ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Vide(o)rdure   

Norma Jean : Lyric-vidéo versus Shark


En à peu près deux ans, la lyric-vidéo (vidéo pour une chanson basée uniquement sur le défilement des paroles) est devenue l’un des nouveaux produits de l’industrie musicale les plus insupportables qui soit né des dernières évolutions de cette industrie face au développement d’internet. Peut-être pas pour le grand public qui peut très bien y trouver un plaisir passager ou ignorer ce phénomène, mais certainement pour les relayeurs d’infos (comme votre humble serviteur) et qui doivent toutes se les coltiner, même si pour le troisième protagoniste, la maison de disques, c’est tout bénef’.

Car ça coûte quoi une lyric-vidéo ? Au minimum, on colle une image de fond, la musique et on synchronise le déroulement du texte comme pour un karaoké ; un boulot que n’importe quel gusse doué avec un logiciel de montage peut produire. Si on rapporte le coût au temps de travail et à la rémunération horaire, on peut se payer une lyric-vidéo pour moins de 100€, a priori. Et comme ça ne coûte pas grand chose, on peut en produire des caisses.

Et le processus est généralement le suivant : on dévoile d’abord une chanson, juste l’audio, en streaming ; puis deux semaines plus tard on nous ressort le même titre dans une lyric-vidéo bazardée sur internet où elle côtoiera les milliers de lyric-vidéos « amateur » sur YouTube ; et encore deux semaines après, une fois que tout le monde a pu prendre goût à ce morceau, on sort le clip qui, deux fois sur trois, nous montrera un groupe jouant dans un hangar ou un montage d’images live. Et pour quiconque cherchant un peu de créativité dans le monde de la musique, c’est à s’arracher les cheveux de désespoir.

Bien sûr, tout cela est dû à la crise du disque (qui a parfois bon dos pour qu’on pardonne tout à l’industrie après). Et bien sûr, parfois on peut se montrer créatif dans une lyric-vidéo, au point de la faire ressembler à un vrai clip, et au point de transformer de vrais clips en lyric-vidéo (on pense en particulier à la vidéo « Want It Back » de la chanteuse Amanda Palmer). Mais ce sont encore ces fameuses exceptions qui confirment une règle très simple : les lyric-vidéos ne servent qu’à faire de la promo pas chère avant la sortie d’un album, et ensuite encombrent la Toile, ne servant plus qu’à ceux qui n’ouvrent jamais le livret d’un disque. Et après, une fois qu’on a bien étalé une demi-douzaine de lyric-vidéos, certains se dispensent même d’être un minimum originaux dans leurs clips ? « Lyric video killed the video stars », s’écrie-t-on pour pasticher la célèbre chanson !

Alors, forcément, quand on vient de se coltiner, comme aujourd’hui, deux lyric-vidéos d’affilée (une pour le single déjà mis en ligne par Black Star Riders et la deuxième de la semaine pour Amorphis), on se sent un peu aigri en en voyant tomber une troisième juste après de la part du combo américain Norma Jean, qui a récemment terminé l’enregistrement de son nouvel album et qui va donc bientôt passer en mode promo avec chansons dévoilées au compte-gouttes, puis lyric-vidéo, puis clip pour cette même chanson. Le matraquage radio « heavy rotation » adapté à internet.

Les p’tits Ricains expliquent en plus, pour justifier leur geste : « On a vu les groupes les plus cools du monde faire des lyric-vidéos et on a voulu en faire partie. Alors voilà…. La lyric-vidéo de « AHH! SHARK BITE! AHH! » [ndt : « AHH! MORSURE DE REQUIN! AHH! » en français]. Maintenant vous pouvez la chanter !! »

Alors, on y va, on lance la vidéo et en moins de six secondes on se dit qu’on traverserait bien l’océan pour embrasser un par un les membres de ce groupe qui sont parvenus à exprimer en seulement SIX P*TAIN DE SECONDES ce que j’étale en d’insupportablement longs paragraphes.

Et en plus ça fait parler d’eux. C’est donc de la très bonne promo pour le coup.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3