ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Matt Drake : je couche avec, je me marie avec ou je le tue ?




Matt Drake
Tout d’abord, revenons aux origines du groupe. Que faisiez-vous avant Evile ?

Matt Drake (chant) : Oula ! Depuis ma naissance, tu veux dire (rires) ? Cela fait cinq ans que le groupe existe. Avant, nous étions tous (mis à part Joel) dans le même groupe de reprises. Au final, ça fait dix ans que nous jouons de la musique ensemble. Nous avons toujours été des amis très proches.

Joel Graham (basse) : Je suis originaire de Dewsbury, en Angleterre. J’ai rejoint Evile au mois de décembre. Avant, j’évoluais dans Rise To Addiction, un groupe de heavy qui m’avait permis d’avoir quelques expériences de tournées européennes.

Quelles étaient vos influences ?

Matt : Lorsqu’on a commencé, on écoutait des groupes tels que Metallica et Slayer. Sepultura a aussi été une grande influence pour nous. Puis nous avons commencé à remarquer que les nouveaux combos ne faisaient pas le genre de musique que nous voulions entendre. Du coup, on s’est dit : « Et merde ! On n’a qu’à le faire nous-mêmes ! ». Et on a commencé à composer chacun de notre côté avant de monter Evile. Puis Earache Records nous a remarqués.


« …par moments, alors qu’on bossait au studio, au lieu de se concentrer sur nous, Flemming Rasmussen regardait des photos de trains sur internet (rires) ! Ce gars est obsédé par les trains, il adore ça, ne me demande pas pourquoi… « 
Sur votre premier album, vous avez travaillé avec Flemming Rasmussen (le producteur et ingé son de Metallica sur Ride The Lightening, Master Of Puppets et …And Justice For All). Ça a dû être assez incroyable !

Matt : Tout a commencé par une blague… On blaguait sur qui on voudrait pour produire notre premier album et le nom de Flemming Rasmussen est sorti. Vu qu’il avait produit des albums tels que …And Justice For All, on n’imaginait pas que ce serait possible. Puis, après avoir arrêté de rire, nous nous sommes dit « Putain, mais pourquoi pas ?! ». Je lui ai donc envoyé un email et il a répondu immédiatement. C’était une expérience incroyable et nous avons obtenu exactement le son que nous voulions. Cet homme a énormément de talent, c’est un mec génial ! Par contre, par moments, alors qu’on bossait au studio, au lieu de se concentrer sur nous, il regardait des photos de trains sur internet (rires) ! Ce gars est obsédé par les trains, il adore ça, ne me demande pas pourquoi…

Votre clip pour “Infected Nations” est assez original. Il se démarque des clichés des clips de metal avec des filles, de l’alcool, des flammes et des metalleux prétentieux vêtus de cuir moulant. Etait-ce une volonté de votre part d’être pris au sérieux.

Matt : L’idée de clip est venue de moi. A l’origine, on voulait le filmer dans un ancien théâtre pour développer une ambiance sinistre. Le clip a une dimension philosophique. Effectivement, nous voulions être pris au sérieux et faire un clip agréable à regarder. Cette vidéo montre un autre aspect d’Evile. Oui, nous sommes aussi capable de nous exprimer autrement qu’en jouant le plus vite possible.

Vous êtes au coeur de la vague de revival thrash. Que pensez-vous de ce retour en force ?

Matt : Nous ne sommes pas en train de faire revivre le thrash, car le thrash a toujours été présent. Néanmoins, il est vrai qu’en Grande Bretagne, ce style a vite été oublié quand le néo metal est apparu (NDLR : Matt et Joel grimacent). Mais les groupes ne se sont pas arrêtés d’en jouer ! Si on parle de revival aujourd’hui, c’est simplement que le style est revenu à la mode.

Vous êtes considérés comme un pilier de ce mouvement de revival. Peut-être est-ce tout simplement parce que vous êtes un jeune groupe ?

Joel : Comme je le disais, le thrash metal n’a jamais disparu mais la presse a tendance à mettre en avant des groupes plus jeunes.

Matt : Ce qui est marrant c’est qu’au début d’Evile, nous pensions être les seuls à faire ce genre de musique (rires)! Puis quand nous sommes partis en tournée et que nous avons rencontré d’autres groupes, nous nous sommes rendus compte que nous n’étions pas les seuls. A la suite de cela, nous avons décidé de rejouer tous ensemble, ce qui a permis la création d’une scène thrash anglaise prolifique et pleine de jeunes talents. Mais malheureusement, nous n’étions pas les premiers (rires)!


Joel Graham
La fin de l’année 2009 a été très difficile pour vous. Mike était un bassiste exceptionnel et un élément crucial. Pouvez-vous me parler des deux concerts que vous avez organisés en son honneur à Londres et Leeds ?

Matt : Nous voulions faire quelque chose pour Mike et pour toutes les personnes qui sont proches du groupe. Un enterrement avait eu lieu avec le groupe, la famille et les amis proches. Le truc, c’est que Mike avait toujours été anti-religion. Nous avons donc pensé qu’il méritait un adieu plus metal et avons organisé deux concerts en son honneur. Le premier était à Leeds et la mère de Mike a fait une apparition sur scène pour dire quelques mots. A ce moment-là, nous étions en backstage avec Gama Bomb, Mutant et Seregon, avec qui nous avions joué à plusieurs reprises. Dès ses premiers mots, les gens du public se sont mis à pleurer, c’était très émouvant. Le deuxième concert, à Londres, n’était pas aussi intense. Nous avons joué sur scène avec plusieurs amis et avons rendu hommage à Mike de manière festive et metal. On dit souvent que le metal est une grande famille, nous en avons eu la preuve.

La réaction des fans et des autres groupes a été phénoménale : Iron Maiden, Slayer et Machine Head nous ont fait des dons : guitares signées, calendriers, skateboards, etc. C’est juste dommage qu’il ait fallu une telle tragédie pour que nous puissions être en contact avec ces groupes incroyables.

Qu’en est-il de l’avenir musical du groupe ? L’arrivée de Joel à la basse va-t-elle apporter du renouvellement ?

Matt! Nos deux albums sont déjà très différents l’un de l’autre. Nous aurons donc probablement un son et un style différent sur le prochain. Sur le premier opus, nous voulions avant tout jouer vite. Sur le prochain, j’aimerais me focaliser sur les paroles et faire passer des idées plus profondes. L’arrivée de Joel n’aura pas d’influence sur notre direction musicale, mais plutôt sur le son.

On sait que les mecs d’Entombed adorent faire la fête et, vu que Amon Amarth sont des purs vikings, on imagine qu’eux aussi savent s’éclater ! Ca n’a pas été trop difficile de tenir le rythme ? Est-ce que les anglais ont de quoi être fiers ?

Matt : Nous n’avons même pas essayé ! Il n’y avait que 5 ou 6 dates avec eux, donc il n’y a pas eu trop d’occasions. Nous avons en revanche beaucoup discuté avec les mecs d’Entombed. Ils sont vraiment cool ! Mike et Ben Carter (batteur) faisaient souvent la fête avec eux. Personnellement, je ne bois pas, donc je suis toujours celui qui va se coucher tôt (rires) ! Même quand il commençait à être malade, il gardait toujours une bière à la main et finissait très souvent par terre (rires) ! J’adorerais revoir Amon Amarth et Entombed, ils ont été géniaux avec nous. Dans l’immédiat, nous partons en tournée avec Kreator, Voivod et Kataklysm aux Etats-Unis. Après ça, nous partons jouer avec Overkill, Vader, God Dethroned et Wabringer. Nous n’avons jamais tourné aux Etats-Unis auparavant, je n’ai aucune idée de comment ça va se passer. Il paraît que les groupes ne sont pas aussi bien traités qu’en Europe, mais cela ne nous fait pas peur !

Chaque année, le staff de Radio Metal fait un top 10 des meilleurs albums de l’année. Pouvez-vous me faire un petit top 5 de 2009 ?

Matt : Bien sûr ! Mastodon “Crack The Skye” , Candlemass “Death Magic Doom”, Gama Bomb “Tales From The Grave In Space”, Kreator “Hordes Of Chaos”, Alice In Chains « Black Gives Way To Blue » et puis… Non, je ne peux pas dire Evile (rires) !

Il est l’heure de la question stupide de l’interview. Le concept est simple, je vous dis le nom de trois personnalités et vous me répondez avec « je tue », « j’épouse », « je couche avec ». Angela Gossow de Arch Enemy, Cristina Scabbia de Lacuna Coil et Amy Lee de Evanescence ?

Matt : Oh putain je sens que je vais avoir honte… Elles sont toutes super belles mais je dois tuer Amy Lee à cause d’Evanescence (rires). Je pense que j’épouserais Angela Gossow parce qu’elle est incroyable mis à part la chirurgie ésthétique ! J’ai rencontré Cristina Scabbia une fois, elle est charmante. Est-ce que je peux me taper Angela, Cristina, tuer Amy Lee et n’épouser personne ?

Joel : Je me marie avec Angela, je couche avec Cristina et je tue Amy !

Matt : Ouais, ok moi aussi (rires) !

Entretien réalisé par Izzy en janvier 2010 à Londres
Site de EVILE : www.myspace.com/evileuk




Laisser un commentaire

  • Metal'o Phil / RM dit :

    Interview intéressante, mais je n’ai pas été convaincu par le thrash d’Evile. Ok c’est bien produit et bien joué, mais au niveau des riffs, ça reste quand même très moyen….

    Sinon, suis-je le seul à qui le timbre de voix de Matt sur les refrains me rappelle celui de Matt Heafy de Trivium ?

    [Reply]

  • en effet, j’ai vu Chuck en 1994 de très près (miam) et obtenu un autographe… donc oui, la ressemblance est troublante….enfin, on ne lui cracherais pas dessus o)

    [Reply]

  • Interview bien sympa !

    J’ai toujours trouvé que Matt Drake ressemblait a Chuck Shuldiner, pas vous ?

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3