ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Nouvelles Du Front   

Pop Redemption : le black metal entre à la comédie française


De gros nounours au cœur de guimauve saupoudrés de sucre glace, ces black metalleux. Tout ces clous et ces piques pour se donner un air de méchants garçons violeurs de poussin et brûleurs d’église qui, au final, ne pensent qu’à une chose : récupérer leurs bambins chez la nourrice à 18h ! Dit comme cela, ça fait quand même une sacrément belle parodie. C’est comme imaginer Abbath au volant d’une deudeuche rose bonbon, les fenêtres baissées, se baladant en Espagne pour ses vacances, « Te Quiero Puta » de Rammstein à fond dans l’auto-radio.

Le tableau prête à sourire. Du coup, ce portrait de blackeux papa poule avant d’être sataniste entre 22h et minuit s’apparente, indéniablement, à un sketch voulant honteusement se moquer de nos chers musiciens de l’extrême. Sauf que les pandas qui crachent dans le bénitier, la communauté metal n’y croit plus trop depuis une bonne grosse décennie désormais. Alors si les metalleux eux-mêmes s’esclaffent devant certains gros clichés du style, pourquoi le cinéma n’aurait-il pas le droit de s’emparer du dossier afin de nous divertir avec ?

C’est le pari tenté par Martin Le Gall pour son tout premier long-métrage intitulé « Pop Redemption ». Oui, souvenez-vous, vous qui étiez présent à la dernière édition du Hellfest, de cet étrange rassemblement devant la Main Stage 1 après le concert de King Diamond qui clôturait la première journée de festivité. Un public rassemblé pour les besoins d’un film. Eh bien, voilà, le film il est là. Du moins, bientôt sur les grands écrans français le 5 juin prochain. Une comédie relatant l’histoire d’un groupe de « Rock Sataniste » comme aime à l’appeler la presse généraliste (« C’est pas du rock sataniste, c’est du black metal ! ») nommé les Dead Makabés qui se retrouve accidentellement impliqué dans la mort d’un patron de boîte de nuit (joué par Arsène Mosca, dont on se souvient l’interprétation d’un nazi arabe dans OSS 117: Le Caire Nid d’Espion) obligeant ses membres à prendre la fuite jusqu’à se retrouver à jouer des standards des Beatles lors d’une foire à la fraise plus infernale que le Hellfest afin d’échapper aux forces de l’ordre ! Ce qui apporte un argument de plus pour dire que du metal aux Beatles, le chemin n’est pas bien long

Mais surtout ce qui, espérons-le, apportera une comédie française qui saura nous changer de la comédie franchouillarde qu’on connaît depuis une bonne décennie, avec sa ronde d’indéboulonnables têtes d’affiche, se reposant plus sur un casting pioché dans les cadors (jeunes ou vieux) du comique scénique ou télévisuel, que sur un scénario digne des classiques d’antan.

Alors, certes, un bon scénario de comédie repose sur l’emploi de clichés, de quiproquos, de second degré, de bons mots, le tout enveloppé dans un ton léger et accessible pour tous. Mais il faut aussi des gueules. Et des gueules, la comédie française, elle en a eu (Bourvil, De Funès, Villeret, etc.) et elle en a encore quelques unes (Dany Boon, Jean Dujardin, Dominique Pinon). Et pour ce « Pop Redemption », la gueule la plus connue, ce sera celle du roi Arthur dans Kaamelott, Alexandre Astier, et l’acteur, une ex-Nouvelle Star, mais aussi un chanteur qui a depuis fait ses preuves dans la chanson française et qui peu à peu prend ses aises devant la caméra : Julien Doré. Un casting qui apporte, avouons-le, une certaine fraîcheur. Qui plus est parce qu’Astier n’a pas été catapulté dans le rôle principal pour faire vendeur, mais celui-ci a été accordé à Julien Doré apparemment à l’aise dans ce rôle de chanteur corpse-painté, friand d’incantations obscures et vivant encore chez sa mère. Un Astier aussi tranquillement installé dans un second rôle (le flic à la poursuite des blackeux en cavale), au bas de l’affiche, mais aussi au scénario où il a donné un coup de main pour l’écriture. D’où ce « C’est pas faux » percevalesque, peut-être ?

Alors, le metalleux, prêt à se laisser aller à rire des travers de sa propre espèce ? Et à se réconcilier dans le même temps avec la comédie française ? Et tant pis si on joue avec des clichés qui dans l’esprit collectif sont plus souvent associés au metal dans sa globalité ? Après tout, le public ciblé est sans doute, avant tout, ceux qui sont aussi clients des bracelets à clous et qui comprennent de quoi on leur parle exactement. Et voir Astier en policier à la poursuite de « vampires », Doré transformé en hurleur chevelu ou la transformation de blackeux en émules de John, Paul, George et Ringo, ça peut valoir le coup d’œil. Surtout si vous aussi vous avez expérimenté gloussements, sourires ou réels éclats de rire grâce à cette première bande annonce.



Laisser un commentaire

  • J’ai été le voir….n’y allez pas ! . cette comédie est vraiment creuse de chez creuse. il manque un peut de tout, mais en priorité de rythm. le sujet metal n’est pas vraiment exploité, pourtant il y’ avais de quoi faire. le truc sur le hell fest, ba, ont voit vraiment, rien. y’aurait put y’avoir plein d’idee sur le camping par exemple……rajouter a sa une dose de d’émotion et vous avez un film très bof, juste sauvé par quelque phrases qui sorte du lot. déception.

    [Reply]

  • On passe un bon moment, il y a de nombreux clins d’oeil qui font l’intérêt du film plus que l’histoire en elle-même.
    Côté son, on a droit à du Zuul FX, Graveyard, Belphegor… et à du « strawberry love » façon hippie métal.

    (*spoiler*)
    La citation du film: « – qu’est ce, selon Karl Marx, que l’opium du peuple ? – la variété française. »

    Et puis ils ont quand même fait venir un blackeux dans une église chanter pendant un enterrement, et un groupe de métal habillé en pantalons fluos et chemises à fleurs sur la mainstage du Hellfest.

    [Reply]

  • Sans appréhendé-je trop mais le titre me semble un peu étrange : « Pop Redemption » ; ça me fait l’effet que l’on pense que l’on devrait « guérir » du metal.
    En tout cas, les métalleux seront contents, je crois, qu’enfin on s’intéresse à eux, et peut-être sans trop les agresser.
    Parce qu’au final, ce qu’on recherche, les métalleux, c’est plus de sympathie de la part de chacun !

    [Reply]

    Sans doute*

    Sever

    j’avoue que c’est plus ou moins ce qui me fait peur, qu’a la fin ce soit « oh avant on faisait du metal, mais on a découvert les beatles, ca nous a coupé l’envie de faire du metal »

  • Hahahahaha je veux le voir !

    [Reply]

  • La bande annonce donne pas envie.

    [Reply]

  • J’irai voir :).

    [Reply]

  • Une date de sortie peut être?

    [Reply]

    MegaRalf

    5 juin !

  • La bande annonce donne envie, faut voir si ça tient la route sur 90 min..?

    A aller voir et commenter plus tard…

    [Reply]

  • petitbois dit :

    ouais! mais c’est toujours sous l’angle « caricature derision etc… » faut voir!!!!

    [Reply]

  • Ouais , faut voir … Belle pub pour le Hellfest en tout cas.

    [Reply]

  • Game-system dit :

    Impatien de voir ce film! Enfin du metal comme sujet principal dans un film! Putain il était temps, je salut l’initiative.

    [Reply]

  • mon engouement est plutot partagé: d’un coté je me dis que c’est super car pour une fois on parle de nous mais de l’autre je me dis que ya de fortes chances qu’on sen prennent plein la gueule avec les critiques des cinéphiles et autres….

    m’enfin je vais quand meme aller le voir 🙂

    [Reply]

    vortex

    sans vouloir être méchant,qu’est ce qu’on en a a foutre qu’on parle de nous ?…..

    MegaRalf

    Ça donne tout simplement, de façon subjective, un peu plus d’intérêt au film, parce qu’on se sent plus concerné que d’ordinaire. 😉 Mais si c’est ce que tu veux dire, non, on a pas besoin de ça pour vivre.

  • J’ai hâte de le voir, il m’a l’air super drôle !

    [Reply]

  • Le concert devant les petits vieux risque d’avoir un petit goût de « This is Spın̈al Tap » réchauffé mais d’un autre côté la bande annonce me fait déjà marrer, et je vois déjà ça comme un très bon signe !

    [Reply]

  • Pour une fois que quelqu’un s’intéresse a nous, sa fait du bien !

    comédie français + black métal pour moi sa fait du neuf et sa aussi le neuf sa fait du bien, surtout pour la comédie française …

    [Reply]

  • Comédie française + black metal … « Mais y a rien à développer ! C’est de la merde, c’est de la merde, c’est tout! »

    Mais si c’est Astier qui est aux commandes… On va en avoir gros!

    [Reply]

    vortex

    c’est le black metal qui est de la merde ?

  • Ça y est… Le Black Metal devient mainstream. C’est le début de la fin.

    [Reply]

    MegaRalf

    Haha pas mal ! 😆

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3