ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Metal Church – XI


Metal Church - XIComme le suggérerait le titre d’ouverture « Reset », première piste des onze qui composent ce onzième album sobrement intitulé… XI, le groupe américain Metal Church se serait réinitialisé. Le départ de son chanteur Ronny Munroe en 2014 l’avait plongé dans l’indécision quant à son avenir jusqu’à ce que son ancien vocaliste Mike Howe (de 1988 à 1994) fasse son retour l’an passé, d’abord le temps du single « Badlands » – version contemporaine du morceau éponyme, présent initialement sur l’album Blessing In Disguise de 1989 – puis définitivement en vue de ce nouveau disque. Jugulant beaucoup d’attente dès les premières lueurs de cette réunion, et coproduit par le guitariste historique Kurdt Vanderhoof en personne, XI conserve la production des récents opus en terme d’accroche et de grain tout en marquant un retour assuré et assumé à des compositions viscérales et rentre-dedans dignes des albums Blessing In Disguise (1989) et Human Factor (1991), ceux-là même où Mike Howe donnait de la voix.

Dernier venu d’une carrière hétéroclite marquée par différents changements de line-up, quoi attendre de ce nouveau chapitre dans l’histoire compliquée de Metal Church ? Groupe globalement reconnu sur la scène heavy mais au relief limité pour avoir grandi dans l’ombre d’un certain Metallica, et dont on dit souvent qu’avec plus de panache et de régularité il aurait pu dans une réalité différente se hisser dans la position du grand groupe justement occupée par ce dernier. Mais Metal Church n’est pas pleurnichard, et comme souvent, il est resté fidèle à ses racines et délivre ici un album de heavy thrash varié s’agissant des ambiances proposées. Peuvent ainsi à titre d’exemple se renvoyer dos-à-dos le progressif et prenant « Signal Path », la semi-ballade au long-cours « Sky Falls In » ou encore le mystérieux et horrifique « Blow Your Mind » sur lequel plane l’ombre de Black Sabbath. L’album n’est pas avare en moments vitaminés, avec en point d’orgue « Needle & Suture », rouleau compresseur thrash dans l’âme qui donne immédiatement envie de faire de la place chez soi.

Ajouté à cela la voix momifiée et héritée d’une autre époque de Mike Howe, confluente d’un Rob Halford (Judas Priest), d’un Udo Dirschneider (ex-Accept) ou d’un Bobby Ellsworth (Overkill), le résultat de XI est globalement éclatant. Si l’architecture rythmique est peu originale en elle-même et joue sur la fibre nostalgique – à l’instar du son global de l’album, assez daté -, la frénésie qui l’habite donne du baume au cœur, si bien que paradoxalement on peut s’autoriser à parler d’un petit ravalement de façade pour l’ « Eglise du Metal ». On ressent un soin apporté à l’agencement des titres entre eux et une clarté en leur sein à l’égard des transitions et breaks, le batteur Jeff Plate se montrant particulièrement actif.

Nonobstant quelques faiblesses, comme le dépouillé et scolaire « Shadow » et une recette tout de même bien éculée à l’image d’un « No Tomorrow » pas si éloigné de « Badlands », on louera tout de même chez Metal Church une perspicacité payante et un sens du devoir accompli. La chapelle est toujours illuminée et le groupe revient aux avants postes d’une scène qui manquait justement ces derniers temps d’oeuvre spontanée pour réveiller le fan de heavy thrash qui sommeillait en nous. À voir désormais si ce XI restera un simple « one-shot » avec le retour de Mike Howe au chant ou bien le prélude d’un nouveau chapitre dans l’histoire de Metal Church.

Ecouter les titres « Killing Your Time » et « Reset » :

Voir le clip pour la chanson « No Tomorrow » :

Album XI, sortie le 25 mars 2016 via Nuclear Blast



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3