ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Nuno Bettencourt ou la grâce extrême



Nuno Bettencourt est une légende parmi les légendes, un guitariste hors pair aussi à l’aise dans la pop, la funk, la fusion et le rock n’roll. Notre homme en a fait rêver plus d’un avec son jeu à la fois propre, rapide et tellement rock. Tout cela mis en valeur par une guitare – la fameuse N4 de chez Washburn – spécialement créée pour lui. L’association avec Gary Cherone, Pat Badger et Paul Geary a également contribué à créer sa légende. Extreme étant un des groupes des années 80 qui a su faire évoluer et grandir le hard rock et lui ouvrir de nouveaux horizons. En arrivant au bar de l’hôtel, Nuno Bettencourt n’a pas l’air très réveillé. Pourtant son avis sur le premier CD/DVD live d’Extreme, Take Us Alive, est assez limpide, voire tranchant par moments. En pleine tournée avec la chanteuse Rihanna, voici le résultat d’une interview sans langue de bois qui montre un Nuno Bettencourt lucide sur tous les aspects de sa carrière.


Nuno : (A propos du DVD) « Nous avons fait ce qu’on fait d’habitude, c’est tout. Il y avait un groupe de gens qui nous filmait et nous devions les ignorer. »

Radio Metal : Quelle a été la participation du groupe sur ce DVD ?

Nuno Bettencourt : Pour commencer il fallait qu’on soit présents (rires) ! On n’avait pas le choix : on a essayé de payer un groupe pour le faire à notre place parce qu’on pensait que ce serait mieux. Un groupe plus jeune, avec de meilleurs musiciens…

Non, pour dire vrai, on n’a pas eu grand chose à faire. Nous avons fait ce qu’on fait d’habitude, c’est tout. Il y avait un groupe de gens qui nous filmait et nous devions les ignorer. On n’a pas particulièrement essayé de faire un bon concert, et heureusement je crois qu’au final on en a fait un de très correct. C’est toujours le problème que j’ai eu quand j’ai fait des DVDs. Psychologiquement, tu sais que tu es filmé et malheureusement tu commences à faire quelque chose que tu ne fais pas en temps normal : réfléchir. Je pense qu’un bon procédé aurait été de filmer plusieurs concerts. J’aurais adoré faire différents enregistrements dans différents pays, et ensuite choisir une chanson de Paris, une en Ecosse, une autre au Texas ou encore à Tokyo. Dans ce cas là, on aurait peut-être oublié qu’on était filmés, et ça aurait permis de voir des publics de cultures différentes. Cela aurait été génial. Peu importe ce que donne le DVD, c’est ce qui s’est passé qui compte. Parfois ce n’est pas ton meilleur concert, parfois ça aurait pu l’être, mais dans notre cas, je n’en ai aucune idée, et je ne le regarderai plus jamais.

[/urlb]
Aviez-vous des idées de ce que vous vouliez pour le DVD, ou avez-vous juste laissé les spécialistes faire le travail ?

Honnêtement, j’aurais aimé être mieux informé. J’ai toujours pensé qu’un DVD ne pourrait jamais capturer Extreme, ou un autre groupe qui adore faire des concerts. On dirait que la vidéo rend tout plus petit, moins excitant et moins passionné. C’est parce que tu n’as pas le son, la sueur et l’odeur de la salle. Normalement c’est une expérience tridimensionnelle et sensorielle. Après l’avoir vu, je pense que j’aurai aimé participer un peu plus au montage, car quand je vois les vidéos qui y sont et que nous avons faites, elles me paraissent plus Extrême que le DVD en lui-même. Quand je regarde la vidéo « Run » et ce que nous avons tourné au Japon, je me dis que ces vidéos ont mieux capturé ce qu’est Extrême en concert. Mais je ne peux pas vraiment juger parce que seuls les fans savent ce qu’ils veulent voir…

C’est la raison pour laquelle vous n’avez pas d’album live ? Vous devez avoir beaucoup de matériel des années 80 et 90 ?

Il y a beaucoup de choses de cette époque oui. Je n’ai jamais beaucoup aimé ça. Donc je suis probablement la plus mauvaise personne pour regarder les photos et écouter les enregistrements. Quand j’y pense, je crois qu’on aurait dû enregistrer chaque tournée que nous avons effectuée et laisser quelqu’un s’en occuper, comme on l’a fait pour ce DVD. Juste pour que tout le monde puisse s’amuser remettant en cause moi et mes doutes sur la sortie de DVDs live…

Quel a été votre moment préféré de cette nuit à Boston ?

Quand on a dit bonsoir (rires). Je crois que la meilleure chose pour ce concert et le DVD c’est la manière dont nous avons joué. Je ne suis pas très emballé par le montage et la façon dont ça a été tourné. Pour moi, le groupe est beaucoup plus excitant en live comparé à ce que j’ai vu sur ce DVD. Ceci dit, je pense que notre formation a bien joué. Même quand nous avons joué à Paris ou ailleurs, j’ai toujours aimé la chanson “Take Us Alive”, parce que je pense qu’elle est différente et amusante. J’ai beaucoup aimé regarder celle-ci. Je ne sais pas si j’ai des moments favoris. C’est toujours sympa d’écouter des titres comme “Am I Ever Going To Change”. J’aime celles qui ne sont pas trop physiques à regarder. C’est étrange comme le DVD me paraît lent (rires). Quand nous faisons des chansons comme “Am I Ever Going To Change”, “Midnight Express” ou “Take Us Alive”, ça crée quelque chose de très immobile et je trouve que le DVD a très bien capturé ça. D’un autre côté, certains titres qui bougent plus n’ont pas été aussi bien captés. C’est probablement mal de dire ça si je veux vendre des DVDs (rires). Je suis un très mauvais commercial ! Mais le DVD vaut le coup d’être vu quoi qu’il en soit.

Penses-tu qu’Extrême était prêt à être filmé en coulisses ou juste avant de monter sur scène ? Est-ce que c’est quelque chose avec lequel tu es à l’aise ?

Je crois que je suis à l’aise pour le faire, mais quand je l’ai visionné, ça ressemblait à quelqu’un faisant de la télé-réalité, avec des caméras qui suivent les gens dans la maison, avec eux tous les jours. Je dis toujours que ce n’est pas la vraie vie, car dans la vraie vie, il n’y a pas de caméras donc ton comportement est différent. Parfois il y a ces petits moments privés d’avant concert, et je ne sais pas si il fallait les partager. Je me sens un peu idiot en les regardant. Peut-être que je suis un peu timide vis-à-vis de tout ça.


Nuno : (A propos du DVD) « Je ne suis pas très emballé par le montage et la façon dont ça a été tourné. Pour moi, le groupe est beaucoup plus excitant en live comparé à ce que j’ai vu sur le DVD. »
Quand il y a une caméra, il y a une pression accrue. Penses-tu que quand la caméra est là, cela te donne une sorte d’énergie ? Par exemple, dans tes solos de guitare il y a beaucoup de variations et un sentiment d’improvisation. Le fait de te savoir filmé te donne-t-il plus d’idées ?

Ca n’aide pas non (rires). Je crois qu’être filmé – ou jouer en concert – est une chose que tu dois apprendre. Vu que nous n’en faisons pas beaucoup, ce n’est pas que nous sommes mauvais, mais je pense que les gens qui ont l’habitude de tourner des DVDs peuvent mieux jouer et se nourrir de cette expérience. Je ne crois pas avoir été si mauvais quand même. Peut-être que parfois c’est parce que je savais qu’on me filmait, donc je faisais en sorte que ça soit bien. Je ne sais pas si c’est bon pour la santé ou si c’est un bon état d’esprit. J’étais conscient d’être filmé tout du long mais mon instinct me dit que ce n’est pas bien. Quand tu ne fais que jouer pour des gens et qu’ils ne font que regarder, c’est étrange car tu ne joues pas directement pour eux…

[/urlb]
Alors pour qui jouez-vous du coup ?!

On ne joue pas vraiment pour quelqu’un, on joue tout simplement. On laisse juste nos émotions prendre le contrôle de nos sentiments. Parfois il arrive que la performance ne soit pas terrible pour une chanson, parce que ton état d’esprit n’est pas le bon au bon moment. Ou parfois, tu as tellement d’émotions que tu ne peux pas bien les retranscrire. Tu n’es pas censé jouer de simples notes, tu dois ressentir quelque chose. Je trouve que c’est le meilleur moment, même si techniquement ça ne l’est pas. Ca fait partie du concert, et c’est censé rester, ou rentrer à la maison avec la personne. On vit un grand moment, spécial qui nous appartient ainsi qu’à ceux qui sont là. Donc l’avoir capturé cette nuit là pour l’emporter est peut être dangereux.

Est-ce que tu penses qu’avoir été enregistré ce soir-là était une sorte de défi pour Extrême, vu que vous n’aviez jamais fait quelque chose du genre ?

Oui. On a fait des choses dans le passé, comme jouer live pour une radio, ou même des vidéos. Mais c’était un défi psychologique. Encore une fois, tu sais que tu as fait des supers concerts pendant la tournée, et tu te demandes si celui-là sera aussi bien que les autres. Un public n’a jamais été mieux qu’un autre, ils sont tous différents. Parfois tu te demandes lequel tu aurais aimé partager pour un DVD. Je me faisais des soucis pour Boston, mais au final c’était bien. Je crois que les fans sont habitués. Ils nous ont vus plus que n’importe qui d’autre depuis toutes ces années. Donc parfois ils pensent que tout leur est acquis et sont un peu trop détendus. Je ne connais pas grand chose sur la psychologie des foules, mais en tout cas c’était super. C’était juste différent des autres concerts. Si je devais tout refaire, je demanderais à une équipe locale de venir filmer chaque concert. Encore une fois, j’aurais aimé voir des chansons différentes dans des endroits différents, pour montrer au public Boston mais aussi ce à quoi ressemble l’Allemagne, ou pour que Tokyo voit à quoi ressemble New York.

Une idée pour la prochaine fois peut-être ?

Oui, commençons le tournage dès maintenant ! (rires).

Vous vouliez faire le DVD, mais les fans ont aussi des choses qu’ils aimeraient voir. Par exemple, le groupe Mr. Big ressemble à Extrême, et certains fans aimeraient peut-être vous voir jouer sur scène ensemble. Vous pensez être prêts pour ça ?

On est toujours à la recherche de groupes avec lesquels tourner. On adore l’idée de faire des concerts, et je suis un grand fan de Paul Gilbert. C’est un homme fou et un guitariste hors pair. Donc oui, j’aimerais tourner avec eux. Il y a des gens qui pensent qu’on est en relation, parce qu’ils nous a volé l’idée de faire une vidéo en noir et blanc avec une ballade juste après nous (rires) ! On en rigole tout le temps. C’est aussi peut-être parce qu’il y a des ressemblances dans les guitares et l’écriture. Je suis ouvert à l’idée de tourner avec n’importe qui. Avec nous, c’est toujours une question d’emploi du temps, et si les organisateurs ont assez d’argent pour deux groupes qui veulent toujours faire la tête d’affiche (rires)… Cela ne nous pose pas de problème de jouer en premier avant n’importe qui. Espérons que la prochaine fois on pourra le faire parce que c’est une bonne idée.

Tu es actuellement en tournée avec Rihanna. Comment as-tu préparé ce moment ?

C’est intéressant, parce que je n’ai jamais lu quoi que ce soit sur notre site ou sur ce qu’on écrit sur nous par les fans. Ce n’est pas que ça ne m’intéresse pas, c’est juste que je pense que c’est quelque chose de dangereux de faire trop attention à ce que disent les gens. Même si on adore nos fans et qu’on comprend à quel point c’est important de venir à nos concerts, tu ne peux jamais vraiment faire quelque chose pour quelqu’un. En temps qu’artiste, tu dois avoir de la passion pour ce que tu fais et espérer que les gens aiment ça. Donc je pense que nos fans veulent des choses différentes.

Par exemple, je suis sûr que quand les gens m’ont vu jouer avec Rihanna, ils se sont dit “mais pourquoi il joue avec elle ?”. Je pense qu’un vrai fan comprendrait pourquoi je le fais, et que je suis un type étrange qui est toujours à la recherche de quelque chose de différent. Quand j’ai appelé un ami, un directeur musical du nom de Tony, il m’a demandé des nouvelles. Je lui ai donc dit que j’avais fini avec Extrême et que j’allais rentrer à la maison pour un moment, il m’a dit “que penses-tu d’une tournée avec Rihanna ?”.

Ma première réaction a été de me dire qu’il n’y a pas de guitare dans la musique de Rihanna. Après je me suis dit que c’était peut être la raison pour laquelle je devais le faire. Il m’a dit qu’elle voulait vraiment que son show soit plus agressif et rock n’roll. Ce qui voulait dire que je pouvais être moi-même, et faire ce que Nuno fait d’habitude. L’idée m’a vraiment motivé. Prendre des chansons qui sont dans un registre pop/r&b a été très intéressant. J’ai beaucoup joué parce que je suis sur toutes les chansons. Je pense qu’un fan d’Extrême qui serait venu aurait été agréablement surpris.

Penses-tu que ce genre d’expérience manquait à ta carrière ?

Non, je ne la cherchais pas vraiment. Je crois qu’être impliqué dans une tournée avec une telle artiste est quelque chose qu’il faut faire. C’est un concert où les gens sont en adéquation avec la musique et l’ambiance, avec beaucoup de chansons et aucun playback. Il y a deux claviéristes, deux guitaristes, un bassiste et un batteur qui jouent en live et ce sont tous de très bons musiciens. Le batteur vient de finir une tournée avec Stevie Wonder, et le bassiste jouait avec Kanye West (artiste et producteur de musique hip hop/rnb) etc. C’était vraiment une bonne expérience de jouer ce genre de musique et je suis toujours prêt à apprendre. De plus, c’est intéressant d’avoir des danseurs sur scène parce que c’est quelque chose que je n’avais jamais fait. C’était super de répéter avec eux et voir la chorégraphie. Je suis juste en train d’apprendre tout ce genre de choses.

Penses-tu appliquer certaines choses à Extrême ?

Oui, on est en train d’auditionner des danseurs en ce moment ! (rires) Tout ce que tu fais dans la vie, et tout ce que tu expérimentes, que tu le veuilles ou non, va t’influencer. L’interview qu’on fait en ce moment est pareille, parce que nous allons en emporter quelque chose avec nous. Chaque expérience t’apprends quelque chose. Avant cette tournée, nous avions discuté de cette idée avec Gary, pour Extrême. Les gens penseront peut-être que ça vient de ma tournée avec Rihanna, mais ça n’a rien à voir, on en avait parlé avant de faire des trucs de fous. Le genre de truc pour lesquels nos fans peuvent nous adorer ou nous détester.

Es-tu libre de jouer ce que tu veux sur scène ?

Oui. Il y a beaucoup de passage où j’ai de la place pour improviser, comme dans Extreme. Je joue des parties différentes qui sont particulières pour chaque chanson.

La vidéo de “King Of The Ladies” me rappelle “Whole Hearted”. Vous pensez comme ça dans le groupe, comme les enfants dans la vidéo ?

Intéressant. C’est marrant que tu trouves qu’elle ressemble à “Whole Hearted”, je n’y avais pas pensé. Dans le groupe, le roi des femmes devrait être Pat. Je le vois bien assis à côté du gamin frisé, dans leur quartier, ayant le béguin pour une des filles, et volant la voiture de sa mère pour l’impressionner (rires) ! C’est vraiment Pat.

Interview réalisée le 29 avril 2010 au concert de Rihanna à Paris
MySpace Extreme : http://www.myspace.com/extreme



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Mass Hysteria @ Transbordeur
    Slider
  • 1/3