ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

PARADISE LOST : ENTRETIEN AVEC AARON AEDY


Aaron Aedy, le sympathique guitariste de Paradise Lost, a accepté d’évoquer pour Radio Metal In Requiem, le dernier album du combo anglais. Une occasion rêvée de revenir sur toute la carrière de Paradise Lost et sur ses nombreux changements de direction musicale.

Radio Metal : Les fans ont-ils été réceptifs au côté brutal de votre dernier opus In Requiem ?

Aaron Aedy : Oui. La réaction du public a été jusque-là très positive. En concert, les nouvelles chansons ont été vraiment bien accueillies. Les messages sur notre forum et les différents courriels reçus sur notre site Internet montrent que tout le monde semble l’apprécier. Nous sommes très satisfaits d’In Requiem, donc c’est super !

Mais avant de sortir cet album, n’aviez-vous pas une certaine appréhension quant à la réaction des fans ?

Si, tu appréhendes toujours la sortie d’un album. Tu ne peux pas t’en empêcher. Nous étions néanmoins très confiants par rapport à In Requiem car nous pensions réellement avoir fait un très bon album. Mais de toute façon on a toujours l’impression qu’il se passe des années avant que les gens puissent écouter ton album ! En effet, lorsque tu finis l’enregistrement, il y a ensuite le mixage et il faut attendre encore deux ou trois mois avant que l’album sorte. Tu appréhendes toujours un peu. Mais le plus important, en tant qu’artiste, c’est d’être fier de son propre opus. Voilà le principal.

Cet album est plus Heavy et semble marquer un retour aux sources. Pourquoi ce choix ?

Nous n’avons pas vraiment choisi d’aller dans telle ou telle direction. Pour chaque album, nous avons fait ce qui nous semblait être le mieux au moment de sa conception. Nous n’avons jamais planifié quoique ce soit, du genre « Ok ! Maintenant, nous allons faire un album extrêmement Heavy ». Les choses viennent naturellement. Lors de notre dernière tournée, pour la sortie de Paradise Lost, nous avons vraiment adoré le son de ces chansons en live. Elles étaient devenues un peu plus Heavy, un peu plus agressives. Nous avons donc tenté de reproduire ce son lors de l’enregistrement du nouvel album. Le changement de direction est donc arrivé comme ça, tout simplement.

Ne penses-tu pas que, d’une certaine manière, le groupe se perdait dans toutes ses expérimentations ?

Non. Je pense sincèrement que nous avons pris beaucoup de plaisir à faire tout ça. Je crois que si nous avions fait cinq Draconian Times d’affiler, nous aurions splitté car nous en aurions eu marre. Tu dois toujours essayer de faire de nouvelles choses pour susciter l’intérêt. On fait de la musique parce que ça nous plaît. C’est la raison pour laquelle nous avons formé ce groupe : pour notre propre plaisir avant tout. Je ne vois pas l’intérêt de faire quelque chose qui ne te rend pas heureux. Et on ne sait jamais, peut-être que nous expérimenterons encore d’autres choses plus tard. C’est ce qui est génial dans la musique : il y a tant de chemins différents que tu peux emprunter…

Etant donné la popularité du Metal gothique aujourd’hui, cet album n’est-il pas un moyen de rappeler aux gens que c’est quand même vous les maîtres de ce style ?!

Ce serait trop beau d’être qualifié ainsi ! Tout ce que nous savons, c’est que nous avons sorti un album plutôt bon et qui nous satisfaits. C’est vrai que c’est très appréciable d’entendre les gens dire que Paradise Lost est de retour. C’est sympa, mais bon… Beaucoup de groupes qui nous citent comme leur influence doivent vendre au moins cinq millions d’albums ! Et parfois on tombe un peu dans les oubliettes. Mais nous avons beaucoup de chance car au cours des années nous avons attiré des fans qui nous restent très fidèles. Ca va faire 20 ans qu’on est dans le circuit. Notre groupe fêtera ses 20 ans en mars prochain donc c’est une sacrée performance ! Rien que pour ça je suis très reconnaissant. Et notre amitié est encore plus forte que jamais. Nous avons beaucoup de chance également par rapport à ça.

Penses-tu que le fait de proposer une musique plus agressive permettra toujours au groupe d’évoluer ?

Je pense que lorsque l’on veut obtenir quelque chose de Heavy, c’est toujours sympa de contraster avec quelque chose de plus léger, tout en gardant son propre style. Nous ne cherchons absolument pas à inclure un son plus Pop. Mais ce qui est sûr, c’est que notre musique contiendra toujours des éléments plus sombres car ça fait partie de nous. C’est ce que nous aimons…faire des contrastes. Si l’on prend par exemple la chanson « Over The Madness » du dernier album, la puissance du refrain tranche avec les magnifiques couplets plus apaisants. Je kiffe ce genre de contraste. En tant que guitariste j’aime la musique Heavy, donc j’aime jouer notre genre de musique.

Votre évolution musicale a-t-elle parfois été source de conflits au sein du groupe ?

Non pas vraiment. Je dirais plutôt qu’il y a eu des moments où nous n’étions pas totalement satisfaits de certains albums. Mais la plupart du temps c’était dû à la production. Je sais que beaucoup pensent notamment à l’album Host, mais celui-ci contient quelques-unes de nos meilleures chansons. Je pense juste que la production aurait pu être un peu plus brute, un peu plus agressive. Le son était presque trop travaillé. Ca aurait été mieux s’il avait été plus spontané et un peu plus direct. Il y a tout de même de superbes chansons sur cet album. Et nous nous sommes vraiment éclatés en faisant cet opus car en tant que guitariste, j’ai dû travailler beaucoup plus les effets et varier les sons. Il y a en effet beaucoup de sons qui ressemblent à du clavier mais qui sont en réalité des guitares. Je m’étais dit que je pouvais reproduire à la guitare les parties clavier de Greg (NDLR : Mackintosh) en ajoutant des effets. C’était vraiment intéressant de ce point de vue-là.

Ce qui est étonnant, c’est qu’avec une telle évolution vous ayez toujours été sur la même longueur d’onde. Je pense notamment à FAITH NO MORE qui n’a pas eu cette chance.

J’ai justement écouté FAITH NO MORE hier! J’étais un grand fan de ce groupe et c’est bien dommage qu’ils aient splitté…

Oui et s’ils ont splitté, c’est en partie parce que les membres voulaient faire des choses différentes…

Je pense qu’il y a des moments où nous avons le même avis et d’autres où c’est plus mitigé. Mais ça n’est jamais arrivé que l’un de nous déteste quoique ce soit que nous ayons fait. Nous prenons en compte tous les détails, alors on se dit parfois : « Peut-être aurions-nous dû faire ça un peu différemment ». Lors de la tournée qui a suivi la sortie de Host, nous nous sommes aperçus que les chansons de cet album étaient excellentes en concert, que ça rendait vraiment bien. Alors nous nous sommes dit que nous aurions dû l’enregistrer en live. On ne cesse d’apprendre dans ce métier. Host est un bon album. D’ailleurs je l’ai encore écouté l’autre jour.

Penses-tu que In Requiem soit parvenu à être un bon mélange entre les périodes pré et post One Second ?

Oui, je pense qu’il contient des éléments de ces deux périodes. Les derniers albums, c’est-à-dire Symbol Of Life, Paradise Lost et In Requiem, montrent que nous avons trouvé un juste milieu en quelque sorte. Avec In Requiem nous avons puisé autant dans Believe In Nothing, One Second, Host que dans nos premiers albums. Je pense que dorénavant nous avons trouvé un équilibre. Mais peut-être que le prochain album sera plus électro, qui sait ? Mais nous ne le saurons pas avant de commencer l’écriture de l’album. Quoiqu’il en soit, nos derniers albums sont, comme tu l’as justement remarqué, un mélange de tout ce que nous avons fait toutes ces années.

On peut donc s’attendre vraiment à tout pour les prochains albums ?

Bien sur ! Si ça se trouve, ce sera du Black Metal ou bien de l’électro ! On ne sait jamais…Et qui sait, peut-être que ce sera un mélange des deux : du Black Metal électro ! C’est ça qui est génial dans la musique. C’est comme un voyage : ce n’est pas bon de trop planifier. Il faut aussi faire ce que tu as envie de faire sur le moment même.

L’évolution du groupe a toujours produit des réactions contradictoires. Pourtant vous êtes toujours présents. Comment expliques-tu une telle longévité ?

Je ne sais pas trop. Je pense que les gens savent que nous sommes très sincères dans notre musique. En fait nous faisons uniquement la musique que nous avons envie de faire. Si tu t’efforces de faire quelque chose dans l’unique but de plaire, à mon avis le public le ressent. Mais puisque notre musique a toujours été sincère, peut-être que les gens sont d’avantage disposés à te donner une seconde chance. Je ne sais pas… C’est peut-être aussi parce que nous ne sortons que des albums qui tuent ! (Rires) En tout cas, l’amitié joue un rôle important dans tout ça. Si tous les membres sont amis, alors tout est plus facile. Mais s’il y a des tensions parce que les membres ne sont pas assez soudés, le groupe est en danger. En ce qui nous concerne, nous avons beaucoup de chance car nous sommes toujours restés des amis très proches. C’est ce qu’il y a de plus important. Il faut aussi être assez mature.

Parlons de Nick Holmes : n’est-ce pas difficile pour lui d’osciller entre les anciens titres plus Doom/Death et les nouveaux, plus Pop ?

Non. D’une certaine manière, il essaie de mêler un peu les styles. Dorénavant, nous jouons le titre « Gothic ». Chose que nous n’avions plus faite depuis la tournée Icon. Mais maintenant, nous le jouons à nouveau en concert. La version live n’est pas aussi agressive que sur l’album mais ça rend vraiment bien. On dirait même qu’il chante une chanson du nouvel opus. Toutes les chansons de notre répertoire semblent convenir parfaitement à la scène. On joue aussi une chanson de l’album Host qui rend très bien, puis « Pity The Sadness ». Toutes ces chansons sonnent comme si elles provenaient du même album car en live, le son est le même pour toutes les chansons. Tout est fluide.

Nick se sent donc à l’aise avec les titres plus anciens ?

Oui et c’est même encore plus le cas aujourd’hui. Il y a eu une époque où il disait: « Oh non, je n’ai pas envie de jouer ça. Ces titres sont un peu trop anciens » ou quelque chose de ce genre. Tandis que maintenant il a plus tendance à dire : « Ca, c’est une bonne chanson, pourquoi ne pas la jouer ! ». Personnellement, parmi les chansons de la set-list, « Pity The Sadness » et « Gothic » sont celles que je préfère en ce moment. En fait, j’ai toujours adoré « Pity The Sadness », donc je suis content de la jouer à nouveau !

D’ailleurs vous n’avez jamais encore sorti d’album live…

En fait, c’est exactement ce que nous sommes sur le point de faire puisque nous avons filmé le concert que nous avons donné en avril dernier au Koko Club, à Londres. Tout ça sortira en DVD et c’est possible qu’il y ait un album live également. Par contre, je ne sais pas si le DVD et l’album seront vendus ensemble ou séparément. Il y a toujours des discussions en cours à ce sujet-là.

C’est une très bonne nouvelle !

Oui, c’est génial ! D’ailleurs c’est ce que j’écoute dans ma voiture en ce moment. Mais ça ne sortira pas avant mars 2008 je pense. A mon avis, nous allons probablement le sortir à l’occasion de notre 20ème anniversaire. Du moins c’est ce qu’on m’a dit aux dernières nouvelles. Je dois dire que si je fais partie du groupe, c’est aussi parce que je suis moi-même fan de PARADISE LOST ! Et je trouve que le live est génial. Mais bon je dois avouer que je ne suis pas très objectif, loin de là ! (Rires)

As-tu tu un dernier message à faire passer ?

J’aimerais remercier tous ceux qui écoutent Radio Metal et qui nous soutiennent depuis toutes ces années. Nous avons passé de bons moments live en France. A une certaine époque, il y a longtemps, nous n’y avions plus tourné suite à un problème de salle de concert qui était trop médiocre. Après ça, nous sommes revenus faire une tournée de deux semaines rien qu’en France et c’était vraiment super ! C’était tellement cool que depuis ce moment, nous attendons avec impatience le moment de tourner dans votre pays. Donc vivement ce soir ! Et merci de votre présence. Et si vous ne possédez pas encore le nouvel album, courez l’acheter car il est excellent ! (Rires)

Entretien réalisé à Villeurbanne le 14 septembre 2007

Traduction : Céline

Site Internet PARADISE LOST : www.paradiselost.co.uk



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3