ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Pearl Jam se met au vert !


Pearl Jam continue de nous prouver son statut de groupe engagé et ce, sur divers domaines. Après avoir pris position sur la politique de Bush et s’être engagés dans l’humanitaire, notamment en faveur d’Haïti en janvier dernier, le quintet de Seattle prêche la bonne parole pour une nouvelle cause: l’écologie. Dernièrement, le groupe aurait offert 210 000$ à l’Etat de Washington pour la replantation d’arbres. Généreux n’est-ce pas?

Il ne s’agit pas d’une lubie passagère du groupe mais de la continuité de son mouvement, le guitariste et fondateur du groupe Stone Gossard ayant confié récemment « qu’un groupe en tournée génère une grande quantité de carbone, c’est pourquoi, depuis 2003, nous avons choisi de limiter notre consommation de carbone et de contribuer avec l’argent économisé à aider des projets d’amélioration de l’environnement ». Le mouvement vert ayant pris une grande place dans la société actuelle à présent, cette nouvelle est une occasion en or pour se pencher sur les liens entre le métal/rock et l’écologie.



Le cas du groupe de grunge mythique qu’est Pearl Jam est très loin d’être un cas isolé. Dans le même ordre d’idée, Radiohead nous a prouvé l’an dernier qu’il s’impliquait dans ce mouvement verdoyant. En plus de se produire dans des festivals en faveur de l’environnement, le groupe british a refusé de se produire lors d’un concert à Glastonbury (Angleterre) afin de protester contre l’absence de transports publics dans cette ville, sans compter qu’ils avaient préalablement réduit leur équipement transporté en tournée. Ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres, certains ont eu des idées encore plus « extrêmes ». Un groupe, tout droit venu de Chicago, nommé The Giving Tree Band, a poussé les choses plus loin dans l’action écologique en enregistrant, selon leurs dires, le premier album écolo de l’histoire. Vous vous demandez ce qu’est un album écolo? Tout simplement, un album enregistré dans un studio fonctionnant par l’intermédiaire de panneaux solaires. « Le groupe donnant des arbres » se serait rendu à vélo dans ce fameux studio situé à 5600 km de leur domicile, un périple ayant duré 30 jours. De plus, certains de leurs instruments auraient été fabriqués à partir de bois tombé naturellement. Intrigant, pas vrai? Eh bien, pour les curieux, sachez que le résultat se nomme Great Possessions, galette nous faisant découvrir un rock/folk qu’un vieil ermite ne dénigrerait pas pour mettre l’ambiance dans sa cabane au fond de la forêt durant les longues soirées d’hiver. Les Giving Tree Band nous promettent d’aller plus loin dans leur concept d’album écologique et avouent même avoir le rêve de faire une tournée en canoë sur le Mississipi. Comme quoi, malgré les idées reçues, les Américains eux aussi se sentent concernés par la cause.



Mais le rock n’est pas le seul à être atteint par ce mouvement. Son cousin métallique a aussi les doigts verts. Non, non, rien à voir avec Type O Negative dont le leader est surnommé le géant vert, rassurez-vous. Pour le prouver, pas besoin de sortir de notre cher hexagone. L’exemple le plus évident pour la cause écologique dans le métal reste en effet notre Gojira national. Leur contribution pour la cause n’est plus à démontrer et reste une principale composante de leur death metal atmosphérique. Leurs textes sont ouvertement orientés vers l’environnement et le spiritualisme et changent donc des clichés du style, même si l’on y retrouve malgré quelques uns de ces aspects. Et puis, Mario Duplantier, le batteur de la formation, le dit lui même: « Ca fait des années qu’on travaille avec Greenpeace. Par exemple, sur une de nos tournées, ils avaient un stand pour eux, chaque soir, dans les salles visitées. Sinon, on travaille aussi avec Sea Shepard qui se bat pour la protection de l’écosystème marin ». Plus efficace comme argument il n’y a pas. En France, le metal a de bons rapports avec l’écologie. Le fait que des festivals se rallient à la cause n’est pas une nouveauté non plus. Mais depuis plusieurs années, un festival poussant le concept plus loin est apparu. Il s’agit du festival Metal Zone, qui a la particularité de proposer de « l’écologie métallique ». Au programme donc : d’une part, des stands et des expositions et conférences sur le thème de l’environnement ; d’autre part, des concerts de formations foncièrement métal, plus ou moins reconnues. Zuul FX ou Bawdy Festival ont, entre autres, apporté leur soutien dans le cadre de ce festival ou soirées organisés par Metal Sound Prod. D’ailleurs, pour d’éventuels intéressés, une édition 2010 serait programmée prochainement, même si aucune autre information que ce soit au niveau du lieu et de la programmation n’a encore filtré pour le moment.

Bref, vous l’aurez compris, le mouvement écolo à le vent en poupe dans notre univers rock/métal en ce moment. Simple effet de mode ou début d’une nouvelle idéologie dans le milieu? Ceci, le futur nous le dira. Chers lecteurs, si vous vous voulez être considérés comme des gens biens, arrêtez de jeter vos cadavres de bières n’importe où et faites l’effort de bouger vos «abdos Kro» pour les jeter dans les grands containers verts, poussant comme du chiendent à tous les coins de rues.

EDIT : Ca vient de tomber – GOJIRA planche actuellement sur un EP (5 titres) dont les bénéfices seront versés à Sea Shepherd[/urlb], une organisation qui lutte contre la chasse à la baleine. L’EP ne sera disponible qu’en format numérique et n’aura pas de distribution physique, il sera enregistré cet été. Des artistes de la scène metal internationale devraient contribuer à ce projet.

Sources complémentaires :

www.pearljam.com
www.vosgesmatin.fr
www.developpementdurable.com
www.concertandco.com



Laisser un commentaire

  • Lost / RM dit :

    Waoouh, alors le métal cela ne sera plus des satanistes avides de sang et de luxure mais des p’tits gars et des p’tites minettes tout écolo de partout ! Ben, merde alors ! Faudra prévenir Mr De Villiers et Mme Boutin…surtout qu’entre écologie et politique, il n’y a qu’un pas.
    Je propose un truc écolo : que des concerts acoustiques pour ne plus consommer d’électricité !

    [Reply]

  • Metal'o Phil/RM dit :

    Là n’est pas du tout le message de l’article, puisque Margot nous parle justement des solutions que Pearl Jam a pu trouver pour continuer à tourner de manière écologique.

    [Reply]

  • WhoDoYouThinkIAm dit :

    Il est dit « qu’une tournée génère une grande quantité de carbone ». Vrai. Comme le tourisme. Les déplacements en fait. Mais les voyages permettent d’aller à la rencontre des autres, principe indéniablement riche d’ouverture qui…nous tue.
    Le geste Pearl Jam sera-t-il symbolique ou réellement efficace ?
    Faut-il demander aux groupes de rester sur leur continent, aux touristes de ne visiter que leur pays ?
    Bizarre cette situation tout de même.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3