ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Titre À Titre   

Nightwish : premières impressions sur Endless Forms Most Beautiful


On commence à en avoir l’habitude, un album de Nightwish constitue toujours un événement dans le metal, mais cette fois un peu plus encore puisqu’Endless Forms Most Beautiful, prévu pour le 27 mars prochain chez Nuclear Blast, en plus d’officialiser la place du multi-instrumentiste Troy Donockley dans le groupe, inaugure la troisième voix de la carrière de Nightwish, loin d’être une inconnue et que certains ont pu déjà entendre sur scène avec le groupe : l’ex-After Forever et actuelle Revamp Floor Jansen. Un choix des plus excitants et plein de promesses, compte tenu du pedigree de la chanteuse et ses capacités autant lyriques que rock.

Le neuf février dernier, à l’occasion d’une rencontre avec le leader et claviériste du groupe Tuomas Holopainen et Floor Jansen pour parler de l’opus et dont vous pourrez lire les échanges dans nos colonnes très prochainement, nous avons écouté Endless Forms Most Beautiful. Et le moins que l’on puisse dire est que Nightwish se montre une fois de plus ambitieux. Nous partageons aujourd’hui, après cette première écoute, nos ressentis de chaque titre qui constitue cette huitième oeuvre centrée sur le thème de l’évolution de la vie sur terre, et quelques informations complémentaires.

01. Shudder Before The Beautiful

Ce nouvel album commence fort : l’énorme orchestration qui ouvre ce premier titre est directement suivie par de très grosses guitares. Floor utilise sa voix rock pour une chanson bien « catchy », au potentiel de second single. Les chœurs sont immédiatement accrocheurs. La progression est assez linéaire et la structure classique (couplet/refrain/pont avec chœur).

02. Weak Fantasy

Un titre bien heavy qui dément le « weak » (« faible » en français) du titre ! Les gros riffs d’ouverture sont contrebalancés par des guitares très folk sur le break. Floor commence déjà à dévoiler toute l’étendue de son répertoire, avec une voix toujours rock mais malgré tout sensiblement différente du titre précédent. Marco fait par ailleurs sa première apparition avec sa voix légèrement rauque caractéristique.

03. Élan

Le premier single de l’album s’ouvre par une introduction à la flûte et au piano. Troy Donockley et ses instruments celtiques sont très présents, d’où une ambiance clairement folk. La voix de Floor se fait plus douce. On a là une structure classique de chanson sélectionnée pour devenir un single (la version album gagne juste le petit bout d’intro précité et une outro de guitares acoustiques). Un titre qui laissera sans doute les fans et les amateurs de gros son sur leur faim, mais devrait plaire à un public plus large au-delà de la scène metal.

04. Yours Is An Empty Hope

Nightwish compte un excellent guitariste parmi ses membres depuis ses débuts en 1996, et il est merveilleusement exploité sur cet album. Cela n’empêche pas l’orchestre de toujours être bien présent. La guitare sur ce titre très pêchu rappelle un peu « Scaretale » de l’opus précédent. On assiste à une belle complémentarité entre Floor et Marco : pour une fois, c’est la chanteuse et non le chanteur qui nous offre les hurlements. Cette femme sait décidément tout faire et confirme que Nightwish s’est offert un véritable atout grâce à ses capacités vocales.

05. Our Decades In the Sun

Ce titre s’ouvre par des chœurs originaux. Il s’agit d’une chanson très douce malgré des guitares très présentes. Encore une fois, Emppu et sa guitare semblent s’être imposés sur cet album.

06. My Walden

La chanson commence avec Troy au chant, dans une langue indéterminée (ancien anglais ? gaélique ?). L’ambiance est très, très celtique, un vrai bonheur pour tous ceux qui aiment à la fois le metal et la musique celtique, dont la harpiste qui écrit ces mots fait partie.

07. Endless Forms Most Beautiful

Mais qu’arrive-t-il aux guitares sur cet album ?! Le refrain est particulièrement accrocheur. Les lignes de chant de Floor sont originales, mais ces grands intervalles ne seront pas forcément faciles à assurer sur scène, par exemple (cela dit, pas d’inquiétude vu la maîtrise vocale de la dame). On a là un exemple parfait de mariage guitares/orchestre/chœurs.

08. Edema Ruh

Troy est ici au chant et à l’instrumentation. La structure est classique et la voix de Floor se fait plus douce. Il s’agit peut-être de la chanson la moins marquante de l’album pour l’instant – à première écoute en tout cas. Manifestement, ce titre avait été choisi par Tuomas pour faire office de premier single, mais « Élan » a finalement été préféré par les autres membres du groupe. Vu l’accueil réservé à « Élan » et les accusations de « pop » qui fleurissent sur la Toile, on se dit qu’on a échappé au pire…

09. Alpenglow

Non seulement l’introduction au clavier est très accrocheuse et rappelle les grandes heures de « Nemo », mais la mélodie du refrain va en plus sans conteste faire un malheur en concert. Troy ajoute de la couleur et Floor nous offre beaucoup de diversité dans la même chanson : surtout douce, sa voix se fait finalement très rock sur le refrain.

10. The Eyes Of Sharbat Gula

Ce titre s’ouvre sur des percussions originales. Quiconque a un jour assisté à une cérémonie dans un temple bouddhiste retrouvera immédiatement la même ambiance. Troy et le chœur d’enfants vocalisent sans paroles. Un titre instrumental sur lequel Floor n’apparaît pas du tout, très reposant et original même pour du Nightwish.

11. The Greatest Show On Earth

a. Ce titre monumental aux airs de Grand Œuvre de Tuomas commence par une belle introduction piano/violoncelle, avant l’arrivée particulièrement costaude de l’orchestre. Floor et le chœur se mettent en voix avec des vocalises et le scientifique Richard Dawkins fait sa première apparition narrative. Le titre de la chanson est d’ailleurs emprunté à l’un de ses livres sur la biologie évolutionniste, tandis que le nom de l’album lui-même est emprunté à une phrase issue de De L’Origine Des Espèces, ouvrage du célèbre naturaliste anglais Charles Darwin. Des références qui dénotent d’un concept documenté.

b. On reprend le thème de la partie précédente, mais en version très pêchue cette fois. Floor assure un texte parlé avant de chanter.

c. On change à nouveau d’ambiance, avec le retour des percussions et des chœurs. Des bruits d’animaux s’invitent dans la chanson ; comme quoi, Nightwish peut encore surprendre ! Les guitares s’en donnent à cœur joie. On retrouve enfin Marco, et Floor nous offre sa voix la plus rock. Quelques notes de la « Toccata et fugue en ré mineur » de Bach font leur apparition – un thème récurrent dans les œuvres évoquant la vie en général, après la série animée française « Il Etait Une Fois… L’Homme » ou le film de Terrence Malick The Tree Of Life – et est-ce un beat techno qu’on entend s’inviter en arrière-plan ?!

d. Et on change encore d’atmosphère, avec cette fois le piano et le bruit des vagues. Un passage à nouveau très calme, avec un texte très inspirant sur la vie lu par Richard Dawkins. On finit sur les vagues, thème cher à Tuomas, avec un petit chant de baleine pour s’assurer que tout le monde est bien détendu.

Vingt-cinq minutes pour ce dernier titre. La division en quatre parties est évidente, mais il doit être possible de monter à six en cherchant bien.

Conclusion :

Les claviers et les guitares sont mis très, très en avant par rapport à Imaginaerum où le piano disparaissait littéralement derrière l’orchestre, confirmant l’orientation qu’envisageait déjà Tuomas il y a un an et demi d’un album « plus orienté groupe » que ses deux prédécesseurs avec Anette. La batterie, quant à elle, est un peu en retrait ; serait-ce une question de changement de batteur ?

Marco est peu exploité en tant que chanteur (notamment par rapport à sa présence très importante dans Imaginaerum), mais pas forcément au profit de la nouvelle voix masculine, Troy Donockley. Cela dit, la nouvelle frontwoman est polyvalente pour deux – « Elle est aussi polyvalente qu’il est possible de l’être, je ne me suis absolument pas senti limité » nous faisait d’ailleurs remarqué Tuomas -, même si l’absence de voix lyrique étonne un peu. Dans notre interview à venir, Tuomas explique que le côté lyrique a été testé et mis de côté pendant les répétitions : « Il est possible que le fait qu’elle utilise assez peu sa voix lyrique surprenne [mais] tu dois agir pour servir les chansons et pas simplement parce que tu peux le faire. »

Les chansons sont très diversifiées mais l’ensemble forme un tout cohérent. Le titre final est très impressionnant par sa complexité et sa structure. Quant à la piste 10, « The Eyes Of Sharbat Gula », elle s’avère très incongrue, dans le bon sens du terme, dans la discographie de Nightwish.

Endless Forms Most Beautiful contient toutes les caractéristiques attendues de Nightwish, recentré sur le groupe et les musiciens qui le compose. Pour reprendre les termes de Tuomas dans notre interview, on assiste à une « évolution dans la continuité », à la progression logique d’un groupe qui a les moyens de ses ambitions et accueilli un musicien supplémentaire et une chanteuse au talent inégalé sur la scène metal féminin.



Laisser un commentaire

  • Thomas Flanker dit :

    Je trouve que cet album a une saveur particulière, une très très belle oeuvre à mes yeux!
    Peut-etre ne met-il pas suffisement en avant toutes les capacités de Floor, mais je « chipote » (la chronique y fait d’ailleur allusion…)

    Pour moi Nightwish vieilli bien, évolue, surprend sans trop bousculer…
    Gros travail de Tuomas, très impressionant, bien autouré de ces bons musiciens, et quelle excellente recrue que cette belle et impressionante Floor Jansen! (Meme si pour ma part je garde une préférence pour Tarja… tellement performante et envoutante!)

    J’ai beaucoup aimé leur show au Hellfest 2015 et surtout a Paris en Novembre 2015 , beau, impressionant, émouvant, surprenant, bref que du bon!

    [Reply]

  • En relisant, désolé pour les fautes d’haurtaugraffes… je suis claqué! mais ce n’est pas le plus important et je ne corrige pas cause demain boulot. vive la zik

    [Reply]

  • Salut tous,je viens d’aller les voir à Lyon le 23/11/2015 en concert et je suis ok avec ceux qui pensent que la voie de Floor est trop linéaire. Je pensais au départ que Tarja était trop opéra sans cesse alors qu’elle se démerdait super bien quand elle chantait « normal ».J’aurais donc à l’époque souhaité plus un mélange des deux, mais je ne retrouve quand même pas l’ empreinte qu’elle à laissé. Malgré les compos hyper technique de Tuomas et le professionnalisme des zikos à appliquer l’histoire, il me semble que le groupe s’éteint et qu’il ne font ça plus que dans le sens boulot plutôt que par passion.Très déçu que le groupe ne revienne pas faire au moins 1 rappel ce soir là alors que l’ambiance était quand même sympa Maintenant celà ne tient qu’à moi… Bye tous

    [Reply]

    Stephan

    J’étais à Paris le 25/11/2015
    OK sur le fait que Tarja donnait trop dans l’opera, du coup je préfère Floor qui pousse le chant quand même pas mal !

    Absolument d’accord sur le fait que la fin du concert sans rappel passe mal. Ils devraient changer ça, c’est à mon avis la seule fausse note du concert, et on a bien senti que ce rappel manquait. Dommage

  • herzebeth dit :

    j’ai achete le cd vue qu’on ma dit sue la nouvelle chanteuse etait mieu que la casserole mais a mon gout c’est pas mieux je suis un fan de nightwish mais que a l’époque ou le groupe faisait du metal opera dommage qu’il n’ont pas retrouvé une nouvel tarjia avec elle c’était sa nightwish

    [Reply]

  • J’ai ENFIN reçu mon CD de Finlande, et à la lecture des paroles, je suis surprise par leur noirceur et leur agressivité. « Weak Fantasy » et « The Toolmaker » sont carrément violentes et très négatives. En gros, la vie c’est bien, mais l’humain, c’est vraiment nul. Je suis assez d’accord sur le principe, mais Tuomas n’avait pas fait aussi brutal depuis « I truly hate you all » sur Slaying The Dreamer.

    Ah, et la « langue indéterminée » sur « My Walden », c’est du gallois, maintenant que j’ai le texte sous les yeux. 😉

    [Reply]

    Laezar

    Tu trouves ça aggressif? moi je trouve ça hyper positif comme album, nous invitant à contempler la beauté du monde tel qu’il est. « Every child worthy of a better tale » dans weak fantasy par exemple ça montre bien le propos. L’idée c’est d’arrêter de s’enfermer dans de vieilles croyances idiots alors qu’on à des histoires magnifiques à raconter sur l’histoire du monde tel qu’il est.

    De même the toolmaker c’est plus dans l’idée de dire au contraire on à fait ce qu’on à pu, on à fait des erreurs, mais l’humanité à existé et c’est en soi une belle chose.
    « Man, he took his time in the sun
    Had a dream to understand
    A single grain of sand
    He gave birth to poetry
    But one day’ll cease to be
    Greet the last light of the library »

    Moi je trouve ça génial ces paroles ^^

  • Trop bien. Nightwish dans toute sa splendeur. Magnifique album

    [Reply]

  • J’ai vraiment hâte de l’écouter ! Dommage que je vive dans un coin un peu reculé et que le CD mettra plus d’une semaine à arriver dans ma boîte aux lettres :/

    [Reply]

    l'haricot

    Acheté le jour de la sortie, d’ailleurs pas encore sorti du carton, je l’ai mis direct dans la voiture. Écouté trois fois depuis, en entier, et ma crainte en ayant écouté Elan s’est bel et bien confirmée : c’est mou, aucun peps, flutiau et violon pour se la jouer celtique FM, aucun titre ne fait se dire « ah la vache!!! ». Mention spéciale pour l’essai artistique de 25 minutes, ou là c’est bien simple, j’ai rien compris. Y a plusieurs groupes cherchant leur style qui jouent les uns après les autres, ou bien. Même si j’enlève la comparaison avec Imaginearum que je trouve excellent, c’est la grosse déception. C’est d’autant plus rageant qu’ils ont chiadé la pochette, travaillée comme un livre, et qu’ un second CD reprennat l’album uniquement en instrumental est présent.

  • dericthebeast dit :

    Dès écoute du single, je trouve trop moyen comme compositions déjà, la voix de Floor est plus metal qu’Anette mais c’est trop linéaire pour Nightwish je trouve, ayant écouté l’album mes doutes se sont avérés exacte, loin du fantastique (Imaginaerium) les orchestration et divers instruments (flutes,…) bien présent mais les morceaux ne sont pas du tout prenants, pas assez mélodiques que les précédents, j’ai écouté 3 fois le CD et pas encore convaincu. La voix de Floor est puissante mais je voyais un peu loin, Pour moi c’est une déception venant de ce groupe que j’aime beaucoup.

    [Reply]

  • Autant j’aime beaucoup la voix de Floor, autant sur ce single je la trouve un peu… je sais pas monotone je dirais. Ca manque un peu de pêche je trouve. Je vais tâcher d’écouter l’album en entier quand même, j’aime pas me faire une idée sur un single.

    [Reply]

  • Pas vraiment vraiment convaincu par le single.
    Bien quelle chante très bien, c’est un peu mou du slip je trouve.
    Tu met la chanson du Radio France Bleu et on croit entendre la dernière chanson de Nolwenn Leroy.
    Bon trêve de plaisanteries il faut attendre de tout écouter pour juger.

    [Reply]

  • Comme dit TofVW, j’aurais aimé aussi un peu de lyrique by floor. Mais, perso, je préfère le she is my sin version puissance (wacken 2013) que lyrique. Sur ghost (sur lequel elle est énorme effectivement!), ça se discute un peu plus.
    Je suis impatient… j’adore ce groupe. Quelques soit la chanteuse (hors live bien sur, où anette n’était pas à son aise), mais j’ai une préférence pour floor pour l’instant (au vu du wacken bien sur et du cd single (avec la version alternative de élan, qui est très très bonne)).

    [Reply]

  • J’avais un pressentiment, confirmé par cet article: Floor n’utilise pas sa voix de tête.
    J’étais déjà très déçu par sa prestation sur « Showtime, Storytime » où même sur des titres comme « She Is My Sin » et « Ever Dream » elle n’utilise que sa voix de poitrine. Idem sur « Ghost Love Score » ou elle ne pousse pas vraiment, sauf sur la fin (où elle est magistrale, cela dit).

    A voir si les compositions pallient à ce manque, après tout « Imaginaerum » est l’un de leurs meilleurs albums alors qu’Anette est incapable de faire du lyrique (je ne dis pas ça péjorativement).

    [Reply]

  • J’aime ton commentaire diamondDude. Moi je l’ai à demi molle encore (le single m’a vraiment pas enthousiasmé) , en attendant mieux j’espère dès la première écoute

    [Reply]

  • Je bande.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Sons Of Apollo @ Lyon
    Slider
  • 1/3