ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Periphery – Clear


Le nouvel EP plutôt fourni des « djentlemen » du Maryland est à l’image de son « Overture » : technique bien sûr, mélodique toujours, ouvert artistiquement, et avec un soupçon d’esprit décalé, qui montre que malgré un propos rythmique ultra-solide, les Américains de Periphery ne se prennent pas au sérieux. Clear est en fait un EP-concept où chaque titre, en dehors de l’intro, a été assigné à un membre différent du groupe, qui a pu agir comme « directeur artistique » sur celui-ci, utilisant chacun le thème d’ « Overture » pour lier les morceaux entre eux et ainsi en assurer la cohérence. Le jeu auquel peut se prêter l’auditeur étant bien sûr de retrouver qui a fait quoi.

Plus aéré et dynamique que le précédent This Time Is Personal, Clear voit très vite le combo sortir l’artillerie lourde avec une succession de réussites au fur et à mesure des titres, et un plaisir d’écoute accru. Les héritiers spirituels et rythmiques de Meshuggah s’illustrent avec un brio technique impressionnant sur l’instrumental et progressif « Zero », tandis que Spencer Sotelo, derrière le micro depuis 2010, fait étalage d’un éclectisme vocal rare et scintillant permettant à l’auditeur de voguer aisément d’un univers « pop progressif » à la Coheed And Cambria vers des vocalises a contrario corrosives, en passant par des intonationS plus rock’n’roll, le tout dans la même chanson (« The Summer Jam »).

Periphery conserve, par le chant, cet aspect très accessible et accrocheur que l’on avait pu découvrir à travers les deux premiers opus. Pourtant, les riffs typiques djent, les structures rythmiques originales à trois guitares et les subtils arrangements électroniques forment un ensemble plutôt riche et alambiqué qui permettra aux mélomanes de se repaître de cet EP sans complexe. Et les sous-genres abordés y sont finalement nombreux : « The Parade Of Ashes », à la fois lourd et dansant, par exemple, a tout du morceau heavy moderne qui reste scotché en tête, alors que les passages virulent de « Feed The Ground » avec ses percussions puissantes renvoient directement au Slipknot des jeunes années. Periphery réussit ainsi un compromis exemplaire entre sophistication musicale, ouverture et accroche, à travers un exercice de composition unique qui met en avant les facultés hors-normes d’écriture et d’exécution de chacun des membres. De quoi largement profiter et saliver avant la sortie de l’alléchant projet Juggernaut, en gestation depuis plusieurs années dans l’esprit du prolifique et ingénieux Misha Mansoor.

Ci-dessous un teaser avec des extraits de chaque morceau de cet EP :

EP Clear, sortie le 27 janvier 2014 chez Century Media Records.



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3