ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Nevermore : Jeff Loomis a parlé


« A cause d’incessantes luttes et de problèmes au sein du groupe, nous ressentons qu’il est temps pour nous d’avancer dans une autre direction. […] Ce n’était pas une décision facile mais elle était nécessaire à ce stade. » Voici comment étaient présentées en avril dernier les raisons du départ de Nevermore de Jeff Loomis (guitare) et Van Williams (batteur).

Depuis, au cours des cinq derniers mois, on a vu Warrel Dane, frontman du groupe, annoncer que le groupe n’était pas mort – même si, avouons-le, on imagine que remplacer un guitariste de la trempe de Loomis ne va pas être chose aisée ; on ne trouve pas de guitariste de cette qualité (et libre) sous le sabot d’un cheval, comme dirait Mémé.

On a aussi vu ce même Warrel Dane se plaindre de la manière dont il a appris cette séparation, via Blabbermouth (« ce n’est pas une manière de traiter des amis « ) tout en taclant quand même sérieusement le batteur Van Williams (« je m’en fous pour notre batteur – on ne s’est jamais très bien entendu de toute façon ») ce qui a consolidé chez ce dernier l’idée qu’il avait pris la bonne décision.

Mais en cinq mois, on n’a pas entendu une seule fois Jeff Loomis se prononcer sur cette affaire. On l’a simplement vu en studio, enregistrer son nouvel album solo. Le site Metal Sucks a fini par obtenir les confidences du guitariste dans lesquelles il explique quelles sont ces « incessantes luttes » et ces « problèmes au sein du groupe » et pourquoi il était « nécessaire à ce stade » de mettre ainsi fin à une aussi longue collaboration.

Les soucis auraient démarré aux alentours de 2005, avec les problèmes de santé de Warrel Dane et du bassiste Jim Sheppard, ce qui, afin de continuer à tourner malgré cela, obligeait à le remplacer, ce qui avait certaines conséquences :

« Il y avait de nombreux problèmes de santé qui devenaient plutôt inquiétants. Warrel avait des problèmes de pancréas et de diabète en 2005, et Jim a récemment subi une opération au cerveau afin de lui retirer une petite tumeur, en plus du fait qu’il a des soucis avec la maladie de Crohn. Parfois Jim n’était pas capable de partir en tournée à cause de ça et nous devions toujours lui trouver un remplaçant. Les problèmes arrivent tout le temps dans un groupe et nous avons toujours su faire avec. Pourtant, je pense qu’au bout d’un certain temps, ça a commencé par moments à avoir un effet néfaste de ne jamais avoir le groupe d’origine en entier sur scène pendant que nous étions en tournée. »

Une cohésion du groupe qui a donc souffert de ces absences, de l’éloignement (forcé) de membres de Nevermore. Mais aussi des tournées usantes qui n’ont rien arrangé, et c’est là, plus récemment, le principal fait déclencheur de ce départ :

« Van et moi avons commencé à parler de quitter Nevermore au cours de notre dernière tournée avec Symphony X en Europe. […] Je pense que, au bout d’une certaine période, avec des tournées excessives tout en enregistrant des disques, on s’est juste retrouvés épuisés les uns des autres. Il y avait aussi beaucoup de problèmes de boissons et d’abus d’alcool, les miens inclus (NDLR : une cause soulignée par Warrel Dane en juillet).
[…]
« Nous arrivions au bout de notre tournée avec Symphony X et Van et moi sommes allés parler à Warrel en coulisses et nous lui avons dit que nous ne voulions pas continuer sur la tournée suivante avec Symphony X aux États-Unis. Nous voulions prendre du temps pour nous regrouper, pour parler, et attendre que Jim revienne puisque qu’il était en convalescence suite à son opération au cerveau. Warrel n’a vraiment pas aimé l’idée, mais Van et moi restions campés sur notre position, pensant que ce serait plus intelligent que de redémarrer plus tard, plus frais. Tout a commencé à aller de travers à partir de cette discussion car le promoteur des concerts aux États-Unis s’est énervé et j’ai entendu dire que nous risquions un procès à cause de ça. C’est à peu près le moment où Van et moi avons annoncé que nous quittions le groupe. »

Épuisement de deux des membres, incompréhension d’un autre, pression externe… Tout ce qu’il faut pour qu’on n’ait besoin que d’une chose : prendre le large. Certains points nous ramènent même aux causes (similaires) du départ de Mike Portnoy de Dream Theater l’an dernier.

Au sujet de Van Williams, pas vraiment gâté par les « adieux » de Warrel Dane, Loomis, vraisemblablement très complice avec le batteur, avoue être tombé des nues en découvrant les mots du frontman : « Il connaît Van depuis presque vingt ans, et dire des choses pareilles, c’est vraiment triste, plus particulièrement après autant de tournées et de disques réalisés ensemble. Van est le genre de mec à dire ce qu’il pense. […] Quand certains problèmes jaillissaient dans le groupe, il ne gardait jamais pour lui ce qu’il pensait et je ne pense pas que ça plaisait tellement à Warrel. »

Il continue sur la manière dont les affaires du groupe sont gérées et comment Warrel Dane et Jim Sheppard considèrent leur rôle dans Nevermore, nuisant, selon le guitariste, à la bonne entente et au plaisir de jouer ensemble : « Il y a cinq ou six ans de ça […] nous avons commencé à être payés par Warrel et Jim. Ça craint vraiment pour plusieurs raisons. Premièrement : vous ne devriez jamais être payé par un autre membre du groupe, surtout quand vous êtes un groupe signé. Van et moi avons fini par voir avec notre manager et notre avocat pour être payés par leur biais. Quatre parts égales. Cela a un peu ennuyé Warrel et Jim. Pour bien des raisons, Jim a toujours pensé qu’il était notre « manager » et celui par lequel les choses se font. Ça a fonctionné un temps mais, sur la durée, ça n’a pas tenu. J’aurais aimé qu’il reste simplement collé à sa basse dans ces moments parce que ça a vraiment fini par être une mauvaise chose. »

Les mots parlent d’eux-mêmes et se passent quasiment d’explication : dans ces conditions, Van Williams et Jeff Loomis devaient se sentir de plus en plus comme des employés plutôt que comme les égaux de leurs camarades musiciens. Les choses avaient pris un mauvais tournant.

Quant à l’idée de revenir un jour, elle est loin d’être à l’ordre du jour, surtout que maintenant chacun vit ses propres projets et que Loomis pense surtout à voir, de là où il est et avec quelques appréhensions, comment Nevermore va avancer :

« Dans la mesure où ils décident de continuer, cela dépend entièrement d’eux, bien sûr. […] J’ai toujours détesté voir des groupes sans les membres d’origine, simplement parce qu’on ne peut pas identifier certains éléments et le phrasé d’origine quand ils sont partis. […] Ça ne va pas être simple. S’ils continuent vraiment, j’espère qu’ils trouveront de bons musiciens pour continuer. Ça prend du temps et de l’énergie – tu ne peux pas simplement monter sur scène et jouer du Nevermore. »

Affaire à suivre ? Laissons surtout le temps à Jeff Loomis (et à Van Williams tant qu’à faire) de profiter de ce nouveau chemin qu’il arpente (pas si nouveau puisqu’il ne fait que poursuivre une carrière solo qu’il avait déjà bien amorcée) et à Nevermore le temps de nous prouver si oui ou non le groupe peut maintenir le cap malgré un aussi important changement d’équipage.



Laisser un commentaire

  • Moi aussi, je suis heureux de les avoir vu pour la première fois sur cette tournée avec Symphony X. Pour leur séparation, c’est dommage mais ainsi va la vie… Espérons que chacun de leur côté ils continueront à créer de belles choses, même si j’ai beaucoup plus d’espoirs pour la carrière solo de Loomis que pour la suite de Nervermore.

    [Reply]

  • eh bah content de les avoir vu au Hellfest pour la premiere et la derniere fois…

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Helloween @ Villeurbanne
    Slider
  • 1/3