ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Metallica au Stade de France : résumé de la soirée en trois enseignements


Le 12 mai dernier, Metallica se produisait en tête d’affiche au Stade De France devant 74 000 personnes pour célébrer les 20 ans de son Black Album. Un disque qui s’est écoulé depuis sa sortie (1991) à plus de 28 millions d’exemplaires. Les groupes Gojira et The Kills étaient également présents pour ouvrir cette grande fête du metal(lica). A ce titre, sortir du RER et voir dès l’après-midi des milliers de metalleux aux abords de l’enceinte du Stade De France était autant impressionnant que riche en symboles pour un style musical souvent méprisé (« Ha bon, y’a un public pour ça ?! ») et qui, rappelons-le, ne bénéficie d’aucune couverture médiatique dans les médias traditionnels hexagonaux.

Le Stade De France commençait doucement à se remplir lorsque Gojira, leader emblématique du metal français, montait sur les planches dès 19h.

Artistes : MetallicaThe KillsGojira
Date : 12 mai 2012
Salle : Stade de France
Lieu : Paris

Une vue impressionnante
@Gojira – Facebook

Les Basques auront tout donné pendant les 30 petites minutes qui leur ont été accordées. Misant sur leurs titres les plus connus et interprétant « L’Enfant Sauvage », un morceau tiré de leur nouvel album du même nom dans les bacs le 25 juin prochain, Gojira est parvenu à séduire une foule acquise à Metallica qui, nous le verrons plus tard, ne fera aucun cadeau à The Kills. Toujours en mouvement, le combo a donné l’impression de vivre cet instant – sans conteste l’un des plus grands moments de sa carrière – avec joie et intensité. A ce titre, on aura rarement vu un Joe Duplantier (chant/guitare) aussi actif, courant comme un fou sur la gigantesque scène des Mets qui s’avançait au centre de la foule. Trente minutes et six titres, c’est bien entendu trop court pour un concert de Gojira mais cela aura tout de même laissé le temps à l’audience du SDF de voir que le plus grand groupe de metal français a délivré un set frais et plein d’énergie en démontrant, une fois de plus, sa remarquable qualité technique.

Premier enseignement de la soirée : Gojira était vraiment heureux d’être là et a profité de chaque seconde qui défilait en faisant partager ses tubes avec brio et énergie. Et ce malgré un son très moyen.

Setlist de Gojira :

Oroborus
The Heaviest Matter Of The Universe
Backbone
Flying Whales
L’Enfant Sauvage
Vacuity

The Kills ne s’est pas fait que des amis…
@The Kills – Facebook

Ha, le concert de The Kills au Stade De France ! Tout le monde savait que jouer entre Gojira et Metallica quand on fait « simplement » du rock pouvait être un beau cadeau empoisonné pour The Kills… et on en a eu la confirmation. En effet, une partie du public a clairement manifesté son hostilité à l’égard du groupe avec, à la clé, huées et bras d’honneur. Une attitude complètement stupide envers ce duo (entouré par quatre percussionnistes) dont la musique sensuelle n’avait finalement qu’un immense défaut : celui d’être totalement hors-contexte. Mais pour cela doit-on le blâmer ?! Sûrement pas !

Les compos garage de The Kills, pleine de montées en régime, sont simplement bien plus adaptées à une petite salle cradingue où l’atmosphère électrique est beaucoup plus prégnante, plutôt qu’à un stade en plein jour où très peu d’effets de scène sont possibles mis à part les quelques fantaisies des percussionnistes. Ainsi il suffisait d’avoir un tant soit peu d’imagination, ou un peu d’expérience live, pour se rendre compte que cette musique – qui mélange la voix éraillée de la chanteuse Alison Mosshart et la guitare de Jamie Hince – n’était pas mauvaise en soi mais juste très différente du metal de Gojira et Metallica. Pour rentrer dans le show de The Kills au Stade De France, il fallait sans doute faire l’effort de passer outre les conditions peu favorables évoquées plus haut. Mais une bonne partie du public s’était déjà faite son opinion avant même que le groupe ne démarre son set, donc a partir de là…

Au final, en ce samedi 12 mai 2012, certains fans irrespectueux n’avaient apparemment pas le cerveau assez éclairé pour comprendre que The Kills était une formation de six êtres humains qui ne méritaient absolument pas un quelconque comportement agressif de la part de l’audience. Le groupe finira son set d’une quarantaine de minutes par le bien nommé « Fuck The People » où Alison effectuera à son tour des bras d’honneur, compréhensifs mais malgré tout pas très élégants, au public.

Deuxième enseignement de la soirée : le concert de The Kills a fait retomber l’ambiance et le groupe s’est d’ailleurs tellement fait jeter par le public qu’il a même choisi d’en parler sur sa page Facebook

Setlist de The Kills :

No Wow
Future Starts Slow
Heart Is A Beating Drum
Kissy Kissy
Pull A U
Black Balloon
Pots And Pans
Fuck The People

James Hetfield
@Metallica.com

Après la fameuse intro « The Ecstasy Of Gold » d’Ennio Morricone où l’on peut voir défiler sur les écrans géants du Stade De France des images du film Le Bon, La Brute Et Le Truand, les Mets démarrent leur set avec « Hit The Lights » extrait de l’album Kill’Em All. Ce qui, quand on y réfléchit, résume le propos en termes d’impact scénique !

On l’avait de toute façon senti dès les soundchecks de Metallica, l’écart de qualité sonore entre les prestations des deux premiers groupes et la tête d’affiche allait être vraiment très (trop ?) important. Dans cette optique, la fameuse relance de Lars Ulrich à la 27e seconde du morceau « Wherever I May Roam » était presque aussi puissante que sur album… et Dieu sait si le Black Album fait partie des albums les mieux produits des années 90 !

Après « Hit The Lights », s’ensuit un enchaînement « Master Of Puppets – No Remorse » du tonnerre où l’on mesure grâce aux écrans géants la forme physique nécessaire à Lars Ulrich pour tenir la cadence. Notre batteur est rapidement en nage et il sera d’ailleurs fort instructif de voir l’état de son visage (et de son T-Shirt !) à la fin du show pour comprendre qu’avoir une santé au top est plus que nécessaire si on veut jouer du metal pendant trente ans ! Notons également au début de ce concert la présence de « Hell And Back », un morceau tiré de l’EP Beyond Magnetic qui met en avant des Faces B de Death Magnetic (2008). Une bonne surprise car ce morceau et ses riffs lourds (forcément dans l’esprit des titres de Death Magnetic) passent très bien l’épreuve du live. La très grande majorité du public ne s’y est pas trompée même si, en tournant la tête autour de soi, on avait quand même l’impression qu’une bonne partie de l’audience entendait ce titre pour la première fois…

Kirk Hammett
@Metallica.com

Mais la foule n’a pas été longtemps dépaysée puisque les trois écrans géants ont rapidement annoncé ce qui allait suivre avec une petite rétrospective mettant en avant des images d’archives et des séquences tirées de la vidéo « 1 An Et Demi De La Vie De Metallica » (1992) : l’interprétation du Black Album, sans conteste l’un des disques les plus importants de l’Histoire du metal, allait démarrer.

Petite spécificité : les morceaux de l’album ont été joués à l’envers, donc en partant de la fin. Interprété pour la première fois lors de la présente tournée, « The Struggle Within » ouvre le bal avant que les morceaux « My Friend Of Misery » et « The God That Failed » donnent le sourire aux fans des Mets bien peu habitués à écouter ces titres en live. Bien sûr, tous les titres ont été joués et on retiendra d’ailleurs la magie qui s’est dégagée des deux morceaux calmes que sont « Nothing Else Matters » et « The Unforgiven ». Eh oui : 74 000 personnes qui illuminent un stade rien qu’avec des briquets et des téléphones portables… eh bien ça a de la gueule ! Côté musique, « Holier Than Thou » et « Sad But True » se termineront respectivement par des solos de batterie et de basse digestes car courts avant qu’ « Enter Sandman » ne conclut l’affaire. Le public rentrera donc chez lui les larmes aux yeux, affreusement déçu de ne pas avoir pu savourer de rappels…

Mais non, ce n’est pas vrai ! Quelqu’un y a cru au moins ? Non ? Ha, mince !

« One » fut un très grand moment
@Metallica.com

L’intro de « Battery » résonne et le public parisien – d’ailleurs composé de beaucoup d’étrangers – peut ainsi savourer la déferlante thrash qui passe par ses oreilles en guise de premier rappel. Dans la continuité, quel magnifique moment que ce « One », le seul titre de l’album …And Justice For All à avoir été joué lors de ce concert ! Car après avoir démarré sur ses traditionnels pétards et flammes faisant allusion à la thématique guerrière de la chanson, Metallica aura proposé sur ce morceau un jeu de lasers colorés du plus bel effet. Des lasers qui n’auront pas cessé de se croiser, en longueur et en largeur, dans toute l’enceinte du SDF.

Ensuite, il suffisait simplement de lever la tête pour comprendre ce qui allait se dérouler sous nos yeux : en effet des membres du staff de Metallica positionnés tout en haut de la scène déficelaient d’immenses bâches ce qui signifiait, comme lors de chaque prestation des Mets, que Seek & Destroy et ses gigantesques ballons noirs aux couleurs du groupe allait terminer le show.

Paris aura donc eu droit à un set des Mets plein de bonne humeur et de partage. A ce titre, les quatre membres du groupe resteront de longues minutes sur scène pour distribuer des médiators, donner des baguettes et poser pour les photographes avec des drapeaux français sur le dos. Ce concert de Metallica fut par conséquent à l’image de tous les shows que les Mets délivrent depuis maintenant trente ans : efficace, professionnel et chaleureux. Lors de ce concert, James Hetfield (chant) confiera d’ailleurs au public que « Trente ans après avoir joué pour la première fois en France, Metallica se produisait ce soir devant sa plus grande affluence ».

Partage et joie
@Metallica.com

Troisième enseignement de la soirée : Metallica aura mis trente ans pour fédérer sa communauté, se faire un nom, construire sa carrière, jouer dans des salles importantes, passer des caps, vivre de son activité, remplir des stades et devenir millionnaires. Quand bien même, malgré cette fantastique réussite, ses quatre membres continuent encore à réaliser, en 2012 et à près de 50 ans, de nouveaux rêves tout en relevant de nouveaux défis. Ainsi, il est fort probable que l’état d’esprit de celui « qui veut être le meilleur », et qui le devient, se forge avant tout dans cette envie perpétuelle d’avancer, de progresser…

Metallica est plus qu’un groupe. C’est un esprit, une famille mais surtout une preuve qui dit « Seek & Destroy ».

Setlist de Metallica :

The Ecstasy Of Gold (Ennio Morricone)
Hit The Lights
Master Of Puppets
No Remorse
For Whom The Bell Tolls
Hell And Back
The Struggle Within
My Friend Of Misery
The God That Failed
Of Wolf And Man
Nothing Else Matters
Through The Never
Don’t Tread On Me
Wherever I May Roam
The Unforgiven
Holier Than Thou
Sad But True
Enter Sandman

Rappels :

Battery
One
Seek & Destroy



Laisser un commentaire

  • The Kills, ça déchire. Mais effectivement c’était pas l’endroit.

    [Reply]

  • J’avais déjà eu droit il bien longtemps dans ma jeunesse à voir Metallica pour le tournée du Black Album, les voir au stade de France m’a rajeunie et remis dans le droit chemin du métal.

    [Reply]

  • Moi quand je suis sorti du rer avec mon pote je n’est pas vue que des metalleux, on devait pas être au même concert!. c’était monsieur tout le monde et je dirai même pas 1/3 de la fosse était des métalleux.
    pour le concert ambiance de folie les 3 premiers morceaux, puis l’ambiance et nettement retomber jusqu’a wherever… les 3 derniers était terrible.metallica , que j’ai vue au moins 6 fois était au top.
    the kills, bien fait, pas pour eux quoi que, mais pour mr ulrich qui les voulais, et leurs a fait passer un mauvais moment. une honte que gojira est été avant eux!. voila, et merci aux 74000 personnes qui était la, d écouter autre chose que metallica et de soutenir le metal dans toutes ses variante, attention the kills c’est pas de METAAAALLLLL. QU’EST-ce qui aaaaa!!!!!!

    [Reply]

  • excellente soirée ils ont étés extraordinaire Playlists impec son sensass etc chapeaux bas messieurs car depuis trente ans que je vous suis j ai toujours le visage marquer d un sourire béant

    [Reply]

  • Concert impeccable, aucun regret d’y avoir été. Ce fut une soirée mémorable.
    De plus l’organisation était super, les Françaises très très jolies mais, s’il vous plaît, pour la bière, faites quelque chose…

    signé un petit Belge

    [Reply]

  • L'Antre-Axe dit :

    Ce fut génial, magnifique

    Pour the kills, ils méritaient de se faire huer: aucun contact avec le public, pas de communication, un set plat et sans énergie, un son horrible, un côté très répétitif…
    Bref objectivement c’était ps ça sans compter le décalage Gojira Metallica

    Gojira d’ailleurs m’ont converti, j’aimais pas trop mais j’ai été très agréablement surpris, grande énergie, grande force, et un côté assurément humain et communicant

    Quand à Metallica, rien à redire: aucun set ne sera parfait, mais là c’était quand même superbe
    l’alchimie groupe musique public effets spéciaux, que du bonheur

    [Reply]

  • Ptitmodu80 dit :

    Premier Concert Pour Moi (Fille De 15 Ans)
    Personnellement J’était Dans La Pelouse Or, Gojira A Assuré Pour Ce Départ !
    Malheureusement Pour The Kills Mauvaise Idée, J’ai Pu Entendre Dans Cette Pelouse Les « DIE !! DIE !! » Ou Encore « DEGAGE ! CASSE TOI ! ».
    Quand A Metallica, J’ai Fait 400m De Pogo Pour Rejoindre Mon (Petit) Copain, Au Final, 3 Personnes Devant Nous Et Nous Avions Metallica Devant Nos Yeux !
    C’était Tout Simplement Génial ! (Hormis Le Contenu Des Gobelets Metallica xD)
    Dark Kiss Et Bonne Journée ! 🙂

    [Reply]

  • Fucking me ! J’ai pas pu y aller, et j’en chiale! Superbe article, vraiment. Merci Radio Metal, Et METALLICA !!!

    [Reply]

  • Premier concert pour moi (41 ans et j ‘aime Mettalica depuis mes 16 ans)
    superbe ambiance ! arrivé un peu tard , pas vu Gojira mais The kills , son bien pourri ,je n’ai pas aimé .
    Arf ! plus de gobelet aux couleurs du black album , et pis je trouve que la binouse avait un drôle de gout ….. sans alcool ? à les sa »’ards !

    [Reply]

  • Master666 dit :

    Que dire … les kills, et bien il n’avait pas vraiment leur place dans ce concert, certes pas de leur fait mais c’est une erreur de programmation, une faute de gout. Gojira moi je suis pas fan alors joker.
    L’ambiance … du feu de dieu !!! Je suis généralement de nombreux match de rugby au SDF et même avec 70000 personnes ça n’a rien à voir.
    Le son … décidément le SDF n’est pas le meilleur endroit pour profiter d’un son de qualité. La playlist mythique que dire du grand, du beau, du heavy.
    Les sociologues auront appris quelques enseignements, il y a un sacré brassage, au milieu des t shirt et sweat métal black, metallica, big 4, megadeath, maiden, ramstein et autres déambulés des costards, des friday wear , des bobos ; des vieux, des très vieux, des jeunes et des très jeunes ; que le metalleux est fan de bières (ça c’est une découverte majeure).

    [Reply]

  • One Eyed Wisdom dit :

    Ce qui m’a le plus marqué c’était ce côté réunion de famille, l’ambiance était chaleureuse et amicale. Et puis les Mets ont encore une sacrée patate, les titres se sont enchaînés sans pause, on ne s’est vraiment pas ennuyé une seule seconde (même si l’attente avant Metallica a semblé interminable).

    Thumbs up à Gojira qui a vraiment envoyé du lourd, même si, comme tout le monde s’accorde à dire, leur set était trop court.

    Enfin petite dédicace aux 2 têtes de noeud d’au moins 1m90 qui se sont plantés comme des putains de piquets juste devant moi en plein concert. J’en ai encore mal au cou rien que d’y penser!

    [Reply]

  • Mon petit vécu de la chose, ce fut évidemment une grande réussite (même si rejoindre le stade n’a pas été une mince affaire lorsqu’on laisse sa tuture aux abords du périph à la porte de la chapelle) pour mon premier concert des Mets ainsi que mon premier concert « outdoor ».

    Étant arrivé un peu à la bourre, j’ai forcément loupé une partie (je dirais 1 ou 2 morceaux) du set de Gojira qui m’est apparu très court.
    +1 pour l’activité du groupe très actif/vivant sur scène, chose que le public (qui peut-être comme moi découvrait le groupe) ne lui aura pas rendu, c’était statique en fosse (pelouse or pour ma part).

    The Kills, je fais l’impasse vu qu’un article est en cours de rédac à ce sujet chez le Doc et que j’y reviendrais à ce moment-là.

    Après une attente relativement longue (les Kills ont terminé vers 20h30), les héros de la soirée viennent cueillir le stade vers 21h20.
    Le coup du son s’est fait ressentir effectivement sans attendre (dès les réglages par l’équipe comme remonté dans l’article) et le public s’est montré plus actif au fur et à mesure que la nuit tombait.
    Ajoutez les écrans géants et c’est la fête pas uniquement pour les oreilles.

    Je regrette cependant que les Mets n’aient pas été plus communicatifs avec le public, j’entends par là aucune incitation aux Braveheart/circle-pits comme j’en ai vécu lors du concert de Machine Head au Zénith (Dez Fafara de DevilDriver jouait ce même jeu avec le public également).
    James n’a pas été radin dans les tapages/serrages de main avec le public qui lui était accessible et les deux autres « gratteux » s’approchaient assez régulièrement aussi.
    Par contre quand ton membre préféré c’est Lars Ulrich, ça fait un peu chier qu’il soit bloqué au fond derrière ses fûts qu’il tape de bon cœur.

    Les jets de laser c’était super franchement, encore fallait-il avoir l’idée de se retourner (je parle bien de tourner le dos aux membres du groupe) pour assister à la petite merveille visuelle qu’ils faisaient.
    On a eu aussi des jets de flamme qui se faisaient bien sentir malgré la distance 😀

    Et pour la conclusion, ça faisait très plaisir d’entendre James s’exprimer à la foule, on aurait dit un gamin qui racontait sa concrétisation de son rêve avec des « Ouah c’est dingue, je rêve ou quoi ? » en référence au stade complet devant lequel ils se sont produit, ou encore l’expression « famille française Metallica » (non il l’a pas dit en français, je vous rassure) en parlant du public. J’ai trouvé ça très beau !

    [Reply]

    FinalFan

    Et un détail que j’ai oublié (désolé d’en rajouter une couche), comme ils ont commencé en retard, il n’y a pas eu d’attente pour le rappel pour ainsi dire !

    Je crois que le concert s’est terminé vers 23h30.

  • Ici en Belgique on attend le 28 mai pour les voir à Werchter.
    Mais les groupes qui passent avant seront meilleurs qu’au stade de france car il s’agit de CHANNEL ZERO et SOUNDGARDEN. Bref des « gros » aussi.

    [Reply]

  • Moi, malgré un super show de Metallica, je déplore l’organisation du SDF ! Il n’y avait pas 3 mais seulement 2 écrans géants qui fonctionnaient ! La scène était très basse, et les écrans aussi !!! Moi, petit bout de femme de 1m65, en plein dans la fosse, je n’ai RIEN vu du show sur scène ! Bien dommage… La prochaine fois je profiterai de la vue et non de l’ambiance en restant dans les gradins…

    [Reply]

  • Jaymz Hetflynn Poulsen dit :

    Pas le meilleur concerts des mets auquel j’ai pu assister ( je pense notamment à Arras 2008 ou le Bataclan 2003) mais sans doute le plus émouvant…C’était comme une énorme réunion de famille, une grosse fiesta metallique 🙂 et quel show ! Certaines personnes se sont plaint du son, mais sachant qu’elles étaient tout au fond des gradins et que pour beaucoup elles étaient venus  » juste pour entendre nothing else matters » , je me permets d’emettre quelques doutes quant à leure crédibilité de fan 🙂
    Grosse patate en tout cas, avec encore et toujours le pere Hetfield en maître de cérémonie…
    Sinon concernant The Kills, s’ils ont été sifflés, ce n’est pas du fait qu’ils jouaient dans un registre différent…mais tout simplement que c’était vraiment mauvais, à chier ! Musicalement inutile quoi 🙂 Mais ce n’est pas ce que l’on retiendra heuresement 🙂 et bravo à nos ptis gars de Gojira!

    [Reply]

    kinchaos

    mieux que ARRAS en 2008? ah bon…. on a un peu attendu 3 heures ce jour là

    W13

    Et on les avait d’ailleurs senti passer ces trois heures…

  • quel spectacle, j’en ai encore des frissons! j’ai pris un pied d’enfer!! une soirée que je ne suis pas prêt d’oublier!!

    [Reply]

    yann

    Ohh oui ! Moi aussi je suis encore sur un petit nuage !
    Et pour que mes poils se redresse à nouveau sur mes bras, dés qu’il sera sortit, je téléchargerai le live du concert sur le Metclub… Pour revivre se fabuleux moment…

  • Merci Radio Metal pour ce beau live report !

    Concernant The Kills, si la chanteuse avait été plus chaleureuse envers le public, peut être qu’il aurait été plus cool !?
    En effet, contrairement à Gojira, elle n’a pas eu un mot pour l’assemblée, même pas un bonjour en Anglais ! 🙂

    [Reply]

    lefevre

    hé bien moi metallica ca me saoule… je les ai pourtant vus 3fois dont leur premier show en europe(poperingue 82) et à l’époque ca le fesait et franchement craquer autant de fric pour le sdf alors que pour la même somme tu fais un graspop ou un hellfest bof… ca m’a même pas effleuré l’esprit !!! et vu l’affiche de ces fest cette année ya pas photo ! j’irais à Dessel faire la teuf avec les flamands et les wallons !

  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3