ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Phil Anselmo et les médias


Avides de métal que vous êtes, plus besoin de vous présenter Phil Anselmo. Le chanteur de Down nous avait habitués à beaucoup d’escapades, tant sur le plan musical que sur son comportement. Eh bien, aujourd’hui… ça continue! Le 16 mars 2009, l’ami Phil donnait une conférence à l’Université de Loyola à la Nouvelle-Orléans où il parlait de ses rapports passés avec la drogue mais également de sa vision des médias par l’intermédiaire d’un discours puissant et sans langue de bois comme à son habitude. Un cinglant « Je n’ai pas confiance aux médias du tout » en était notamment ressorti.

Extrait de la conférence ci-dessous :

En 2004, au moment de l’assassinat de Dimebag Darrel, Metal Hammer avait publié une phrase d’Anselmo : “Dimebag Darrel méritait d’être roué de coups”. A l’époque, ses prises de parole faisaient fureur. Dans le même temps, Phil accusait les médias d’avoir tué son ancien compère.
Alors, Anselmo, victime des médias ou simplement incapable d’entrevoir les conséquences de ses problèmes de drogues du moment? Rassurez-vous, chers lecteurs, le but n’est pas de débattre de cette question.


Housecore Records, le label de Phil Anselmo

Cela ne sert à rien, il est clair que l’encre a suffisamment coulé à l’époque pour que vous vous soyez fait votre propre opinion sur la question. Non, la question est pourquoi? Pourquoi, aujourd’hui, Phil Anselmo, pourtant peu enclin aux médias, prend-il toujours le risque d’utiliser ce moyen à double-tranchant? Oui, oui, vous avez bien lu, il l’utilise bel et bien encore aujourd’hui. Car l’homme a créé son propre label nommé Housecore Records. Bon ok, ce n’est pas nouveau, cela fait déjà deux ans qu’il est né, mais c’est en cette année 2010 que la structure se met véritablement en place, nous promettant dans les mois à venir des sorties d’albums d’artistes plus ou moins obscurs tels que The Sursiks, Warbeast, Haarp et son petit bébé Arson Anthem, un de ses propres projets. Etiquettes variées allant de l’expérimental jazzy (The Sursiks) à des choses dans une veine plus thrash, en passant par le punk/hardcore.

Mais qui dit « création de label » dit « promotion » et donc capacité d’entretenir un rapport sain avec les médias. Plutôt étrange comme décision, de la part du vocaliste de Down, après ses prises de paroles virulentes à l’encontre des médias. Son discours de 2010 change visiblement un peu la donne: « Les gens savent qui je suis, ils connaissent l’histoire de Pantera. Ils peuvent donc se faire leur propre opinion. Ils ont un pouvoir d’influence sur les choses, mais cela ne m’empêchera pas de faire ce que je veux faire et ce, jusqu’à ma mort. » Voici en gros le Phil Anselmo de 2010, visiblement plus calme et plus réfléchi que par le passé, c’est qu’il deviendrait presque philosophe avec les années! Comme quoi, il est bien connu que le vin se bonifie avec l’âge : cela apporterait-il une certaine remise en question de Phil avec les médias? Une sorte de volonté de faire la paix? « Je n’ai jamais dit que j’étais le meilleur homme du monde. Je vais vous le dire le dire maintenant: je n’ai jamais dit que je n’avais pas commis de fautes et que j’étais un être parfait. Je serai même le premier à le dire: j’ai beaucoup de défauts. » Serais-ce là une façon pour lui de s’excuser d’erreurs passées de manière implicite? Il est vrai que sous cet aspect, cette auto-analyse pourrait le laisser suggérer. Mais dans une autre optique, on pourrait également voir ce label comme un outil pour contrôler les médias, ces grands méchants qui n’ont fait que lui mettre des bâtons dans les roues et qui n’ont jamais accepté le moindre débordement de sa part.

C’est donc tout un tas de questions que soulèvent cette « innocente » décision de Phil Anselmo de créer son propre label. Phil nous prouve encore une fois qu’il n’a pas fini de faire parler de lui.
Anselmo 2010 : nouvel ami des médias ou très bon acteur ? Ceci, chers lecteurs, comme l’a dit le bonhomme himself, c’est à vous d’en juger.



Laisser un commentaire

  • Il ne s’affiche même pas réellement amis des médias. Il y « retourne » pour la promotion de sa maison de disque. C’est normal il faut bien qu’il en parle pour que ça se fasse connaître ? On peut adhérer a une certaine idée du journalisme et y participer tout en continuant de se battre contre le journalisme a la metal Hammer qui véhicule les petites phrases et décide des modes musicales, des mouvements, des groupes phares etc…
    Nan je pense que c’est une vision cohérente, de plus il est normal qu’Anselmo ait refusé de donner des interviews, ne serait-ce qu’un temps, les médias, après l’affaire Pantera…
    Je parie que si on l’interroge sur ce qu’il pense des médias, il en dira les mêmes choses qu’auparavant, choses que j’ai citées plus haut.

    [Reply]

  • Arrow
    Arrow
    Judas Priest @ Vienne
    Slider
  • 1/3