ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Mayan – Antagonise


Qu’on se le dise : il faut résolument mettre derrière la grandiloquence symphonique et la prédominance du chant féminin de Quarterpast, le premier opus du combo Mayan, formé notamment de membres d’Epica et d’After Forever. Car le second essai du groupe à majorité hollandais, Antagonise, appuie sur un aspect, il est vrai largement entrevu sur Quarterpast, mais qui prend ici littéralement son envol : un death complexe mais surtout beaucoup plus couillu, sur des compositions aux structures et arrangements symphoniques. Plus agressif, plus lourd, avec une belle place réservée aux grunts et autres growls ; Mayan va séduire à la fois les adeptes de l’intense et du tordu rythmiquement. Pas besoin d’être adepte de symphonique ou de progressif pour apprécier cet album : la lourdeur des riffs, les plans rythmiques de furieux (« Paladins Of Deceit », « Lone Wolf ») qui parsèment les titres, les refrains accrocheurs (« Bloodline Forfeit », « Burn Your Witches »), un soupçon de rythme entraînant à la Finntroll qui se mélange à de grandioses ambiances de claviers superbement délivrées par l’ex-After Forever Jack Driessen… La grande diversité d’Antagonise, faute de donner une cohérence flagrante à l’album, lui confère un certain pouvoir d’attractivité et attise sans relâche l’intérêt de l’auditeur qui se montre curieux à des compositions progressives intenses.

Il faudra attendre l’ode « Insano » pour entendre l’Italienne Laura Macri délivrer un chant lyrique sur toute la chanson, qui était plus important dans le concept d’ « opéra-metal » du premier opus. La maestria technique de la belle est d’autant plus appréciable lorsqu’elle est ainsi distillée avec parcimonie. Mais le repos est bref : « Human Sacrifice », même s’il contient toujours du chant féminin, est terriblement violent et destructeur, aux frontières du black metal. A l’image, en fait, du propos quasi martial de Mayan qui anime le concept de l’album et de ses titres (« Enemies Of Freedom », « Faceless Spies – National Security Extremism », pour ne citer qu’eux) : en guerre contre l’espionnage systématique des individus qui se généralise avec les nouvelles technologies, Mayan hurle et tape fort, se servant uniquement des éléments symphoniques pour donner un écho plus grand à son propos dévastateur. Avec Assange et Snowden pour maîtres à penser, Mark Jansen et ses sbires de Mayan ont donné à cette thèse très actuelle un cadre musical idéal : dans un univers à la fois inquiétant et complexe, ils résonnent brutalement et sans relâche.

Ci-dessous la lyric-vidéo du titre « Faceless Spies » :

Album Antagonise, sortie le 31 janvier 2014 chez Nuclear Blast Records



Laisser un commentaire

  • piou piou panpan !!! dit :

    J avais bien aimé leur précédent album et la musique dévoilé est géniale, vivement que l’album sorte. Par contre je croix qu’il y

    [Reply]

    piou piou panpan !!!

    a une petite erreur, vous avez mis que la sortie est le 31 janvier 2013

    Sorry pour le beug

    Merci de l’avoir repéré. On doit avoir besoin d’une petite période d’acclimatation. 😉

  • Arrow
    Arrow
    Rock'N Festival @ Chauny
    Slider
  • 1/3