ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Obituary : Pour les fans seulement ?


Obituary remet ça. En octobre dernier, les Américains ont déjà joué en direct à la mode pandémie en proposant trois soirs avec les albums Slowly We Rot et Cause Of Death joués dans leur intégralité, chacun sur une soirée, un dernier soir étant consacré à des morceaux rarement joués. Avril 2021, les fans ont droit à deux soirées en direct du camp de base des Floridiens. Un soir consacré à une sélection des titres préférés du groupe. Le second soir, The End Complete est à la fête.

Préparez votre canapé, votre son, votre image et votre bière (Budweiser ou Stella Artois si vous voulez communier avec les musiciens, toute autre marque – presque – si vous voulez de la bière), et connectez-vous pour plonger dans le studio de répétition du groupe. Petit piège : on changera d’heure entre les deux prestations, l’une sera donc à 22h, l’autre à 23h.

Artistes : Obituray
Date : 27 mars et 3 avril 2021
Salle : Home Studio
Ville : Tampa, Floride

Samedi 27 mars, 22h00, le groupe s’installe tranquillement dans le bazar de leur salle de répétition. La décontraction est de mise parmi les cartons de Budweiser, le frigo, le billard recouvert d’un tissu. Trevor Peres et John Tardy sont pieds nus. Très décontractée, l’ambiance. Quelques minutes après, la musique débarque. Bonne, on la connaît. Bénéficiant d’un très bon son et d’une très bonne exécution. Après « Slow Death », Donald Tardy s’adresse aux internautes, règle un problème de caméra en expliquant en substance que ce sont les aléas du direct.

Au niveau de « Solid State », deux gars se montrent à la fenêtre et débarquent dans le studio avec pack de bière et bouteilles d’alcool. « Blake [Ibanez] and Nick [Stewart] from Power Mother Fuckin Trip! » S’ensuit une espèce de temps mort. C’est peut-être ce qui cloche dans cette soirée : les temps morts, le côté décousu. John qui rentre et sort de la salle, laissant entrer la lumière du jour. A un autre moment, un jeune garçon fera son apparition. Tous les musiciens qui trinquent entre eux, passent devant les caméras. Kenny donnera même un coup de manche de guitare dans un micro. Dans notre canapé, il est parfois difficile de suivre. De rester accroché. Un détail n’aide pas non plus forcément à s’immerger : les rideaux ne sont pas tous tirés et le grand soleil de Floride laisse la pièce dans le jour.

Avant « Threatening Skies », le combo fait une pause, Kenny s’équipe d’une autre guitare, transparente. Qui se parera de violet pendant le prochain morceau. On voit les membres du groupe vivre leur vie. Trevor et Kenny, de dos, regardent les commentaires des fans sur un ordinateur portable. Pas d’un grand intérêt ! Tout comme les voir vautrés devant le billard. Evidemment, on peut aisément imaginer que les moyens des Floridiens ne sont pas monstrueux, qu’on est dans le death et que cette ambiance décontractée va avec. Oui et pourtant. A part les plans de caméra sur Donald, qui offrent une vue du batteur assez inédite (c’est-à-dire comme on n’en voyait pas en conditions concert d’avant le coronavirus), le reste est très amateur et voir des plans coupés des corps des membres du groupe passer devant les caméras n’est pas forcément l’idée rêvée d’une prestation en « live stream ».

Décontractés : Obituary / Power Trip

Retour à la musique, comme les Floridiens continuent avec « By The Light »… qui s’interrompt. Décousu ? On change les guitaristes. Les deux invités surprises remplacent les guitaristes d’Obituary. Trevor en profitera pour faire un peu de « air guitar » avec une mini-guitare-bouteille sortie du frigo. Côté vestimentaire, Kenny réapparaît, arborant un superbe legging Obituary et un tee-shirt bariolé de logos Budweiser (à croire que le brasseur sponsorise la soirée ou qu’il n’y a qu’une bière aux Etats-Unis !). C’est un peu le désordre dans cette salle de répétition ! Vestimentairement parlant, le guitariste arborait précédemment un ensemble plus sobre short et tee-shirt noirs. Donald, l’homme qui organise un peu tout ça, propose de profiter de la configuration « Power Trip » et demande à son frère s’ils peuvent jouer « Executioner’s Tax (Swing Of The Axe) », un titre de Power Trip justement. John doit d’abord imprimer les paroles. Kenny s’est mis à la basse.
Avant de lancer la reprise, Donald demande un peu de calme dans la pièce et rend hommage à L-G Petrov.

A ce stade, l’équipe est un peu éparpillée, on sent les gars assez distraits. C’est ce qui se passe avec la télé en direct, « No editing, no cutting and pasting », dira Donald, maître de la communication avec les fans. Et de rappeler au groupe de rester concentré car des gens les regardent. Rappel à l’ordre des troupes ? « Let’s get back on top » dira le batteur fort à propos avant de lancer « Back On Top ». Une vue caméra embarquée se balade dans la salle, nous faisant profiter aussi du câble de ladite caméra. Un majeur tendu apparaît, plutôt fun. En fait, il y a un côté potache, fête adolescente dans tout ça. A chacun d’y adhérer. Fête adolescente ? Kenny dans son accoutrement en serait une belle illustration. Il a d’ailleurs l’air bien… heureux ! Un peu trop de shots du côté du guitariste ? Qui assure toutefois sa partie sans soucis.

Une incrustation apparaît, hommage à Karren Denise Brooks-Shumate, avec les mots « R.I.P Our Sister in Metal ». Avant « A Dying World », Donald explique que ce mode de concert est à la fois génial et étrange, et que les rappels démarrent. Il dira bonne nuit aux Allemands et bonjour aux Australiens avant que le groupe ne clôture cette soirée avec « Slowly We Rot », non sans avoir remercié les gars de Power Trip. Il est 23h20. La retransmission se termine par des photographies de L-G Petrov. A la semaine prochaine !

Samedi 3 avril, 23h00, on retrouve nos Floridiens préférés dans leur studio, aux mêmes positions. Même frigo, mêmes cartons Budweiser. Trevor et les frères Tardy, toujours nu-pieds. Une tenture avec le dragon Obituary masque une des fenêtres, donnant un peu plus d’intimité. Le décor est donc planté, le même que la semaine dernière. Tiens « Redneck Stomp » fait-il partie de The End Complete ? Le groupe démarre pourtant la soirée avec. Enfin soirée, il est 17h00 sur la côte est des Etats-Unis. Et tant que la musique est bonne, peu importe d’où elle vient, non ?

Globalement, ce second soir ressemble au premier. Il y a toutefois moins d’éléments parasites que la semaine dernière, comme des gens qui entrent dans la pièce et prennent un truc dans le frigo. On retrouve les plans un peu brouillons avec les caméras, l’ambiance potache, décontractée, Donald aux commandes de la communication, les discussions entre les membres du groupe, dont nous sommes quelque part exclus : ils parlent entre eux, sans micro, évidemment en anglais. La soirée sera plus courte : une heure de prestation. Nouveauté par rapport à la semaine dernière : un dessin animé est diffusé où l’on voit le dragon Obituary placé dans le décor désolé de rocaille de la pochette de The End Complete. Des éclaboussures de sang complètent l’animation. Reste la musique évidemment, de qualité, restituée puissamment, et la sincérité d’Obituary, ce côté direct, sans filtre, ni postproduction ou autre.

Les messages sont plutôt sympas, comme Donald qui indique que cette prestation est venue d’« hommes simples de Floride » ou celui diffusé à la fin qui dit leur hâte de revenir en vrai, et que d’ici là, il faut prendre soin de chacun et boire de la bière… beaucoup de bière ! La prestation se termine dans un chaos sonore avant que la pochette du CD The End Complete n’apparaisse en gros plan et soit claquée en clap de fin avant générique de fin. Ils remercieront Mark Prator, ingénieur du son et vidéo… et responsable coiffure et maquillage !

Et donc ? Que retenir de ces deux soirs ? Indéniablement qu’il est temps pour groupes et publics de retrouver les vrais concerts, ceux dont on profitait avant le virus, si tant est qu’on les retrouve un jour dans la forme qu’on les a connus. En attendant, évidemment, les groupes essayent de rester au contact avec ces prestations en direct en prenant autant de formes qu’il existe de groupes. En l’occurrence, il faut être fan pour profiter de cette ambiance « répétition » que les Floridiens ont proposée. C’est brut, sans aucun artifice. Un peu plus même puisque les musiciens nous invitent dans leur bazar. Pas forcément simple d’y adhérer même si la musique est là. Toutefois, d’un point de vue de fans, il peut être intéressant de voir le groupe dans un contexte inédit et de profiter de morceaux rarement joués.

Setlist 27/03/2021 (source setlist.fm) :

Kill For Me
Slow Death
Solid State
On The Floor
Back Inside
No
Threatening Skies
By The Light (avec Power Trip)
Executioner’s Tax (Swing of the Axe) (reprise de Power Trip, avec Power Trip)
Back On Top
A Dying World
Slowly We Rot

Setlist 03/04/2021 (source setlist.fm) :

Redneck Stomp
Deadly Intentions
I’m In Pain
Back To One
Dead Silence
In The End Of Life
Sickness
Corrosive
Killing Time
The End Complete
Rotting Ways

Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    The Old Dead Tree @ Savigny-Le-Temple
    Slider
  • 1/3