ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Chronique   

Pop Evil – Onyx


Autant être clair tout de suite : les allergiques au hard / metal moderne et populaire (dit « commercial » par certains) peuvent s’arrêter là et passer à autre chose. Pop Evil est un pur produit de l’oncle Sam, formaté, léché, immédiat, entêtant… Onyx est déjà son quatrième album et a vu le jour il y a tout juste un an, quasi jour pour jour, aux Etats-Unis, alors qu’il ne foulera les bacs français que le 19 mai prochain. S’il est bien installé sur ses propres terres, le groupe originaire du Michigan reste encore très largement méconnu dans nos contrées. Et partant de ce beau succès en Amérique du Nord, à l’instar de Five Finger Death Punch, Pop Evil s’engage aujourd’hui dans la conquête du vieux continent.

A ce titre, si la bande à Ivan Moody les a devancé dans leur entreprise, il n’est pas étonnant d’avoir pu apercevoir dernièrement les deux formations tourner ensemble en Europe. D’une part parce qu’il est toujours plus agréable de ne pas partir seul dans l’inconnu, pour se serrer les coudes, mais aussi parce que les deux groupes partagent finalement leur statut de nouvelles pousses du gros rock américain. Même genre de production précise, propre et pêchue, même sens de la compo immédiate et facilement assimilée, même type de ballade rock easy listening (« Torn To Pieces »), etc. Si ce n’est que Pop Evil ne possède pas tout à fait les élans les plus virils de ses compatriotes. A la place il propose des emprunts à la scène industrielle, comme sur les singles imparables « Deal With The Devil », qui lorgne sérieusement du côté de Rob Zombie, et « Trenches ». Par ailleurs on frise le Papa Roach voire même Linkin Park sur « Divide », avec son chant semi-rappé à la croisée de Jacoby Shaddix et Mike Shinoda, ou bien « Sick Sense ». La ballade mielleuse « Silence & Scars » possède quant à elle un petit quelque chose d’Incubus. Pop Evil surfe largement sur la grande vague du metal « mainstream », après tout, il n’y a pas de tromperie, tout est dit dans le patronyme de la formation !

Onyx est donc un concentré de heavy rock américain très actuel et diaboliquement efficace. Pop Evil : une machine à single. Certains y verront là des termes péjoratifs, dénotant d’une certaine légèreté. Et s’il y a un peu de ça – une chanson comme « Beautiful » est quand même très convenue -, le combo a clairement du riff solide en main, et même quelques leads bien sentis (ceux de « Deal With The Devil » et « Trenches » à la pédale Wahmmy). C’est d’ailleurs, comme souvent chez ce genre d’artiste, passé outre les quelques chansons les plus radiophoniques, dans son registre le plus pêchu qu’il offre le meilleur de lui-même (cf. le cas Nickelback). Et après tout, en musique on n’est pas toujours à se prendre la tête, à chercher le grand art, mais parfois aussi on veut simplement passer un bon moment, plein d’énergie, qui met de bonne humeur, et c’est précisément ce que délivre cet opus particulièrement bien rôdé et maîtrisé.

Regarder les clips pour les morceaux « Trenches », « Deal With The Devil » et « Torn To Pieces » :

Album Onyx, sorti le 19 mai 2014 chez Eleven Seven Music



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Slipknot @ Lyon
    Slider
  • 1/3