ENVOYEZ VOS INFOS :

CONTACT [at] RADIOMETAL [dot] FR

Live Report   

PRONG A LA SCENE BASTILLE DE PARIS


Artistes : ProngDie So Fluid
Lieu : Paris
Salle : La Scène Bastille
Date : 03-06-2009
Public : 150 personnes environ

Le premier trio de la soirée, Die So Fluid, nous vient de Londres et a la dure tache d’ouvrir pour Prong. Le public commence à peine à arriver et reste timide, bien installé au fond de la salle et/ou au bar. Ce groupe anglais inconnu dans l’hexagone nous propose des morceaux efficaces et énergiques avec diverses influences rock/métal. Bref Die So Fluid, c’est de l’alternatif. On note également, ce qui est rare pour ce genre de groupe, la présence d’une bassiste/chanteuse qui dévoile une voix très claire. Surtout lors des refrains mélodiques et accrocheurs.


Grog on tour!

Grog (c’est son petit nom!) encourage logiquement le public à ne pas rester au fond de la salle mais plutôt à venir aux premières loges ! Au fur et à mesure, le public est de plus en plus nombreux à suivre les injonctions de la patronne et une certaine ferveur commence même à se développer dans la salle. Malheureusement le son ne facilite les choses pour personne car le chant est en arrière par rapport aux autres instruments. A la fin du set de Die So Fluid la salle est bien remplie à 90% donc mission accomplie pour ce groupe britannique. Et ce malgré des conditions techniques pas faciles à gérer et l’arrivée tardive du public.


Tommy Victor, un personnage incontournable !

Prong revient donc en France pour la joie des fans de la première époque du groupe. Celle qui a le mieux marché en terme de vente…et de popularité. Les albums Cleansing et surtout Rude Awakening étant des monstres sacrés. Le groupe attaque par « For Dear Life » qui nous replonge presque vingt ans en arrière. La réaction du public est immédiate et les deux morceaux suivant « Lost And Found » et « Beg To Differ », également tirés du même album, Beg To Differ, reçoivent un accueil triomphal. Le ton est donné pour l’heure et demie qui va suivre. Le public est assez réactif et va d’ailleurs l’être de plus en plus pour le plaisir de Tommy Victor. Ce dernier ne communiquant, malgré tout, que très peu avec lui.


Le sympathique Aaron Rossi !

Les compères de Tommy enchaînent les titres sans laisser de répits à l’audience et continuent à envoyer du lourd en axant leurs titres sur la discographie 1988 – 1996. Les américains mettent donc l’accent sur Beg To Differ et Cleansing en oubliant un peu Rude Awakening. Le public commence à être bien chaud et reprend systématiquement les choeurs de chaque morceau à la limite de couvrir Tommy Victor himself ! Comme on pouvait l’imaginer, les premiers pogos et slams de la soirée apparaissent !


Mike Longworth a assuré !

Mais Prong ne boude pas son dernier album et nous sert quand même trois morceaux « Power Of The Damager », « The Banishment » et « Looking for Them » en rappel qui reçoivent également un très bon acceuil. Techniquement le son est correct mais reste néanmoins un peu brouillon. Plus étonnant, l’éclairage très léger qui laisse la plupart du temps les musiciens dans une obscurité quasi totale. Heureusement les conditions sont un peu meilleures sur les derniers morceaux. Au final, Prong s’en sort donc bien avec une set list équilibrée qui correspondait parfaitement à l’attente du public. Ce dernier voulant incontestablement du Prong des années 90…

Set-list :

For Dear Life
Lost And Found
Beg To Differ
Cut-Rate
Third From The Sun
Unconditional
Freezer Burn
Disbelief
Broken Peace
Rude Awakening
Another Wordly Device
Whose Fist Is This Anyway
Snap Your Fingers
Power Of the Damager
The Banishment
Dark Signs
Prove You Wrong

Rappels :

Looking For Them



Laisser un commentaire

  • Arrow
    Arrow
    Mass Hysteria @ Transbordeur
    Slider
  • 1/3