ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

Primordial : la vague de passion sublime la capitale


Les cœurs ont cessé de battre pour beaucoup quand Garmonbozia a annoncé cette magnifique affiche dans la capitale. Voir Primordial aux côtés de Moonsorrow et Der Weg Einer Freiheit à tout pour nous promettre une belle soirée. Une affiche nous montrant différents aspects du black metal : un penchant mélodique, un autre plus atmosphérique avant de conclure par un mélange d’intensité et de puissance. On se rend donc au Trabendo pour ce show sold-out. La file est longue devant cette salle parisienne où, à quelques pas, les fans de Macklemore attendent la star dans une toute autre ambiance !

L’heure est venue de rattraper le temps perdu après avoir loupé le concert de Primordial au Fall Of Summer, suite à une météo bien capricieuse.

Artistes : PrimordialMoonsorrowDer Weg Einer Freiheit
Date : 14 avril 2018
Salle : Trabendo
Ville : Paris (75)

Der Weg Einer Freiheit

Les Allemands de Der Weg Einer Freiheit étaient récemment tête d’affiche sur la péniche de Petit Bain. Avec la sortie de Finisterre, ils avaient frappé très fort en 2017 dans le monde du black metal et ils en avaient profité pour asseoir encore davantage leur légitimité sur scène. Même si le line-up et les prestations scéniques ont changés, le groupe n’a rien perdu de sa superbe et le confirme encore une fois pendant ce set de quarante minutes. Les fans (dont les nombreux T-shirts portés dans la foule sont la preuve d’un réel engouement) constate que Der Weg Einer Freiheit ne perd rien de ses bonnes habitudes et démarre le concert par une nocturne de Chopin joué en fond avant d’enchaîner sur « Einkehr », issu de l’avant dernier album Stellar. Nikita, le nouveau leader du groupe, sera bavard et remerciera les groupes avec qui ils tournent, leur permettant de jouer dans des salles plus grandes. Les stroboscopes sont nombreux et le son est, là encore, d’une rare perfection. Le pied de micro à l’effigie du dernier album cache le manque de décoration sur la scène. Malheureusement, ce set sera passé très rapidement et nous aura donné, encore une fois, une grande envie de revoir cette valeur sûre qu’est Der Weg Einer Freiheit.

Setlist :

Einkehr
Skepsis, Part I
Zeichen
Requiem
Aufbruch

Moonsorrow

Moonsorrow avait manqué aux fans de pagan qui commençaient à se languir depuis leur dernier passage parisien avec Korpiklaani dans la même salle. Même si ce concert fut une prestation largement catastrophique pour le groupe de folk, les fans de pagan avaient été conquis. Rattrapons donc le temps perdu avec ce set d’1H15. Un set qui ravira les fans du groupe avec ces riffs bien violents tel que celui de « Ruttolehto ». Dommage de ne pas avoir cependant interprété des titres comme l’excellent « Jumalten Aike ». Si le groupe possède de nombreuses qualités d’écriture de riffs, de chants et de compositions, la longueur des morceaux fait forcément retomber l’ambiance et les spectateurs/auditeurs n’étant pas adeptes des albums studio auront du mal à trouver leur compte. Un certain ennui peut prendre à cause de ces longueurs qui peuvent engendrer, chez le non-initié, une envie que le concert ne s’écourte. On ne renie pas la légitimité et le talent du groupe, avec son efficace black mêlé de pagan, mais cette trop grande répétition des compos n’est pas compensée par la grande énergie déployée sur scène. L’absence de diversité dans les lumières, pour laisser place à un violet prédominant, n’aura pas arrangé le sentiment de lassitude.

Setlist :

Pimeä
Ruttolehto Incl. Päivättömän Päivän Kansa
Suden Tunti
Kivenkantaja
Mimisbrunn
Kuolleiden Maa

Primordial

Exile Amongst The Ruins, le dernier album en date de Primordial, sera notamment à l’honneur ce soir dans une setlist qui ne satisfera pas forcément tous les fans du groupe. On peut par exemple être assez surpris de l’absence de titres d’A Journey’s End qui fête pourtant cette année ses vingt ans, ni de l’avant dernier album Where Greater Man Have Fallen. Des disques qui possèdent pourtant d’excellentes chansons. Malgré cela, les fans du dernier disque du groupe ne bonderont pas leur plaisir car on retrouve de nombreux titres avec notamment pour ouvrir le concert : « Nail Their Tongues », puis l’éponyme « Exile Amongst The Ruins », « Upon Our Spiritual Deathbed », « To Hell Or The Hangman », etc.

Le réel attrait en live de Primordial est bien sûr de voir le chanteur Nemtheanga sur scène, toujours concerné et passionné. Le seul de la formation revêtu d’un habit, paraissant sale et déchiré, avec un corpse paint renforçant cette idée de crasse. Primordial évolue ici au complet, sans aucun musicien de session, ce qui n’était pas le cas lors leur récente tournée des festivals. Le chanteur au timbre si unique est proche de son public, n’hésitant à se jeter aux barrières pour un bain de foule ou à attraper les mains des fans et chanter avec eux. Son but étant également de capter le regard de chacun pour ressentir au maximum l’énergie. Tout cela se résume en une phrase que seul lui prononce avec une telle force : « We are Primordial, we are from the republic of Ireland! »

Primordial

En tout cas on attend toujours le bon public pour le groupe ! Entre les différents pits lancés aux mauvais moments ou les slams sur le morceau si calme qu’est « Stolen Years », Nemtheanga aura l’occasion justement d’y placer un mot : « car évidemment quand vous entendez ce morceau, la première chose que vous voulez faire c’est slammer… » Si quelques fans chantent les paroles par cœur avec vigueur et le point levé, et qu’ »As Rome Burns » sera l’un des grands moments du set où la foule chante à l’unisson, le groupe mérite plus d’investissement de la part du public. Rappelons-nous de ce concert au Divan du Monde il y a peu, où le public se jetait sur le devant de la scène pour tenir la main du chanteur, prendre le micro et crier avec passion les titres ! Ce n’est pas ce que l’on retrouve ici malheureusement et il semblait y avoir plus d’implication du public parisien pour Moonsorrow.

Néanmoins, on ne peut pas être déçu de cette soirée. Der Weg Einer Freiheit nous a transporté dans un univers plein de mélancolie et de rage alors que Moonsorrow a su toucher le cœur des fans. De son côté, les Irlandais de Primordial prouvent encore une fois leur efficacité sur scène. La passion est le mot d’ordre de ce groupe où le frisson est de mise. Le concert se termine avec le captivant titre « Empire Falls » de leur grand album To The Nameless Dead. On croisera de nouveau la route de Primordial en festival, particulièrement au Metaldays cette année où le festival va se conclure avec une prestation immanquable du groupe au milieu d’une forêt en pleine nuit.

Primordial

Setlist :

Nail Their Tongues
Gods To The Godless
Exile Amongst The Ruins
No Grave Deep Enough
To Hell Or The Hangman
As Rome Burns
Stolen Years
Traitors Gate
Upon Our Spiritual Deathbed
The Coffin Ships
Empire Falls

Report et photos : Matthis Van der meulen



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Alice Cooper @ Paris
    Slider
  • 1/3