ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Nordic Giants – A Séance Of Dark Delusions


Nordic Giants - A Séance Of Dark DelusionsIl y a plusieurs façons de découvrir de la nouvelle musique. Vous pouvez chercher de manière complètement sauvage et aléatoire, être frappé par une prestation live, solliciter vos relations et faire part de votre avidité sonore, ou pratiquer une approche plus méthodique et piocher dans les catalogues des labels. C’est ce qui s’est produit avec Nordic Giants récemment signé chez K-Scope. Encore peu connu en France comme l’a démontré la réception du public lors de son passage au CCO de Villeurbanne en compagnie de Solstafir, le duo de multi-instrumentistes formé en 2010 a une approche différente de sa musique et de la manière de la mettre en valeur. Nordic Giants est autant une expérience auditive que visuelle, les deux membres Loki et Rôka étant constamment impliqués dans des productions vidéo et des bandes originales de films. Chaque titre se voit accompagné d’un court métrage et les deux musiciens n’officient jamais sans leurs costumes faits de plumes et de masques qui leur confèrent un aspect quasi-mystique. Déjà auteur de trois excellents EP : A Tree As Old As Me (2010) et le diptyque Build Seas et Dismantle Suns (2013), Nordic Giants nous livre son premier album, A Séance of Dark Delusions. Ceux qui sont familiers de leur musique le savent, mais il est pratiquement impossible de rester de marbre, pour peu que l’on s’investisse un minimum.

Au sein de la discographie du groupe, A Séance of Dark Delusions n’apporte pas de réelle nouveauté par rapport aux précédents EP. C’est plutôt l’occasion de confirmer une identité musicale très forte, proche de Björk, Pink Floyd, Sigur Rós et parfois de CocoRosie. Nordic Giants n’a pas de chanteur, il utilise des samples de voix enregistrées et de nombreux featurings tels que Beth Cannon, Freyja ou Saturday Sun. Tous participent au voyage que constituent les neuf titres de cet album. Car c’est bien d’un véritable périple qu’il s’agit, dans lequel l’auditeur doit s’impliquer. Il est impossible d’apprécier la musique de Nordic Giants hors des bons contextes. L’auditeur doit nécessairement faire un effort de communion et il en sera grandement récompensé. Le duo utilise toujours les mêmes ingrédients, à savoir une batterie, des claviers, des cuivres, des guitares avec archets et des samples, se plaisant à distiller une myriade d’atmosphères. « Illuminate » impressionne de délicatesse avec ses arpèges de piano lorsqu’ « Evolve Or Perish » nous plonge in medias res dans un monde post-apocalyptique que les samples et le jeu dynamique de la batterie participent à créer. « Futures Dark » marque une étape abrupte dans le parcours avec ce son strident qui l’introduit et l’énergie délivrée par la chanteuse Nadine Wild-Palmer. Les cuivres pesants de « Black Fold » transportent sans peine dans des univers plus éthérés qui annoncent la dernière montée en puissance de l’album et l’ultime catharsis que constitue « A Thousand Lost Dreams », avec le jeu de batterie qui fait office de véritable colonne vertébrale de la composition.

Nordic Giants semble atteindre son apogée lorsque toutes les plages instrumentales se mêlent les unes aux autres et franchissent divers paliers. L’auditeur peine à les distinguer et c’est le but recherché : perdre pied et se couper du réel. Dès lors, la musique de Nordic Giants opère pleinement. On pourrait reprocher au duo de souvent réemployer le même procédé, reste que l’album est assez court pour ne pas devenir rébarbatif et les divers intervenants permettent un renouvellement constant des compositions. Certes, l’expérience visuelle impressionnante de Nordic Giants ne peut être rendue via un album audio. Justement, ce n’en est pas moins intéressant. C’est à l’auditeur de créer son propre imaginaire, chose rendue incroyablement aisée.

Nordic Giants n’a certes rien de « metal » à proprement parler. Néanmoins il démontre au sein d’un premier album concept toute son intensité qui transcende sans peine les productions de certains groupes. A Séance of Dark Delusions tisse un univers sonore et atmosphérique d’une élégance rare, une véritable échappatoire au monde qui nous entoure.

Ecouter le titre « Rapture » :

Album A Séance Of Dark Delusions, sorti le 20 avril 2015 chez Kscope.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Def Leppard @ Hellfest
    Slider
  • 1/3