ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Song For The Deaf   

Mucho Tapioca : nouveaux supermen du rock bizarre français


« Mucho Tapioca joue de la musique post-précédente (car il succède à ses prédécesseurs tout en précédant ses successeurs). Mucho Tapioca aime jouer tout nu (car comme sa musique, il est sans compromis). Mucho Tapioca aime bien dire n’importe quoi (mais ce n’est pas n’importe qui !). Mucho Tapioca boit de la tisane à la place de la bière (pffff, qu’est-ce que ce serait sinon !). » Voilà ce qu’on découvre quand on cherche à faire des recherches sur une découverte : on trébuche dans le bizarre à farfouiller dans le cocasse. Mais ça tombe bien car on n’attendait guère moins, le contraire aurait été étrange.

Ajoutons à ces quelques lignes que Mucho Tapioca est kryptonien et cryptique ; car en plus de s’adonner à la mode bientôt en vogue dans les salles obscures du slip par dessus le falzar, c’est pas vraiment le genre rock binaire de papa, peinard au bar, la bière à la main, le coude sur le comptoir, le cerveau absorbé par la mousse et la musique peut passer sans qu’on ait à s’y arrêter un temps. Et pourtant, même en osant y aller le cerveau débranché, impossible de résister aux gammes barrées de ces encapés.

« Parano Yack », « Cherche le Fusil ! », « Scrabble au Coin du Feu », on n’avait pas vu des titres de chansons aussi Ouate De Phoque depuis le dernier Pryapisme. Des titres issus du premier album de ces truculents et féculents Toulousains sorti en avril, mais qui musicalement n’ont pas tellement à voir avec les expérimentations électro-dingos des Clermontois. Ici, cuivres et contrebasse sont les instruments de cette folie aux influences jazz qui semble tout droit tombée de la planète Gong.

Car, oui, on n’avait probablement pas entendu un rock fusion aussi extra-galactique depuis le 2032 de la psychédélique bande de Daevid Allen en 2009. Mais ce serait pécher de dire que la relève est assurée, ne serait-ce que parce qu’il serait honteux de croire que Gong va disparaître sans bruit et que n’importe qui peut occuper une place creusée par des décennies de fol acharnement musical. Mais quelques décennies de plus dans cette direction, c’est un sillon à creuser et Mucho Tapioca a visiblement (à en juger par des vidéos live, cf. ci-dessous) l’énergie pour le faire. Creuserez-vous avec eux ?

Retrouvez les sur Bandcamp, sur Facebook et MySpace.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3