ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Le Blog Du Doc   

Nous étions trop rapides pour la SACEM


Quatre ans. Cela faisait quatre ans que je me battais pour qu’enfin la situation de Radio Metal soit entièrement régularisée auprès de la SACEM (la Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique). Si depuis nos débuts nous sommes en lien constant avec la SACEM et ses représentants, cette société aura mis quatre ans pour mettre en place un contrat adapté au fonctionnement de notre média.

Pourquoi aussi longtemps ? Eh bien tout simplement parce que nous sommes en avance sur notre temps dans beaucoup de domaines différents et parvenir à mettre en place un contrat qui corresponde à 100% aux besoins et contraintes d’une webradio commerciale comme la nôtre est quelque chose qui, vraisemblablement, prend du temps. Beaucoup de temps même.

Mes interlocutrices du côté de la SACEM sont Joëlle Boucaud et Gwenola Gicquel. Je me permets de les citer parce que cela fait longtemps que nous échangeons et même si nous ne nous sommes jamais rencontrés, le fait est que j’ai senti dès le départ que la SACEM n’a jamais cherché à m’entuber mais bien plutôt à ce que les intérêts de Radio Metal soient préservés. En revanche, je trouve proprement hallucinant que légaliser notre situation ait pris autant de temps…

En 2007, RM était une petite structure. Mais cela ne nous empêchait nullement d’agir pour légaliser notre situation contractuelle. La base de Radio Metal c’est la musique. Et qui dit musique en France dit SACEM. Rétribuer les artistes et les producteurs a toujours été au centre de mes préoccupations et c’est pour cette raison que j’avais envoyé, dès 2007, des courriers avec Accusé de Réception à la SACEM pour régulariser notre situation. Ces courriers prouvant, en cas d’éventuels problèmes, que j’avais toujours mis de la bonne volonté pour être en phase avec la loi. Car si je n’avais pas agi de la sorte on aurait pu tomber sur la structure que je représente, voire sur moi-même à titre personnel, en disant que je n’avais pas fait les démarches nécessaires et que j’avais, en conséquence, exploiter consciemment les auteurs et les producteurs sans payer les droits nécessaires.

M’être conduit de la sorte m’a donc permis de me couvrir juridiquement tout en me donnant la possibilité de justifier mes dires en cas de problèmes. Si on n’anticipe pas ce genre de choses, on peut très vite se retrouver la tête sous l’eau…

Les artistes sont au cœur du projet Radio Metal. Avec High Hopes et tout le reste, notre média a toujours cherché à valoriser les artistes méconnus (comme à forte notoriété) en leur donnant une exposition d’envergure. En conséquence ne pas rétribuer ceux qui constituent le cœur même de notre activité depuis le 1er avril 2007 a toujours été impensable pour mes collègues et moi-même.

Mais dès 2007, et jusque il y a encore quelques mois, la SACEM me disait que je devais patienter et « provisionner » – c’est-à-dire accumuler de l’argent pour le sortir à un moment donné – parce qu’un contrat nous serait de toute façon délivré. Mais la question était de savoir quand ! Car plus le temps passait et plus j’avais cette épée de Damoclès économique au-dessus la tête : quand et comment vais-je devoir sortir ces milliers d’euros ?

Bref continuer à attendre sans visibilité alors que ce n’était pas moi qui étais responsable de cette situation, mais bel et bien la SACEM, fut une situation très pénible et sacrément inconfortable.

Ainsi, conseillé par des avocats ainsi que par des amis en phase de le devenir, je ne pouvais que me résigner à attendre. Attendre un contrat de la SACEM tout en parvenant, une fois reçu ledit contrat, à mensualiser les paiements pour éviter de sortir des milliers d’euros d’un coup (pour récupérer la période 2007-2011) car extraire autant d’argent de notre trésorerie est complètement impossible dans notre situation économique actuelle.

Pour la période 2007-2009 je dois donc sortir aux alentours de 1 500 euros TTC. Cette somme s’appliquant ensuite chaque année. Par conséquent pour la période du 1er avril 2007, date de notre création, jusqu’au 31 décembre 2011 Radio Metal doit régler environ 4 500 euros à la SACEM. Mon but est d’avoir réglé 2007-2011 en avril 2012 pour ensuite payer la SACEM dans les temps. La situation économique de RM me permet de fonctionner ainsi et la SACEM me suit là-dessus car elle a bien compris que nous étions une structure professionnelle et surtout honnête.

Il n’y a pas beaucoup d’entreprises professionnelles 100% web comme la nôtre en France. Par conséquent nous payons notre désir d’innovation à bien des égards car nous faisons partie des premiers à avoir monté un projet aussi structuré. Mais je pars du principe que ces problèmes sont finalement secondaires parce que le plus important est de continuer à avancer pour rester leader au sein de notre domaine d’activité. Nous sommes trop en avance sur l’administration et tous les autres organismes ? C’est probablement le revers de la médaille de notre démarche mais je pense qu’il faut de toute façon mieux être dans la situation de Radio Metal. Et ce malgré les nouveaux soucis qui se posent.

Si je suis heureux d’avoir complètement réglé notre situation contractuelle en rétribuant depuis l’année dernière la SPPF (pour le droit des producteurs) et maintenant la SACEM (pour le droit d’auteur) ces structures m’ont tout de même demandé beaucoup d’énergie que j’aurais préféré utiliser pour autre chose.

Radio Metal est un lièvre qui en quatre ans d’activité aura rencontré beaucoup de tortues.



Laisser un commentaire

  • Si la SACEM est très critiquable sur ses frais de fonctionnement (et notamment les salaires de ses administrateurs), son rôle premier n’est aucunement attaquable.
    Sans elle, le mec qui n’est « que » auteur compositeur » ne toucherait quasiment rien, au détriment du gugusse qui se donne en spectacle (je dis ça de manière volontairement caricaturale, car c’est ce qui se passe dans la variété qu’on nous balance à la télé);
    Aussi rempli de vices soit-il, ce système est là pour faire valoir les droits d’un grand nombre d’artistes (y compris, énormément de peu connus).
    Faudrait vraiment que ceux qui pensent « tous pourris, tous des cons tous des voleurs » se renseignent un peu avant, histoire de modérer leur jugement (même si encore une fois, il y a beaucoup à redire, dans le détail, sur la façon de fonctionner de la SACEM)

    [Reply]

  • L’honnêteté paye toujours. Bravo.

    [Reply]

  • Ca sème le doute, ce procédé…

    [Reply]

  • Si seulement on était pas obligé de crouler sous ses délires fiscaux et légaux restrictifs au possible je pense que le Metal et sa communauté seraient bien mieux représentés en France. Tout ce pognon aurait put être utilisé pour aller plus vite vers l’objectif ultime qui est bien entendu d’émettre sur les ondes, les vraies, celles de Skyrock, Virgin Radio et autres réservoirs à teenage music de merde.

    Mais voila on vit dans un monde où il faut impérativement qu’on permettre à un nombre incroyable de personne de se faire un maximum de fric sans jamais rien glander. Gagner du pognon sur le dos des autres, c’est bien ce que fais la SACEM… Tout ce flicage nuit gravement à la créativité artistique : le pognon est incontournable et ceux qui ne sont pas familier de son usage n’ont qu’à crever. L’avenir s’annonce des plus radieux !

    [Reply]

    jujum

    il n’y a pas de flicage mais un partenariat qui permet une collaboration entre un diffuseur, la webradio, et les créateurs, représentés par leur société. Tout le monde travaille dans le même sene. I est à déplorer qu’il e^^ut fallu ans, mais parfois c’est nécessaire pour coller à la réalité, à la règlementation, à la technologie etc

  • La SACEM fourre son nez là où elle peut choper de la thune visiblement… saleté de monde capitaliste.

    Moi qui ne voulait pas trop adhérer à cette radio, je pense que je vais changer d’avis, j’ai pas spécialement envie qu’un média (le seul ?) français uniquement consacré au monde du metal disparaisse à cause des gens comme eux.

    [Reply]

    jujum

    La Sacem n’est pas là pour faire disparaître untel ou untel mais bien pour pouvoir proposer un contrat adéquat aux diffuseurs des oeuvres dont les créateurs lui ont demandé la gestion économique et juridiqye.
    L’auteur de ce billet l’a pourtant bien fait comprendre.
    La Sacem c’est juste la mutualisation des créateurs de musique pour éviter aux diffuseurs d’être régulièrement contacté par chaque auteur et pour permettre à l’auteur lui-même de se consacrer à son métier: nous écrire de bonnes musiques/paroles.

  • King Asator dit :

    radio commerciale ,! pfff z’êtes même pas trve ^^

    [Reply]

  • Argent qui précisons-le, finira dans les poches des patrons de la sacem et de la sppf, ainsi que dans celles de johhny, bruel, sardou, etc.

    [Reply]

    jujum

    la répartition est faite à + de 80% par « oeuvre par oeuvre » permettant. cela permet d’être plus juste dans la répartition. Par contre il est vrai qu’un Claude Lemesle, Lionel Florence, Alain lanty etc toucheront plus en passant sur TF1 à 21H00 que sur Arte à 5H00 du matin.
    ne confondez pas non plus créateurs et auteurs, qui ne sont pas toujours les mêmes (regardez les noms au début des clips, vous verrez)

  • Et ben vindieu ces voleurs de la SACEM n’y vont pas de main morte. Mais ça pourrais être pire, il suffit de voir ce qu’elle demandais au génialissime site « Coucoucircus ». Enfin bon le problème est en amont pas en aval (ce n’est pas sale). Le droit d’auteur continu d’imposer sa loi en refusant d’évoluer. Mais pour que vive notre média metal favoris, devenez adhérent.

    [Reply]

  • Screaming for Metal dit :

    Et RadioMetal peut compter sur moi tant qu’elle existera!!!
    Vous pouvez compter sur mon adhésion annuelle!!!

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Avenged Sevenfold @ Hellfest
    Slider
  • 1/3