ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Interview   

Perturbator : au-delà de la vague


James Kent, alias Perturbator, 24 ans, s’est rapidement retrouvé au-devant de la scène metal mais pas pour ses guitares saturées. Même si ses débuts dans la musique l’ont fait parcourir les scènes hardcore et black metal, son rayonnement fut atteint par sa musique électronique. Après quatre albums teintés d’une esthétique années 80 certaine, son nouvel EP, New Model, montre une envie de s’en défaire pour ouvrir ses horizons. Car la synthwave, comme on l’appelle, a non seulement fini par faire partie, étrangement, du paysage metal mais l’également dépassé en atteignant le grand public et la vague de nostalgie des annéers 80 qui envahit l’audio-visuel.

Juste après son retour d’une vaste tournée aux États-Unis, et juste avant son départ pour Las Vegas où il a ouvert pour le réalisateur John Carpenter, nous avons pu longuement nous entretenir avec James qui nous parle de son parcours, ses inspirations, ses passions, ses opinions sur la musique… Tout cela venant d’un outsider, jouant de la musique électronique, devant un public le plus souvent metal.

« En ce qui me concerne, la synthwave, ça me fatigue un petit peu. C’est partout, c’est dans le nouveau Thor 3: Ragnarok, c’est dans Stranger Things 2, il y a de la synthwave partout, c’est n’importe quoi. »

Radio Metal : Pour commencer, on va parler de ton retour des États-Unis après une tournée que tu viens de faire. Comment est-ce que cela s’est passé ? Tu as de gros projets là-bas puisque tu vas être en ouverture de John Carpenter.

James Kent : Ouais, j’y retourne très bientôt. Les États-Unis, ça s’est très bien passé mais c’était un peu fatiguant. Il y avait beaucoup de dates, une trentaine, avec peu de repos, peu de journées de break. C’était un peu le marathon mais ça s’est très bien passé. Il n’y a eu aucune couille, toutes les dates étaient bien voire même très bien, c’était un vrai plaisir. Il y avait deux ou trois clubs mais plus globalement c’était avant tout des concerts dans des salles. C’est mieux pour moi d’ailleurs, je préfère les salles que les clubs. Et le public américain a été très chaleureux, même si ça dépend dans quel État on joue. Le Texas est un petit peu moins chaleureux, même si j’adore le Texas. Il y a certains endroits qui sont un peu plus timides. Mais en général ce sont des gens qui sont à fond dedans et pas timides du tout, il sont hyper cools.

Et ouvrir pour John Carpenter, c’est une grosse étape, comment est-ce que cela s’est fait ?

Ça m’a fait très plaisir ça. Si je ne dis pas de conneries, il a reçu plusieurs artistes, une poignée qu’on lui a proposé dont Perturbator. Il a appelé son manager, qui a appelé mon tour manager, etc. Et il a dit que c’était Perturbator qu’il voulait en première partie pour Las Vegas.

À la base tu viens du metal, et même du black metal, là tu portes un t-shirt Revenge… Comment est-ce que tu en es venu à l’électro ?

Ça s’est passé vers 2011 environ, où j’étais guitariste de session pour plusieurs groupes, des groupes parisiens en tout genre, du black au hardcore au djent. Je faisais des concerts, des répètes avec des potes et d’autres musiciens. Mais du coup je ne me suis jamais considéré comme une part entière du groupe. J’étais plus « deux mains et six cordes ». Et j’avais cette frustration de ne pas être vraiment libre au niveau artistique, de ne pas pouvoir faire ce que je voulais, de devoir faire des concessions. Bosser avec d’autres zikos c’est un peu difficile pour moi parfois. Et il y a eu un moment où les groupes dans lesquels je jouais sont un peu tous partis de leur côté, ou ça s’est arrêté, etc. Je me suis retrouvé sans groupe et chez moi, je me suis dit : « Il faut que je fasse de la musique mais il faut que j’en fasse tout seul cette fois. Il faut que je fasse de la musique électronique, c’est ça qu’il faut que je fasse. »

Mais ça t’a toujours plu la musique électronique ?

Ça m’a plu. Après, je n’étais pas très familier et je pense qu’apprendre a été le truc plus dur à faire. Car c’est un peu comme un autre langage, la musique électronique. Ça reste de la musique mais ça a ses propres codes, ses propres aspects, ses propres techniques à apprendre, c’est assez différent. Donc ça a été le plus dur à apprendre parce que j’étais vraiment étranger à ce style de musique. Mais ça va, ça m’a pris deux ou trois ans pour vraiment être confortable avec ce style.

Il y a des artistes en particulier qui ont provoqué cela en toi ?

Il y en a quelques-uns, ouais, comme Justice. Quand j’ai commencé je me raccrochais aux seules choses que je connaissais dans la musique électronique, comme justement John Carpenter, Goblin, Tangerin Dream, Vangelis, les soundtracks quoi, pour moi c’était ça. Quand j’ai poussé le vice et cherché d’autres groupes de musique électronique qui pourraient me plaire, dont je pourrais m’inspirer, j’ai trouvé Justice, Danger, que j’aime beaucoup, Lorn, des trucs plus modernes et récents, Gesaffelstein que j’aime bien. Après, je me suis plus familiarisé avec des musiciens électro modernes.

Vous êtes plusieurs dans ce cas, dans ce qu’on appelle la synthwave, à venir du metal. Et des groupes comme Justice ne se cachent pas de leur influence metal. Comment expliques-tu ce crossover entre les deux scènes, et que d’ailleurs ça fonctionne aussi bien auprès des fans de metal ?

En vérité, je ne sais pas pourquoi les fans de metal aiment particulièrement, je ne pourrais pas te dire précisément, je n’arriverais pas à mettre le doigt dessus. Je pense qu’il y a une certaine agressivité dans ma musique qu’on retrouve dans le metal, par exemple, et aussi cette structure qui est assez atypique comparé à beaucoup de projets de musique électronique. Il y a des parties, des « riffs » dans Perturbator, tu peux vraiment mettre le doigt sur un moment précis que tu vas aimer, ce qu’on ne retrouve pas, par exemple, dans la techno qui est assez répétitif, par exemple. Encore une fois, je ne pourrais pas te dire exactement pourquoi les fans de metal aiment bien ça. Il y a peut-être aussi un truc avec l’imagerie, l’esthétique de Perturbator, avec le Pentagramme, etc.

« Il y en a plein aussi, le metalleux de base, qui croisent les bras et te regardent méchamment. Du coup, je me dis ‘putain, si tu me regardes comme ça, je ne vais pas me gêner de faire pareil. »

Et tes morceaux, comment est-ce que tu les construits ?

Je les construits comme je composais du metal avant, en fait. Je ne me dis pas : « Vas-y, je fais un morceau électro, donc il faut que la structure du morceau soit électronique. » Je me dis juste que je vais composer du metal, mais je ne vais pas utiliser de guitare, je ne vais pas utiliser un vrai batteur, mais avec des machines. Ce qui apporte un côté froid que j’aime beaucoup et qui, je pense, est maintenant un peu ma patte, qui rappelle des trucs indus aussi : du KMFDM, du Nine Inch Nails, des trucs comme ça. C’est ce que j’ai en tête quand je compose. Je me dis juste que je vais faire soit un morceau vénère, soit un morceau calme, mais j’essaye de me défaire des codes de la musique électronique qui sont un peu vus et revus. Et je pense que c’est ce qui fait aussi une partie du style Perturbator.

Tout en faisant évoluer ton propos, tu parviens à maintenir une vraie cohérence d’une œuvre à l’autre, il semble même que tu tisses des liens thématiques, etc. Est-ce que tu vois Pertubator comme un grand film ou un voyage que tu élabores au fil de l’eau, avec ses rebondissements, développements, autoréférences, etc. ?

Je verrais plus ça comme un voyage, deuxième option ! Pour moi, il y avait un fil conducteur et du coup, je trouve qu’avoir un fil conducteur aussi précis, une histoire qui va avec l’album, etc. ça m’empêche de faire des trucs qui peuvent me plaire. Et ça m’empêche d’expérimenter et de tomber dans des trucs assez avant-gardistes que j’ai envie de faire aussi en ce moment. Du coup, je me mets plus en tête de faire quelque chose comme des BD, comme Les Contes De La Crypte, tu vois ? Ce genre de choses où chaque numéro est de nouvelles histoires et chaque numéro a ses histoires différentes, mais ça fait partie d’un ensemble, ça reste homogène dans l’univers des Contes De La Crypte. Du coup, c’est davantage comme cela que j’imagine Perturbator : chaque album, chaque sortie est une histoire qui a un lien avec d’autres albums ou pas, mais ça peut être une histoire « stand alone », un truc tout seul que tu prends à part entière.

Dans l’électro, en général, l’idée de « single » tient une place importante. Pourtant, toi, tu sembles très attaché à faire des albums comme des Tout. As-tu une tendresse particulière pour le format album ?

Oui, je n’ai jamais particulièrement aimé les singles en général. Déjà, je trouve que c’est assez naze de sortir une track aussi bien soit-elle et faire en sorte que les gens l’achètent, puis qu’ils la rachètent quand tu mets le single dans l’album ou dans l’EP. Je trouve que c’est un tout petit peu du vol. Pour moi un album ou un EP, c’est une expérience, c’est un voyage et c’est un tout. Chaque track fait partie de ce tout et moi je n’aime pas dissocier les tracks, me dire « oh, j’aime bien cette track mais je n’aime pas les autres. » En général, mes albums préférés ce sont des albums que je peux écouter du début à la fin sans m’arrêter. C’est pour ça que je ne fais pas trop de singles. Je trouve que ça ne sert pas le propos de Perturbator, au contraire, ça le dessert.

Tu as sorti il y a peu ton nouvel EP New Model. Il s’agit sans aucun doute de ton travail le plus noir, ambiant et industriel pour Perturbator. Même la pochette est très différente. Est-ce que tu peux nous dire comment cet EP est né et quelle était ton idée ?

Ça a quasiment commencé avec la pochette, j’avais déjà une track que j’avais sorti en streaming, mais après j’ai trouvé un artiste qui m’a fait une pochette et elle m’a beaucoup inspiré. C’est rare, c’est la première fois que j’ai la pochette avant le son. Du coup, j’ai quasiment fait le son autour de la pochette ou avec la pochette en tête, ou avec son univers en tête. Et pour moi c’était essentiel de faire quelque chose d’assez brut, d’assez froid ou d’assez expérimental, quelque chose qui surprendrait les gens, ou surtout qui me surprend moi-même, en fait, c’était le plus important. Je me foutais un peu de la réception, je voulais que ce soit assez peu radio friendly voire pas du tout. Et je pense que l’EP est assez bizarre comme ça, il y a des changements de tempo, des influences beaucoup plus modernes, je me suis vraiment débarrassé des gimmicks années 80 qui commençait à être beaucoup trop saturé partout, en musique, dans les films, etc. Je voulais me débarrasser de ça, et je voulais vraiment proposer Perturbator mais sans les gimmicks et les trucs qui peuvent faire sourire ou même rire, et donner quelque chose d’assez sérieux, d’assez mature aux gens, et surtout à moi-même.

Tu trouves qu’il y avait une moquerie autour de Perturbator et de ton esthétique années 80 en général ?

Pas particulièrement non, pas autour de Perturbator en soit, mais la scène des années 80 est un peu gimmick, un peu pastiche. Les gens qui n’aiment pas, par exemple, mais qui découvrent en concert peuvent dire des trucs du genre « c’est pas mon truc mais c’est rigolo, » tu vois que les mecs déconnent. En vrai, ça ne me blesse pas tant que ça, mais je voulais vraiment faire quelque chose de sérieux. New Model, c’est mon album sérieux, un peu charnière, je voulais surtout me prouver à moi-même que je peux faire quelque chose qui mette un petit tacle aux gens, en mode : « Ah bah oui mais je peux aussi faire ça. »

« Il y a beaucoup de petit bobos électro parisiens que je ne supporte pas [petits rires], ces gens-là qui vont te dire que ce n’est pas de la vraie électro parce que c’est beaucoup trop bruyant, il y a trop de bruit, ce genre de… voilà, putain [rires], il ne faut pas que je m’énerve. […] En tout cas, je pense me faire plus cracher dessus par des fans d’électro que par des fans de metal. »

Est-ce que ton projet L’Enfant De La Forêt, qui est à la base plus ambient, n’aurait pas déteint sur Perturbator ?

Ouais, j’ai un peu injecté de L’Enfant De La Forêt dans New Model, surtout parce que, après la sortie d’Uncanny Valley, mon dernier album, je me sentais un peu emprisonné par cette scène « synthwave ». Je pense que je m’amusais beaucoup plus à composer pour L’Enfant De La Forêt que Perturbator. Avec Perturbator, je me sentais vraiment… C’était étouffant ! J’étais en mode : « Là, j’ai dit tout ce que j’avais à dire dans le côté années 80. Du coup, qu’est-ce que je peux faire de plus pour Perturbator ? » Et en fait, tout ce que j’avais à faire, c’était prendre ce côté avant-gardiste et plus intuitif que j’avais dans L’Enfant De La Forêt et le mettre dans Perturbator. Et je pense que ça a beaucoup aidé. Je me suis beaucoup amusé à faire New Model. Et c’est tant mieux, j’espère que ça s’entend.

Synthwave, c’est un terme que tu n’aimes pas ?

Ce n’est pas un terme que je n’aime pas, c’est peut-être un grand mot, il y en a pleins des termes. Retrowave, synthwave, je ne sais même pas comment ça s’appelle ce style de musique. Beaucoup de gens me rattachent à ce style et du coup, je ne suis pas certain d’être un artiste synthwave. Je ne me suis jamais posé la question, j’ai toujours voulu faire du Perturbator, que Perturbator soit son propre style, qu’on entende du Perturbator et qu’on reconnaisse le truc. Mais si ça aide les gens à trouver des trucs similaires, pourquoi pas. S’ils se sentent mieux et plus confortables.

Les années 80 ont toujours été une grande influence dans ta musique mais je sais aussi que tu voulais éviter de faire années 80 pour faire années 80. Du coup, au-delà des gimmicks, comment as-tu abordé ça dans ta musique ?

Comme je disais, j’ai dû m’en défaire pour New Model, me défaire de ces clichés, que j’ai utilisé fut un temps. Après, il y a des manières d’utiliser ces sonorités années 80 qui sont assez classes. Par exemple, si tu écoutes le dernier Ulver que je trouve assez pop, synth pop, très Depeche Mode, c’est tellement bien fait, ce n’est pas maladroit. Je n’ai pas assez de recul pour te dire si moi, j’ai utilisé ces codes années 80 maladroitement. Sans citer de nom, sans pointer du doigt, je pense qu’il y a beaucoup d’artistes « synthwave » – si tu tapes « synthwave » sur YouTube – qui mâchent et recrachent le truc, je trouve ça très maladroit. Il y a très peu de substance dans ces trucs-là. Je ne pense pas les avoir utilisé maladroitement, en tout cas je n’espère pas. Et du coup, pour m’en défaire, c’était assez simple, il fallait que je puise autre part, que je me débarrasse de ces sons années 80, un peu, pas tout le temps, et que je remplace ça par autre chose. Par exemple, New Model, je me suis plutôt inspiré d’électro moderne, de musiques expérimentales, il y a même de la trap, du prog, des changements de tempo assez brusques qu’on peut trouver dans du hardcore. Je me suis juste débarrassé du truc assez cheesy années 80 et j’ai remplacé ça par des influences un peu plus modernes et sérieuses.

Ariel Zucher-Brull était devenu ton illustrateur officiel, or ici tu lui fais une infidélité et tu t’es tourné vers Long Pham. Tu penses que vous étiez arrivés au bout de votre collaboration avec Ariel ?

Non, il n’y a rien d’absolu. Je ne pense pas que j’arrêterais complètement de travailler avec lui. Je ne sais pas, en fait ! J’ai changé d’artiste pour la pochette de New Model parce que le nom aussi l’implique. Je voulais que tout soit nouveau, que la musique sonne différemment. Et visuellement je voulais que ce soit différent aussi. Après, Ariel je suis toujours en très bon terme avec lui, on se parle assez souvent, ce n’est pas impossible qu’on rebosse ensemble.

S’il y a bien une de tes œuvres qui peut évoquer l’ambiance sombre du film Blade Runner, c’est celle-ci. Et on a pu voir sur les réseaux sociaux que le dernier Blade Runner t’avait marqué, mais que tu étais extrêmement déçu par sa musique.

Oui, j’ai adoré le film. La musique, ce n’est pas de la merde, hein, mais je trouve que la musique n’est pas du tout à la hauteur du film et de son esthétique. Je ne voulais pas le comparer au premier Blade Runner, parce que je pense que le second essaye de faire son propre truc, ce que je respecte, et je trouverais ça injuste. Mais c’est vrai que l’univers Blade Runner implique une espèce de subtilité et une élégance que Hans Zimmer n’arrive pas trop à retranscrire. Déjà, de tête, je peux te citer trois ou quatre artistes que j’aurais trouvé beaucoup plus pertinents pour Blade Runner. Flying Lotus, par exemple, ou Boards of Canada. Je pense qu’ils auraient fait quelque chose de beaucoup plus intéressant, plus subtil et plus onirique que Hans Zimmer qui fait des… les horns de Hans Zimmer à tout va. Après, il y a quelques tracks que j’aime dans la bande son.

« S’il y a bien un truc que je n’aime pas c’est vraiment le communautarisme. Je n’aime pas m’associer à un truc qui est plus grand que moi. Je ne me considère pas metalleux, je ne me considère pas fan d’électro, même les termes comme ‘gamer’, etc., je n’aime pas ça du tout. Je trouve ça nul, c’est un peu gênant, tu en perds ta personnalité propre. »

Qu’est-ce que Blade Runner, son ambiance, sa musique, représente pour toi ?

Ça a été une assez grosse révélation cinématographique pour moi et qui a énormément déteins sur ma musique, sur Perturbator plus particulièrement. Déjà c’est mon film préféré de tous les temps, et c’est le seul film que je pourrais regarder une fois tous les mois sans me lasser. Ce film est tellement beau et me met tellement la claque, la pilule, que j’en suis sur le cul à chaque fois. Je suis en admiration devant ce film, c’est vrai.

Je sais que tu aimes jouer sur le côté méprisant, avec un regard méchant sur scène… Est-ce que tu envisages tes shows comme un rapport de domination avec ton public ?

[Petits rires] Non, c’est juste ma façon de ressentir ma propre musique. C’est assez bizarre, quand je monte sur scène je ne suis pas exactement la même personne, je ne suis pas le mec qui parle devant toi, je ne fais pas des blagues, etc. Quand je suis sur scène, je suis tout seul, déjà. C’est vrai que ça m’arrive de me sentir oppressé, sans pour autant dire inconfortable, je suis assez confortable sur scène, mais c’est vrai que je me sens un peu au milieu de mes machines, dans mon truc, et du coup je ne sais pas pourquoi, je regarde les gens méchamment. Il y a peut-être un truc, c’est que des fois je joue devant beaucoup de metalleux, et ils ont ce regarde assez « jugemental ». Au Hellfest, par exemple, ce n’était pas exactement comme ça parce qu’il y a beaucoup de gens qui se sont amusés, mais il y en a plein aussi, le metalleux de base, qui croisent les bras et te regardent méchamment. Du coup, je me dis « putain, si tu me regardes comme ça, je ne vais pas me gêner de faire pareil. »

Dans presque chacune des interviews que j’ai pu lire de toi, à un moment ou un autre tu t’excuses parce que ce que tu dis peut paraître arrogant. Est-ce que tu as souvent peur que ta démarche soit mal prise, qu’elle paraisse trop arrogante ?

C’est possible. Je ne sais pas, en fait. J’ai cette espèce de côté « j’ai ma vision, etc. » qui peut paraître arrogante, ou qui l’est peut-être. Aussi, je suis assez jeune – j’ai 24 ans -, toi tu es jeune, mais ça m’arrive de tomber sur des journalistes qui ont 50 ans qui se disent sans doute : « Ohlala, le mec, p’tit con, etc. » Moi, je m’en fous un peu, je fais mon truc de mon côté, je me fais plaisir. Après, c’est vrai que j’avais lu quelques interviews « l’arrogant Perturbator » [petits rires] venant de gens qui ne me connaissent pas, je trouve ça un peu malvenu, mais je m’en fous [rires]. Et même si j’étais mal compris, que ma démarche artistique était mal comprise, ça ne m’empêchera pas de dormir. C’est quelque chose que je fais principalement pour moi et me faire kiffer moi-même.

Vu que tu viens d’un background metal, donc une musique plutôt organique avec de vrais musiciens, as-tu songé à faire appel à des musiciens, voire à toi-même jouer de la guitare sur scène avec Perturbator ?

Oui, ce n’est pas encore arrivé mais j’y ai pensé et je pense que ça sera l’année prochaine. C’est assez difficile à mettre en place parce que c’est beaucoup moins spontané que de récupérer une guitare et de jouer avec un batteur, et jammer, etc. Là c’est vraiment la musique en elle-même qui est le métronome et c’est le batteur qui doit suivre la backing track ou moi qui joue du synthé. C’est un truc assez difficile à mettre en place, mais je vais faire ça. Sans doute l’année prochaine au Motocultor, il y aura un batteur. On va voir ce que ça donne, moi-même je ne sais pas. J’ai aussi un peu peur de perdre le côté froid de ma musique, pour un côté plus organique. Et justement, je ne sais pas si le côté organique va servir, va apporter un peu plus. Mais on va voir.

Et jouer en groupe ne te manque pas ?

Un petit peu. Je vais peut-être re-rentrer dans un projet metal. Mais je n’ai pas envie de transformer Perturbator en projet metal. Je pense plutôt que je vais me retrouver à faire un projet metal moi-même.

Comment comparerais-tu les publics électro et metal ?

Comment les comparer ? Déjà, pour comparer, il faut faire des généralités [rires]. Le public metal est sans doute un petit peu plus ouvert. Bon, les deux ont des idées assez arrêtées la plupart du temps. Si tu vas dans des fests metal, tu en verras plein, des espèces d’élitistes, bras croisés, « j’aime rien », « trve black », « trve hardcore », tout ce que tu veux. Mais il y en a pas mal dans le lot qui sont ouverts, et je pense que les metalleux qui vont voir Perturbator en concert, c’est principalement des gens qui n’ont pas honte d’aimer du Depeche Mode et qui veulent bien ouvrir oreilles et cerveaux. Le public électro, surtout en France, surtout à Paris, est beaucoup plus fermé, beaucoup plus élitiste. On ne s’en rend pas compte mais le public électro a des idées très arrêtées. Par exemple, il y a beaucoup de petit bobos électro parisiens que je ne supporte pas [petits rires], ces gens-là qui vont te dire que ce n’est pas de la vraie électro parce que c’est beaucoup trop bruyant, il y a trop de bruit, ce genre de… voilà, putain [rires], il ne faut pas que je m’énerve. J’ai vu très peu de fans de musique électro à mes concerts, en vérité. Et les rares fois où j’en ai vu, c’est des gens qui n’ont pas l’air d’aimer, je pense, mais je ne suis pas sûr. En tout cas, je pense me faire plus cracher dessus par des fans l’électro que par des fans de metal.

« J’aime bien l’électro mélangé au metal mais c’est vrai que c’est casse-gueule. […] Ça tombe souvent sur une guitare utilisée sur une batterie programmée, du coup ça donne ce côté indus mais un indus vraiment moche, façon soirée goth avec des tubes dans les cheveux [petits rires]. »

Du coup, tu ne te sens pas forcément à l’aise dans les deux scènes ?

Non, je ne me sens pas à l’aise dans les deux scènes. Je me sens le cul entre deux chaises parce que Pertubator, c’est de la musique électro mais les fans d’électro en général n’aiment pas du tout. On reste encore dans la généralité, mais les fans d’électro, de techno, etc., ce n’est pas ce qui les fait danser en concert. Ils préfèrent des loops technos de sept minutes où il ne se passe pas grand-chose. Encore, Ed Banger a ce côté diversifié et il y a des trucs que j’aime bien dans ce label, mais je parle plus des trucs comme la « house minimal », le genre de chose qu’on trouve à Tomorrowland, l’EDM, etc. Donc Perturbator, c’est de l’électro qui ne plait pas aux fans d’électro. Je pense que les fans d’électro se disent : « Non bah, ça c’est pour les metalleux. » Mais parmi les fans de metal, il y en a aussi beaucoup qui doivent se dire : « Mais c’est pas du metal ça ! C’est pour les fans d’électro ! » Du coup, voilà, je suis dans un entre-deux un peu inconfortable, mais au final, ce n’est pas grave. Tu vois, Ulver, ils sont toujours au moins cinq pas devant tout le monde et surprennent les gens à chaque fois et divisent tout le temps leur public, ils choquent à chaque album, ils choquent tout le monde, c’est pour ça que je les adore, et ça marche très bien. J’admire ce groupe.

Du coup, tu te retrouves un peu en tant qu’outsider autant dans la scène metal qu’électro. Mais quel est ton regard sur ces scènes ?

Je n’ai pas vraiment de regard particulier. S’il y a bien un truc que je n’aime pas c’est vraiment le communautarisme, ce côté « wow, j’appartiens à… » Je n’aime pas m’associer à un truc qui est plus grand que moi. Je ne me considère pas metalleux, je ne me considère pas fan d’électro, même les termes comme « gamer », etc., je n’aime pas ça du tout. Je trouve ça nul, c’est un peu gênant, tu en perds ta personnalité propre. C’est d’ailleurs peut-être pour ça que j’ai peur de passer pour un arrogant mais c’est vrai que je suis un mec assez individualiste. J’écoute de tout, je joue aux jeux vidéo mais je ne suis pas un gamer, je regarde beaucoup de films mais je ne me trouve pas cinéphile, et donc du coup, je ne me permets pas de juger. Enfin si, ça m’arrive, mais je le garde pour moi, tu vois. Mais je n’aime pas dire : « Telle scène c’est de la merde. Je n’aime pas les fans de metal parce qu’ils boivent de la bière et ils mettent des jeans militaires trop grands pour eux, » des trucs comme ça. Au bout d’un moment, je n’aime pas faire des généralités. En gros, il y a des idiots partout. Mais il y a aussi des gens très, très intelligents partout.

Tu as justifié la création de ton autre projet L’Enfant De La Forêt en disant que Perturbator ne suffisait plus. Pourtant, j’ai l’impression que tu ne t’imposes pas énormément de contraintes dans Pertubator. Du coup, quelle est la limite ?

Du coup, avec la sortie de New Model, cette limite que je me posais avec Perturbator, je l’ai un peu cassée. Mais comme je te disais, à l’époque d’Uncanny Valley, je me sentais assez prisonnier de la synthwave, de ce que les gens peut-être attendaient de moi. Du coup, il a fallu que je me retourne un peu le cerveau en me disant qu’il faut que j’arrête de me soucier de ce que les gens attendent de moi, c’est très important, ça m’a bien aidé, ça m’a fait souffler, et qu’il faut que j’arrête de me soucier de suivre les règles. J’avais déjà fait quatre albums, Uncanny était mon quatrième, et ces règles-là je les avais bien apprises, je les avais bien mis en pratique et je pouvais me permettre du coup, maintenant, de les mettre à la trappe, et jouer avec et faire autre chose. Mais ce que je faisais avec L’Enfant De La Forêt, je ne me suis jamais posé la question de quel style ça doit être. Je dis dark-ambiant mais, en réalité, ça n’en est pas vraiment, c’est du trip-hop ou je ne sais pas trop. C’est un melting-pot un peu de tout, mais pour moi l’important, c’est qu’il y ait un univers, une atmosphère propre au projet. Donc Perturbator doit avoir une atmosphère qui doit être différente de celle de L’Enfant De La Forêt, parce que sinon ça ne sert à rien d’avoir deux noms différents. Du coup, L’Enfant De La Forêt, il y a un album que je viens de finir, qui arrive bientôt, qui sonne aussi différent de New Model, qui sonne beaucoup moins électronique, qui sonne beaucoup plus organique, avec beaucoup plus de guitares, ce genre de chose.

Tu as déclaré que peu de groupes parvenaient à bien mélanger électro et metal, que c’était casse-gueule. Pourquoi ? Et qu’est-ce que tu penses de projets comme Igorrr, par exemple ?

Igorrr, j’aime beaucoup, mais alors j’aime moins leur dernier album. Je ne vais pas m’étaler là-dessus, surtout que je suis très pote avec eux [rires]. Mais j’adore Hallelujah. En fait, j’aime bien l’électro mélangé au metal mais c’est vrai que c’est casse-gueule. Et quand je dis ça, je parle surtout de trucs… Ça tombe souvent dans le ridicule, en fait. Ça tombe souvent sur une guitare utilisée sur une batterie programmée, du coup ça donne ce côté indus mais un indus vraiment moche, façon soirée goth avec des tubes dans les cheveux [petits rires]. J’en connais cinq ou six de vraiment bons et The Algorithm par exemple, je trouve que c’est un de ces projets qui mélangent l’électro et le metal assez bien, il y a Killing Joke aussi. Ce genre de truc, c’est très casse-gueule, il faut le faire d’une manière vachement personnelle parce que si c’est impersonnel, si c’est juste « on va avoir des drums programmés » pour avoir des drums programmés, et des guitares qui font des power chords juste pour avoir des guitares, je trouve ça un peu inutile.

Il y a une grosse mode autour de la synthwave en ce moment. N’as-tu pas peur que ça s’essouffle un jour ?

Je pense que ça s’est déjà essoufflé. Pour moi, en tout cas. En ce qui me concerne, la synthwave, ça me fatigue un petit peu. C’est partout, c’est dans le nouveau Thor 3: Ragnarok, c’est dans Stranger Things 2, il y a de la synthwave partout, c’est n’importe quoi. Encore une fois ça ne m’empêche pas de dormir la nuit mais c’est un truc dont j’essaye de me défaire. Parce que ça me rappelle un peu la dubstep ou les zombies. Tu prends quelque chose, qu’on aime ou qu’on n’aime pas, la synthwave, la dubstep ou les zombies, tu nous en fais bouffer à chaque fois, moi au bout d’un moment, je sature beaucoup. Et là, j’ai atteint mon point où je sature. Je ne pense pas être le seul et que ça va arriver très vite pour les autres. Moi, en tout cas, ça m’a déjà fatigué, et avec New Model j’ai déjà un pied en dehors de la synthwave.

Interview réalisée en face à face le 26 octobre 2017 par Matthis Van Der Meulen.
Fiche de questions : Nicolas Gricourt & Matthis Van Der Meulen
Retranscription : Matthis Van Der Meulen.
Photos : Metastazis.

Page Facebook officielle de Perturbator : www.facebook.com/Perturbator.

Acheter l’album New Model.



Laisser un commentaire

  • Je ne connaissais pas . Très addictif au fur et à mesure des écoutes .
    très très bon. différents moments de ce EP font resurgir des images de classics
    cultes de sciences-Fiction des 80’s comme Terminator, Runaway , Hitcher, Mad Max …

    [Reply]

  • Ah, cool, j’étais justement intrigué par cet artiste à force de le voir popper dans les collections d’à peu près n’importe qui sur Bandcamp. D’ailleurs « New Model » était déjà dans ma liste de souhaits, haha. Merci.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Tool @ Hellfest
    Slider
  • 1/3