ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Même Bagdad Rodeo est loin d’être innocent


Voici un live report que nous souhaitions impérativement vous faire partager malgré notre actualité débordante. Il date du 17 mars dernier mais nous voulions quand même évoquer à tout prix ce concert de No One Is Innocent, un groupe français incontournable qui a toujours autant la pêche. A l’occasion de la sortie de leur nouvel album, Drugstore, No One Is Innocent se retrouvait donc sur la route de la Cigale en compagnie de Bagdad Rodeo. Lorsque les chefs cuistots de la programmation musicale que sont Gérard Drouot Productions nous servent une cuisine aussi raffinée en première partie, il faut prendre le temps de le noter : il est rare d’avoir des ouvertures – surtout françaises – aussi talentueuses, avec un son aussi bon et un charisme tout à fait appréciable.

La métaphore gastronomique s’arrêtera pourtant là, car Bagdad Rodeo c’est tout sauf du raffinement.

Artistes : No One Is InnocentBagdad Rodeo
Lieu : Paris (France)
Salle : Cigale
Date : 17 mars 2011

No One live

Nous faisons évidemment référence à leur humour grossier, provocateur et souvent misogyne… bon, on est metalleux ou non ? L’humour grossier, il n’y a que ça de vrai, merde ! Cette vulgarité jouissive parviendra à faire bouger le public sur des morceaux comme « Super Connard », « Monde De Merde » ou encore « La Farandole ». Leur musique, du rock n’roll assez rentre-dedans sans être particulièrement bourrin, a un très bon groove à l’américaine illustré par les chapeaux de cowboys portés par certains des musiciens, par ailleurs très bien en place.

La seule incongruité est la présence de trois DJ/claviers/chœurs qui se font très discrets autant au niveau de la scène (cachés au fond à gauche) que du mix : en fermant les yeux on entend une formation « classique » à deux guitares, une basse, une batterie et du chant. Par contre, qu’est-ce que ça envoie ! Un son à la fois gras et subtil délivré par des guitares à micros simples, un combo basse-batterie terriblement efficace, le tout relevé par un chant puissant et imposant saupoudré par une tenue de scène rivalisant avec certains des plus grands.

Voilà une recette que nous aimerions retrouver plus souvent !

L’alchimie fonctionne

Nous enchaînons rapidement et sobrement sur No One Is Innocent, qui fait dans le simple et efficace avec un fond entièrement noir à l’exception des deux énormes crochets qui encadrent habituellement le nom du groupe. Le groupe se lâche complètement dès les premières notes et il est évident que ces musiciens sont vraiment heureux d’être là, devant une Cigale rendue effervescente grâce au bon travail de chauffage de salle effectué par le rodéo qui les a précédés. Kémar en frontman bondissant dans tous les sens, crachant ses paroles avec une hargne accusatrice saura rapidement nous rappeler pourquoi nous sommes là, tandis que les autres musiciens nous délivreront un mur de son à la fois massif et envoûtant.

Nous serons particulièrement choqués par la version live de « Revolution.com », que nous connaissons sous la forme d’un petit tube soft à passer à la radio, et que nous découvrons à présent sur scène avec une agressivité non sans rappeler les bons éléments de la musique de Rammstein. La mélodie électronique du refrain prendra d’ailleurs tout son sens dans cette machine infernale qui nous saisit vraiment aux tripes pour nous amener exactement là ou le groupe veut nous voir : au milieu de la fosse, à bondir dans tous les sens.

Extase entre les deux rives

Le public ne se contente pas de bondir, cela dit, et l’avantage d’un groupe chantant en français est que ses paroles sont facilement reprises par une horde de fans. Et avec des paroles aussi puissantes que celles de No One Is Innocent, cette horde vous procurera vraiment des frissons incontrôlables lorsqu’elle criera « Kaboul, Santiago et Panama » alors que les instruments de US Festival se calment. Cependant, cette langue française est presque dommage, car No One nous prouve par ce concert qu’il y a en France des groupes vraiment solides, voire de classe mondiale, mais cette barrière de la langue rendra toujours difficile l’exportation de telles formations musicales, si puissantes soient-elles. Cependant, pour un groupe comme No One Is Innocent, qui a un aussi fort message à délivrer aux français, il est important de pouvoir se faire comprendre. Kémar profitera d’ailleurs de l’occasion pour parler rapidement de politique entre deux morceaux, nous rappelant que No One a quelque chose à dire.

Tandis que Yann Coste nous ravit toujours par son jeu subtil de batterie, quoi que moins démonstratif que dans Fill’s Monkey, c’est François Maigret dit Shanka qui nous mettra vraiment une baffe monumentale avec son jeu pourtant simple et épuré mais ô tellement efficace. La technicité n’est cependant pas ce qui manque à cet As de la guitare, anciennement pédago chez Guitar Part, ce qu’il saura nous montrer d’une part par un jeu extrêmement propre et détendu, mais aussi par quelques rapides soli placés par ci, par là. Tout au long du concert nous aurons le plaisir d’observer des musiciens hors pairs mais détendus et jouant visiblement pour le plaisir.

Un très bon show

Le groupe en vient à « La Peau », morceau très attendu par le public et tiré de leur premier album, avant d’enchaîner sur « Chile » puis de quitter la scène. Kémar et Shanka reviennent quelques instants plus tard avec une guitare acoustique pour jouer une reprise de Johnny Cash (« Hurt ») ainsi que « Qui Je Suis ». Le reste du groupe est à nouveau accueilli sur scène pour jouer les derniers morceaux du set, dont « Paris » qui verra « Faustine » du groupe Munshy venir partager le chant, puis ils terminent avec « Drugs » où toute la fosse pourra librement monter sur scène, privilège dont on ne se privera pas, bien évidemment.

No One est une belle équipe

Setlist No One Is Innocent :

US Festival
Les Mêmes Idées, La Même Erreur
Revolution.com
Nomenklatura
L’Amour De La Haine
Johnny Rotten
Automatic
Où Etions-Nous ?
La Peau
Chile

Rappels :

Hurt (Johnny Cash)
Qui Je Suis
La Peur
Le Monde Entier
Paris
Drugs



Laisser un commentaire

  • QuentOf54 dit :

    Pour le coup vous venez de me faire découvrir quelque chose, je n’connaissais absolument pas No One Is Innocent. Je viens juste de commencer à écouter l’album éponyme (sur deezer) c’est en dehors de tout ce que j’ai entendus jusqu’ici, même si certains morceaux me font penser à du Noir Désir. J’adhère ^^

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3