ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Paradis perdu au Transbo de Villeurbanne ?!



Artistes : Paradise LostSamaelAdagio
Salle : Le Transbordeur
Ville : Lyon
Date : 14-12-2009
Public : 600 personnes environ

Compte-Rendu : Virginie (Paradise Lost), Doc’ (Samael) et Metal’o Phil (Adagio)


Adagio

Le concert d’Adagio – que, décidément, on voit souvent jouer en Terre lyonnaise – sera expéditif. Une demi-douzaine de titres seront enchaînés sans temps morts. Le set se constitue essentiellement de morceaux d’Archangels In Black, un dernier opus plus sombre faisant s’aventurer de manière originale et intéressante le metal néoclassique avec un metal extrême à gros riffs et voix gutturales. Les ambiances dégagées par ces titres, la voix et les refrains rappellent par moments le prog sombre de Beyond Twilight.

Une évolution pertinente : sur disque comme sur scène, le groupe ne semble pas à côté de ses pompes. Stefan Forte (guitare/grunts) propose un jeu garni de gros riffs power/thrashy et le fait avec conviction et plaisir. A part Kevin Codfert (clavier/choeurs), les autres membres sont plus effacés.

Si le finlandais Christian Palin (chant) ne manque pas de prestance, ses interventions manquent cruellement de spontanéité et son jeu de scène, typiquement heavy (je cours dans tous les sens, je roule des mécaniques, j’enchaîne les poses pour les photographes), s’avère caricatural. On élargira d’ailleurs ce constat du manque d’authenticité à toute la formation qui dégagera une désagréable impression d’un groupe à l’attitude hautaine et au set trop préparé.

Techniquement, vous vous en doutez : rien à redire. Si Christian est encore loin d’être parfait, il est brillamment secondé par un Kevin Codfert impressionnant de par la hauteur des lignes vocales qu’il parvient à produire. A la fin du set, comme si on leur avait imposé un compte à rebours, Stefan Forte et ses compères saluent la foule à toute vitesse et filent comme des voleurs sans demander leur reste.

Set-list :

Intro / Vamphyri
Fear Circus
Second Sight
Undead
Dominate


Setlist « Best Of » pour Samael

Après ce concert mitigé, nous attendons le show de Samael avec impatience. Il faut dire que les suisses ont l’habitude d’impressionner autant en live que sur albums. 20h15 : les hostilités sont ouvertes et le fameux « Rain », premier titre de l’album Passage (1996), marque les esprits d’entrée de jeu. Vorph est particulièrement en voix et son frère aux claviers/batterie n’est pas en reste sur ce titre très accrocheur. Ce soir Samael nous propose une set-list « best of » qui renvoie à toutes les périodes du groupe. De Worship Him à Eternal en passant par Reign Of Light, le public lyonnais se fera plaisir avec des morceaux aussi bien ambiants (« Infra Galaxia »), faciles d’accès (« Reign Of Light ») ou très rentre-dedans (« Black Hole »). Mention spéciale d’ailleurs pour cet extrait de Above (le petit dernier du groupe) dont la violence ferait passer les chansons les plus intenses de Ministry pour du pipi de chat.


Mas toujours aussi efficace

Diversifié, ce set parviendra d’une manière très fine à retranscrire les différentes ambiances présentes dans la musique du groupe suisse. Le paroxysme étant atteint sur le redoutable « Into The Patengram » et ses lumières rouges illuminant la scène avec un pentagramme en feu sur l’écran géant. Magnifique. Les accords aigus sur l’intro de ce morceau, les couleurs de la scène et le sentiment général d’apocalypse faisant d’ailleurs penser aux ambiances live d’un groupe comme Slayer.

Le lien entre musique et lumière aura été établi à la perfection, notamment sur le dernier titre du show, « The One Who Came Before », où les parties de batterie électronique seront valorisées tout au long du morceau par les stroboscopes. Une très bonne idée qui aura donné encore plus d’impact à ce titre à la base déjà taillé pour le live.


En faisant la fine bouche on pourra regretter une utilisation limitée de l’écran géant en fond de scène. Mais le charisme des musiciens (notons que Makro est de plus en plus actif à la guitare), un jeu de lumière aux petits oignons sans oublier une setlist intéressante ont largement suffi à notre bonheur.

Donc, à l’heure des bilans de fin d’année, applaudissements mérités pour les suisses qui nous auront tout simplement délivré l’un des meilleurs shows de 2009 !

Set-list :

Rain
Solar Soul
Reign Of Light
Infra Galaxia
Western Ground / Ceremony Of Opposites
Black Hole
Into The Pentagram
Slavocracy
The Ones Who Came Before


Non, ce n’est pas Peter Tägtgren !
[/urlb]

Le dernier album de Paradise Lost est un chef d’oeuvre, l’aboutissement de la pureté de leur musique. Ce dernier album donne au groupe un nouveau souffle et une nouvelle aisance scénique que nous aurons constatés ce lundi 14 décembre. Rappelons tout de même l’absence criante du guitariste Greg Mackintosh rentré dans son pays pour raisons familiales.

Quelques chants se font entendre et Paradise Lost entre sur scène sous une lumière et une lueur blanches. Leur allure est celle des expressions de leurs visages, simple. « Rise Of The Denial » commence le set et donne au Transbordeur une mouvance vagabonde. Le son est fort, la voix de Nick Holmes est sous-mixée, et le demeurera durant tout le show. Malgré tout, l’essence du concert est pure, chaque metalleux de la fosse se laisse chavirer à la guitare et au sourire d’Aaron et nul ne reste de marbre.


Paradise Lost Live

Mou du genou, Paradise l’est parfois, c’est une évidence. Ce soir pourtant, Nick se laisse aller à la boutade : « Je parle assez mal le français et comme j’ai une bonne base d’anglais je vais vous dire ce que j’ai à vous dire en anglais ». De temps à autre il remercie l’assistance pour son accueil, sourit et nous fait part de ses humeurs. Les spectateurs lyonnais auront été à la hauteur ce soir, ne ménageant leurs voisins qu’au prix de leur sueur et ne laissant aucune trêve au groupe. Ni « Erased » ni « As I Die » ou encore « One Second » n’auront raison de cette bonne humeur générale. Signalons d’ailleurs une set-list pas loin de la perfection. Pourtant, il n’est pas facile, lorsque l’on est fans du paradis perdu, d’être complètement comblé quand on connaît la richesse discographique des anglais.

Mais ce soir : rien à redire !

Le rappel sonne après « Requiem » pour dévoiler les excellents « Faith Divides Us », « The Last Time » et « Say Just Words » qui cristallisent ce soir une prestation enfin à la hauteur de leur musique.

Set-list :

Rise Of The Denial
Pity The Sadness
Erased
I Remain
As I Die
The Enemy
First Light
Enchantment
Frailty
One Second
No Celebration
Eternal
Requiem

Encores:

Faith Divides Us
Last Time
Say Just Words

[/urlb]


Laisser un commentaire

  • Ce concert de Paradise Lost était ennuyeux. Peut-etre parce que j’ai décroché depuis plusieurs album et que je connais pas leurs titres récents, mais l’absence de Greg Mackintosh se faisait cruellement sentir, il manquait sa patte. Et puis le son était mauvais, beaucoup trop de basses, pas assez de voix, et par dessus le marché beaucoup trop fort.
    Et puis à part Aaron, sur scène ça ne bouge pas trop. Pour me consoler je me suis repassé l’album Draconian Times qui contient une brouette de bonnes chansons. « Enchantment » a été pour moi le point culminant du concert, qui ne volait pas très haut.

    [Reply]

  • Amaury / RM dit :

    Au Hellfest tout était contre eux mais à Lyon c’était un bon concert, la preuve quand je suis sorti j’ai dit à Crusty :

    « Franchement c’était pas mal !! »

    Et ça c’est une sacrée preuve !

    [Reply]

  • Oui, j’ai lu le live report, ça avait d’être horrible comme live

    [Reply]

  • Crusty / RM dit :

    Quelle méchanceté Amaury voyons…

    [Reply]

  • Amaury / RM dit :

    C’était bien moins pire qu’au Hellfest…mais c’était difficile de faire pire aussi (souci technique, chanteur proche du pathétique etc. etc. etc.)

    [Reply]

  • J’ai hésité à aller au concert, plus pour Adagio que Paradise Lost d’ailleurs, mais finalement non.
    Même si je trouve leur dernier album excellent, force est de constaté que sur scène il manque quelque chose et que Chris ne colle pas encore très bien avec l’image du groupe, bien que je les ai trouvé géniaux lors du Lyon Metal Fest

    [Reply]

  • Spaceman / RM dit :

    TLM, je sais que mon t-shirt « Got Funk ? » et ma luxuriance capillaire te font envie, mais ce n’est pas une raison pour être de mauvaise fois et essayer de défendre l’indéfendable. 😉

    Sinon, mince alors, je me rend compte qu’il n’y a personne pour défendre Adagio (à part un aveux amer de Crusty). Méritent-ils tant d’indifférence?

    [Reply]

  • The Love Machine dit :

    Hello !

    Plusieurs réflexions :

    – Spaceman, quand on joue sur scène avec un tee-shirt « Got Funk ? » et qu’on se caresse les cheveux 13 567 fois par concert, on n’a pas le droit de dire du mal de Samaël ! :))

    – Amaury, quand on oublie de la set-list « Baphomet’s Throne », alors qu’on est fan de Samaël, on n’a pas le droit de critiquer Paradise Lost ! :))

    Voilà, tout ça pour dire que c’était un concert génial, sauf Adagio, bien entendu, qui n’était là que pour nous pousser à la consommation de houblon ! 😉

    TLM

    [Reply]

  • Crusty / RM dit :

    Ca fait mal à dire mais le titre Dominate d’Adagio est quand même un bon ptit tube !

    [Reply]

  • Amaury / RM dit :

    Merci Yksin 🙂

    [Reply]

  • Metal'o Phil / RM dit :

    Mais c’est ce qui est écrit, voyons ! 😉

    [Reply]

  • Petite erreur les gars, Christian Palin (chanteur d’Adagio) n’est pas suédois, il est finlandais 😉

    [Reply]

  • Dimebag Darrell dit :

    Enoooorme concert du Lost.

    C’est compris les enfants ?

    [Reply]

  • Spaceman / RM dit :

    Pourquoi perdre son temps à un concert de Samael quand on sait d’avance que ce sera mauvais? 😉

    [Reply]

  • Tout à fait d’accord avec toi Amaury!!

    [Reply]

  • Bah oui t’as pas vu le concert alors tu fermes ta gueule !

    Putain ce soir ça va dégénérer, je vais me faire plaisir en t’en mettant une !!

    Tyson Doc’.

    [Reply]

  • Spaceman / RM dit :

    « Il faut dire que la déferlante Samael avait été très forte… »

    No comment. 😉

    [Reply]

  • Qu’on me donne de la vibration !!!!

    Je comprends qu’on ai pu apprécier ce concert…car je comprends même l’incompréhensible ! Nan en fait j’ai trouvé ça d’un plat, mais d’un plat…

    La voix de Holmes me rappelait un peu les défauts de Geoff Tate au Hellfest 2009. On s’interrogeait sur le fait de savoir si les soucis venaient de lui ou du sous-mix. Mais au concert de Queensrÿche il y avait une vraie ambiance qui se dégageait du set.

    Je sais que bcp ne partage pas mon avis sur le rÿche au Hellfest, mais le ressenti d’un concert est tellement personnel aussi. « Au final, le groupe m’a véritablement hypnotisé ce soir là » @Spaceman : je respecte ça complètement et l’admet tout à fait.

    D’ailleurs, on est tous d’accords sur les faits essentiels : la setlist du lost était top, Nick Holmes s’est comme d’hab un peu chier dessus, les musiciens étaient plus en mouvement que les dernières tournées et Holmes communiquait plus…mais pour moi ça ne suffisait pas.

    Il faut dire que la déferlante Samael avait été très forte…:)

    [Reply]

  • Spaceman / RM dit :

    Paradise Lost sur scène c’est bourré de défaut : pas vraiment dynamique (bien que ce soir là ils l’étaient bien plus que la fois précédente dans la même salle), Mise en place moyenne, mix du son pas génial, etc. Malgré tout j’ai pris un pied énorme à ce concert.

    Pourquoi? Le repertoire de Paradise Lost regorge de tubes et la setliste était vraiment bonne! Pourtant beaucoup de titre des deux derniers albums ont été joué, mais force est de constater qu’ils ne font pas tâche à coté du reste de leur répertoire, bien au contraire (Requiem, ce titre est ENORME en live). Hormis à cause du son moyen, comment ne pas apprécier un tel concert lorsque l’on apprécie la musique du Lost? Au pire, même si le groupe ne nous transporte pas visuellement, il y a la musique, et quelle musique! Le bonheur qu’elle me procure m’a suffit à rester dans la salle…

    Au final, le groupe m’a véritablement hypnotisé ce soir là. Bien plus étonnement que la dernière fois où pourtant Greg Mackintosh était présent.

    [Reply]

  • Metal'o Phil / RM dit :

    Rien à dire sur la prestation de Paradise Lost, effectivement plus dynamique, meilleure que ce que le groupe avait pu proposer auparavant. C’est toujours un plaisir de voir jouer Aaron, tellement il vit ce qu’il joue. La setlist était excellente aussi.

    En revanche, j’ai été extrêmement déçu du son. Basse surmixée et étouffant parfois même la guitare. Quant à la voix, toujours le même constat : soit Nick Holmes n’a pas, mais alors vraiment pas de coffre, soit il est systématiquement sous mixé. Quoi qu’il en soit, cet état de fait a rendu l’écoute du concert vraiment désagréable.

    [Reply]

  • Screaming for Metal dit :

    Pour avoir vu PL à de nombreuses reprises, j’ai été déçu de leur pestation à Cognac (16), je pense que l’absence de Gregor Mackintosh sur cette tournée manque cruellement au groupe… cette « patte » si caractéristique étant malheureusement inexistante, une certaine magie avait disparu…

    [Reply]

  • Avec Paradise Lost, j’ai (enfin) compris que c’était mon droit de quitter la salle quand un concert était (vraiment) mauvais.

    Bien que là, il était pas mauvais en fait, il était très ennuyeux…ah l’ennui…

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    In Flames @ Lyon
    Slider
  • 1/3