ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Pas question d’éviter le status quo


Dimanche dernier j’avais envie de bonne musique donc je me suis rendu à la Halle Tony Garnier de Lyon pour assister au concert de Status Quo. Je ne m’attendais à rien de spéciale question spectacle parce que j’avais l’intuition que ça ne bougerait pas beaucoup sur les planches, mais au fond de moi demeurait malgré tout l’espoir d’être surpris. Malheureusement si la musique proposée était très correcte, le jeu de scène des musiciens était quasi inexistant ce qui a eu pour conséquence la terrible question suivante qui est venue à mon esprit (non sans une certaine gêne) pendant le concert :

« Si l’on ne sait pas que c’est le vrai Status Quo qui se produit devant nous actuellement, alors comment fait-on pour distinguer le vrai Status Quo d’un groupe de reprise de Status Quo ?! »

Je cherche des gens qui ont été époustouflé par la prestation du groupe à Lyon ou lors d’un de ses passages scéniques français (le combo va d’ailleurs se produire dans les prochaines heures à Rennes, Poitiers , Caen, Paris etc.). Et ce juste pour avoir un avis différent qui tendrait à contrebalancer mon opinion sur le sujet.

Car si je devais répondre à la question plus haut en une seule affirmation je dirais que ce qui différencie Status Quo et le groupe de reprise de Status Quo qui joue dans les salles des fêtes de notre patelin : c’est avant tout le prix de la place ! De 45 à 55 euros pour voir un tel show, je trouve cela un peu « too much ». Apparemment je ne suis pas le seul parce que nous étions aux alentours de 2 000 âmes pour une salle ayant une capacité maximale de 17 000 personnes…

Mais attention cela ne veut pas dire que nous avons passé un mauvais moment. Le public, dont la moyenne d’âge était élevée, a paru apprécier revivre une époque pleine de souvenirs à travers les morceaux joués dimanche dernier par Status Quo. Cependant je crois que malgré cela on ne pouvait pas se contenter de si peu de mouvement sur scène et d’aussi peu d’utilisation du décor. Si je n’imaginais pas une seule seconde un show aussi travaillé qu’un Alice Cooper, par exemple, je ne pensais quand même pas qu’un concert de Status Quo se rapprocherait autant d’une kermesse de village.

Malgré tout je n’ai pas perdu mon temps en faisant le déplacement à la Halle Tony Garnier de Lyon car la bonne musique était là. Je compatis juste à la douleur de ceux qui ont dû lâcher autant de cash pour un tel spectacle.



Laisser un commentaire

  • d’accord avec Ragu ‘Status Quo comme nous mêmes ne faisons plus les anciennes gesticulations 30 ans après,ça causerait des arrêts de travail,ce qu’il faut dans ce rock de S Q c’est la disponibilité et assiduité et moral ce qui n’est déja pas evident dans ce monde instable des groupes de rock ,il y a la scène,avant et après te tout le reste pour tant de répertoire!

    [Reply]

  • Pas d’accord du tout avec le premier article ! Je n’étais certes pas au concert de Lyon donc je n’en parlerai pas mais à Poitiers. Je ne pense pas que la prestation soit très différente.
    Qu’elle pêche, toujours en mouvement, c’est du rock boogie efficace qui met le feu, ceux qui veulent y chercher autre chose, ils restent chez eux !
    Dès le premier riff de Caroline jusqu’au bye bye Johnny, le public est en osmose, frappe dans les mains, saute, danse. « Une kermesse de village », on peu apeller cela comme on veut, cela ne me choque pas ! C’est la fête tout simplement sans se torturer l’esprit !

    [Reply]

  • Moi non plus je ne suis pas tout à fait d’accord.
    Moi je les ai vu une bonne quinzaine de fois depuis la fin des années 70, et ma foi, ils tiennent encore fort bien la route. Bien sur ils court un peu moins sur scène qu’il ya 30 ans, moi aussi d’ailleurs, mais la qualité est toujours là et côté communication avec le public Francis Rossi sait y faire. A l’opposé de certains groupes juste là pour faire le job.
    Si, côté discographie on peut trouver à redire, en particulier la période 80’s et les albums de reprises, sur scène le groupe n’a jamais failli en 40 ans de carrière et à toujours délivrer un boogie rock allant droit au but.
    Et puis d’accord avec Bruno. Trouver un concert à moins de 40€ de nos jour, bonne chance….

    Michel

    [Reply]

  • je ne suis pas du tout d’accord avec cet article. J’ai vu Status à Marseille le 5 avril et franchement c’était excellent. C’était la première fois que j’assistai à l’un de leur concert et c’est vrai qu’il n’y a pas de fioriture comme dans certains concert métal mais franchement une super musique avec une présence scénique des musiciens qui parlé, partagé et déconné avec le public (contrairement à certains musicos comme Slayer qui ignore totalement leur public comme je l’ai constaté à Marseille aussi il y a quelques années).
    Seul point commun avec l’article ci dessus le prix des places mais bon aujourd’hui n’importe quel concert dépasse allègrement les 40 euros, c’est du vol manifeste, surtout que je pense que ce sont surtout les tourneurs et les salles qui doivent ce remplir les poches et non le groupe.
    enfin un excellent moment de rock avec STATUS QUO.

    Bruno

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3