ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Opeth : les lauriers avant un nouveau cycle


La Suède, pays de rock et de metal, ce n’est un secret pour personne. Cela n’étonnera donc pas outre-mesure que l’un des fiers et plus anciens représentants du genre dans ce pays de Scandinavie soit récompensé par un organisme généraliste de la musique dans ce pays. Mikael Åkerfeldt, le leader d’Opeth a ainsi reçu une distinction de la part du SKAP, la société suédoise des auteurs et compositeurs de musique (l’équivalent de notre bonne vieille SACEM), récompensant le frontman et son groupe pour son apport à la scène suédoise et internationale. L’événement peut paraître anodin, sauf quand on s’amuse quelque peu au jeu des comparaisons, en imaginant, par exemple, la SACEM remettre devant les médias nationaux français un prix à Gojira… Impossible ? Ce qui est peu probable en France est tout à fait possible là-bas, question de culture.

Mikael Åkerfeldt, plutôt peu enthousiaste quand il s’agit de faire le jeu des médias, et au caractère pas toujours facile, s’est cette fois-ci montré ravi de la distinction : « Je suis tout à fait honoré de recevoir cela. » a-t-il déclaré. « Apparemment, vous ne pouvez pas postuler pour être récompensé, c’est un jury de musiciens de légende qui décide que vous êtes la bonne personne pour cette récompense. » Et c’est cela qui l’a séduit, car c’était en quelque sorte le récompenser à sa juste valeur, en toute humilité, loin des paillettes : « Je suis heureux et surpris qu’il y ait un focus sur la musique heavy suédoise. […] A travers le temps, on m’a remis des récompenses et autres, mais celle-ci résonne plus personnellement en moi. Pas de paillettes ou de glamour, juste une appréciation pour ce que nous faisons et ce que je fais. » Il est vrai qu’après vingt trois années de carrière, onze albums et une influence conséquente sur le monde du metal à l’international, le titre est loin d’être usurpé. Opeth est aujourd’hui une référence incontestée du style et une source d’inspiration pour de nombreux groupes passés et présents.

Mikael Åkerfeldt recevant son prix.

Et le groupe a une actualité qui va croître de manière importante en 2014. En effet, alors qu’Opeth a peu tourné l’année dernière, l’année qui vient s’annonce déjà comme jalonnée d’une présence du groupe à plusieurs festivals, au Roadburn au mois d’avril (où Åkerfeldt est aussi, cette année curateur, c’est-à-dire l’organisateur d’une partie de la programmation, et fait venir Magma, Goblin ainsi que Candlemass qui viendra jouer son album Ancient Dreams en intégralité), au Graspop ou au Hellfest le dimanche 22 juin au soir, notamment.

Au rayon des sorties, le groupe risque aussi de s’illustrer ; après l’album Heritage qui aura beaucoup fait parler, pour son parti pris « Revival » rock progressif des années 70, Opeth finit actuellement de travailler sur les pistes du successeur.  Comme le rappelle Mikael Åkerfeldt sur le site officiel du groupe, « Chaque album peut être le dernier, bien sûr. Ce n’est pas une menace, mais nous voulons honorer la tradition de sortir des albums que nous avons envie d’entendre. » Et dans ce sens, Heritage leur a fait du bien : « Cela ressemble un peu à une cure de jouvence avec Heritage. Nous avons trouvé un nouveau son que nous aimerions explorer un peu plus. Il faut juste voir où cela nous emmène. »

Pour conforter le groupe dans leur appréciation du dernier album, les ventes, aux États-Unis notamment, plaident en sa faveur puisque le disque a atteint la dix-neuvième place des charts à sa sortie outre-atlantique. Il faut donc clairement s’attendre à ce que ce nouvel album soit dans la lignée de dernier, quitte à décevoir ceux qui s’attendent à un album plus death, proche des anciens albums du groupe tels Orchid, ou plus metal progressif comme l’était Blackwater Park. Même si celui-ci sera plus metal que le précédent, comme il l’a révélé au quotidien suédois Expressen en septembre dernier : « Peut-être un petit peu plus lourd. Pas lourd façon death metal, mais plutôt lourd hard rock/heavy metal. Il y a beaucoup d’éléments progressifs et de guitares acoustiques, mais aussi des riffs qui sonnent de façon plus sinistre. » Et cet album représentera un investissement plus conséquent, car Mikael et ses compères ont décidé de se faire plaisir musicalement : « Nous avons réfléchi à l’enregistrer dans les studios Rockfield au Pays De Galles, où Queen a enregistré « Bohemian Rhapsody », mais nous n’avons pas encore pris notre décision. Mais ce sera un album qui coûtera cher. Il y a beaucoup de choses, d’arrangement de cordes que nous n’avons jamais fait dans le passé. »

De quoi faire saliver les fans, donc, puisqu’un compromis entre Heritage et le passé plus heavy du groupe en ravira plus d’un. Surtout que le chanteur produira lui-même l’album, en cherchant à s’inspirer du son de l’album Holy Diver de Dio, « ce son du début des années 80 où l’on peut encore entendre les années 70, mais où la production est plus heavy ». Pas de doute, Opeth promet de belles choses pour 2014, et sera sans conteste l’une des attractions de Clisson, un certain dimanche de juin, avec ou sans ces nouveaux morceaux.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Mass Hysteria @ Transbordeur
    Slider
  • 1/3