi pas beaucoup de possibilités d’appréhension quant à son apparence actuelle : la créature est superbe.

Ecouter les morceaux « Chimes At Midnight » et « High Road » :

Album Once More ‘Round The Sun, sortie le 24 juin 2014 via Reprise.



Laisser un commentaire

  • Et bien vivement le 23 juin, ce soir d’ailleurs je vais les voirs à Pratteln en Suisse, ça va être bon!

    [Reply]

  • Twisted Brother dit :

    S’assurer les services de Nick Raskulinecz pour la production est un gage supplémentaire de qualité. La prod du dernier album de Rush est une tuerie (en fait, tout Clockwork angel est une tuerie)et une sacrée carte de visite. L’association de musicien de génie avec un producteur pétri de talent, c’est une bonne recette pour accoucher d’un Classique.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Dream Theater @ Lyon
    Slider
  • 1/3