ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

My Opinion Sucks   

My Opinion Sucks : le métalleux a ses règles


My Opinion Sucks – 14 décembre 2010 : Les Règles du Metal

NDLR : aussi disponible sur youtube

Salut les metalleux aguerris, salut les petits clous de la dernière averse, les headbangers exaltés, salut aux gothiques convulsifs et black metalleux frénétiques…

Suite au sujet de la dernière chronique, sobrement intitulée « les métalleux sont-ils des cons? », sujet traité avec une rigoureuse objectivité, et un recul aussi inattaquable que doctoral… qui nous a rondement menés à une conclusion assez largement affirmative, vous m’avez gratifié d’un afflux de courrier plus impressionnant encore qu’à l’accoutumée, à tel point que mon facteur, harassé par le poids du sac postal, ne prend même plus la peine de baiser ma femme lors de sa tournée matinale, pendant que je suis moi-même au bureau, le nez dans les affaires courantes… Bref, un courrier faramineux, gigantesque, astronomique, colossal. J’arrête là pour les qualificatifs ou d’aucuns parmi les plus malveillants et suspicieux d’entre vous, pourraient s’imaginer que j’utilise un dictionnaire des synonymes. Les gens sont tellement médisants de nos jours, ca ne m’étonnerait qu’à moitié, qu’on en arrive même, un jour, à émettre des doutes sur mon talent. Ainsi, se pressent à ma porte, des lettres de protestation, qui tendent à me faire ravaler mon cynisme du mois dernier. Une réprobation violente de la part du peuple du métal qui s’est senti fondamentalement blessé par mes propos. J’en veux pour preuve la missive de Jean-Luc qui prend la plume pour se dresser solennellement contre ma vilénie fratricide, voici ses mots : « Matt Kleiber, je te konai je té dja vue en consair é daileur tétai nula chié. Tu chante come une caserolle et kan tu parle dans la radio s’est pa mieut! A lor tu peut bien critiquer les fan du métal nan peche queue tai bien contant qu’il t’achètes tes alboms de merde!!!!!! Et pour ta gouvernaille, si tous le monde étaient metalleu, au moin on serais pas obligé découté du Ladi Gaga ou du Blaque Aïd Pise dan les magasin mais y aurais du Canibal ou du Aintombd a la plasse et ca se serais coul eau moin pour fer lé course. Jean Luc78 ».

Eh bien, sache Jean Luc, que je te présente mes plus plates excuses pour cette chronique qui dépassait ma pensée, à toi ainsi qu’à tous ceux que j’ai pu offenser, en espérant que vous saurez me pardonner, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés…

Mais non, évidemment, je n’ai pas eu de courrier relatif à l’émission. Refléchissez, les seules réactions que récoltent mes chroniques bimensuelles, proviennent forcément des gens qui les comprennent… autant dire que les serveurs de Radio Metal tournent sans encombre notoire, que les opérateurs de chez France Télécom peuvent poursuivre leur pause déjeuner, que les forêts d’Amazonie ont encore quelques décennies devant elles avant de finir en papier à lettre, et que mon facteur continue à baiser ma femme sereinement.

Venons-en au sujet d’aujourd’hui : « Les règles du métal »… non pas au sens menstruel évidemment, je parle des règles que l’on respecte. Ainsi donc, vous adhérez fidèlement au petit monde du métal pour l’une des raisons quelconques, déjà évoquées le mois dernier, et sur lesquelles il serait superflu d’insister plus lourdement. Dans cet engouement aussi irrationnel que frénétique, vous pensez échapper au formalisme du monde réel, pouvoir adresser un doigt rageur aux protocoles absurdes de la morale dominante, un bras d’honneur explicite à la bien-pensance admise. Cette orthodoxie comportementale que vous ont imposée vos parents (« et pour la dernière fois, mets pas tes doigts dans ton nez! »), l’Education Nationale (« Eh bien puisque c’est comme ca, tu me copieras cent fois pour demain : je n’urine pas sur mes petits camarades »), ou encore l’entreprise (« Cette déconcertante séance de strip Tease au beau milieu de l’assemblée générale des actionnaires provoque évidemment une procédure de licenciement pour faute lourde, dont vous recevrez l’avis en accusé de réception dès demain »). FUCK IT ALL !!! Je fais du Rock n’roll moi !! Jeudi soir, je prends ma guitare et ma tête d’ampli, je vais à la répète… et là, ils vont tous vraiment découvrir qui c’est Régis Lambert !!!! Le déglinguo, le zarbi, le rebel attitude Godzilla, l’insoumis déstructuré, le Ben Laden de la sept cordes, le Ché du riff qui dérange, Régis le Rouge quoi !!!! Je vais te faire trembler le quartier à grands coups de disto, d’accords torturés et de hurlements de fauve du paléolithique !!!!

Totototott…wowowow eh oh, doucement… Vous êtes priés de laisser le metal aussi propre que vous avez aimé le trouver en entrant. Le hard rock c’est pas pour les foufous et ce n’est pas un cirque, mon bon Monsieur. C’est une chose sérieuse, Monsieur. Eh oui! Qu’alliez vous imaginer? Vous connaissez une zone de non-droit à l’aube des années 2010, vous? Et vous supposez une raison quelconque qui impliquerait que le métal fasse exception à la règle? A vrai dire, admettons même que vous pénétrez un univers bien plus respectueux des conventions et des normes institutionnelles que n’importe quelle agence Assedic et sa brochette tragique de préposés administratifs qui profitent de l’entre-deux pauses-café pour exiger la copie certifiée conforme du justificatif de domicile nécessaire à l’obtention du dossier de préinscription B-27. Pas de débordement ni d’extravagance! Alors, de la disto sur les guitares d’accord. Le volume poussé à fond, ca peut se concevoir. Des suites d’accords, bon, pourquoi pas? Mais la communauté métallique saura vous faire comprendre ce qui ne peut être toléré. Heureusement, point d’inquiétude puisque Radio Metal est là, et compte bien vous faire profiter des conseils d’un vieux tricard du métal français, qui a pris dix ans ferme d’interdiction de soutien médiatique pour « tentative de mot plus haut que l’autre » (Art. 45Bis du Code du Rock n’roll) avec une aggravation de peine prononcée par les instances nationales pour « délit de changement de style musical inter-albums » (Art. 132 Alinéa B).

Commençons donc par les bases. A savoir : le style musical. Le métal, tout comme le quotient intellectuel d’un animateur sur Skyrock, présente des limites que vous ne dépasserez à aucun prétexte, sous peine d’implosion pure et simple. Il convient donc de les connaître, et de ne surtout pas s’amuser à flirter avec, tout comme vous ne flirterez pas avec une auditrice de Skyrock, qui peut, elle, être sujette à l’hépatite B.

Bref, il existe différents styles convenables dans le métal, ainsi tenez vous-en à ce qui a déjà été fait, si vous ne voulez pas vous exposer aux foudres d’une maison de disques ou d’un magazine quelconque, qui n’hésiteront pas à défendre le conservatisme du Hard Rock comme ils défendraient leur propre bite face à un pitbull affamé. Voici donc un rapide récapitulatif des sous-catégories de métal agréées par les instances métalliques, faites votre choix, et s’il vous reste de la créativité, vous êtes priés de vous la mettre derrière l’oreille.

Le Black Metal… il serait évidemment inutile de vous déconseiller des paroles qui puissent traiter d’autre chose que votre adoration aux trucs qui coupent, à Bélial, démon suprême, ou au potentiel destructif d’une division de Panzers. Trucs et astuces : recopiez les paroles d’un groupe inconnu au bataillon SS… facile : il en existe des dizaines de milliers. Personne n’y verra que du feu, et vous aurez économisé vingt précieuses minutes de travail, dont vous profiterez pour faire une ballade en forêt, avec votre animal favori et un couteau de boucher.

Le Death Metal… cette fois, le bien fondé de votre musique reposera sur le fait de ne surtout pas bouger de votre corde de Mi grave (que vous aurez pris soin de désaccorder en Mi… encore plus grave) et de traiter des charniers, massacres de série Z, des trucs qui coupent (encore, mais cette fois, les engins motorisés sont acceptés : tronçonneuse, taille-haies, et autres robot-mixers). Toute autre initiative est officiellement la pas bienvenue, merci d’avance.

Le Metal symphonique… en voilà, un style qui se prend pas pour de la merde… et pour cause, reconnaissons qui si un titre de métal classique peut reposer sur un bon riff de guitare trouvé par un heureux hasard éthylique lors d’une soirée de beuverie…. dans le cas du métal symphonique, il reste deux ou trois bricoles à régler avant de prendre le chemin du local de répète avec un air suffisant, à savoir : et pour les ensembles de cordes, de cuivres et les trente choristes, on fait quoi? Un casse tête musical et un travail pharaonique… on peut donc aisément comprendre la revendication d’estime qu’adressent les power métalleux au monde entier. Mais parallèlement, s’il suffisait de se faire chier mille fois plus que tout le monde pour récolter le succès, on trouverait les constructeurs de Tour Eiffel en allumettes dans les rues de Monaco en Lamborghini, et pas dans leur 2 pièces à Bagnolet. Soyons sérieux. Bref, en tout cas, vos contraintes, si jamais vous êtes intéressés, malgré tout, par ce style : très simple, ne jamais aborder de sujet ancré dans le réel : Dragons, fées, épée enchantée, incarnations mythologiques diverses : oui, oui, oui. Mais Métro, imprimante wifi, promotions Carrefour, chauffage au fuel, non, non, non. Telle est la dure loi du métal qui se la pète. Et rajoutez moi du vibrato sur cette voix, vous êtes sensés vendre du rêve, bordel!

Le Gothique. Les règles du métal sont certes contraignantes, mais ont le mérite d’être simples et manichéennes. Ainsi, pour dégager une crédibilité dans ce style musical, et obtenir votre certification de qualité gothique, il vous suffit de supprimer toute nuance positive du discours. La vie n’est qu’une grosse tartine de merde et lorsque tu as fini de la manger, tu meurs. L’existence n’est rien de plus qu’une maladie sexuellement transmissible. Pensez à Hiroshima, à l’Ethiopie, à Eric Besson, à la Shoah… les idées pleuveront.

Quoi qu’il en soit, tous ces styles, soigneusement cloisonnés, constitueront pour vous, musiciens, un agréable terrain de jeux… certes un terrain de 3 mètres carré, grillagé et barbelé… mais vous avez envie de faire de la variété peut-être? Vous croyez que c’est mieux? Hein? Alors vous faites comme tout le monde, et vous mangez tous votre soupe, ou un jour, vous pourriez vous transformer en Benjamin Biolay. Et c’est pire.



Laisser un commentaire

  • salut Mat j’ai un petit service à te demander me suis mis à gratter un peu sur une ptite électrique simpa (ESP LTD EX-50) j’ai mon matos et tt mais t’aurai pas un bon morceau de Karelia simple mais qui en jette un max?
    répond moi par mail stp et merci d’avance bonne chance et bonne continuation

    [Reply]

  • Bonjour, je voudrais savoir quel sont les titres passer pour les traduction svp ?

    [Reply]

    Detrerkar

    matty peut tu me répondre stp ? ^^

  • Excellent. Un régal à lire !
    Pour la soupe à la fin de ton article, je propose ma Soupe john Rambo :-O
    http://www.enformeapres40ans.com/2010/12/la-soupe-john-rambo.html

    [Reply]

  • Pour le black, c’est encore plus tordu. Il faut que l’artwork fasse « evil ». Sinon, le fan de base se dit que ça ne peut pas etre du black.
    Même Summoning a un pentagramme dans son logo!

    Certains groupes (réputés !) ont toujours le même rythme, le même thème et font plein d’albums. Ex: Dark Funeral, c’est super, mais un morceau seulement, après je m’ennuie.

    [Reply]

  • toujours aussi habile dans le texte!!! à croire que vous etes plusieurs…! je retiens aussi la fameuse caricature du pauvre facteur!!(qui a le mème employeur que moi); dont tu n’as rien à craindre lui aussi, très occupé par ta surcharge de courrier,et préoccupé de savoir dans quelle catégorie de métalleux, il fait parti( car oui il y en a aussi chez nous); il frappera qu’une fois, faute de temps , mais pas pour se taper ta femme, mais te demander quand tu passes dans le coin en concert!!!

    [Reply]

  • Et une fois de plus un article pertinent qui fait mal … là où ça fait mal ! Chapeau bas l’artiste.

    Je trouve que le rock’n’roll (et le métal, et tout les autres styles tant qu’à faire) est trop muselé de nos jours …
    Il n’est pas censé être la musique des ouvriers ?
    Le métal n’est pas censé rejeter le conformisme et les codes morales qui réglaient la vie des gens ?

    [Long discours révolutionnaire et anti-conformisme]

    Pour finir, le métal ça restera toujours: cul, cuir, bière et biture.

    Cordialement.

    [Reply]

  • Amen…

    [Reply]

  • Léopard Sourd dit :

    Quel plaisir de te retrouver, Matt ^^ avec un discourt toujours aussi acéré et pertinent !!

    Je retrouve bien là le grand Matt, avec un sens critique hors du commun, qui n’hésite pas à bousculer les têtes bien pensantes qui font la pluie et le beau temps sur le monde de la musique métal héhéhéhéhé……(rire satanique) ^^

    De nos jours, et c’est hallucinant, les groupes de métal doivent se formater au bon vouloir des majors, se fourvoyer pour qu »enfin ils puissent gagner une place au soleil, sous peine de disparaître de la scène, de ne pas pouvoir sortir leurs albums, fruit de leur travail acharné !! mais c’est quoi ce monde pourri où l’argent, et le mot roi !! et le talent, ils en font quoi !! préfèrent les groupes sans voix, sans textes !! du Benjamin Biolay ou quoi ?? pour ne citer que lui dans la longue lignée de ce genre de pseudos- chanteurs ayant la chance d’être le fils de…..untel, une-tel !!!!

    Toujours est-il, Matt, tous tes fans sont derrière toi, il sortira ce nouvel album, parole de fan 🙂 Vive le métal, Karelia, les fest, les métalleux, le cuir, les piercings, la bière les cheveux longs……. \m/

    Mais, fais bien attention, Matt, quand tu quittes ta petite femme, prends bien garde, le facteur sonne toujours deux fois !!! mouahahahahhaah !!! oupsssss pardon Matt, petit clin d’œil à ce que tu as si bien décrit plus haut !!!

    Bisous bisous <3

    [Reply]

  • aiiie j’ai oser rater my opinion suck quel conne !! xD

    [Reply]

  • ACIIIIIDE !! J’aime l’acide 🙂

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Trivium @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3