ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

PAIN AU NINKASI KAO DE LYON


Artistes : PainBrother Firetribe
Lieu : Lyon (France)
Salle : Ninkasi
Date : 16-02-2009
Public : 500 personnes environ


Boys and girls, Brother Firetribe is in the house!

Connu anciennement sous un nom à faire pâlir Joey DeMayo, False Metal, Brother Firetribe doit sans conteste sa place ce soir à une bonne raison: il s’agit du projet parallèle d’Emppu, guitariste de Nighvvviiiiiish, pour qui Pain avait ouvert en 2008.

Les cris stridents des fans en délire ne tardent pas à s’élever dans la brume humide des premiers rangs, qui, il faut le préciser, ont été pris d’assaut par la gente féminine, à l’instar d’une boutique de prêt-à-porter en période de solde. Ca y est, le premier accord gronde tel le moteur de la mythique Deloreane de Marty. Et pour cause, voici le Kao soudainement plongé en pleine époque ou le kitsch, le ridicule, le mauvais goût assumé et la permanente capillaire étaient de mise.

Une période charnière qui restera dans les mémoires pour l’une des plus grosses catastrophes naturelles connue par le monde du metal: la grande inondation des caricatures insipides de Bon Jovi et Europe. La terre métallique s’en ressortira dévastée, noire comme un flacon de mascara éventré, poisseuse comme un vieux tube de rouge à lèvre oxydé et avec les décombres encore fumants des cires épilatoires usagées. Tel fut le paysage laissé en héritage aux années 90 et dans lequel les dinosaures se sont adapté ou bien ont disparu au profit de créatures bien plus sournoises.

Une période qui a sonné le glas du glam et après laquelle le metal n’a plus jamais été le même.


Pekka Ansio Heino, chanteur des Brother !

Alors en 2009 Brother Firetribe ravive certain souvenirs. Mais doit-on en avoir peur ou bien faut-il simplement en rire comme une bonne farce? Après tout, 20 ans après la catastrophe, il y a prescription. Le public se retrouve alors séparé en deux castes. Au pied des planches, les plus jeunes sont hypnotisés par le guitariste d’un des groupes les plus populaires de la scène actuelle. Dans ces conditions la musique n’a guère plus d’importance et tout refrain est bon à reprendre en c?ur! A l’arrière, par contre, l’incompréhension règne, laissant vite place à des sourires puis des moqueries. En effet les frangins de la tribu du feu écument les stéréotypes du hard FM/glam, minutieusement et avec une conviction qui force toute de même le respect. Mais la sauce ne prend pas. Faute à des compositions trop kitsch pour être prises au sérieux et une attitude trop retenue pour divertir.

Le set des finlandais se clôt sur l’hymne « I Am Rock », sorte de « Papillons De Lumière » metal, qui n’aurait sans doute pas dépareillé dans un concert de Spinal Tap. L’humour en moins.


Sa majesté Peter Tägtgren !

Heureusement, la tension monte puisque tout le monde commence à sentir l’arrivée du légendaire Peter Tägtgren, chanteur des groupes Hyprocrisy et Pain mais également producteur renommé de la scène. Les places au premier rang se font rares et rester à proximité de la scène devient une longue et pénible attente. Surtout au milieu d’une jeunesse en extase devant le charisme de beignet au pomme du chanteur de Brother Firetribe !

C’est donc au tour de Pain de monter sur la scène du Ninkasi ! Et contrairement à la prestation plus que moyenne du premier groupe, Pain va sortir le grand jeu avec une vraie mise en scène. Rien que les deux écrans postés de chaque côté de la salle donne un aspect théâtral très plaisant. La foule devient rapidement hystérique, et pour monter qu’ils ne sont pas venus là pour rigoler, les suédois commencent par le titre « I’m Going On », titre issu de leur dernier opus Cynic Paradise.


Bonne prestation des Pain !

Un morceau très entraînant pour bien démarrer. Malgré le son un peu moins « propre » que ses récentes premières parties de Nightiwsh, le groupe reste concentré. Les Pain ont une vraie présence scénique…mais en même temps peut-on avoir un jugement objectif après le passage des Brother Firetribe ?!

Pain enchaîne avec ses tubes dont un « Follow Me » repris en c?ur par un public très accueillant et tellement déchaîné que la sécurité sera même un peu débordée ! Et si l’on devait choisir un moment fort…ce ne serait pas chose aisée ! Car Pain a choisi de jouer essentiellement des tubes allant de « Bye/Die » au terrible « Bitch » dont on gardera longtemps en mémoire les écriteaux sur les deux écrans géants. La très bonne reprise des Beatles « Eleanor Rigby », que vous pouvez retrouvez sur le surcoté « Nothing Remains the Same », est aussi mise en avant. L’inévitable et très pop « Shut Your Mouth » est également joué en deuxième rappel. Voilà un titre qui a complètement satisfait l’audience après avoir été réclamé tout le long de la prestation des Pain ! Bien sûr, comment ne pas évoquer la magnifique interprétation de « On And On » parfaitement à la hauteur de son statut de hit !


Une foule très réceptive.

Malgré tout, le vrai bémol de ce concert fut la voix de Peter Tägtgren dont on a clairement eu l’impression qu’il forçait trop dessus. Bilan : au final on se demande l’intérêt de la présence de Brother Firetribe en première partie de Pain pour au moins deux raisons : en termes de genre musical les deux formations n’ont vraiment rien à voir. Mais le plus choquant reste que ces deux groupes n’ont vraisemblablement pas la même notion de l’expression « performance scénique ». Et c’est peut-être aussi pour cela que Pain n’a pas la même notoriété que les Brother Firetribe!



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3