ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview    Nouvelles Du Front   

Mike Tramp : « c’était une erreur d’essayer de faire une nouvelle version de White Lion »


C’était une longue bataille qu’avait engagé le chanteur Mike Tramp entre 1999 et 2008 pour faire revivre White Lion. Tout a commencé avec un album hommage intitulé Remembering White Lion, puis cela s’est enchaîné en 2003 avec une annonce de la reformation du line-up d’origine, suivie d’un démenti des autres musiciens. La suite a oscillé entre des variations de line-up du White Lion de Mike Tramp et problèmes légaux. Tout ceci sous le silence assourdissant de Vito Bratta, guitariste de la formation et binôme historique de Tramp dans White Lion, qui semblait ne pas vouloir entendre parler de reformer le groupe. Jusqu’en 2007, où le guitariste s’est enfin exprimé pour dévoiler qu’il n’avait en réalité jamais exclu le fait de revenir et que ce qui l’en avait empêché jusqu’à ce stade était des problèmes familiaux et de santé. Un espoir pour les fans de White Lion et puis… à nouveau le silence radio. Au bout du compte Mike Tramp, exaspéré d’attendre après le guitariste, sort en 2008 Return Of The Pride sous le nom de White Lion qu’il a pu conserver, un album qui fait directement référence à Pride, le second album et référence dans la discographie du groupe .

Voici donc un bref rappel des événements passés pour mieux mesurer ce que nous a confessé le chanteur lorsque nous nous sommes entretenus avec lui cette semaine. « White Lion est fini depuis 1991 et aujourd’hui il est facile pour moi d’affirmer que c’était une erreur d’essayer de reformer, ou plus précisément, de faire une nouvelle version de White Lion si tard dans ma carrière alors que j’ai déjà dit au revoir à White Lion en 91 » nous a-t-il dit abruptement. Une « erreur » dit-il, le mot est fort et montre à quel point Mike Tramp regrette. Il poursuit : « Malheureusement, il a fallu que j’enregistre Return Of The Pride pour regarder en arrière et me rendre compte qu’il n’avait rien à voir avec White Lion dans le son et que la seule chose qui sonne White Lion était le chant. »

Il finit par mettre les choses au clair de façon définitive : « White Lion a été arrêté en 91 et il n’y aura aucune reformation quelle qu’elle soit. »

Pour autant il ne renie pas l’album de 2008 : « Si on changeait le nom du groupe, ce serait un super album ! » avoue-t-il. Pour mieux comprendre son point de vue, il fait le parallèle suivant : « Imagine que tu as un verre et que ce qu’il contient ressemble à du jus d’orange mais lorsque tu le bois ça n’a pas le goût de jus d’orange. Ici, c’est la même chose : tu as un album, il est blanc et, de bien des manières, il ressemble volontairement à l’album Pride et ensuite tu écoutes la musique mais ça ne sonne en aucun cas comme White Lion. […] Si j’avais appelé l’album simplement Tramp, ça aurait été différent et les gens l’auraient écouté d’une manière différente. Mais dès lors que tu mets le nom White Lion dessus, tu t’attends à entendre le jeu de guitare de Vito Bratta et le chant de Mike Tramp, ça, ça équivaut au son de White Lion, ce que je ne suis pas capable de faire et ce que je ne veux pas essayer de faire. »

Le White Lion d’époque.

Force est de reconnaître d’ailleurs que Mike Tramp n’est pas tendre avec son ancien collègue, non pas par animosité mais comme pour essayer de secouer un ami et le faire réagir. Au sujet de la déclaration de Bratta en 2007 qui n’aurait pas exclu la possibilité de revenir, Tramp lance : « C’est le genre de réponse qu’un politicien donnerait : il promet aux pauvres qu’ils dormiront dans un meilleur lit et auront plus de nourriture mais au bout du compte cela n’arrive pas. » Selon lui, avec une telle déclaration évasive, il faisait simplement comprendre qu’il ne « ferme pas la porte » mais qu’il n’y a pour autant « aucune chance au monde pour que Vito Bratta remonte sur scène et fasse un show du tonnerre avec Mike Tramp. »

Mike Tramp nous a également rapporté une conversation qu’il a eu avec Vito Bratta il y a deux ans où ce dernier lui disant : « Tu sais, je joue toujours de la guitare ! […] Je veux dire, de la guitare classique ! » Dans l’espoir de monter un projet en duo, en ayant en tête l’album de Jimmy Page et Robert Plant, Tramp lui a alors demandé : « Est-ce qu’il y aurait un espace dans ta vie pour ou bien serais-tu capable de peut-être envisager une collaboration entre nous autour de la guitare classique ? » Une demande soldée par un refus : « Oh, non, non, non, non ! Ne parle pas de ça ! » « C’est typique de Vito Bratta » nous dit Tramp.

On sent le chanteur exaspéré par le manque de volonté du guitariste et, surtout, par le manque d’envie de répondre à ses fans. « J’aimerais qu’il ait le cran de faire des interviews et de simplement dire la vérité. […] Je pense qu’il doit à ses fans un super site web et de vraies réponses aux questions qu’ils se posent. […] Il se peut que je paraisse amer ou que je donne l’impression de me payer la tête de Vito ou je ne sais quoi, mais je suis fatigué de le voir incapable d’expliquer tout ça. Ce ne sont qu’excuses après excuses ! »

Pour finir, lorsque nous lui demandons comment il voit la personnalité du guitariste, de prime abord difficile à cerner, Mike Tamp réagit en demandant la chose suivante sur un ton d’humour : « Oh putain ! As-tu déjà vu le Silence Des Agneaux ? As-tu déjà rencontré Hannibal Lecter ? »

Cet entretien passionnant, où le chanteur se livre davantage sur ces thématiques et nous parle de son nouvel album solo Cobblestone Street ainsi que d’autres sujets, sera disponible au complet dans quelques jours sur Radio Metal.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3