ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Moby (Dick ?)



Ce titre est une triple référence. Je me permets de vous le signaler car je sais bien que nos accroches restent parfois obscures, bizarres, pas drôles, pourries, capilotractées, absurdes ou tout simplement Spacemaniennes si l’on veut résumer l’ensemble par un seul terme.

Ici il est donc fait allusion à l’artiste Moby, au morceau de Led Zeppelin « Moby Dick » sans oublier la mise en avant d’une interrogation importante, à savoir Moby est-il une « dick » ? C’est-à-dire… euh… un méchant homme. Tout ça pour vous dire, au final, que l’artiste Moby a sorti des compos heavy metal – vous le savez peut-être – avec son projet Diamondsnake et vient juste d’affirmer au Los Angeles Times que « la communauté metal détestait son groupe plus qu’il ne l’aurait jamais imaginé ». Bon, même s’il a raison, on va tenter de comprendre pourquoi ce projet reçoit un peu partout un accueil mitigé.

Bon, à la base il y a ça.

Quelque part le problème vient de là. Metal Sucks avait par exemple fait un article [/urlb]sur cette vidéo et le rédacteur disait qu’elle n’était vraiment pas drôle. Mais c’était une époque où le gars du célèbre webzine américain n’avait pas encore découvert la fameuse vidéo de Wednesday 13. Donc à l’échelle du pas drôle quelle est la place du clip de Moby ?! Le problème est compliqué.

Je comprends tout à fait que les gens trouvent cette vidéo pourrie mais, même si elle n’est pas top, cette dernière a au moins le mérite de nous décrocher quelques sourires par son côté kitsch.

Par ailleurs, et outre ce clip, la musique de Moby « made in metal » reste assez consensuelle. Pas forcément d’originalités donc mais ce n’est apparemment pas ce que recherche le musicien qui affirme avant tout son plaisir de changer de processus de composition avec le metal :

« J’aime bosser sur mes propres disques, mais la manière dont je les crée est une sorte d’ascèse, quelque chose de très monastique ». Moby rajoutant : « j’ai un petit studio, j’y vais tout seul et sans contraintes particulières, c’est un processus très solitaire. Ca ne joue jamais fort. Donc j’aime me rendre dans un studio de répétition assez crade avec ma bande de potes pour jouer fort. C’est de là que vient la création de Diamondsnake. »

Justement la prod des titres reste super limite – même si le son est de YouTube ou MySpace – et la chanson du clip assez moyenne. On était en droit, même si le heavy metal n’est pas le style musical qui innove le plus au monde, d’attendre quelque chose de plus recherché de Moby. Surtout de par le passé de l’artiste. Ce dernier ayant pondu des chefs d’?uvre de la musique eletro/techno/trip hop.

Un rappel s’impose ici :

« Il y a quelque chose de vraiment cool à écrire des chansons de heavy metal. Je me libère totalement” confie également l’artiste au Los Angeles Times. « Je pense à ce qu’un mec du heavy metal écrirait”.

J’ai envie dire que le souci principal vient peut-être de là. Composer une musique en se disant « je la composerais comme un spécialiste du genre le ferait » est voué à l’échec. Notre homme le sait bien, lui qui est habitué à proposer de la musique de grande qualité dans son genre. Alors pourquoi vouloir « faire comme » ? C’est assez particulier comme réflexion non ? Une musique, on la compose pour soi, pour faire partager quelque chose mais – si on veut toutefois la rendre intéressante – pas en se mettant dans un état d’esprit de « vouloir faire comme quelqu’un ou quelque chose » ?!

Ca montre que Diamondsnake, son projet musical metal, est avant tout une récréation personnelle avant d’être un truc sérieux. C’est surtout, je le crois, pour cette raison que la communauté metal ne se reconnaît pas dans ses chansons heavy. Bah voilà quoi, elles ne sont pas intéressantes donc le public n’est pas demeuré : il va naturellement vers les choses qui lui parlent et qui ont une âme. Ce qui ne jette pas du tout le discrédit sur la démarche de Moby qui fait, bien entendu, ce qu’il veut et comme il l’envisage !

Sachez pour terminer que Diamondsnake est entré au Headgear Studios de Brooklyn en avril dernier pour enregistrer 15 chansons dont 7 sont déjà sur les Facebook et MySpace du groupe.



Laisser un commentaire

  • Margoth/RM dit :

    @Fucktoy: Merci de ton superbe point de vue qui me fait mettre en tête que Diamondsnake a réellement une existence « utile » :)! Et en plus, ça n’arrange en rien mon point de vue horripilant sur l’évolution de la société actuelle (car le monde de la musique est un exemple et une image parmi d’autre de ce que la société est devenue).

    Alors, je n’ai qu’une chose à dire… Moby, arrête le metal tout d’abord ou remet toi en question. Et quitte à te remettre en question, refait le sur ce que tu fais en solo au passage. Car après nous avoir livrer une magnifique galette estampillée Play, tout ce qui a suivi m’a profondément déçue… Enfin ce n’est que mon avis et mon ressenti.

    [Reply]

  • Fucktoy / RM dit :

    C’est peut-être mon côté avant-garde qui parle (et pourtant j’adore le old-school, va chercher…), mais c’est vraiment mauvais. Poooooouh… qu’est-ce que c’est mauvais.

    Par contre, pas mal le côté ultra kitsch du clip, avec des clins d’?il dans tous les sens, un petit coup de Queen (le clip de « I Want To Break Free ») pour le déguisement en mégères bigoudées, y’a un Robert Smith discount qui se ballade, et pis y’a sûrement même un peu de South Park…

    Non, en fait, Moby est un génie du métal. Il faut saisir son détournement de notre style chéri comme l’actualisation grossière et caricaturale d’une pseudo-prise de conscience collective, sens transcendantal que son clip retro-avant-garde fait notamment transparaître, néanmoins dans une lecture exclusivement nouménale.

    En effet, Moby joue du metal et par conséquent, il reprend tous les clichés du metal (car l’essence de metal, c’est de jouer le même metal), il collectionne tous les lieux communs de la subversion (des drag queens, le DIY, le mauvais goût) et enfin il couronne le tout en intitulant sobrement la chose: « Storm The Fucking Kastle ».

    L’acte métalleux de Moby a, dans l’idéal, pour finalité un effet de catalyseur et de révélateur.

    Catalyseur pour nous faire plus rapidement comprendre que nous métalleux, nous ne sommes que de lamentables merdes ultra-conservateurs voire réactionnaires, donc des crétins qui pêchent par « égypticisme » (pour reprendre Nietzsche) pour mieux dissimuler notre prof(i)onde incapacité à nous renouveler (non mais attendez, qui écoute Ved Buens Ende, Fleurety ou Estradasphere? Quoi? « Mr Bungle »? « Fans de Mr. Bungle »? Bande de « m’as-tu vu », va!…).

    Révélateur pour montrer que tous les sous-produits baroques qui pullulent dans l’art contemporain et dans sa reprise post-digérée qu’est la publicité, Lady Gaga et son pouvoir d’influence (ou d’affluence?) en tête, que tout ce qui singe une surabondance de sens et d’énergie créatrice n’est en fait motivé, de nos jours, que par une volonté néo-nihiliste profondément fatiguée.

    Le choix du metal est judicieux, en tant que courant d’abord fatigué d’être agressif (le lascar domine, et quand un métalleux fait l’effort d’être true, il passe pour ridicule, dépassé voire neo-nazi).

    Ensuite fatigué d’être créatif (cf tous les revival glam, trash, stoner, et aussi cf toutes les remarques obscurantistes du genre: »le prog n’est qu’un style démonstratif », « le black avant-garde, c’est du black avec de la fioriture », « l’expérimental, c’est de la branlette intellectuelle »).

    Et enfin fatigué d’être tout simplement (d’où l’hécatombe ces derniers mois et le suicide neuronal de « l’intelligentsia » métalleuse perpétuellement renouvelé à grands coups de « libérez apéro »). Un style qui tourne à vide, avec de maigres cénacles de résistants.

    « Savoir Désobéir » disait l’autre.
    Vous savez « désobéir ». Sachez « savoir » maintenant…
    Voilà, en somme, le message de ce clip.

    (Désolé, j’ai craqué)

    [Reply]

  • nul moby nul

    [Reply]

  • Je sais pas si c’est la vidéo de Wednesday 13 qui fait cet effet, mais je trouve le clip de Diamondsnake très bien.
    Comme le mec à du pognon, il peu se permettre de faire de la merde musicale en dehors de son electro, c’est ce qu’il fait (j’dis ça mais sa musique « metal » est correcte sans casser des briques).

    J’irai écouter d’autres morceaux car pour l’instant je comprends pas pourquoi tant de gens détesterait ce groupe.

    [Reply]

  • Eh bien… Metal… Heavy Metal… A la limite, je dirais plus hard rock avec une voix s’apparentant au heavy. Par contre, je suis d’accord sur le fait que cela ne révolutionne rien. Il prend les règles du style (bien old-school) et les applique à la règle sans apporter de touche personnelle. Dommage, je suis sûre que Moby a pourtant les capacités de faire une musique plus personnelle artistiquement tout en conservant le côté fun et groupe qu’il recherche tant avec Diamondsnake. Peut-être qu’il procèdera autrement par la suite. Wait and see…

    Et je ne préfère faire aucun commentaire sur la vidéo (une petite influence Rhapsody pour le côté « super mal foutu »? 🙂 )

    [Reply]

  • C’est sur, c’est pas ce qu’on pourrait appeler du métal (il a parlé un peu vite, de ce point de vue), mais bon, ça reste intéressant. Il cherche à développer sa musique au moins^^.
    Sinon, je trouve qu’il joue bien de la guitare sur everloving =).

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3