ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

« Merci, bande d’enfoirés »


Artistes : DagobaAnanta
Lieu : Villeurbanne
Salle : C.C.O.
Date : Vendredi 26 novembre 2010
Public : 300 personnes environ

Nos péripéties à la séance de dédicace de Dagoba à la Fnac nous font manquer l’ouverture de la soirée par The Oath. Séance qui, étonnamment n’a pas mobilisé tant de wagons de groupies, bien au contraire. Tout comme ce concert, qui se déroule dans une salle devant près de 250 personnes. Fin de la parenthèse.

La tournée

Nous arrivons donc à temps pour assister au set des montpelliérains d’Ananta. Néanmoins, très rapidement, l’ennui s’impose. Le set, certes parfaitement en place, et la musique en elle-même s’avèrent bien trop conventionnels, prévisibles sans être efficaces. Les riffs de guitare, systématiquement calés sur les rythmiques de double grosse caisse, se suivent et se ressemblent. Les refrains, dans un chant clair poussif ne se retiennent pas et révèlent les limites ou la fatigue du frontman. Côté présence scénique, on retiendra tout de même un guitariste sur-motivé qui harangue le public avec enthousiasme et énergie.

A la décharge d’Ananta, le son est exécrable. C’est le point noir de la soirée. Impossible, même équipé de protections auditives, de saisir les notes jouées par les guitares et la basse. Difficile, du coup, d’apprécier les riffs, les leads de guitare (inaudibles) d’Ananta. Ne parlons même pas du clavier dont nous ne remarquerons la présence qu’au bout d’un quart d’heure de show. En temps normal, pour peu que l’on connaisse les titres du groupe, on arrive à profiter un peu du concert en se reposant sur la rythmique et sur sa mémoire. Ce ne sera pas le cas pour Dagoba. On se demande comment le public a pu apprécier cette bouillie tant on ne reconnaissait même pas les chansons. Au terme du concert on n’aura pas entendu une seule note sortir de la guitare ou de la basse.

Franky, la star du groupe

Et c’est dommage, car il y avait de la magie dans ce show. Pas que les Marseillais soient des showmen exceptionnels : on ne peut pas leur enlever leur prestance, leur énergie ou encore leur mise en place, mais leur attitude manque parfois un peu de spontanéité. Franky est, à n’en pas douter, la star et le communiquant du groupe. C’est lui qui captive par sa gestuelle, sa manière de chanter ses rythmes, mais aussi son look qui, à en voir le nombre de bandanas dans le public, fait des émules. C’est également le membre le plus avenant, celui qui prend le plus l’initiative d’aller discuter avec les fans. Soulignons néanmoins l’extrême solidarité qui règne au sein de la formation. Tout le monde est au même niveau, personne ne se met en avant plus qu’un autre. Comme nous le dira Werther le soupe au lait bassiste de corvée pour ranger le merchandising après le concert, « c’est fini le temps des chanteurs stars comme Axl Rose ! ».

« Ouais, j’ai pas rêvé, ils font vraiment un sacré boucan »

Mais ce qui nous aura le plus marqués ce soir, c’est cette connexion presque familiale et instantanée qui se sera établie avec le public. C’est ce petit truc incompréhensible et magique qui flotte dans l’air et qui grave le souvenir de cette soirée dans votre esprit. Le public était motivé et motivant. Quand Shawter demande dès le troisième titre un Wall Of Death, je me dis « aucune chance que ça prenne ». Grave erreur, je le reconnais, on ne m’y reprendra pas. Comme quoi, tous les publics n’ont pas la même qualité et une foule, ce n’est peut-être pas si impersonnel que cela.

Ce soir, l’audience était de qualité et est en grande partie responsable de cette si fédératrice atmosphère. Que le traditionnel « vous êtes le meilleur public de la tournée ! », que l’on doit à Franky à la fin du concert, soit sincère ou non, on s’en fiche : le compliment est mérité. Celui-ci soulignera également que la région Rhône-Alpes a son lot de groupes sexy et citera Nightmare et Destinity. Autant de raisons qui justifient, si l’en était encore besoin, le « Paris ! Paris ! On t’enc*** ! » que fera scander Shawter.

C’est un frontman essoufflé par tant de répondant qui, sur la fin, lâchera un jouissif « merci, bande d’enfoirés. »

Photos : Lost (concert de Paris)



Laisser un commentaire

  • Georgette la Sanguinaire dit :

    Yes, j’y étais ! Je voyais Dagoba pour la 3ème fois, autant en CD c’est pas plus mon truc que ça, autant en live ils ont une patate et un respect pour leur publique qu’on voit rarement. Super concert à chaque fois !

    [Reply]

  • WhoDoYouThinkIAm dit :

    Eh ben, entre l’article où Werther est super cool à Paris et celui où il est soupe au lait à Lyon, soit cet homme a deux facettes, soit vous êtes sacrément différents à RM, soit Metalo, il t’a pas dédicacé de godemichet . Ananta, au moins, vous met d’accord.
    Quant au « Paris, Paris, on t’encule », de la part d’un marseillais à Lyon, c’est à chier. Ces propos de fan de foot débile sont nuls. Et puis on a rien entendu sur Paris, à part des mercis. Hypocrisie à Paris ? Démagogie à Lyon ? Beurk.

    [Reply]

    Par rapport à Werther, je ne vois pas en quoi c’est contradictoire. Un être humain n’a pas UN SEUL trait de caractère. Un type n’est pas tout le temps bougon ou tout le temps super sympa, comme dans les séries télé américaines où chaque personnage semble être associé à une seule et même émotion.

    Je n’ai vu Werther qu’en fin de soirée, probablement épuisé par le concert, gavé par le fait de devoir ranger le merch’ et fatigué d’avance à l’idée de repartir en tourbus. Les conditions ont fait qu’il semblait un peu distant à ce moment là, ce qui est normal !

    Spaceman

    Après, par rapport à Paris, c’était à mon avis à prendre pour de l’humour et de la taquinerie pour jouer avec le public. en France on aime se taquiner et s’envoyer des petites piques. Il ne faut pas toujours tout prendre au sérieux… Surtout dans un tel concert où c’est le fun qui prime!

    Impe

    Le « Paris, Paris… » c’était parce que Shawter avait dit avant qu’ils allaient « arrêter là parce que le lendemain y’a la capitale et c’est plus important donc faut économiser l’énergie » ou un truc du genre.
    Et c’est sur que c’est à prendre au 2nd degré.

    Pour Werther moi je lui ai juste un peu parlé à la fin du concert il était sympa ^^

  • Toutefois, il ne faut pas oublier que Werther est un original.
    Désolé…
    Cependant, ayant vu le concert de Dagoba à Bordeaux, je suis tout à fait d’accord sur ce lien qu’ils arrivent à créer extrèmement rapidement avec leur public et qui rend le concert super sympa.
    Continuez les gars, et rendez vous au Heavenfest comme dirait un glorieux canadien!!!

    [Reply]

  • Moi je l’ai trouvé ‘achement bien ce concert, ça pogotait bien et tout pleins de walls of death.

    Et sympa le groupe qui sort direct après pour voir le public 🙂

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • 1/3