ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Metalorgie Fest Day Two – Célébrons le Grind


Et c’est parti pour le deuxième tour du Metalorgie Fest ! Retour au Glazart pour cette fois-ci une soirée grind promettant d’être mouvementée. Au programme : Lock-up, Power Trip, Brujeria et Napalm Death. À la base devant faire partie de la tournée, Iron Reagan s’est finalement décommandé pour rejoindre la tournée de Volbeat. Et quand on voit que Power Trip les remplace, on ne peut être que ravi car le groupe fait partie des plus fameuses formations thrash des dernières années. Par ailleurs, dans la fosse certaines personnes attendent un concert de Brujeria depuis plus de vingt ans ! Et puis après un passage fort nerveux à Savigny-Le-Temple, Napalm Death va de nouveau exploser la scène, ce qui est toujours appréciable. Le jour et la nuit entre hier et aujourd’hui en termes d’ambiance !

Laissez tomber la création d’atmosphère et laissez vous porter aux quatre coins de la salle dans ce flow d’énergie en vous préparant à recevoir quelques mandales dans le pit. Comme dirait ce chanteur à texte français : « je veux voir du sang dans la fosse ! »

Artistes : Napalm DeathPower TripLock Up
Date : 13 mai 2017
Salle : Glazart
Ville : Paris [75]

Lock Up

Et on commence de plus belle avec Lock up, le tour de chauffe de Sean Embury, officiant également dans Brujeria et Napalm Death. Une soirée fort éprouvante l’attend mais cet engagement dans trois sets musclés est la preuve d’une forte passion pour la musique. Et il n’y a pas que Sean qui devra jouer plusieurs fois ce soir. Car si cette folle soirée, et une telle affiche, est possible, c’est bien parce que que le guitariste et le batteur de Lock Up jouent également dans Brujeria. Mais on verra plus tard que la fatigue se fera ressentir de plus en plus au fil du set (ce qui est somme toute logique). Rien de bien nouveau chez Lock Up sur le plan musical mais une chose est certaine : la qualité est toujours de mise. Un super-groupe de grind, ça ne peut être qu’explosif. Et même si le public est plutôt timide en ce début de soirée, quelques irréductibles habitués des salles n’attendront pas pour bousculer un peu autour d’eux et créer un pit en bonne et due forme. De quoi déjà bien préparer la salle à la suite.

Setlist :

Necropolis Transparent
Feeding On The Opiate
Detestation
Blood And Emptiness
Void
Slaughterous Ways
After Life In Purgatory

Power Trip

Power Trip est l’un des groupes de thrash les plus efficaces des dernières années. On peut donc s’attendre à de très beaux moments dans les prochaines minutes comme au Motocultor fin août… ce qui les changera de la toute petite scène du Glazart ! Power Trip propose une ambiance et un son sentant bon le début des années 80. Que ce soit dans les riffs ou dans la production des albums, le groupe nous propose un bond dans le passé. Mais thrash et grind même combat : c’est une guerre absolue dans la fosse et le vrai début du massacre du public qui obtient ce pourquoi il est venu. Car fou est celui qui pensait venir en pouvant se reposer au bar et ne pas sentir les revers d’une telle affiche. Fou est celui qui n’aime pas quand on le bouscule dans la fosse. Fou est celui qui pensait pouvoir regarder du grind pendant qu’une douce brise lui caresserait le visage. Si la soirée black metal s’est passé dans le calme, il est temps de secouer tout ça et de faire vite monter la température. Chose qu’aura parfaitement réussi à faire Power Trip.

Setlist :

Soul Sacrifice
Executioner’s Tax (Swing Of The Axe)
Conditioned To Death
Heretic’s Fork
Nightmare Logic
The Hammer Of Doubt
Firing Squad
Crossbreaker

Brujeria

Faux terroristes mais vrais musiciens, les mexicanos de Brujeria sont enfin de retour dans une salle française. Car oui les festivals permettent de les voir de temps en temps mais rien ne vaut un véritable passage au plus près de ses fans. Des fans qui sont d’ailleurs plus que motivés à voir Brujeria, leur seul nom étant responsable pour beaucoup de l’achat du billet. Sean est de retour avec son plus beau bandana autour de la bouche comme tous les membres. Avec leurs machettes, accents mexicains et plus belles moustaches, Brujeria vient répandre la bonne parole du trafic et de la guerre. Car c’est ce qui fait de Brujeria un groupe si unique : il joue du côté stéréotypé d’un cartel de drogue d’Amérique. Vamos!

Pour appuyer tout ça, évidemment les textes se focalisent autour de la drogue, des trafics, de l’immigration et de la politique. Car c’est aussi ça Brujeria : des messages forts et impactant. Il ne s’imaginait peut-être pas ça possible mais leur fameux morceau « iViva Presidente Trump ! » a dépassé la simple fiction. Alors, en plus du morceau, des cris de haine contre le nouveau Président des États-Unis seront scandés en chœur par la salle. Mais pour rester dans la bonne humeur et un bon esprit, le groupe fera aussi scander son amour de la drogue douce avec en rappel la reprise de la Macarena : « Marijuana ». Un public qui monte sur scène et c’est tout ce qu’il fallait pour que la soirée atteigne son climax avec toutes ces personnes dansant des slows sur scène, se jetant dans la foule et chantant avec le groupe.

Setlist :

Brujerizmo
Colas De Rata
La Migra (Cruza La Frontera II)
Hechando Chingazos
iViva Presidente Trump !
Seis Seis Seis
Àngel De La frontera
Satongo
Desperado
Marcha De Odio
Revolucion
Consejos Narcos
El Desmadre
Matando Güeros
Marijuana

Napalm Death

Le public est détruit, épuisé, secoué… mais il reste un groupe. Et pas des moindres car ce n’est autre que Napalm Death, les piliers du grind, qui va se charger de nous éclater la mâchoire une bonne fois pour toute. Entre les classiques « Scum », « Necessary Evil » ou le vif « You Suffer », tout est en place pour un set achevant le public qui est à peine debout. Le premier rang est compressé, ça monte sur la scène et certaines personnes sont obligées de passer le concert sur la scène pour éviter toute fracture des membres. Car aujourd’hui nous regardons les hommes tomber dans un des plus grands fracas qu’ils ont pu connaitre. Mais c’est typiquement à cela que l’on pouvait penser lorsque l’on a vu apparaître sur l’affiche Napalm Death. Ainsi il ne pouvait en être autrement.

Même si régulièrement Barney nous délivrera ses messages humanistes, pour rappeler que nous avons tous droit au bonheur, à avoir du respect, de la dignité. Mais à part lorsqu’il nous parle, difficile de porter attention aux paroles des morceaux des célèbres Anglais. Les mouvements de foule sont si intenses et la motivation toujours intacte que la chaleur ne cesse d’augmenter. Conséquence : le groupe finit par quitter la scène pendant deux minutes afin de se rafraîchir. L’occasion de se reposer également quelques instants et d’observer la salle et ses murs suintants. La formation revient vite et on sent que les membres veulent en finir. Nous affichant un Sean dévêtu perlant de sueur sur tout son corps, s’efforçant tout de même d’assurer au mieux la prestation, même si la salle et la scène ont l’air d’être passé sous une averse de pluie.

Si l’apocalypse devait se produire, nous avons eu un avant-goût de l’environnement sonore. Ce que nous a offert Metalorgie durant ces deux jours fait partie des meilleures affiches que l’on pouvait espérer pour des concerts extrêmes. Des musiques brutales pour pourtant des publics bien différents. Une première soirée black où l’on regarde posément le concert, puis un second round où le public retournera complètement un Glazart suintant pendant quatre heures sans s’arrêter. Enchaînant les groupes les plus déjantés les uns que les autres, dans la chaleur étouffante d’une salle pleine, c’est une soirée dont on sort lessivé mais dont on se souviendra longtemps.

Napalm Death

Setlist :

Evoled As One
It’s a M.A.N.S. World !
Necessary Evil
Smash A Single Digit
Stunt Your Growth
When All Is Said And Done
Stubborn Stains
Scum
The Kill
Deceiver
You Suffer
From Enslavement To Obliteration
The Code Is Red… Long Live The Code
Twist The Knife (Slowly)
Dear Slum Landlord…
Christening Of The Blind
How The Years COndemn
Suffer The Children
Nazi Punks Fuck Off (reprise des Dead Kennedys)
Adversial/Copulating Snakes

Live reports et photos : Matthis Van Der Meulen.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Greta Van Fleet + Vola @ Paris
    Slider
  • 1/3