ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Nightwish fait monter la pression


Dire que la musique de Nightwish a toujours eu un aspect fortement cinématographique serait enfoncer une porte ouverte. Dire que, aujourd’hui, la musique du groupe l’est d’autant plus serait nous adresser aux derniers ignorants ayant vécu ces dernières années au fin fond d’une grotte. Car, pour rappel, Imaginaerum le premier long métrage de Nightwish, faisant écho au concept de l’album du même nom et où on y entendra les chansons du disque, sortira dans les cinémas finlandais le 23 novembre prochain, suivis – certainement de peu, au moins, espérons-le – par le reste du monde.

Alors pourquoi remettre le couvert ? L’essentiel a été dit. Et pourtant, il semblerait que la surprise dépasse encore nos attentes autour de ce film. Déjà que le teaser publié en avril dernier donnait un aperçu de l’esthétique visuelle de ce film, voilà que des extraits de la bande son viennent d’être publiés via la page Facebook du groupe. Et en toute sincérité, le résultat – même attendu – reste déroutant.

Oui, même si la version digipack d’Imaginaerum contenait déjà un second disque des titres uniquement dans leur version instrumentale, nous voilà désormais en possession de ces versions uniquement prévues pour l’usage du film. Certes, le résultat peut paraître bien fade car encore dépourvu d’images. Cependant c’est un pas de plus vers ce film qui ne pourra qu’accroître l’attente des fans et autres cinéphiles curieux. Car Nightwish a bien plus développé qu’un simple concept-album et souhaite faire, comme d’autres artistes avant eux, le pont entre musique et cinéma. Il faudra donc encore attendre quelques mois pour constater le résultat final, mais ces premiers aperçus musicaux sont déjà des plus intéressants. L’objectif initial était de transformer un album en bande son, or le sentiment inverse ne serait pas dénué de sens.

La première écoute de ces extraits fait soudainement – et étrangement – naître ce sentiment de réelle dissociation entre l’album même et la BO du film, bien que les mélodies soit les mêmes. Mais là où l’écoute devient tout particulièrement déroutante c’est lorsque l’esprit intègre de manière spontanée ces chansons comme étant quelque chose de définitivement singulier. Un peu comme une reprise vous faisant oublier l’œuvre originelle. Ici les titres n’apparaissent pas comme de simples morceaux dépourvus de chant mais vraiment comme une entité au double visage, jouant de manière personnelle sur différents sentiments et ressentis. Bien sûr, on savait à quoi s’attendre depuis le début, mais ici le travail semble diablement bien fait. La musique épurée de son aspect métallique développe une toute autre facette, comme vierge. Et c’est le cas. Car si la version album est soutenue par les paroles, ici les titres (encore absents d’images) créent chez l’auditeur tout un aspect visuel, épique (mais sans lourdeur).

« Les bandes originales de films sont un moteur créatif pour moi depuis des années. Sur Imaginaerum, je crois que j’ai poussé ça au maximum. La raison la plus concrète pour ça, c’est que nous faisons vraiment un film. Tous les titres de l’album ont été composés pour certaines scènes du film. Avant même d’écrire la première note, je savais de quoi allait parler l’histoire : le club de jazz, les fantômes, la danse de la mort arabe… Toutes ces chansons ont été écrites pour coller à l’histoire. C’est la raison principale pour laquelle l’album ressemble tellement à une bande originale » nous confiait l’an passé Tuomas Holopainen en interview. Son objectif était bien d’en arriver là : une même histoire, une même musique mais deux moyens différents pour l’exprimer. Et cette mise en bouche devrait avoir de quoi en convaincre pas mal.



Laisser un commentaire

  • Matthias Eric B-Di Luëzzia dit :

    Un chef d’oeuvre, il n’y a pas d’autre mot, j’aurais les larmes aux yeux dans la salle de ciné c’est clair…
    J’ai encore du mal à croire que tant de mélodies, tant de variantes, tant d’ambiance viennent d’une seule personne. D’accord, ils sont cinq et font l’oeuvre ensemble, et ils sont tous indispensables à la tenue globale d’Imaginaerum, mais Tuomas c’est le chef d’orchestre de génie je dirais.

    Et c’est avec eux que j’ai découvert le Métal, il y a 7 ans… Ohh que je les aime décidément… :’)

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3